MW / Accueil / Chroniques / PHIL COLLINS: Dance Into The Light
GROUPE/AUTEUR:

PHIL COLLINS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
DANCE INTO THE LIGHT
ANNEE PARUTION:
1996
LABEL:
ATLANTIC
GENRE:
POP
"Bien que soulagé de ses obligations au sein de Genesis et ouvrant ses influences à des ambiances afro-caribéennes, Phil Collins semble s'essouffler."
LOLOCELTIC - 25.01.2016 -
Même si l'évènement était plus ou moins attendu depuis la fin de la tournée de promotion de "We Can't Dance" (1991), la nouvelle du départ de Phil Collins de Genesis a agité le milieu musical. Il lui devenait difficile de mener deux projets majeurs de front, et le fait qu'il ait choisi sa carrière solo n'a pas étonné grand monde. C'est donc entièrement disponible pour cette dernière qu'il revient avec un nouvel opus intitulé "Dance Into The Light" à la pochette colorée et joyeuse. Les ventes de "Both Sides" (1993) s'étant révélées décevantes, marquant un net recul par rapport aux précédents albums, le Britannique se voit dans la quasi-obligation de redresser la barre. Pour cela, il s'entoure à nouveau de musiciens après avoir tenu tous les instruments sur son précédent disque.

Mais l'évolution la plus notable est artistique avec une ouverture prégnante vers des sonorités afro-caribéennes qui ne sont pas sans rappeler certains artistes tels que Paul Simon ou ... Peter Gabriel. Le titre éponyme lance d'ailleurs l'ensemble sur des bases accrocheuses avec son tempo martelé sur la caisse claire et sa section cuivre. Le résultat est plutôt encourageant grâce à un refrain direct et obsédant, et une ambiance générale ensoleillée. L'expérience sera renouvelée à plusieurs reprises avec plus ou moins de réussite. Témoignage du drame vécu par un enfant victime d'une maladie génétique, 'Lorenzo' a été coécrit avec la mère de ce dernier. Penchant vers des influences plutôt africaines et avec un break puissant de percussions, il se fait à la fois énergique et efficace. Par contre, bien que joyeux et chaud, 'Wear My Hat' se rapproche trop du 'I Know What I Know' de Paul Simon, au point de faire passer au second plan ses qualités. Enfin, si 'Take Me Down' profite d'un orgue aux accents gospel, 'River So Wide' ne possède pas assez d'accroche pour dépasser le stade du convenable.

Le reste des titres de cet album est également très inégal, alternant le dispensable, les retours en arrière et les franches réussites. Dans cette dernière catégorie, il serait dommage de passer à côté d'un 'Oughta Know By Now' à la froideur nocturne cinglée par les éclairs de beaux soli de guitare. Un peu plus jazzy mais œuvrant dans une ambiance équivalente, 'Just Another Story' tire également son épingle du jeu avec son joli solo de piano. Enfin, 'No Matter Who' aurait pu figurer sur "...But Seriously" (1989). Le reste est vite oublié sans réellement être désagréable. Souvent trop lisse ('Love Police') voire trop répétitif ('That's What You Said'), ces pièces ne décollent pas vraiment d'une pop gentillette ('The Same Moon'), même si certaines influences beatlesiennes peuvent faire dresser l'oreille ('It's In Your Eyes'). La cover de Bob Dylan, 'The Times They Are A-Changin' ', vient clôturer l'ensemble sur une interprétation personnalisée ne dénaturant pas l'original. Cette dernière note est positive mais ne suffit cependant pas à rendre cet opus indispensable.

Bien que libéré de ses obligations au sein de Genesis, le Britannique ne retrouve pas pour autant toute son inspiration. Bien sûr, son talent lui permet d'éviter l'écueil d'un mauvais album, mais même ses ouvertures vers des ambiances afro-antillaises ne sont pas suffisantes pour permettre à ce "Dance Into The Light" de se hisser au niveau de ses meilleurs albums. L'essoufflement artistique semble désormais guetter Phil Collins qui va devoir trouver un moyen de remonter la pente avant que la chute ne devienne trop rude.

Plus d'information sur http://www.philcollins.co.uk/fr

VIDEO

GROUPES PROCHES:
GENESIS, PETER GABRIEL, MIKE + THE MECHANICS, MIKE RUTHERFORD

LISTE DES PISTES:
01. Dance Into The Light - 4:24
02. That's What You Said - 4:20
03. Lorenzo - 5:52
04. Just Another Story - 6:24
05. Love Police - 4:10
06. Wear My Hat - 4:43
07. It's In Your Eyes - 3:02
08. Oughta Know By Now - 5:30
09. Take Me Down - 3:26
10. The Same Moon - 4:09
11. River So Wide - 4:57
12. No Matter Who - 4:40
13. The Times They Are A-changin' - 5:08


FORMATION:
Phil Collins: Chant / Guitares / Claviers / Batterie
Ronnie Caryl: Guitares
Andrew Woolfolk: Saxophone
Arturo Velasco: Trompette
Brad Cole: Claviers
Daniel Fornero: Trompette
Daryl Stuermer: Guitares
Harry Kim: Trompette
Nathan East: Basse


TAGS:
Accessible / FM
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

DARWINWILD - 25/05/2019 20:19:54
Sortie de son introspection avec "Both Sides" et surtout en ayant fini avec Genesis il nous revient avec un album plus chaleureux et rythmé que le précédent.
Il nous amène de l’exotisme et nous fait voyager à travers des titres aussi riches que variés avec le retour des cuivres et des percussions.
Ici Harry Kim est utilisé d'une bien meilleure façon qu'auparavant avec une vrai richesse mélodique, ne se contentant plus simplement de tapisser ou combler un vide mais d'apporter un vrai truc en plus.
L'album est plus varié que le précédent et nous propose des titres latin-pop, urban-pop mais aussi pop traditionnelle de grande qualité.
si je devais vous conseiller quelques titres afin de mieux apprécier cet album ou le découvrir ce serait "dance into the light", "wear my hat" et "river so wide".

Je lui préfère son prédécesseur mais il fait tout de même parti des bons crus de l'artiste, enfin c'est mon avis personnel.
13128 23608

REALMEAN - 09/03/2016 22:13:11
L’ami Phil a dû m’entendre penser à la découverte de ses deux albums précédents : "But Seriously" était trop racoleur, et "Both Sides" copieusement ennuyeux ? Qu’à cela ne tienne : croisez les deux, et vous obtenez "Dance into the Light", l’album le plus commercial de Phil Collins. Et peut-être le plus mauvais. Les nouvelles influences ne changent pas grand-chose à l’affaire.
Comment ça, je ne suis jamais content ? Je constate seulement qu’il y a de tout sur cet album, et bien que rien de mauvais, rien de consistant, rien qui ne soit interprété avec conviction, rien qui ne corresponde à une volonté artistique clairement exprimée. En un mot, dispensable.
2174 18999
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC PHIL COLLINS
DERNIERE ACTUALITE
PHIL COLLINS Hospitalisé
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PHIL COLLINS
 
NOTES
 
2.5/5 (2 avis)
5/5 (1 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PHIL COLLINS
 
PHIL-COLLINS_Going-Back Going Back (2010)
WARNER / ROCK
PHIL-COLLINS_testify Testify (2002)
WEA / POP
PHIL-COLLINS_Dance-Into-The-Light Dance Into The Light (1996)
ATLANTIC / POP
PHIL-COLLINS_Both-Sides Both Sides (1993)
WEA / POP
PHIL-COLLINS_--But-Seriously ... But Seriously (1989)
WEA / POP
PHIL-COLLINS_No-Jacket-Required No Jacket Required (1985)
WEA / POP
PHIL-COLLINS_Hello--I-Must-Going Hello... I Must Going (1983)
WEA / POP
PHIL-COLLINS_Face-Value Face Value (1981)
VIRGIN / POP
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019