MW / Accueil / Chroniques / MORS PRINCIPIUM EST: Embers Of A Dying World

MORS PRINCIPIUM EST: EMBERS OF A DYING WORLD (2017)


ALBUM - AFM - DEATH METAL - THIBAUTK - 31.01.2017
""Embers of a Dying World" est d'ores et déjà un des meilleurs albums de 2017, qui signe le grand retour de la formation. C'est une œuvre indispensable, tranchante, tentaculaire, percutante, technique, dont la beauté glaciale subjugue l'âme."

5/5
GROUPES PROCHES :
ARCH ENEMY, DARK TRANQUILLITY, INSOMNIUM, SCAR SYMMETRY, OMNIUM GATHERUM

TRACKS :

01. Genesis, 02. Reclaim The Sun, 03. Masquerade, 04. Into The Dark, 05. The Drowning (Bonus Track), 06. Death Is The Beginning, 07. The Ghost, 08. In Torment, 09. Agnus Dei, 10. The Colours Of The Cosmos, 11. Apprentice Of Death

FORMATION :
Andy Gillion (Guitares), Mikko Sipola (Batterie), Teemu Heinola (Basse), Ville Viljanen (Chant)

TAGs :
Lourde, Oppressant, Romantique, Sombre, Technique, Chant féminin, Chant grave, Chant grunt/growl
Je me souviens de mon premier contact avec Mors Principium Est, qui fut comme un bouleversement de l'âme, une chute renversante infinie qui m'a dès lors projeté dans un abîme dont je ne pouvais soupçonner l'existence. Je fus transfiguré, chamboulé par la découverte d'un groupe majeur. Car MPE, digne représentant de la vague death mélo, laisse exsangues, à bout de souffle et très loin derrière les suiveurs de tous poils.

Laissant ses confrères patauger dans la fange d'un death parfois bas de plafond qui se repaît de clichés, MPE navigue au-dessus de ces contingences stylistiques aussi abominables qu'horripilantes... Souvenez-vous ainsi de 'Into Illusion', hissant immédiatement et irrémédiablement Ville Viljanen au rang de meilleur chanteur de la scène, que dis-je du monde... ni plus ni moins.

Beauté sombre quand tu nous tiens... lorsque résonnent les premières notes de "Embers of A Dying World", c'est comme le lever d'une aube sonore mordorée qui illumine le ciel de milliers feux irisés, puis inonde nos sens de mesures épileptiques, les submerge de sonorités précises qui font monter un léger un frisson de contentement le long de notre échine décharnée.

Beauté glaciale quand tu nous tiens... lorsque résonne à nouveau la voix magnifique, rageuse, virulente, soyeuse et impeccable de Ville, lorsque rugissent les guitares grasses et implacables.

Beauté décharnée quand tu nous tiens, dans cette entame narrative cinématographique ('Genesis') portée par des chœurs grandiloquents et des trépidations de cordes pleines d'emphase. Cet instant classique, héroïque, glorieux, au charme touchant nous convie délicatement au déluge de plomb de 'Reclaim The Sun'.  Cette première pépite confirme déjà que MPE est un habile érecteur de climats poisseux, qui sait manier les vocaux mélodiques, les phrasés imbriqués qui se répondent en de multiples variations grumeleuses. Bien entendu la guitare est domptée par un maestro qui délivre des riffs techniques et rapides dignes de Arch Enemy, des giclées solitaires certes courtes, mais toujours bluffantes. Ainsi la formation ne s'attarde jamais sur les démonstrations ego-centrées, comme si l'essentiel était le rendu de l'ensemble.

'Masquerade' enrobée dans une bonne dose de claviers symphoniques, débute par une petite introduction en legato,  puis se change en ode furieuse ou la double pédale règne en maître. Alors, portés par une rage sourde, nous voguons sur des montagnes russes, puis sommes cueillis par les doigts habiles qui habillent le passage solitaire d'ombre et de lumière.

Ce pèlerinage au pays des morts nous conduit à la pépite 'Death is The Beginning', où le combo réédite l'exploit de 'Into Illusion' : marier la chaleur soyeuse et les rugissements bestiaux, apaiser le tempo, et alors libérer une giclée d'émotion poignante. Habillé de tristesse profonde (cette étape nous conte une perte irrémédiable), le combo est très à son aise : les cris de Ville emplissent l'espace, font naître une larme de tristesse suscitée par une thématique poignante.

Dorénavant, chamboulé par une expérience sensorielle presque mystique, il est difficile d'imaginer meilleur point d'orgue pour cette nouvelle production : conclusion au piano et aux cordes dont la beauté nous ferait tomber à la renverse...

Tout en évoluant, la formation est restée une des plus grandes du death mélodique sans jamais abandonner son penchant terreux et animal. Mors Principium Est démontre avec cette nouvelle galette qu'il est un des plus grands groupes parmi les plus grands, un pachyderme qui sait conjuguer la violence, la tendresse, la mélancolie, la colère et la la lourdeur ; une entité qui sait bâtir des émotions, portée certes par des individualités musicales fortes, mais dont la fusion engendre un tout unique vraiment à part.

"Embers of a Dying World" est d'ores et déjà un des meilleurs albums de 2017 et signe le retour tant attendu de Mors Principium Est ! Jetez-vous sur cette rondelle indispensable, bouleversante, tranchante, percutante, technique, à la beauté glaciale qui subjugue l'âme et les sens.


Plus d'informations sur http://www.morsprincipiumest.com/
Soyez le premier à donner votre avis...
productionuser_idproduction_comment_id
GRAGOL le 04/02/2017 16:18:22
Je suis d'accord mais je relève une erreur : ce n'est pas Ville qui chante les couplets sur Into Illuision, c'est Jori Haukio, l'ancien lead guitare de MPE, parti en 2007, et également premier chanteur du groupe avant l'arrivée de Ville. Il n'en reste pas moins qu'Embers of a dying world mérite toutes les louanges que vous lui faites.
12675389
EN RELATION AVEC MORS PRINCIPIUM EST
DERNIERE ACTUALITE
MORS PRINCIPIUM EST: Embers Of A Dying World
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant MORS PRINCIPIUM EST
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Embers Of A Dying World (2017)
"Embers of a Dying World" est d'ores et déjà un des meilleurs albums de 2017, qui signe le grand retour de la formation. C'est une œuvre indispensable, tranchante, tentaculaire, percutante, technique, dont la beauté glaciale subjugue l'âme.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MORS PRINCIPIUM EST
ALBUMS CONSEILLES
  • DARK-TRANQUILLITY_Fiction DARK TRANQUILLITY
    Fiction (2007)
    CENTURY MEDIA - DEATH METAL

    4
  • SCAR-SYMMETRY_Symmetric-In-Design SCAR SYMMETRY
    Symmetric In Design (2005)
    METAL BLADE - METAL PROGRESSIF

    4
  • SCAR-SYMMETRY_Dark-Matter-Dimensions SCAR SYMMETRY
    Dark Matter Dimensions (2009)
    NUCLEAR BLAST - DEATH METAL

    3
  • ARCH-ENEMY_Burning-Bridges ARCH ENEMY
    Burning Bridges (1999)
    CENTURY MEDIA - METAL MELODIQUE

    4
  • OMNIUM-GATHERUM_Stuck-Here-on-Snakes-Way OMNIUM GATHERUM
    Stuck Here on Snakes Way (2007)
    CANDLELIGHT - DEATH METAL

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 5/5 (2 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT MORS PRINCIPIUM EST
 
MORS-PRINCIPIUM-EST_Embers-of-a-Dying-World Embers Of A Dying World (2017)
AFM - DEATH METAL

5
MORS-PRINCIPIUM-EST_Liberation-Termination Liberation = Termination (2007)
LISTENABLE - DEATH METAL

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017