MW / Accueil / Chroniques / KING CHILD: Leech
Le 12.02.2019 par NUNO777
GROUPE/AUTEUR:

KING CHILD

(FRANCE)

TITRE:
LEECH
ANNEE PARUTION:
2019
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POP / ROCK
"King Child confirme tout le bien que nous pensions de son premier album "Meredith" et peaufine la profondeur de sa pop classieuse irrésistible."
Le duo franco-belge King Child nous avait enthousiasmés avec son premier album "Meredith" sorti fin 2017. Profitant de l’écho généré par ce premier essai réussi, le groupe, qui s’est consolidé avec l’arrivée d’un nouveau musicien, revient un peu plus d’un an après avec un nouvel album intitulé "Leech".

Avant d’entrer dans le contenu à proprement parler il faut signaler que la pochette du disque possède une fois de plus une vraie qualité esthétique et qu’elle est en quelque sorte le complémentaire de la pochette de "Meredith" en termes de couleurs, et cela en accord justement avec un contenu musical globalement plus sombre de "Leech" par rapport à "Meredith". Tout est une question de nuances en réalité car si King Child conserve les fondements de son écriture, avec toujours un fin équilibre entre le synthétique des claviers et des effets modernes et l’organique des instruments classiques et vintage, il fait cette fois-ci pencher sa poésie mélancolique vers plus de pesanteur.

Dans "Meredith" King Child impressionnait par sa capacité à écrire une musique aux grandes vertus de sensualité. Les compositions de "Leech" s’adressent encore plus directement aux sens avec des assemblages harmoniques à la densité supplémentaire (le saxophone du lancinant ‘Carnival’, le foisonnement d’effets sonores de ‘Maxillary Dysfunction’) et des développements plus énigmatiques dans lesquels la tension est très palpable (‘Leech’,‘Carnival’ et ‘Big Brother’). En symbiose avec la musique et pour amplifier la force de certains passages, le chant de Quentin Hoogaert a gagné en relief en ajoutant à sa palette déjà étendue la percussion (‘The Man In The House’) et le souffle ensorceleur (‘Carnival’ et ‘Big Brother’).

Encore une fois le charme opère. En une petite trentaine de minutes King Child démontre un sens de la composition qui s’est affirmé dans l’expression de la perspective et de l’émotion. Toutes ces dimensions existaient déjà dans "Meredith" mais elles étaient mises en retrait par son pouvoir d’attraction pop et son approche immédiate. Dans "Leech" elles atteignent une intensité supérieure.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/kingchildofficial/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
RADIOHEAD

LISTE DES PISTES:
01. One Last Ride (03:38)
02. Leech (05:08)
03. The Man In The House (03:22)
04. Clair De Lune (04:27)
05. Carnival (04:37)
06. Maxillary Dysfunction (04:13)
07. Big Brother (06:50)


FORMATION:
David Kostman: Basse
Jean Prat: Claviers / Batterie
Philip Bolten: Guitares / Claviers
Quentin Hoogaert: Chant


TAGS:
Accessible / FM, Electro, Intimiste, Mélancolique, Romantique, Sombre
 
EN RELATION AVEC KING CHILD
 
DERNIERE CHRONIQUE
Leech (2019)
King Child confirme tout le bien que nous pensions de son premier album "Meredith" et peaufine la profondeur de sa pop classieuse irrésistible.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant KING CHILD
 
NOTES
 
4/5 (1 avis)
- /5 (0 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT KING CHILD
 
KING-CHILD_Leech Leech (2019)
AUTRE LABEL - POP/ ROCK

KING-CHILD_Meredith Meredith (2017)
AUTOPRODUCTION - POP

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion

© Music Waves | 2003 - 2019