MW / Accueil / Chroniques / DAVID BOWIE: Low

DAVID BOWIE: LOW (1977)


ALBUM - RCA - ROCK - CORTO1809 - 15.10.2015
"Premier album de la trilogie berlinoise, "Low" en est aussi le plus froid et expérimental."

4/5
GROUPES PROCHES :
PETER HAMMILL, PETER GABRIEL, IGGY POP, THE VELVET UNDERGROUND, KATE BUSH, BRIAN ENO, PATTI SMITH, ROXY MUSIC, LOU REED

TRACKS :

01. Speed of Life (02:46), 02. Breaking Glass (01:51), 03. What in the World (02:23), 04. Sound and Vision (03:03), 05. Always Crashing in the Same Car (03:29), 06. Be My Wife (02:55), 07. A New Career in a New Town (02:51), 08. Warszawa (06:20), 09. Art Decade (03:43), 10. Weeping Wall (03:26), 11. Subterraneans (05.39)

FORMATION :
Brian Eno (Claviers / Synthétiseurs, Choeurs), Carlos Alomar (Guitares), David Bowie (Chant / Guitares / Claviers / Batterie / Saxophones, Harmonica), Dennis Davis (Batterie), Eduard Meyer (Violoncelle), George Murray (Basse), Iggy Pop (Choeurs (3)), Mary Visconti (Choeurs), Peter Himmelman (Piano, Synthétiseurs), Ricky Gardiner (Guitares), Roy Young (Piano)

TAGs :
Expérimental, Intimiste, Mélancolique, Planant, Sombre
Il est décidément bien difficile d'être un fan de David Bowie. Semblant incapable de suivre la même ligne musicale deux albums de suite, le chanteur ne laisse à ses sectateurs que sa voix et sa façon de chanter extraordinaires comme points de repères. Après le rock âpre de "Ziggy", le glam décadent de "Aladdin", le rétro 60's de "Pin Ups", l'ambiance glauque de "Diamond Dogs", le funk de "Young Americans" et le melting-pot saupoudré d'expérimental de "Station To Station", la star anglaise livre un album austère, mi-robotique, mi-planant, majoritairement instrumental et se posant en précurseur de la new wave.

Lassé de sa vie américaine après deux ans et demi d'exil aux USA, David Bowie revient sur le continent européen et s'installe à Berlin. Nouveau décor, nouvelle musique : il fait table rase du passé et repart à zéro, ou presque. S'il garde Carlos Alomar, dont la guitare perd néanmoins de son importance un peu plus à chaque album, il s'entoure d'une nouvelle équipe, retrouvant Tony Visconti à la production et collaborant pour la première fois avec Brian Eno, ex-Roxy Music et musicien d'avant-garde aux méthodes de travail expérimentales. De cette collaboration va naître "Low", atypique et dérangeant, première pierre de ce qui sera appelé la "trilogie berlinoise".

Le vinyle avait bien des mérites que le CD ne sait restituer. Notamment le fait de posséder deux faces, élément essentiel dans le cas de "Low". Car la musique de chaque face a un son bien typé et fort différent; là où l'auditeur du CD va brutalement passer d'un monde à l'autre, le possesseur du vinyle pourra choisir selon son humeur ce qu'il souhaite écouter.

La première face, et c'est la première surprise, commence par un instrumental. David Bowie étant avant tout un chanteur - et quel chanteur ! -, il est à la fois audacieux et original de débuter ce nouvel opus par cette mélodie synthétique peuplée de sons saturés et à l'esthétique froide, renvoyant aux travaux de Kraftwerk que Bowie a rencontré récemment. Pourtant, 'Speed of Life' ne fait qu'annoncer la couleur de cette face A : sept titres très courts, à la rythmique mécanique, le batteur pouvant être avantageusement remplacé par une boîte à rythmes, aux instruments grinçants, aux mélodies à peine esquissées et au son minimaliste. Sept titres très peu chantés (le premier et le dernier sont des instrumentaux) d'un ton absent, monocorde, dépassionné. Il est loin, le Bowie de 'Time' ou de 'Wild is the Wind'. Chantant souvent dans le grave, il prend soin de paraître aussi déshumanisé que possible, son timbre s'accordant parfaitement avec la beauté glacée de l'ensemble. Une musique inventive et audacieuse, mais expérimentale et dérangeante.

La seconde face, bien que différente, n'est pas plus orthodoxe. Pratiquement totalement instrumentale, les voix ne résonnent qu'en de rares occasions parcimonieuses et sans pouvoir transformer ces titres en chansons : chant de cérémonie sacrificielle sur 'Warsawa', mélange de voix humaines et synthétiques sur les mélopées évanescentes de 'Weeping Wall', phrases désincarnées sur 'Subterraneans', impossible de reconnaître le timbre pourtant si caractéristique de Bowie. La musique, dominée par les synthétiseurs, est lente, hiératique, distillant des sons diffus, des atmosphères impalpables, vaporeuses, des mélodies languides et irréelles, rappelant l'univers d'un autre groupe allemand, Tangerine Dream, et permettant à l'Anglais de prouver son incroyable capacité à innover en assimilant de nouveaux genres musicaux pour les restituer avec sa griffe.

"Low" n'est pas un album commercial. Sa première face froide et saccadée, sa seconde planante, exigent de l'auditeur une certaine ouverture d'esprit aux musiques "différentes", la faible présence vocale du chanteur n'aidant pas à l'assimilation de ce disque. Néanmoins, Bowie négocie parfaitement ce virage expérimental et livre un travail d'un intérêt qui ne se dément pas avec les années.


Plus d'informations sur http://www.davidbowie.com/
REALMEAN - 17.10.2015
Aucun amendement à cette excellente chronique, à la lecture de laquelle on croit réentendre l'album. Si ce n'est la contribution d'une notation une étoile en-dessous. Bowie livre un album d'une audace incroyable, qui ne parvient pas à me convaincre tout à fait. La juxtaposition de 2 univers très différents ne me gêne pas tant que le bout à bout des titres dans la première partie, donnant l'impression que les idées n'ont pas été suffisamment mises en relation d'une part, et n'ont pas été approfondies d'autre part. Les 3 ou 4 premiers titres en particulier manquent singulièrement de développement : 'Breaking glass' est l'introduction parfaite de quelque chose qui ne viendra pas.
Il en reste néanmoins un "Low" intemporel, obnubilant, habité d'une aura d'un autre monde.

EN RELATION AVEC DAVID BOWIE
DERNIERE ACTUALITE
CELEBRATING DAVID BOWIE en janvier Salle Pleyel
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DAVID BOWIE
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves revient sur une année, particulièrement terrible pour le monde de la musique, qui a vu disparaître quelques-uns des musiciens que nous suivons régulièrement

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DAVID BOWIE
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Blackstar (2016)
Le disque le plus original et abouti de David Bowie depuis sa trilogie berlinoise.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant DAVID BOWIE
ALBUMS CONSEILLES
  • KATE-BUSH_Aerial KATE BUSH
    Aerial (2005)
    AUTRE LABEL - ROCK

    4
  • PETER-HAMMILL_Consequences PETER HAMMILL
    Consequences (2012)
    FIE! - ROCK

    3
  • PETER-HAMMILL_Sonix PETER HAMMILL
    Sonix (1996)
    FIE! - AUTRES

    4
  • ROXY-MUSIC_roxy-music ROXY MUSIC
    Roxy Music (1972)
    ISLAND - ROCK

    4
  • PETER-HAMMILL_Chameleon-In-The-Shadow-Of-The- PETER HAMMILL
    Chameleon In The Shadow Of The Night (1973)
    CHARISMA - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 4.2/5 (4 avis)
LECTEURS : 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DAVID BOWIE
 
DAVID-BOWIE_Blackstar Blackstar (2016)
COLUMBIA - ROCK

5
DAVID-BOWIE_The-Next-Day The Next Day (2013)
COLUMBIA - ROCK

3
DAVID-BOWIE_reality Reality (2003)
AUTRE LABEL - ROCK

3
DAVID-BOWIE_heathen Heathen (2002)
AUTRE LABEL - ROCK

4
DAVID-BOWIE_-hours-- 'hours...' (1999)
VIRGIN - ROCK

3
DAVID-BOWIE_earthling Earthling (1997)
BMG - ROCK

2
DAVID-BOWIE_1-Outside 1. Outside (1995)
BMG - ROCK

3
DAVID-BOWIE_black-tie-white-noise Black Tie White Noise (1993)
AUTRE LABEL - ROCK

3
DAVID-BOWIE_the-buddha-of-suburbia The Buddha Of Suburbia (1993)
BMG - ROCK

3
DAVID-BOWIE_never-let-me-down Never Let Me Down (1987)
EMI - POP

1
DAVID-BOWIE_Tonight Tonight (1984)
EMI - ROCK

2
DAVID-BOWIE_Let-s-dance Let's Dance (1983)
EMI - ROCK

3
DAVID-BOWIE_Scary-Monsters-And-Super-Creeps Scary Monsters (and Super Creeps) (1980)
RCA - ROCK

3
DAVID-BOWIE_lodger Lodger (1979)
RCA - ROCK

4
DAVID-BOWIE_low Low (1977)
RCA - ROCK

4
DAVID-BOWIE_heroes Heroes (1977)
RCA - ROCK

5
DAVID-BOWIE_station-to-station Station To Station (1976)
RCA - ROCK

5
DAVID-BOWIE_young-americans Young Americans (1975)
RCA - ROCK

2
DAVID-BOWIE_diamond-dogs Diamond Dogs (1974)
RCA - ROCK

3
DAVID-BOWIE_aladdin-sane Aladdin Sane (1973)
RCA - ROCK

5
DAVID-BOWIE_pin-ups Pin-ups (1973)
RCA - ROCK

2
DAVID-BOWIE_the-rise-and-fall-of-ziggy-stardust-and-the-sp The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (1972)
RCA - ROCK

5
DAVID-BOWIE_hunky-dory Hunky Dory (1971)
RCA - ROCK

4
DAVID-BOWIE_The-Man-Who-Sold-The-World The Man Who Sold The World (1970)
MERCURY - ROCK/ HARD ROCK

4
DAVID-BOWIE_Space-oddity Space Oddity (1969)
PHILIPS/PHONOGRAM - ROCK

3
DAVID-BOWIE_David-Bowie David Bowie (1967)
DECCA - ROCK

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018