MW / Accueil / Chroniques / DREAM THEATER: The Astonishing
GROUPE/AUTEUR:

DREAM THEATER

(ETATS UNIS)

TITRE:
THE ASTONISHING
ANNEE PARUTION:
2016
LABEL:
ROADRUNNER RECORDS
GENRE:
METAL PROGRESSIF / AUTRES
"Après plus d'une décennie plutôt décevante en termes d'inspiration et de créativité, Dream Theater abandonne enfin ses influences récentes, allant de Metallica à Muse, et nous revient avec un double-album pleinement réussi qui ravira les inconditionnels de la période qui gravite autour des années 2000."
NUNO777 - 22.01.2016 -
Jamais Dream Theater n'aura élaboré une campagne de promotion aussi mystérieuse pour un album. "The Astonishing", dont les détails ont été révélés au compte-gouttes, se présente sous la forme d'un double disque conceptuel mythico-héroïco-science-fiction de 2h10 qui rappelle les grandes sagas comme Star Wars, Le Seigneur des Anneaux ou Dune. L'histoire, véritable scénario écrit par John Petrucci, se déroule dans un futur éloigné, totalitaire et déshumanisé à l'orée d'une révolution par la musique et conte les aventures de huit personnages répartis dans deux camps antagonistes, le "Great Northern Empire of the Americas" et la milice rebelle "Ravenskill Rebel Militia". Le point sur le concept étant fait, en veillant à ne pas en dévoiler les principaux faits, qu'en est-il de la musique?

"The Astonishing" est une œuvre dense et ambitieuse à la double dimension opéra-rock créée par une formation plus tournée vers sa fertile période "SFAM" et "SDoIT" que ses récentes préférences metalo-thrash. Le contenu mélodique très diversifié facilite l'immersion via de nombreux mid-tempi aux modalités plutôt rock ('Hymn Of A Thousand Voices' aux accents médiévaux, 'When Your Time Has Come') ou mélancoliques ('The X Aspect', 'Begin Again') dont certains paroxysmes hantés de chœurs cérémoniels frisent parfois l'emphase ('Losing Faythe', 'Chosen' et 'Astonishing'). Ces morceaux aux métriques modérées côtoient d'autres titres plus polymorphes mélangeant la fragilité, l'énergie et la dramaturgie (le vintage et groovy 'A Life Left Behind', 'A Tempting Offer' et le sombre 'The Path That Divides'). Les passages plus heavy et les séquences instrumentales virtuoses, dont le deuxième acte est particulièrement bien garni ('Moment Of Betrayal', 'The Walking Shadow', 'The Gift Of Music' et le très cuivré 'A New Beginning'), ne basculent jamais dans la stérile démonstration et sont intelligemment distillés pour ne pas bousculer les harmonies porteuses de beaucoup de solennité et de pesanteur.

La densité symphonique de "The Astonishing", très équilibrée dans son association avec les tonalités digitales des claviers et la forte présence d'instruments aux sonorités organiques comme le piano, l'orgue et la guitare acoustique, nourrit la totalité de l'œuvre et lui confère ses résonances classiques et romantiques ainsi que son caractère épique. Le rôle de Jordan Rudess dans les harmonisations (brillamment transcrites par le chef d'orchestre David Campbell) et aux claviers est majeur, reléguant presque les guitares de Petrucci, qui se fend de superbes soli par ailleurs ('A Better Life' et la superbe fin de 'A New Beginning'), aux seconds rôles. Augmentant sa profondeur cinématographique et visuelle, l'album est séquencé comme un enchaînement de plans dans lequels le scénario fait irruption à de nombreuses reprises sous la forme de saynètes sonores aux connotations guerrières (le martial 'Brother, You Can Hear me').

James Labrie, pleinement en voix et à l’aise dans ces formats, est le deuxième musicien clé de "The Astonishing" par ses prestations particulièrement relevées dans l'expression émotionnelle ('My Last Farewell') et l'interprétation des thèmes musicaux associés à chaque personnage ('Three Days', 'Ravenskill', 'The Walking Shadow'). Il parvient, en modulant sa voix et ses intonations, à incarner avec justesse et finesse les sensibilités très diverses des acteurs de l'histoire dont celles de l'empereur à la forte théâtralité (le tango de 'Lord Nafaryus'), du jeune élu ou des femmes ('Act Of Faythe'). La section rythmique, quant à elle, s'ajuste aux temporalités du disque grâce à un Mike Mangini qui maîtrise ses pulsions de cogneur mais dont la caisse claire est toujours bloquée dans les années 90. John Myung est quant à lui de plus en plus gâté par le mixage qui lui accorde cette fois-ci trois minutes de gloire (la fin éthérée de 'A New Beginning').

"The Astonishing" est une œuvre totale et grandiloquente qui fourmille de détails et de référence dont chaque écoute renouvelle la découverte. Paradoxalement le double-album s'aborde aisément grâce à son découpage en 34 tableaux de durée raisonnable, ses structures et ses mélodies très fluides jamais complexifiées à l'excès. Ce monumental opéra-rock est destiné à exprimer toutes ses dimensions à l'occasion des spectacles que le groupe va commencer cet hiver, pour peut-être inspirer un film dont l'album serait la bande sonore. Dream Theater fait un retour fracassant parmi les grands avec l'immense "The Astonishing", sa réalisation de loin la plus audacieuse et la plus réussie depuis "Scenes From A Memory".

Plus d'information sur http://www.dreamtheater.net

VIDEO

GROUPES PROCHES:
PAIN OF SALVATION, SHADOW GALLERY, HAKEN, ANTHROPIA, DEREK SHERINIAN, DARKWATER, AEON ZEN, SIEGES EVEN, ROSWELL SIX, PAGAN'S MIND

LISTE DES PISTES:
01. ACT I: Descent of the NOMACS
02. Dystopian Overture
03. The Gift of Music
04. The Answer
05. A Better Life
06. Lord Nafaryus
07. A Savior in the Square
08. When Your Time Has Come
09. Act of Faythe
10. Three Days
11. The Hovering Sojourn
12. Brother Can You Hear Me?
13. A Life Left Behind
14. Ravenskill
15. Chosen
16. A Tempting Offer
17. Digital Discord
18. The X Aspect
19. A New Beginning
20. The Road to Revolution
21. ACT II: 2285 Entr'acte
22. Moment of Betrayal
23. Heaven's Cove
24. Begin Again
25. The Path That Divides
26. Machine Chatter
27. The Walking Shadow
28. My Last Farewell
29. Losing Faythe
30. Whispers on the Wind
31. Hymn of a Thousand Voices
32. Our New World
33. Power Down
34. Astonishing


FORMATION:
James Labrie: Chant
John Myung: Basse
John Petrucci: Guitares
Jordan Rudess: Claviers
Mike Mangini: Batterie


TAGS:
Epique, Mélancolique, Musique Classique, Musique de film, Romantique, Symphonique, Technique, Théatral, Concept-album, Opera Rock, Choeurs
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

ABADDON - 08/08/2018 17:30:46
"The Astonishing" décrit un univers dystopique dans lequel la seule musique autorisée est produite par des automates, les Nomacs. Mais dans une contrée reculée vit un homme (Gabriel, le Héros de l’histoire) qui a le don de faire et de chanter la musique. Ce talent extraordinaire lui confère rapidement une certaine renommée, et il apparaît ainsi comme une sorte de messie. L’empereur venu le voir avec toute sa suite comprend que le don de Gabriel représente une menace pour son pouvoir, mais de son côté, sa princesse de fille en tombe éperdument amoureuse.
Elle décide de le rejoindre, mais sa mère, ayant deviné ses desseins, la fait suivre par son frère Daryus. Arrivé sur place, celui-ci combat le frère de Gabriel et le tue, puis dans un moment de confusion, tue aussi sa propre sœur qu’il a prise pour Gabriel. Heureusement, Gabriel arrive et parvient à ressusciter la princesse grâce à son chant, ce qui convainc l’empereur que le chant et la musique sont de bonnes choses et qu’il est temps de changer sa façon de gouverner, dans un monde où la musique serait à nouveau appréciée.

Cette heroic fantasy musicale qui accumule les péripéties attendues est très éloignée des motifs psychologiques complexes qui sous-tendent par exemple la trame de "The Theory of Everything" d’Ayreon. Ici, pas la moindre profondeur, juste un canevas filiforme qui est un prétexte à un opéra musical typé metal. En ce sens, et bien qu’il ait été qualifié pompeusement de concept-album par ses géniteurs, cet opus est typiquement un story-album, qui ne manipule aucun concept mais s’appuie uniquement sur un récit, tout à fait à la façon de ce que Clive Nolan a développé avec "Alchemy". Il a pu être comparé avec "The Wall" ou "Tommy", qui eux, étaient de vraies paraboles sur l’enfermement, ou "Operation Mindcrime’, qui développe un univers paranoïde plus élaboré. Le battage médiatique qui a accompagné la sortie de l’album ainsi que le mystère autour du scénario auront donc fait long feu : ce n’est pas du côté du synopsis de "The Astonishing" qu’il faut rechercher une richesse consistante.

Côté musique à présent, Dream Theater déroule son savoir-faire habituel : techniquement irréprochable, le quintet est d’une précision chirurgicale, avec tout le sang froid qui s’ensuit. Les deux heures de musique sont d’un ennui glacial, sans aucune émotion, empilant les soli virtuoses, les descentes de manche et les coups de double-pédale avec une maîtrise consommée. Côté sentiments, par contre, c’est l’électro-émotionnogramme plat à de très rares exceptions près (le solo de guitare de 'Chosen', malheureusement court). La basse se réfugie dans un rôle principalement rythmique, alors qu’elle sonne beaucoup mieux quand elle est employée dans un registre plus mélodique ('New Beginning'). La batterie quand à elle est une mécanique froide et sans âme, intercalant le plus de motifs possibles à la double pédale, dans un esprit bien peu musical. Quant au chant, il souligne les limites de James Labrie, qui a toujours eu un registre très typé dont il ne peut pas s’échapper. A ce titre, vouloir à tout prix faire tenir tous les rôles (8 !) par un vocaliste mono-genre était un pari osé…

C’est quand DT fait du DT qu’il s’en sort le mieux : 'A New Beginning’, 'Moment of Betrayal’ sont de vrais bons moments mais ne surprennent pas et se noient dans la froidure ambiante. Mon impression est que le groupe, voyant la montée en puissance des musicals et autres space opera, a décidé de se lancer dans le créneau en disant : "Avec nous, vous allez voir ce que vous allez voir". Patatras, la montagne a accouché d’une souris mécanique. "The Astonishing" m’évoque irrésistiblement l’horloge d’un bloc chirurgical : outil mécanique supérieurement précis, parfaitement aseptisé et très ennuyeux à considérer.
629 22557
 com_user_id

  TORPEDO   - 19/01/2019 01:41:59
Belle chronique secondaire !

TOPPROG - 06/07/2016 11:49:26
Enfin.....enfin Dream Theater nous offre son "The wall"! Plus de deux heures de progmetal symphonique d'une grande cohérence. Ce qu'on n'avait pas entendu depuis "Metropolis part 2", beaucoup moins long. Dream Theater fait du Dream Theater, les influences Floydiennes sont un peu plus estompées et surtout plus de tentation de faire du Muse ou du U2. Si on excepte les intermèdes électroniques ont a 29 morceaux, tous inférieurs à 8 minutes d'une grande intensité dramatique et lyrique. C'est effectivement un concept album (pour comprendre l'histoire, allez voir sur le site du groupe) avec un réel souffle mélodique. le metal est bien moins présent que d'habitude, le discours musical va à l'essentiel avec une grande diversité climatique d'un morceau )à l'autre. DT plus prog que metal...beaucoup de piano, de la guitare acoustique et l'intégration parfaite d'un chœur et d'un orchestre de cordes. Des élans cinématographiques parfois, des sonorités jamais entendues dans le groupe (cornemuse, flûte, violon..).
Les musiciens sont vraiment à leur top. James Labrie chante magnifiquement bien dans un contexte où Lucajssen aurait pris 6 chanteurs pour camper les protagonistes de l’histoire. La basse de Myung est enfin audible à un niveau correct et le jeu de Mangini, malgré sa caisse claire quelque peu nineties est convaincant (il parait que Portnoy reviendrait....pourquoi pas..pourvu qu'l ne chante pas!). La surprise vient ds claviers de Rudess, absolument magnifiques (ce qui n'a pas toujours été le cas) et omniprésents. Quant à Petrucci, ses guitares sont bien sûr omniprésentes, seulement il a laissé l’esbroufe démonstrative de côté. Quelques phrases en shred bien sûr (toujours mélodique) et surtout de beaux soli dans un style plus classique (A new beginning qui est plus près d'un solo d'Hackett que de Satriani).
Il faut un peu de temps et de nombreuses écoutes pour intégrer le langage de cet opus (mëme s'il n'y a rien de "difficile" à écouter.;un morceau tel que "Our new world" pourrait être dans les charts) qui marquera à coup sûr la carrière du groupe.
Le groupe nous fait rêver son théâtre de façon..étonnante!!!
1611 19494
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
productionuser_idproduction_comment_id
LOLO_THE_BEST59 - 17/04/2016 16:57:42
Comment, encore aucun commentaire sur cet album tout simplement monstrueux ? Plusieurs semaines après, je lui cherche encore des défauts, et le seul que je trouve, c'est le titre de fin qui s'ajuste mal à la grandeur de l'album (mais bon, c'est vraiment pour chipauter). En tout cas, Dream Theater introduit beaucoup de subtilités dans son métal progressif et c'est encore ce qui lui réussit le mieux. Un titre comme "A life Left Behind" illustre à merveille mes propos. Et la voix de James Labbrie n'est jamais aussi envoutante que lorsqu'elle se pose sur des mélodies éthérées "But who am I, if not the one ...". Alors, chapeau bas messieurs, et merci pour tout.
9075342
 
EN RELATION AVEC DREAM THEATER
DERNIERE ACTUALITE
DREAM THEATER : Tournée européenne début 2020
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DREAM THEATER
 
DERNIER ARTICLE
Un an après, presque jour pour jour, nous avions de nouveau rendez-vous avec les organisateurs du MetalDays...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DREAM THEATER
 
NOTES
 
3.7/5 (10 avis)
4.1/5 (8 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DREAM THEATER
 
DREAM-THEATER_Distance-Over-Time Distance Over Time (2019)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_The-Astonishing The Astonishing (2016)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Dream-Theater Dream Theater (2013)
ROADRUNNER RECORDS / METAL MELODIQUE
DREAM-THEATER_A-Dramatic-Turn-Of-Events A Dramatic Turn Of Events (2011)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Black-Clouds--Silver-Linings Black Clouds & Silver Linings (2009)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Chaos-In-Motion-0708 Chaos In Motion 2007/2008 (2008)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Systematic-Chaos Systematic Chaos (2007)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Score Score (2006)
RHINO RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Octavarium Octavarium (2005)
ATLANTIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-In-Tokyo-5-Years-In-A-Live Live In Tokyo-5 Years In A Livetime (2004)
ELEKTRA ENTERTAINMENT / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-At-Budokan Live At Budokan (2004)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-At-Budokan--Dvd Live At Budokan - Dvd (2004)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Train-Of-Thought Train Of Thought (2003)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_6-Degrees-Of-Inner-Turbulence 6 Degrees Of Inner Turbulence (2002)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Scenes-From-A-Memory Scenes From A Memory (1999)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Falling-Into-Infinity Falling Into Infinity (1997)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_A-Change-Of-Season A Change Of Season (1995)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Awake Awake (1994)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Images-And-Words Images And Words (1992)
ATLANTIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_When-Dream-And-Day-Unite When Dream And Day Unite (1989)
MCA / METAL PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019