MW / Accueil / Chroniques / DEAD CAN DANCE: Dionysus
GROUPE/AUTEUR:

DEAD CAN DANCE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
DIONYSUS
ANNEE PARUTION:
2018
LABEL:
PIAS
GENRE:
AUTRES
"Avec "Dionysus", Dead Can Dance réussi son premier album concept aussi profond que spirituel. Une ode à l'humanisme et à l'écologie."
CALGEPO - 02.11.2018 -
Sortir un disque qui évoque le dieu grec Dionysos avec comme pochette la photo d'un masque mexicain, seul Dead Can Dance pouvait le faire. Pour expliquer ce concept, il faut resituer le personnage grec dans son contexte. Dionysos est le dieu de la démesure, de la folie, de la vigne et du vin. Il s'agit aussi du dieu "né deux fois" (ce qui explique son nom). Selon une version du mythe, le fils de Zeus et de Perséphone aurait été tué et découpé en morceaux par les Titans, Athéna aurait récupéré le cœur pour le donner à Zeus qui en féconda ensuite Sémélé, une mortelle qui le mettra au monde au Pakistan. Faut-il voir en Dionysos un précurseur de Jésus et de la religion chrétienne, la question peut être posée...  Tout comme celle sur le lien entre cet être divin et le masque mexicain. Ce masque est tressé et porté par les Indiens Huichol qui utilisent une drogue (Peyotl) lors de cérémonies dans un but de guérison et d'ouverture d'esprit. 

Car, contrairement à ses congénères, Dionysos apparaît comme un dieu à part et tolérant auquel on voue encore des cultes parmi les plus populaires lors des moissons et vendanges notamment. Fasciné par ces cultes païens et par ses différentes lectures sur le sujet, Brendan Perry a décidé de sortir Dead Can Dance de son sommeil, six ans après "Anasatis", pour mettre en scène, c'est peu dire, le parcours de Dionysos de son enfance à la descente aux enfers dans un rôle de guide des âmes perdues. L'album dans sa structure se décompose en deux actes découpés en plusieurs scènes illustrant les différentes étapes de la vie de Dionysos. Il s'impose comme oratorio, sorte d'opéra spirituel représentant une allégorie sur des mystères religieux dont la musique est enrichie de tout ce qu'il y a de plus fin et recherché.

Passé ce propos liminaire, l'auditeur, à l'écoute de ce nouvel album, sera happé dans un voyage d'une richesse absolue. Le travail effectué par Brendan, auquel Lisa se joint avec sa voix incroyable à la fois fragile comme du cristal et très affirmée, est absolument phénoménal en terme de structure, de densité et de variété. Ici le rapport à la nature et à l'humanisme prend tout son sens. Il faut dire que le projet Noland sorti l'année dernière a dû laisser quelques traces dans l'esprit créatif de l'artiste.

Le premier acte est composé de trois parties. 'Sea Borne' en ouverture évoque l'arrivée de Dionysos en Grèce, lui qui deviendra le dieu protecteur de ceux qui n'appartiennent pas à la société conventionnelle. La musique indienne et moyen-orientale sont prégnantes, évoquant les origines de celui qui en somme constitue l'un des premiers migrants. Les mouvements sont répétés et hypnotiques, presque enivrants ('Liberator Of Minds'). La nature tient une part importante dans ces loops musicales. Brendan y introduit des samples d'enregistrements de bruits de la nuit dans une forêt, de cours d'eau, de pluie battante, affirmant par cette démarche que la musique est partout autour de nous. Par la suite, les percussions envahissent l'espace comme pour accentuer les hallucinations qui font perdre la tête et qui symbolisent le fait de se libérer des contraintes. Elles sonnent presque révolutionnaires et guerrières. Les femmes jouent un rôle important dans le dernier mouvement de cet acte ('Dance Of The Bacchantes') où Lisa se fait invocatrice et rentre littéralement en transe vocale, illustrant de la sorte les prémices d'une libération féminine avant l'heure.

L'acte deux débute de manière plus inquiétante, les instruments à vent viennent se greffer à des nappes de claviers très graves. 'The Mountain' évoque l'enfance de Dionysos dans les montagnes pakistanaises. La musique est une nouvelle fois dense avec les instruments à cordes et le sitar qui viennent donner plus de relief au propos dans lequel se mêlent la voix détachée remplie de sagesse de Brendan et celle vaporeuse et lointaine de Lisa. La chanteuse est une nouvelle fois au premier plan dans 'The Invocation'. Son travail avec Le Mystère des Voix Bulgares lui aura certainement permis d'ajouter une nouvelle corde à son arc déjà bien fourni vocalement. Les percussions sont envoûtantes surtout rehaussées de violons dépaysants et orientaux. 'The Forest' va plus loin dans cet abandon de soi et élève l'âme avec une sorte de raga, typique de la musique traditionnelle indienne, dans lequel l'auditeur pourra définitivement se perdre.

Constituant le premier véritable concept-album de Dead Can Dance, "Dionysus" montre le savoir-faire du groupe dans la création d'une musique à la fois spirituelle, profonde, riche, intelligente et accessible. Au travers du mythe de Dionysos, Dead Can Dance réalise une ode à l'humanisme et à l'écologie, libre de toute convention d'une densité rare dans l'industrie musicale actuelle. Soyez ouverts.

Plus d'information sur http://www.deadcandance.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
WOODKID, AUTUMN'S GREY SOLACE

LISTE DES PISTES:
01. Act I: Sea Borne / Liberator Of Minds / Dance Of The Bacchantes
02. Act Ii: The Mountain / The Invocation / The Forest / Psychopomp


FORMATION:
Brendan Perry: Chant / Guitares / Percussions, Daf, Fujara
Lisa Gerrard: Chant


TAGS:
Dépaysant, Expérimental, Planant
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

TONYB - 14/11/2018 09:53:39
Dead Can Dance est vraiment un groupe trop rare, et ce "Dionysus" vient combler une nouvelle absence de 6 années.
Mais quel régal ! Un voyage intemporel rempli de musiques venues de partout et d'ailleurs. Moyen-âge ('The mountain'), Marrakech ('Dance of the Bacchantes') et autres destinations se mélangent sur fonds de percussions aussi pregnantes que sur l'album "The Serpent's Egg". La production est une nouvelle fois parfaite.
Un seul reproche : 36 minutes de musique seulement ... on en aurait aimé le double !
999 23014
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC DEAD CAN DANCE
DERNIERE ACTUALITE
DEAD CAN DANCE: Nouvel album et tournée
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DEAD CAN DANCE
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves n'a pas hésité à braver le Mont Olympe pour aller à la rencontre de Dead Can Dance à l'occasion de la sortie de "Dionysus".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DEAD CAN DANCE
 
NOTES
 
4.7/5 (3 avis)
5/5 (1 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DEAD CAN DANCE
 
DEAD-CAN-DANCE_Dionysus Dionysus (2018)
PIAS / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Anastasis Anastasis (2012)
PIAS / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Spiritchaser Spiritchaser (1996)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Into-The-Labyrinth Into The Labyrinth (1993)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Aion Aion (1990)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_The-Serpent-s-Egg The Serpent's Egg (1988)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Within-The-Realm-Of-A-Dying-Su Within The Realm Of A Dying Sun (1987)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Spleen-And-Ideal Spleen And Ideal (1985)
4AD / AUTRES
DEAD-CAN-DANCE_Dead-Can-Dance Dead Can Dance (1984)
4AD / AUTRES
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019