MW / Home / Reviews / DREAM THEATER: Octavarium
07.07.2005 by YATH
BAND/AUTHOR:

DREAM THEATER

(ETATS UNIS)

TITLE:
OCTAVARIUM
RELEASE DATE:
2005
LABEL:
ATLANTIC
GENRE:
PROGRESSIVE METAL
""
C’est qu’il commence vraiment mal cet album. Même s’il comporte un très bon riff et quelques bonnes mélodies vocales, « The Root Of All Evil » est un titre presque quelconque dans la discographie de Dream Theater.

Le deuxième titre est peut-être meilleur sur le fond, mais tactiquement tellement mal placé ! Une ballade en deuxième piste, il fallait oser. Mielleuse mais malheureusement pas aussi touchante que ce à quoi le groupe nous avait habitué, on zappe encore et on commence à s’inquiéter. Cet album tant attendu, peut-il être aussi anodin ?

Les détracteurs de Train Of Thought attendaient un album plus prog et les fans de Train Of Thought attendaient un album aussi agressif. Pour l’instant, les deux sont perdants.

Heureusement, le sursaut arrive. « Theese Walls » et « Walk Beside You » sont très mélodiques, même s’ils renferment quelques gros riffs. Les mélodies sont mémorisables, presque pop et le chant de Labrie est parfaitement maîtrisé. Le duo Rudess/Petrucci est toujours aussi compétitif et flamboyant, et on obtient deux titres très accrocheurs qui élèvent le niveau sans toutefois rassurer pleinement.

« Panic Attack » mettra fin au suspens en quelques secondes. Tournoyant, puissant, ce titre est une pure merveille. Entre Liquid Tension Experiment et les moments fous de Scenes From A Memory, ce morceau est un délire jouissif continu. Labrie chante particulièrement bien, les solos sont dingues et inspirés et la rythmique complexe assure l’aspect tonitruant du tout. Ouf ! On a attendu 4 morceaux mais Octavarium décolle enfin et de quelle manière !

Vient ensuite « Never Enough » avec ses influences très marquées du côté de la scène pop/rock sophistiquée (qui a dit snobinarde ?), Muse en tête. Peu importe, « Never Enough » est un bon morceau, qui nous rappelle la diversité dont est capable Dream Theater.

« Sacrified Sons » commence très doucement (chant et claviers). Sans ses paroles très clichées, ce début serait aussi poignant qu’un « Disappear » (6 Degrees Of Inner Turbulance) par exemple. Le break du milieu prend une toute autre tournure et on se retrouve dans un tourbillon (presque) instrumental de toute beauté qui rappelle les meilleurs moments de Scenes From A Memory. Explosif et génial.

Enfin, la perle de l’album, ce morceau titre de 23 minutes, Octavarium nous achève. Après un début Floydien, Dream Theater se lance dans un morceau varié puissant et très touchant. On n’ira pas jusqu’à le qualifier de nouveau « A Change Of Seasons », mais Octavarium est un des meilleurs morceaux que nous livre le groupe depuis belle lurette.

Que penser donc de cet album ? Même s’il commence plutôt mal, Octavarium termine extrêmement fort. Les détracteurs stupides continueront à se plaindre de telle ou telle influence, mais ceux qui reprochent l’influence de Muse ou Pink Floyd reprochaient également celle de Metallica, Yes, Radiohead, Mudvayne, Megadeth et bien d’autres. Quand un groupe a tant d’influences et qu’elles apparaissent de manière si sporadique, on ne parle pas de plagiat.

Si Dream Theater avait sortit un album de 60 minutes seulement en écartant certains titres dispensables, Octavarium aurait facilement été qualifié de classique du genre. D’ailleurs, fans de métal prog, avec Octavarium et le nouveau Shadow Gallery, vous avez là le meilleur du genre sur deux albums sortis le même jour. Elle est pas belle la vie?

More informations on http://www.dreamtheater.net

VIDEO

SIMILAR BANDS
PAIN OF SALVATION, SHADOW GALLERY, HAKEN, ANTHROPIA, DEREK SHERINIAN, DARKWATER, AEON ZEN, SIEGES EVEN, ROSWELL SIX, PAGAN'S MIND

TRACK LISTING
01. The Root Of All Evil - 8:26
02. The Answer Lies Within - 5:32
03. These Walls - 7:36
04. I Walk Beside You - 4:28
05. Panic Attack - 8:13
06. Never Enough - 6:46
07. Sacrificed Sons - 10:45
08. Octavarium - 23:59


LINEUP
James Labrie: Chant
John Myung: Basse
John Petrucci: Guitares
Jordan Rudess: Claviers
Mike Portnoy: Batterie


TAGS:
Technical
 
LINKS
LAST ARTICLE
For the release of "Wired Of Madness", Jordan Rudess' new album, the keyboard player talked with Music Waves about "Distance Over Time" by Dream Theater

Read the article
View all articles about DREAM THEATER
 
LAST REVIEW
Distance Over Time (2019)
"Distance Over Time" returns to an assumed balance between dexterity and emotion. The Americans are back with their best album since Mike Portnoy's departure.

Read the review
View all reviews about DREAM THEATER
 
RATING
 
3.6/5 (21 view(s))
3.4/5 (10 view(s))
MY RATE:
 
OTHERS REVIEWS
 
DREAM-THEATER_Distance-Over-Time Distance Over Time (2019)
INSIDEOUT MUSIC - PROGRESSIVE METAL

F.A.Q. / You found a bug / Terms Of Use
Music Waves (Media) - Rock (Progressive, Alternative...), Hard Rock (AOR, Melodic,...) & Metal (heavy, progressive, melodic, ...) Media
Reviews, News, Interviews, Advices, Promotion, Releases, Concerts
Some of our partners :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019