MW / Accueil / Chroniques / MARILLION: F.e.a.r (fuck Everyone And Run)

MARILLION: F.E.A.R (FUCK EVERYONE AND RUN) (2016)


ALBUM - EAR MUSIC - ROCK PROGRESSIF - TONYB - 14.10.2016
"En cette année 2016, Marillion vient de nous produire une nouvelle gemme musicale brillant de mille feux, vectrice de nombreuses émotions, à placer très très haut dans la hiérarchie des albums d'île déserte."

5/5
GROUPES PROCHES :
BIG BIG TRAIN, PINEAPPLE THIEF, GAZPACHO, CARPTREE, MOONGARDEN, ALIAS EYE, LA TULIPE NOIRE, T, NO NAME, QUIDAM

TRACKS :

01. El Dorado (i) Long-Shadowed Sun - 1:26, 02. El Dorado (ii) The Gold - 6:12, 03. El Dorado (iii) Demolished Lives - 2:23, 04. El Dorado (iv) F E a R - 4:07, 05. El Dorado (v) The Grandchildren of Apes - 2:35, 06. Living in F E a R - 6:25, 07. The Leavers (i) Wake up in Music - 4:27, 08. The Leavers (ii) The Remainers - 1:34, 09. The Leavers (iii) Vapour Trails in the Sky - 4:49, 10. The Leavers (iv) The Jumble of Days - 4:20, 11. The Leavers (v) One Tonight - 3:56, 12. White Paper - 7:18, 13. The New Kings (i) F**k Everyone and Run - 4:22, 14. The New Kings (ii) Russia's Locked Doors - 6:24, 15. The New Kings (iii) A Scary Sky - 2:33, 16. The New Kings (iv) Why Is Nothing Ever True? - 3:24, 17. The Leavers (vi) Tomorrow's New Country - 1:47

FORMATION :
Ian Mosley (Batterie), Mark Kelly (Claviers), Pete Trewavas (Basse), Steve Hogarth (Chant), Steve Rothery (Guitares)

TAGs :
90's, Neo, Concept-album
Après un "Sound that Can't be Made" terminé dans l'urgence et sur le fil du rasoir, il aura fallu 4 années aux cinq de Marillion et à leur producteur Michaël Hunter (qui est partie prenante dans l'élaboration des compositions) pour produire le dix-huitième album de la carrière du groupe, le quatorzième depuis que Steve Hogarth a remplacé le célèbre poisson pilote du groupe, avec l'évolution de style que l'on connaît.

Car s'il est une chose qui va sembler très vite familier à l'auditeur de "FEAR", c'est bien le style maison qui emprunte pour une large part aux albums emblématiques du groupe, "Afraid of Sunlight" (avec un remake de 'King' sur 'FEAR'), "Brave" ou encore "Marbles" en tête de gondole. Point ici de saillies musicales féroces telles que développées précédemment dans un titre comme 'Gaza', toute la violence du propos est contenue dans des textes qui se veulent une vibrante diatribe contre la société actuelle et son évolution, abordant le problème des migrants ou tançant les dérives du capitalisme. Les cinq titres déroulés sur un mid-tempo de circonstance où les subtilités du jeu de batterie de Ian Mosley font merveille présentent une unité de ton remarquable, véritable écrin au sein duquel la voix de Steve Hogarth vient se poser, tour à tour délicate ou puissante lorsque le groupe déploie ses ailes dans des chorus plein d'énergie maîtrisée.

Du côté des instrumentistes, Steve Rothery use de toute sa palette habituelle de sonorités, même si certains regretteront peut-être qu'un peu plus d'espace ne lui soit pas entièrement réservé. Mais c'est l'alchimie de son jeu avec les claviers omniprésents de Mark Kelly et la présence discrète mais toujours aussi efficace de la basse de Pete Trevawas qui construit ces atmosphères captivantes et envoûtantes.

Détaché de toute contingence marketing et de plus en plus sûr de son fait, Marillion prend ainsi toute liberté pour développer trois longs titres dépassant allègrement les quinze minutes chacun, entrecoupés par deux interludes brillants, dont le vibrant et poignant 'White Paper' amènera son lot d'émotions avant que 'The New Kings' ne vienne engloutir les derniers récalcitrants dans ses mélodies et accompagnements imparables pour un morceau à classer indéniablement parmi les plus grandes réussites du groupe.

Peaufinée avec talent par Michaël Hunter, la production de "FEAR" permet d'en saisir chaque instant, chaque nuance pour peu que l'auditeur se mette dans des dispositions idéales d'écoute. "FEAR" est un album qui prend toute sa dimension au fur et à mesure que passent les minutes, incitant à reprendre chaque passage pour mieux en saisir toutes les subtilités.

De l'avis même de Mark Kelly (dans une interview au magazine Prog – septembre 2016), cet album est l'un des rares de la discographie du groupe où il est satisfait de tous les titres sans exception. Je lui emboîte le pas sans hésiter pour affirmer qu'en cette année 2016, Marillion vient de nous produire une nouvelle gemme musicale brillant de mille feux, vectrice de nombreuses émotions, à placer très très haut dans la hiérarchie des albums d'île déserte.


Plus d'informations sur http://www.marillion.com/
REALMEAN - 26.11.2016
Il est évidemment critiquable de prétendre à l’objectivité pour une appréciation musicale, mais en décortiquant -à peine- la dernière production de Marillion, il y a tout de même un constat qui s’impose. On ne peut nier un certain talent à cet album, d’un autre côté on ne peut être sourd à l’évidence du recyclage. Il avait déjà été reproché au groupe de réemployer des recettes réchauffées, même si le style s’est parfois autorisé le grand écart, d’un album à l’autre. Mais jamais encore Marillion n’avait autant puisé dans son ancien répertoire, pour créer un album revendiqué comme inédit. La moitié au moins de ses piliers nous ramène au passé, certes à de grands moments ; au-delà, pas sûr que le reste soit suffisant pour que le projet devienne incontournable.
Le porte-étendard éponyme, en costume de l’ 'El Dorado (iv)', semble avoir été composé dans les coulisses croisées de 'King', 'Invisible Man', 'Neverland' et 'The Wound'. Le titre suivant aurait pu servir de break à 'Essence', ou d’introduction à 'Trap the Spark'. Le déjà entendu est plus flagrant encore avec 'The New Kings (i)', remake en plus rock de 'Wrapped up in time'.
'The Leavers (iii)' reprend la base du break de 'Goodbye to all that' en forme de conclusion musi(médi)cale, avec la mise en musique du clavier dans le rôle de l’encéphalogramme, même martellement lancinant, même précision chirurgicale.
'El Dorado (ii)', 'Living in FEAR', 'The Leavers (i)' sont très Marillioniens mais parviennent tout de même à fournir un peu de sang neuf, au moins sur les mélodies, alors que pour une réelle innovation, je ne vois guère que la tentative louable de 'The Leavers (v)' (One Tonight), avec son cor en contre chant du piano, accompagnant efficacement la très belle montée en puissance de la symphonie. 'The New Kings (ii)' ne laisse pas indifférent non plus, mais il en fait des tonnes pour un résultat qui risque d’être rapidement oublié, noyant pêle-mêle les chœurs oniriques, les claviers électro, la dramaturgie vocale chère à Hogarth, la guitare floydienne. C’est beau, mais tout cela a déjà été entendu mille fois sur nos trois dernières décennies néo progressives, et pas seulement dans cette discographie.
Il faut souligner que les appréciations sont tranchées : on est passionné ou on est franchement dubitatif. D'aucuns diront que c'est symptomatique des grands albums. Pour ma part, depuis "Sounds… ", je ne retrouve plus le Marillion impérial de "Marbles" ou de "Happiness... ", seulement des décalques. Envolés, disparus, les talents mélodico-ténébreux ou l’onirisme aérien autrefois si bien dispensé par le chant magique de Steve Hogarth. A peine croyable, qu’une même tessiture puisse à ce point se promener entre une expressivité hors norme et son minimalisme émotionnel opposé. Si je devais donner un avis sur ce "FEAR" de manière totalement déconnectée de l’univers Marillionien, je lui accorderais certainement 3 belles étoiles, que l’on doit à un album honorablement réussi. Mais à ce niveau de carrière, j’attends beaucoup mieux de l’équipage Hogarth. Quand Marillion plagie Marillion, il faut que l’émotion explose. Si elle n’apparaît qu’en demi-teinte, ça ne passe plus.

LOLO_THE_BEST59 - 24.10.2016
Avec F-e-a-r, Marillion nous délivre ni plus ni moins qu'un chef d'oeuvre, la référence de sa pourtant longue discographie. J'entends ici et là que l'album est lent et lourd. Je ne suis absolument pas d'accord. Marillion n'oeuvre pas dans le hard rock / le métal, ce n'est pas une découverte, alors point ici de double pédale, de basse vrombissante et de guitares saturées. Ca n'empêche pas de régulières montées en puissance, maîtrisées comme Marillion sait le faire. Hogarth, lui, maîtrise son art comme jamais ; pas de montées dans les aigus, ça ne lui réussit pas (comme James Labrie, que j'ai toujours trouvé meilleur dans le registre de l'émotion), mais une capacité incroyable à nous emmener avec lui. Les mélodies sont superbes, à l'image du magnifique White Paper, le jeu de basse / claviers est extraordinaire. Rothery est un peu en retrait, mais ses interventions sont lumineuses. Chapeau bas, messieurs, c'est du grand art !

PETE_T - 16.10.2016
J'ai mis énormément de temps à me plonger dans cet album.
La déception rôde pour ma part. Mou, linéaire, sans moments forts...le progressif des anglais période H -même si bien des groupes aimeraient sortir une telle galette- a atteint son paroxysme avec des "Brave" ou "Marbles" mais stagne dangereusement avec ce "FEAR" poussif.
Certes, le mix est parfait, les mélodies sont bien faites mais il y a un petit quelque chose qui fait que je n'y arrive pas...J'attendais peut être quelque chose d'autres de la part de ce formidable groupe. Quoi ? C'est là que le bât blesse, je ne sais pas...Ah si, le chant de H qui ne me fait plus vibrer.
Il faut donc lire ma note comme quelqu'un de déçu sans remettre en cause l'élan général qui encense cet album. Désolé, je n'y arrive vraiment pas.

CALGEPO - 13.10.2016
Marillion a écrit sa symphonie avec FEAR. Les premières écoutes laisseront l’impression d’une certaine linéarité osons le dire peut être d’une mollesse déjà soulignée. Mais au final, les sursauts subtils distillés au cours de ces 5 mouvements (décomposés en plusieurs parties pour 3 d’entre eux) finissent par capter l’attention. Ce sera par exemple un superbe solo de guitare dans ‘The New Kings’ (Russia’s Locked Doors), un rythme tribal aux accents Gabrielien dans ‘The Leaver’. En contrepartie de l’absence d’aspérité, tout y est fluide dans les enchaînements. La dichotomie entre une musique d’apparence calme et détachée avec des paroles fortes et parfois dénonciatrices dans un style so british dans la forme rend le propos intéressant et attachant. Il faut simplement l’accepter et se laisser bercer par cette atmosphère et cette sensibilité.

CLR - 04.10.2016
Un ton au-dessus de "Sounds That Can't Be Made" qui etait deja enorme, ce nouvel opus de Marillion devrait se hisser sans probleme au pantheon du groupe aupres de Marbles, Brave, Happiness is the road, etc...
Tout en subtilite ds la musique et en force ds les paroles, Marillion est libre et fait ce qu'il veut, avec un immense talent.
Comme un grand cru, "F.E.A.R." demande de la patience, du temps et un peu de perserverance. Mais le jeu en vaut la chandelle ds la logique des enchainements mais egalement pour la perfecte adequation de la musique au theme.
Les pepites: Gold (part 2 de Eldorado), One Tonight part 5 de The Leavers), White Paper, A scary sign et Why is nothing ever true (part 3 et 4 de The New Kings)...
Les 5 gars de Marillion sont au top de leur art et de leur musique. Mark Kelly est tout simplement phenomenal sur cet album, Ian Mosley immense de subtilite et de grace, Pete est egal a lui-meme et les 2 Steve sont magiques...

ROLDU - 26.09.2016
Après plusieurs écoutes, je suis d'accord avec l'avis de CORTO1809.

Un album d'une mollesse telle, qu'une fois sur l'île déserte on cherche le cocotier pour mieux s'y pendre !
L'album est particulièrement linéaire, avec de rares envolées qui ne suffisent pas à créer quelconque émotion.
On s'ennuie fermement en espérant une étincelle, en vain.
Je reste surpris par l'emballement général sur cet album qui ne procure pas grand'chose de nouveau, sinon un certain regret de l'avoir acheté.
"We are New Kings", "We are the Leavers" ... We are fatigués !!



CORTO1809 - 17.09.2016
Devant le déluge de bonnes notes accordées à cet opus, je prendrai le risque de jouer les vilains petits canards, ne serait-ce que pour donner un éclairage différent à l'auditeur qui ne connaitrait pas encore, ou peu, Marillion.
F.e.a.r. souffre du syndrome Marillion. L'album est mou, les mélodies sont languissantes et floues et plongent rapidement l'auditeur dans un ennui profond, la faute à une absence d'intensité et de lignes directrices fortes. On attend vainement l'étincelle qui viendra vous faire vibrer. Quant au chant de Hogarth, éternelle pomme de discorde, il est égal à lui-même. Le monsieur s'écoute chanter et confond sensibilité et pathos, devenant rapidement une source d'irritation.
Bref, un album qui ressemble aux précédents et qui ravira probablement autant les fans qu'il agacera ceux qui, comme moi, n'ont jamais compris que l'on fasse tant de cas de ce groupe surcoté.

productionuser_idproduction_comment_id
PROGROCK le 14/10/2016 11:29:44
Excellente chronique!
Je partage totalement l'enthousiasme de TONYB pour cet album.
Pour ceux qui pourraient être déçus après une première écoute : soyez patient et prenez votre temps car l'excellence de cet album ne se dévoile qu'après plusieurs écoutes attentives. De plus je suis convaincu que plusieurs titres de cet album seront magnifiés sur scène....
18ième album...
Quel extraordinaire groupe!
2595367
EN RELATION AVEC MARILLION
DERNIERE ACTUALITE
MARILLION N'A PAS PEUR DE MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant MARILLION
 
DERNIER ARTICLE
La grande messe Néo-Rock-Progressive !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant MARILLION
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
F.e.a.r (fuck Everyone And Run) (2016)
En cette année 2016, Marillion vient de nous produire une nouvelle gemme musicale brillant de mille feux, vectrice de nombreuses émotions, à placer très très haut dans la hiérarchie des albums d'île déserte.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MARILLION
ALBUMS CONSEILLES
  • ALIAS-EYE_In-Between ALIAS EYE
    In-Between (2012)
    AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

    3
  • SPYROS-CHARMANIS_Wound SPYROS CHARMANIS
    Wound (2012)
    AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

    4
  • NEO-PROPHET_Time NEO PROPHET
    Time (2015)
    FREIA - ROCK PROGRESSIF

    4
  • MARTIGAN_Distant-Monsters MARTIGAN
    Distant Monsters (2015)
    PROGRESSIVE PROMOTION - ROCK PROGRESSIF

    3
  • CARPTREE_Nymf CARPTREE
    Nymf (2010)
    FOSFOR CREATION - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3.7/5 (14 avis)
LECTEURS : 4.4/5 (14 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT MARILLION
 
MARILLION_F-e-a-r-fuck-Everyone-And-Run F.e.a.r (fuck Everyone And Run) (2016)
EAR MUSIC - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Sounds-That-Can-t-Be-Made Sounds That Can't Be Made (2012)
RACKET - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Less-Is-More Less Is More (2009)
RACKET - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Happiness-Is-The-Road Happiness Is The Road (2008)
RACKET - ROCK ATMOSPHERIQUE

5
MARILLION_Somewhere-Else Somewhere Else (2007)
INTACT - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Marbles Marbles (2004)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Anoraknophobia Anoraknophobia (2001)
AUTOPRODUCTION - ROCK

5
MARILLION_Marillion-com Marillion.com (1999)
CASTLE - POP

2
MARILLION_Radiation Radiation (1998)
CASTLE - POP

2
MARILLION_This-Strange-Engine This Strange Engine (1997)
CASTLE - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Afraid-Of-Sunlight Afraid Of Sunlight (1995)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Brave Brave (1994)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Holidays-In-Eden Holidays In Eden (1991)
EMI - ROCK PROGRESSIF

1
MARILLION_Seasons-End Seasons End (1989)
EMI - ROCK PROGRESSIF

3
MARILLION_B-Sides-Themselves B'Sides Themselves (1988)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Live-From-Loreley Live From Loreley (1987)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Clutching-At-Straws Clutching At Straws (1987)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Misplaced-Childhood Misplaced Childhood (1985)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Fugazi Fugazi (1984)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
MARILLION_Script-For-A-Jesters-Tear Script For A Jesters Tear (1983)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
MARILLION_Recital-Of-The-Script Recital Of The Script (1983)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017