MW / Accueil / Chroniques / PBII: Rocket

PBII: ROCKET (2017)


ALBUM - AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF - CORTO1809 - 04.09.2017
""Rocket ! The Dreams of Wubble Ockels" s’avère sans surprise mais délivre un rock progressif symphonique fort agréable."

3/5
GROUPES PROCHES :
YES, MARILLION, GENESIS, ARENA, PALLAS, SILHOUETTE

TRACKS :

01. Rocket (Pt.1) (05:23), 02. Gravity (04:47), 03. On My Own Again (05:42), 04. Mother (04:43), 05. Life In The Cloud (05:29), 06. Rocket (Pt.2) (04:58), 07. Trapped (03:54), 08. Pure Destruction (04:06), 09. Nothing Is Real (05:42), 10. Happy Energy (04:49), 11. Blue Marble (07:33), 12. Rocket (Pt.3) (05:26)

FORMATION :
Alex Van Elswijk (Basse), Michel Van Wassem (Claviers / Choeurs), Nathalie Mees (Chant), Ronald Brautigam (Guitares), Ruud Slakhorst (Chant), Tom van der Meulen (Batterie), Diana Byazarti (Invité / Violon), Ignas Te Wiel (Invité / Percussions), Ketevan Roinishvili (Invité / Violoncelle), Laura Rafecas (Invité / Alto), Lieke Daniels (Invité / Violon), Marco C De Bruin (Invité / Arrangements), Nad Sylvan (Invité / Chant (7))

TAGs :
Symphonique, Concept-album
Groupe nous venant des Pays-Bas, PBII semble s’être fait une spécialité des opéras rock. Après "Plastic Soup" et la pollution des océans (2010), puis "1000 Wishes" et les enfants atteints du cancer (2013), voilà "Rocket ! The Dreams of Wubble Ockels" sur l’urgence à "sauver la Terre" selon le vœu exprimé dans son dernier souffle par celui qui fut le premier astronaute hollandais.

Pour ce nouveau concept, PBII reprend majoritairement les éléments qui avaient contribué au succès de "1000 Wishes" : des mélodies généralement accrocheuses, ni trop simples, ni trop compliquées, les titres se déclinant sous forme de chansons fredonnables agrémentées de digressions instrumentales pour le côté progressif, un fort caractère orchestral renforcé notamment par la présence d’un quatuor à cordes et de nombreuses interventions solos.

Les influences seventies notées dans les chroniques des deux albums précédents sont toujours présentes et l’on assiste parfois à un croisement entre Genesis (les trois déclinaisons de ‘Rocket’, l’introduction de ‘Nothing Is Real’) et Yes, la ressemblance avec ce dernier étant renforcée par le timbre de Ruud Slakhorst très proche de celui de Jon Anderson. A ce titre, ‘Mother’ renvoie l’auditeur aux tout premiers albums de Yes, excellente madeleine de Proust pour les nostalgiques d’une époque révolue, alors que l’introduction chantée de ‘Rocket (Pt. 3)’ évoque irrésistiblement ‘Owner of A Lonely Heart’.

Si cette filiation peut en gêner certains, elle est néanmoins suffisamment bien digérée pour qu’il s’agisse plus d’effluves nostalgiques que d’une quelconque copie de bas niveau, PBII possédant sa propre personnalité, et ne constitue en rien un défaut. Si faiblesses il faut chercher, celles-ci se trouvent plus dans des orchestrations légèrement trop sirupeuses (‘On My Own Again’, ‘Nothing is Real’), des mouvements un poil trop grandiloquents (le final de ‘Rocket (Pt. 3)’), des sonorités de claviers un peu kitsch (‘Life in the Cloud’, ‘Blue Marble’).

Des reproches mineurs largement compensés par un songwriting de bon niveau, la majeure partie des titres procurant un plaisir d’écoute fort agréable, et quelques idées originales qui viennent relancer l’intérêt de l’auditeur, comme celle d’avoir invité Nad Sylvan à chanter sur ‘Trapped’, un titre délicat et féerique très rétro-progressif nous ramenant aux débuts de l’archange Gabriel, ou de mélanger chant hippie et musique psychédélique avec des percussions hawaïennes et un violon tzigane sur ‘Happy Energy’. Mais la meilleure idée est d’avoir intégré dans le groupe Nathalie Mees (faisant de courtes apparitions sur "1000 Wishes") dont la voix de soprano enchante l’album de ses superbes vocalises.

Si "1000 Wishes" était déjà un bon disque, "Rocket ! The Dreams of Wubble Ockels" lui est supérieur, gommant ce qu’il y avait d’un peu pompeux sur l’album précédent et y gagnant en dynamisme. Sans inventer rien de bien neuf, PBII nous régale ainsi de mélodies très agréables.


Plus d'informations sur http://www.pb2.nl/
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC PBII
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Rocket (2017)
"Rocket ! The Dreams of Wubble Ockels" s’avère sans surprise mais délivre un rock progressif symphonique fort agréable.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PBII
ALBUMS CONSEILLES
  • YES_Close-To-The-Edge YES
    Close To The Edge (1972)
    ATLANTIC - ROCK PROGRESSIF

    5
  • SILHOUETTE_Moods SILHOUETTE
    Moods (2009)
    PROGRESS RECORDS - ROCK PROGRESSIF

    4
  • MARILLION_Anoraknophobia MARILLION
    Anoraknophobia (2001)
    AUTOPRODUCTION - ROCK

    5
  • GENESIS_Three-Sides-Live GENESIS
    Three Sides Live (1982)
    VIRGIN - ROCK PROGRESSIF

    3
  • YES_Keys-To-Ascension YES
    Keys To Ascension (1996)
    AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3/5 (1 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PBII
 
PBII_Rocket Rocket (2017)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

3
PBII_1000-Wishes 1000 Wishes (2013)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

3
PBII_1000-Wishes-Live 1000 Wishes Live (2013)
FREIA - ROCK PROGRESSIF

2
PBII_Plastic-Soup Plastic Soup (2010)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017