MW / Accueil / Chroniques / TRANSSYLVANIA PHOENIX: Cantafabule

TRANSSYLVANIA PHOENIX: CANTAFABULE (1975)


ALBUM - AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF - ADRIANSTORK - 06.01.2017
"Double album légendaire d'un groupe que le régime roumain a dissimulé à l'Europe des années 70."

5/5
GROUPES PROCHES :
URIAH HEEP, PINK FLOYD, JETHRO TULL, HALF PAST FOUR

TRACKS :

01. Invocatie, 02. Norocul Inorogului, 03. Scara Scarabeului, 04. Delfinul, Dulce Dulful Nostru, 05. Uciderea Balaurului, 06. Stima Casei, 07. Pasarea Calandrinon, 08. Filip Si Cerbul, 09. Vasiliscul Si Aspida, 10. Sirena, 11. Pasarea Rock And Roll, 12. Cintic-Lu A Cucuveaua-Lliei, 13. Zoomahia, 14. Pasarea Phoenix

FORMATION :
Günther Reininger (), Iosif Kappl (Chant / Basse / Violon), Mircea Baniciu (Chant / Guitares), Nicolae Covaci (Chant / Guitares / Flûte), Ovidiu Lipan ()

TAGs :
70's, Avant-gardiste, Chaotique, Dépaysant, Folk, Instrumental, Intimiste, Lourde, Mélancolique, Oppressant, Planant, Romantique, Sombre, Technique, Guitar-Hero, Opera Rock, Chant grave, Choeurs
Dans les années 70, les groupes anglais, italiens, français et allemands s'enivraient à la fontaine du rock progressif. Dans l'ombre, surveillés par la Securitate de Nicolae Ceaușescu, deux groupes roumains se tiraient la bourre : ​Sfinx de Bucarest ​et ​Phoenix, originaire de Timișoara (ce groupe sera curieusement rebaptisé ​Transsylvania Phoenix). Le pouvoir répressif interdisait toute influence musicale extérieure émanant de l'Ouest, au profit de la culture folklorique roumaine. Au lieu de brider le groupe, cet obstacle lui a donné des ailes pour composer son troisième album, ''Cantafabule'', sur les cendres d´un opéra rock dont le livret avait été volontairement égaré par les censeurs. À noter qu'une erreur d'écriture au moment de l'impression de la pochette a longtemps fait croire que le titre était 'Cantofabule'.

Le concept de ce double album repose sur l'évocation d'un bestiaire réel ou imaginaire s'achevant par l'arrivée étincelante du phénix, symbole de l'éternel recommencement (l'ultime morceau reprend d'ailleurs le thème de la première piste). Pour cette plongée dans ce qui prend une apparence mystérieuse ou ésotérique, ​Phoenix jouit de deux musiciens hors-pair. Nicolae Covaci, membre fondateur du groupe et guitariste soliste maîtrise tout aussi bien l'acoustique que l'électricité. Ce disciple de Raiden lance de foudroyants soli de guitare nous faisant amèrement regretter que ce musicien ait été oublié par l'histoire du rock. La voix du Phoenix en la personne de Mircea Baniciu possède une tessiture remarquable. Capable d'user d'une voix rocailleuse, possédant un charme d'outre-tombe, elle sait se faire ensorcelante, et l'auditeur ignorant les rudiments de la langue roumaine ne se trouvera pas tout à fait en territoire inconnu, cette langue possédant des ressemblances vocales avec les subtilités sonores du français et les accents ensoleillés de l'italien.

"Cantafabule" s'articule autour d'un folk traditionnel avec ses instruments acoustiques (la flûte sur 'Vasiliscul Si Apida' ou 'Norocul Inoragului', la guitare sur 'Stima Casei' et autres percussions) et d'un rock progressif plus fougueux, où même les ballades menacent de s´enflammer ('Sirena', 'Scara Scarabeului' avec la basse ronde de Iossif Kappl). Pink Floyd (à l´écoute de 'Zoomahia', ​Phoenix ​serait tombé sur un exemplaire de "Dark Side of the Moon'"et plus particulièrement de 'On The Run') et Uriah Heep ('Uciderea Balaurului') semblent d´évidentes influences, mais le groupe a suffisamment d'originalité pour ne rien devoir à personne. Le vertigineux 'Invocatio' est hanté par la voix menaçante de Mircea Baniciu et la guitare tourbillonnante. Si Phoenix s'octroie de légères pauses, l'ascension reprend, imperturbable. 'Pasarea Calandrinon' qui débute par un piano jazz prend des chemins escarpés, guidé par la voix harmonieuse et la guitare. 'Pasarea Roc...k And Roll´ suit des chemins de traverse expérimentaux avec son introduction avant de retrouver le chemin d'un hard rock musclé.

''Cantafabule'', s'il avait été anglais, serait notre album de chevet. Au lieu de cela, l'infortuné ​Phoenix a été victime de son époque.​​ Après avoir été officiellement interdit de concert, Nicolae Covaci a décidé, au péril de sa vie, de fuir avec certains des membres du groupe en Allemagne de l'Est, emportant dans sa poche un chef-d'œuvre ultime.
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC TRANSSYLVANIA PHOENIX
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Cantafabule (1975)
Double album légendaire d'un groupe que le régime roumain a dissimulé à l'Europe des années 70.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant TRANSSYLVANIA PHOENIX
ALBUMS CONSEILLES
  • URIAH-HEEP_Equator URIAH HEEP
    Equator (1985)
    COLUMBIA - HARD ROCK MELODIQUE

    4
  • JETHRO-TULL_Stormwatch JETHRO TULL
    Stormwatch (1979)
    CHRYSALIS - ROCK

    3
  • JETHRO-TULL_A JETHRO TULL
    A (1980)
    CHRYSALIS - ROCK

    4
  • PINK-FLOYD_The-Endless-River PINK FLOYD
    The Endless River (2014)
    WARNER - ROCK PROGRESSIF

    5
  • URIAH-HEEP_High-And-Mighty URIAH HEEP
    High And Mighty (1976)
    WARNER - HARD ROCK MELODIQUE

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 5/5 (1 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT TRANSSYLVANIA PHOENIX
 
TRANSSYLVANIA-PHOENIX_Cantafabule Cantafabule (1975)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

5
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017