MW / Accueil / Chroniques / THE DEAR HUNTER: Act Iv: Rebirth In Reprise

THE DEAR HUNTER: ACT IV: REBIRTH IN REPRISE (2015)


ALBUM - AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF - NUNO777 - 06.10.2015
"Ce quatrième acte des aventures de The Dear Hunter est plus qu'une pierre supplémentaire à l'édifice magistral débuté il y a près de dix ans…c'est un pur joyau."

5/5
GROUPES PROCHES :
THE MARS VOLTA, THE ADDICTION DREAM, 3, MORPH

TRACKS :

01. Rebirth - 2:51, 02. The Old Haunt - 4:36, 03. Waves - 4:12, 04. At the End of the Earth - 5:16, 05. Remembered - 3:50, 06. A Night on the Town - 9:00, 07. Is There Anybody Here? - 6:42, 08. The Squeaky Wheel - 4:35, 09. The Bitter Suite IV and V: The Congregation and the Sermon in the Silt - 5:40, 10. The Bitter Suite VI: Abandon - 5:32, 11. King of Swords (Reversed) - 5:07, 12. If All Goes Well - 4:41, 13. The Line - 3:37, 14. Wait - 3:20, 15. Ouroboros - 5:25

FORMATION :
Andrew Brown (Claviers), Casey Crescenzo (Chant / Guitares / Basse / Piano,), Maxwell Tousseau (Guitares / Claviers / Percussions), Nick Crescenzo (Batterie / Percussions), Nick Sollecito (Basse), Robert Parr (Guitares)

TAGs :
Epique, Symphonique, Théatral, Concept-album, Opera Rock, Choeurs
The Dear Hunter fait partie de ces groupes qui n'ont jamais joui d'une reconnaissance à la hauteur de leur grand talent. Après la parenthèse de 2011-2013, avec la sortie des albums "The Color Spectrum" et "Migrant", The Dear Hunter reprend l’écriture d'une aventure conceptuelle ambitieuse démarrée en 2006 se développant sur 6 épisodes. Six ans après le troisième acte, "Act III : Life & Death", The Dear Hunter poursuit les péripéties de son personnage éponyme avec le quatrième volet de ce véritable opéra rock : "Act IV : Rebirth In Reprise".

L’histoire qui sous-tend cette série d’albums, par sa narration, son ancrage dans l’Histoire et son biais psychologique, a toutes les caractéristiques pour incarner la dimension théâtrale ou cinématographique que The Dear Hunter poursuit depuis la création du projet. Si "Act I et II" montraient le visage de l'inventivité débridée du groupe, rappelant en cela la fougue d’un The Mars Volta, le fulminant "Act III" initiait déjà le virage symphonique fortement accompli ici dans ce qu'il a de plus pittoresque et grandiloquent.

"Act IV: Rebirth In Reprise" fonctionne par vagues successives pouvant s'interpénétrer, comme autant de scènes d'une tragédie musicale. "Act IV" est le plus magistral des albums des Américains dans sa construction, ses contrastes et ses orchestrations, et en même temps le plus abouti dans l’excellence mélodique de ses chants et l’ampleur de ses trames musicales. Le titre épique 'A Night On The Town' résume à lui seul toute la classe de The Dear Hunter et en même temps tout ce qui fera de "Act IV" un disque complexe, multi-facettes et imaginatif.

On y retrouve des modalités plutôt familières avec le rock alternatif classieux et jovial ('The Old Haunt'), à la saveur british ('The Squeaky Wheel') ou carnavalesque ('The Bitter Suite IV and V') et le pop-rock à la sensibilité affleurant ('Waves'). Mais aussi des compositions plus fragiles dans lesquelles l'émotion est palpable comme avec le mélancolique 'The Bitter Suite VI' qui se conclut de façon étrange et ténébreuse, le mid-tempo tout en amplitude 'At the End of the Earth', qui gagne en épaisseur au fur et à mesure pour finir en évanescence jazz et 'Remembered' qui apporte un supplément de pesanteur et de théâtralité avec ses arrangements d'une grande subtilité.

En contrepoint de ces séquences, d’autres compositions produisent un effet contrasté vertigineux comme 'Is There Anybody There', titre délicat aux magnifiques refrains calé sur un tempo mesuré, qui fait référence à Pink Floyd autant par son titre que par sa conclusion tissée par une guitare extra-terrestre, ou le poétique ‘Ouroboros’ qui boucle l’album en invitant à sa relecture.
L’écriture audacieuse de Casey Crescenzo s’amplifie dans la seconde partie du disque, dont le matériau hétérogène de "The Color Spectrum" semble avoir été une des inspirations. La suite détonne par son originalité et renvoie une lumière polychrome dont les nuances sont vives avec la disco/funky ‘King Of Swords’ et l'enjouée 'If All Goes Well', ou sombres avec la bouleversante ballade ‘The Line’ ou l’intrigante ‘Wait’ (la chanson la plus heavy de l’album).

La suite de la destinée de The Dear Hunter trouve en "Act IV: Rebirth In Reprise" un chapitre qui synthétise musicalement tous ses prédécesseurs et qui donne du volume au concept. Celui-ci, passionnant et aux multiples lectures, est une des grandes forces du projet et nourrit, autant qu’il est nourri, la performance instrumentale époustouflante. A mesure que les différents actes voient le jour, il devient difficile d’en dissocier les parties, mais ce qui apparaît de manière évidente est que l’hexalogie qui se structure prend inéluctablement la forme d'un monument incontournable du rock progressif et symphonique moderne, et cet "Act IV" est une pierre (un joyau) supplémentaire à son érection. 


Plus d'informations sur http://thedearhunter.com/
ABADDON - 10.01.2017
Six années séparent cet "Act IV" du précédent album de l’hexalogie composée et écrite par Casey Crescenzo. Dans l’intervalle, le bonhomme a sorti un concept formé de 9 EP ("The Colour Spectrum", 2011) et un album dénué de concept (The Migrant, 2013), et s’est même payé le luxe de composer un symphonie.

Ces six années richement remplies n’ont pas été inutiles, loin de là : la richesse d’écriture et d'exécution du Dear Hunter s’est encore élargie et affinée pour atteindre un degré de qualité remarquable. L’intégration d’un vrai orchestre, en la "personne" de l’Awesöme Orchestra, parachève l’excellence du travail d’arrangement symphonique déjà sophistiqué des opus précédents, et donne, notamment grâce à des transitions extrêmement bien travaillées, une densité et une continuité stupéfiantes : ici, la dimension du Dear Hunter se révèle avec toute son envergure.

De ce bloc composé de morceaux relativement courts pour du progressif émergent des perles opposant une multitude se sentiments - énergie, mélancolie, tension, nostalgie - qui transportent l’auditeur d’un bout à l’autre d’une œuvre aussi homogène que diversifiée. S’il fallait faire ressortir deux titres de ce magnifique ensemble, écoutez 'Is There Anybody Here' et 'Abandon'. Et aussi 'A Night in Town' avec son magnifique break. À la réflexion, écoutez tout l’album, il n’y a rien à jeter !

ROLDU - 26.09.2016
Ce nouvel acte est (encore) une réussite.
Les superlatifs ne manquent pour qualifier cette ultime réalisation, dans la continuité des précédents sans jamais se perdre ni se confondre.
L'ensemble est structuré, ample, maîtrisé et, surtout, beau.
On se délecte

productionuser_idproduction_comment_id
NUNO777 le 09/09/2016 23:23:35
The Dear Hunter est un des rares groupes à décliner un concept sur plusieurs albums, ce qui le rend remarquable en soi. De plus, l'histoire est très prenante et relativement facile à suivre (de nombreux sites internet de fans décortiquent avec pertinence les épisodes). Pour tenter un court résumé, le cycle d’albums raconte la destinée du héros, enfant du début du XXème siècle, né d'une femme qui se prostitue ("Act I") et qui vit un amour impossible avec Mrs Leading, prostituée elle aussi ("Act II"). Il va trouver des réponses à son présent dans un passé de soldat qui le hante ("Act III") mais qui lui donne les clés pour poursuivre son existence ("Act IV"). Ce scénario torturé, sur fond de mythologie œdipienne et de manipulation, et qui jongle avec les mises en abyme (les titres 'The Bitter Suite' à l'intérieur du concept principal, les personnages qui se confondent parfois, les emprunts et clins d’œil entre morceaux), trouve un écho dans son développement musical riche et ambitieux.
1405360
EN RELATION AVEC THE DEAR HUNTER
DERNIERE ACTUALITE
THE DEAR HUNTER: Act V: Hymns With The Devil In Confessional
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant THE DEAR HUNTER
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Act V: Hymns With The Devil In Confessional (2016)
Un "Act V" à la hauteur de son prédécesseur : The Dear Hunter livre pierre après pierre une œuvre monumentale, enthousiasmante et à la signature très particulière. À ne manquer sous aucun prétexte !

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant THE DEAR HUNTER
ALBUMS CONSEILLES
  • MORPH_Sintrinity MORPH
    Sintrinity (2013)
    PROGRESS RECORDS - ROCK INDÉ

    4
  • THE-MARS-VOLTA_De-loused-In-The-Comatorium THE MARS VOLTA
    De-loused In The Comatorium (2003)
    UNIVERSAL - ROCK PROGRESSIF

    4
  • THE-ADDICTION-DREAM_Essence THE ADDICTION DREAM
    Essence (2012)
    AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

    5
  • THE-MARS-VOLTA_Amputechture THE MARS VOLTA
    Amputechture (2006)
    UNIVERSAL - ROCK PROGRESSIF

    4
  • THE-MARS-VOLTA_The-Bedlam-In-Goliath THE MARS VOLTA
    The Bedlam In Goliath (2008)
    UNIVERSAL - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 4.2/5 (5 avis)
LECTEURS : 4.7/5 (6 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT THE DEAR HUNTER
 
THE-DEAR-HUNTER_Act-V-Hymns-With-The-Devil-In-Confessional Act V: Hymns With The Devil In Confessional (2016)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

5
THE-DEAR-HUNTER_Act-IV-Rebirth-In-Reprise Act Iv: Rebirth In Reprise (2015)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

5
THE-DEAR-HUNTER_The-Color-Spectrum- The Color Spectrum (2011)
TRIPLE CROWN - ROCK INDÉ

3
THE-DEAR-HUNTER_The-Colour-Spectrum-Complete-Collection The Colour Spectrum Complete Collection (2011)
TRIPLE CROWN - ROCK INDÉ

3
THE-DEAR-HUNTER_Act-III-Life-and-Death Act Iii : Life And Death (2009)
TRIPLE CROWN - ROCK PROGRESSIF

4
THE-DEAR-HUNTER_Act-II-The-Meaning-of-and-all-Things-Regarding Act Ii : The Meaning Of, And All Things Regarding Miss Leading (2007)
TRIPLE CROWN - ROCK PROGRESSIF

3
THE-DEAR-HUNTER_Act-I-The-Lake-South-The-River-North Act I : The Lake South, The River North (2006)
TRIPLE CROWN - ROCK PROGRESSIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017