MW / Accueil / Chroniques / INSOMNIA ASYLUM: Alprazoland

INSOMNIA ASYLUM: ALPRAZOLAND (2016)


ALBUM - AUTOPRODUCTION - METAL GOTHIQUE / DOOM - THIBAUTK - 12.07.2016
"Un groupe entre Anathema, Pink Floyd, Radiohead ou Cathedral, dont la musique sombre et glauque bourrée de mélodies accompagnera votre été musical."

3/5
GROUPES PROCHES :
PORCUPINE TREE, PINK FLOYD, ANATHEMA, OPETH, KATATONIA, RADIOHEAD

TRACKS :

01. Standard Person (U.M.) - 06:22, 02. Insomnia - 07:41, 03. The Clown's Funeral - 05:18, 04. Clown's Memorial - 01:22, 05. La Princesse perdue et l'Oiseau maudit - 06:00, 06. Foresaken - 06:31, 07. Dab Tsog et la paralysie du sommeil - 01:08, 08. Astaroth Call - 04:40, 09. Dreamer's Regret - 07:47, 10. Oxytocin - 05:59, 11. Stroke Countdown - 06:16

FORMATION :
Scdaymon (Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie)

TAGs :
Indépendant, Mélancolique, Romantique, Sombre, Chant éraillée, Chant grave
Infinie tristesse et sombre mélancolie, tels pourraient être les qualificatifs associés à la musique de Insomnia Asylum. En effet, ce one-man band se veut une entreprise personnelle et sensible au-delà de la musique qui transpire d'émotions variées. Née en 2008, elle propose une musique sombre sans être lugubre, caverneuse sans être étouffante, mélancolique sans être déprimante et triste à se pendre. Le musicien expose une sensibilité dénuée de tout artifice dans laquelle s'épanouit une multitude d'influences identifiables : on trouve par ici quelques réminiscences de Pink Floyd, des pointes de Paradise Lost, ou encore des notes mécaniques inspirées de Radiohead.

La musique de "Alprazoland" est ainsi relativement simple et très influencée par le Anathema de "Alternative 4", de "Eternity", donc gorgée de guitares parfois épaisses, parfois saupoudrée de crachats vocaux, mais surtout magnifiée par quelques guitares lumineuses que ne saurait renier David Gilmour. Dans cette mélasse épaisse, on ne saurait oublier les interventions de musiciens additionnels, et notamment ce joli petit brin de voix féminine qui apporte une note douce, une grande tendresse, une pincée de sensualité. Les autres instruments ne sont pas en reste, notamment les claviers dont les nappes vaporeuses habillent la galette d'atours prestigieux.

Onze chansons, comme onze poignées de main avec la faucheuse, comme autant d'étapes de l'âme désincarnée, qui conduisent à la résilience et l'acceptation. Les compositions sont une sorte d'exutoire fait de caresses sensuelles de guitare acoustique ('Standard Person' ou 'Insomnia'), de voix éthérées qui piochent chez Riverside ('Insomnia'), de guitares épaisses comme le mazout ('The Clown's Funeral'). Toutefois au milieu de la colère brute des six-cordes tranchantes naissent des pauses acoustiques sur lesquelles la tension se relâche, de même qu'au milieu de passages acoustiques éthérés est insérée une césure aux riffs lourds comme le plomb. Le chanteur sait aussi jouer des contrastes vocaux, entre paroles susurrées inspirant la tendresse et cris inhumains stridents dignes du metalcore.

"Alprazoland" est un bon album varié, qui mélange phrasés doom, rythmes metal, passages psychédéliques et grosses guitares glauques. A l'instar de Ayreon, Insomnia Asylum propose une relecture de trente années de musique métallique, et même si les compositions souffrent d'une certaine jeunesse (on souhaiterait une expression plus personnelle), elles sont pleines de fougue, de majesté grandiloquente et portées par de belles mélodies sombres, reflets du potentiel du groupe. Une rondelle plurielle qui plaira donc à la majorité métallique silencieuse et un groupe à découvrir, dont l'écoute se conjuguera paisiblement avec le bruit des vagues, le sable fin et le soleil de cet été naissant.


Plus d'informations sur https://insomnia-asylum.bandcamp.com/releases
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC INSOMNIA ASYLUM
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Alprazoland (2016)
Un groupe entre Anathema, Pink Floyd, Radiohead ou Cathedral, dont la musique sombre et glauque bourrée de mélodies accompagnera votre été musical.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant INSOMNIA ASYLUM
ALBUMS CONSEILLES
  • PORCUPINE-TREE_Recordings PORCUPINE TREE
    Recordings (2001)
    SNAPPER - ROCK PROGRESSIF

    4
  • KATATONIA_Tonight-s-Decision KATATONIA
    Tonight's Decision (1999)
    PEACEVILLE - METAL ATMOSPHERIQUE

    4
  • PORCUPINE-TREE_Fear-Of-A-Blank-Planet PORCUPINE TREE
    Fear Of A Blank Planet (2007)
    ROADRUNNER - ROCK PROGRESSIF

    5
  • PORCUPINE-TREE_Stars-Die PORCUPINE TREE
    Stars Die (2002)
    SNAPPER - ROCK PROGRESSIF

    3
  • OPETH_Morningrise OPETH
    Morningrise (1996)
    CANDLELIGHT - DEATH METAL

    4
    
 
RATING
STAFF : 3/5 (1 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT INSOMNIA ASYLUM
 
INSOMNIA-ASYLUM_Alprazoland Alprazoland (2016)
AUTOPRODUCTION - METAL GOTHIQUE/ DOOM

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017