MW / Accueil / Chroniques / THE RASMUS: Dark Matters

THE RASMUS: DARK MATTERS (2017)


ALBUM - AUTRE LABEL - ROCK ALTERNATIF - LOLOCELTIC - 13.11.2017
"Cinq ans après, la formation finlandaise creuse le sillon entamé sur son précédent album éponyme pour un résultat à l'équilibre aussi délicat qu'improbable."

4/5
GROUPES PROCHES :
U2, SHAMRAIN, APOCALYPTICA, ISSA

TRACKS :

01. Paradise - 4:13, 02. Something In The Dark - 3:31, 03. Wonderman - 3:24, 04. Nothing - 3:42, 05. Empire - 3:32, 06. Crystalline - 3:14, 07. Black Days - 3:36, 08. Silver Night - 3:37, 09. Delirium - 3:23, 10. Dragons Into Dreams - 3:33

FORMATION :
Aki Hakala (Batterie), Eero Heinonen (Basse), Lauri Ylönen (Chant), Pauli Rantasalmi (Guitares)

TAGs :
Accessible / FM, Electro, Indépendant, Mélancolique, Sombre
En 21 ans d'existence, les Finlandais de The Rasmus sont devenus un groupe à l'identité protéiforme bien qu'aisément identifiable. Du funk des premiers albums d'un groupe à peine sorti du lycée aux touches électroniques apparaissant sur le dernier album éponyme de 2012, en passant par le rock du début des années 2000, le quatuor a souvent désarçonné son public mais sans jamais le trahir. Mené par la voix presque enfantine de Lauri Ylönen, les natifs d'Helsinki ont toujours su garder une sonorité typiquement nordique, à la fois aérienne et mélancolique. Après un break de 5 ans imposé par le lancement de la carrière solo du vocaliste, les leaders de la scène rock finlandaise sont de retour avec leur neuvième opus studio enregistré avec le collectif suédois The Family (Iggy Azalea, Fifth Harmony...).

Etant donné l'historique de cette équipe de production et la voie électro empruntée par Lauri Ylönen sur son premier album solo ("New World" - 2011), il n'est pas étonnant de voir ce "Dark Matter" suivre une démarche déjà déflorée sur "The Rasmus" en 2012. Si les singles 'Paradise' et 'Wonderman' ont relativement épargné les intégristes, il y a de fortes chances de les voir devenir cramoisis de colère à l'écoute des dansants 'Something In The Dark', 'Crystalline' ou 'Delirium'. C'est même la crise d'apoplexie qui les guette lorsque les sonorités électro d'un 'Nothing' ou d'un 'Black Days' vont prendre d'assaut leurs pavillons auditifs rigidifiés par leurs certitudes sur ce que doit être l'identité d'un groupe dit de rock. La quasi disparition de la guitare sur plusieurs titres, les atmosphères parfois dignes des dance-floors et la voix toujours aussi limpide de Lauri Ylönen sont autant d'éléments qui ne supporteront pas la vindicte des tyrans ayant édicté des doctrines dont il est hors de question de s'éloigner sous peine de condamnation sans appel.

Heureusement, comme l'immense majorité de leurs compatriotes et des habitants des voisins scandinaves, les membres de The Rasmus n'ont cure de ces minorités despotiques et possèdent une ouverture d'esprit qui leur permet de marier une multitude de styles et d'expérimentations à une base qui reste malgré tout une forme de pop-rock alternative gouleyante. Chaque titre est à nouveau pourvu de refrains imparables et de mélodies envoûtantes. D'un 'Paradise' glacial et obsédant avec sa basse martelée à la ballade rêveuse et aérienne d'un 'Dragons Into Dreams' sincère et maîtrisé, les ambiances sont variées mais gardent la cohérence d'une nuit dans les rues de la perle de la Baltique (surnom d'Helsinki). Les quatre compères réussissent à marier la mélancolie et l'enthousiasme ('Something In The Dark'), l'obscurité de nombreuses paroles et des beats hypnotisants ('Nothing', 'Empire'), ou des guitares cinglantes et des refrains mélodiques ('Wonderman') dans un équilibre aussi délicat qu'improbable.

Sans oublier de citer le diptyque 'Black Days' / 'Silver Nights' jouant sur le clair-obscur et le reflet en négatif de l'un vers l'autre, la conclusion des nombreuses écoutes de cet opus se veut sans hésitation enthousiaste. Comme à son habitude, The Rasmus refuse de se scléroser et réussit avec classe à intégrer une bonne dose d'électro dans son rock sans pour autant le dénaturer. La démarche était osée mais elle atteint son but en apportant la touche d'une légèreté dansante à une mélancolie incontournable. Un album à conseiller à ceux qui n'ont pas peur de s'aventurer sur des terrains artistiques aux contours fait de souplesse, d'imagination et de fraîcheur.


Plus d'informations sur http://www.therasmus.com/
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC THE RASMUS
DERNIERE ACTUALITE
THE RASMUS : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant THE RASMUS
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Dark Matters (2017)
Cinq ans après, la formation finlandaise creuse le sillon entamé sur son précédent album éponyme pour un résultat à l'équilibre aussi délicat qu'improbable.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant THE RASMUS
ALBUMS CONSEILLES
  • U2_The-Unforgettable-Fire U2
    The Unforgettable Fire (1984)
    ISLAND - ROCK

    3
  • SHAMRAIN_Deeper-Into-The-Night SHAMRAIN
    Deeper Into The Night (2006)
    AUTOPRODUCTION - POP

    3
  • APOCALYPTICA_Shadowmaker APOCALYPTICA
    Shadowmaker (2015)
    ELEVEN SEVEN - METAL MELODIQUE

    4
  • U2_No-Line-On-The-Horizon U2
    No Line On The Horizon (2009)
    MERCURY - ROCK

    5
  • ISSA_Can-t-Stop ISSA
    Can't Stop (2012)
    FRONTIERS - A.O.R.

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 4/5 (1 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT THE RASMUS
 
THE-RASMUS_Dark-Matters Dark Matters (2017)
AUTRE LABEL - ROCK ALTERNATIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017