MW / Accueil / Chroniques / DESTRAGE: A Means To No End
GROUPE/AUTEUR:

DESTRAGE

(ITALIE)

TITRE:
A MEANS TO NO END
ANNEE PARUTION:
2016
LABEL:
METAL BLADE RECORDS
GENRE:
DEATH METAL
"Avec "A Means to No End" plus abouti, moins chien fou, Destrage nous livre un album mélodeath aux accents progressifs incontournable et parfaitement ficelé , pour le grand bonheur de ses fans."
STRUCK - 14.10.2016 -
Souvenez-vous, nous avions laissé nos amis transalpins en déclarant haut et fort qu’avec "Are You Kidding Me ? No.", Destrage s’était tout simplement positionné comme LE groupe melodeath du moment ! Depuis, deux années se sont écoulées et c’est avec une grande impatience que nous attendions le quatrième album des Milanais pour valider cette flatteuse conclusion.

Si Destrage nous avait éclaboussés de son talent musical manifeste sur "Are You Kidding Me ? No.", en revanche, le groupe n’était pas forcément pris au sérieux, notamment quand il clamait qu’il écoutait les Spice Girls ('Purania'). Comme pour les zombies de 'My Green Neighbour' et les films d’horreur critiques de notre société folle, la plupart d’entre nous n’aura retenu que l’aspect superficiel des choses noyé dans le magma sonore.
Pour l’occasion, Destrage a chassé ses démons et a grandi en murissant son propos Et à la façon d’un "The King is Fat’n’Old" - la maturité en plus en laissant le côté anti-capitaliste ou anarchiste puéril de côté - les thèmes évoqués sur "A Means to No End" sont d’une clarté manifeste au point de se demander si nous ne sommes pas en contact d’un concept-album parfaitement équilibré et homogène sur les doutes qui envahissent tout être humain qui prend conscience qu’il ne connaît rien…

Dans ces conditions, "A Means to No End" s’ouvre sur le titre éponyme quasi-acoustique aux antipodes de la déferlante de notes folles de l’ouverture de "Are You Kidding Me ? No.". Mais tous les doutes s’évaporent dès 'Don’t Stare at the Edge' ou le single 'Symphony of the Ego' - et son intro à la Primus sous amphétamine death metal - qui reprennent les choses où les albums précédents les avaient laissées, à savoir un maelström sonore ébouriffant, impression particulièrement prégnante au contact de 'The Flight' et 'Dreamers' qui auraient très bien pu figurer sur les albums précédents.

Là où "Are You Kidding Me ? No." pouvait présenter quelques passages à vide notamment après son introduction enchaînant des titres surpuissants difficiles à surpasser, "A Means to No End" ne présente aucun temps mort, si bien que ce quatrième album des Milanais s’écoute d’une traite grâce à la succession naturelle des titres, certains même étant les introductions d’autres que ce soit le liminaire 'Peacefully Lost' aux accents 'Deliverance' d’Opeth succédant à l’interlude instrumental prog 'Ending to a Means', lui aussi très Opeth, ou encore l’acoustique 'A Promise, a Debt', ouverture du crescendo feu d’artifice final 'Abandon to Random'.

Et même si le groupe n’a eu aucune ambition intentionnelle de ce type - les Italiens ont avant tout voulu faire le meilleur album qui soit avec un côté organique supplémentaire aidé en cela par les percussions d’Alessandro "Pacho" Rossi -, l’enchaînement des treize titres se fondant dans un ensemble cohérent, la production taille XXL contribue à renforcer le sentiment de se frotter à un album-concept traitant de l’errance de l’être humain, notre société… à la façon d’un "Coma" de Between the Buried and Me.

A l’instar des meilleurs albums de death progressif, les pépites de "A Means to No End" se découvrent au fil des écoutes, et si l’album apparaît moins centré sur la dextérité de ses guitaristes solistes, il comporte néanmoins son lot de solos d’une intensité et d’une créativité rare comme celui de feu de 'Blah Blah' mais également 'Dreamers' aux sonorités résolument modernes et totalement imparables avec ce petit côté Mattias Eklunhd toujours présent.

Avec "A Means to No End", Destrage nous livre un album plus abouti, moins chien fou. L’impression d’éruption volcanique sonore des premiers albums est toujours présente mais à défaut d’être totalement contenue, elle est maîtrisée pour se fondre dans un ensemble parfaitement cohérent. Là où la maturité supplémentaire aurait éventuellement pu nuire à la recette dévastatrice des Italiens, au contraire, elle la renforce pour proposer un nouvel album melodeath aux accents progressifs incontournable et parfaitement ficelé, pour le grand bonheur de ses fans.

Plus d'information sur http://www.destrage.com

VIDEO

GROUPES PROCHES:
SOILWORK, FREAK KITCHEN, THE DILLINGER ESCAPE PLAN

LISTE DES PISTES:
01. A Means To No End
02. Don T Stare At The Edge
03. Sympony Of The Ego
04. Silent Consent
05. The Flight
06. Dreamers
07. Ending To A Means
08. Peacefully Lost
09. Not Everything Is Said
10. To Be Tolerated
11. Blah Blah
12. A Promise
13. Ebt
14. Abandon To Random


FORMATION:
Federico Paolovich: Batterie
Gabriel Pignata: Basse
Matteo Di Gioia: Guitares
Paolo Colavolpe: Chant
Ralph Salati: Guitares


TAGS:
Chaotique, Technique, Chant hurlé
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC DESTRAGE
DERNIERE ACTUALITE
DESTRAGE : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DESTRAGE
 
DERNIER ARTICLE
Interview pas comme les autres avec un groupe hors-norme ! Quelques minutes avant de monter sur scène en ouverture de Protest the Hero, Music Waves a rencontré les membres de la sensation mélodeath du moment : Destrage...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DESTRAGE
 
NOTES
 
4/5 (2 avis)
- /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DESTRAGE
 
DESTRAGE_the-chosen-one The Chosen One (2019)
METAL BLADE RECORDS / DEATH METAL
DESTRAGE_A-Means-To-No-End A Means To No End (2016)
METAL BLADE RECORDS / DEATH METAL
DESTRAGE_Are-You-Kidding-Me-No- Are You Kidding Me? No. (2014)
METAL BLADE RECORDS / DEATH METAL
DESTRAGE_The-King-Is-Fat-N-Old The King Is Fat 'n Old (2010)
CORONER / DEATH METAL
DESTRAGE_Urban-Being Urban Being (2007)
AUTOPRODUCTION / NEO/NU METAL
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019