MW / Accueil / Chroniques / PAIN OF SALVATION: Scarsick

PAIN OF SALVATION: SCARSICK (2007)


ALBUM - INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF - STRUCK - 25.01.2007
""

5/5
GROUPES PROCHES :
DREAM THEATER, SYLVAN, FAITH NO MORE, HAKEN, WASTEFALL, DARK SUNS, ASYLUM PYRE, ASPERA, HOURGLASS, MINDFLOW

TRACKS :

01. Scarsick, 02. Spitfall, 03. Cribcaged, 04. America, 05. Disco Queen, 06. Kingdom Of Loss, 07. Mrs Modern Mother Mary, 08. Idiocracy, 09. Flame To The Moth, 10. Enter Rain

FORMATION :
Daniel Gildenlöw (Chant / Guitares / Basse), Fredrik Hermansson (Claviers), Johan Hallgren (Guitares), Johan Langell (Batterie)

TAGs :
Happy / Délirant, Fusion
Le Père Noël est un brin en retard cette année mais on ne peut que le pardonner quand on voit ce qu’il nous a rapporté… En effet, même si la période est plus propice aux Rois qu’à Noël, ce n’est pas totalement illogique que ce soit à cette époque de l’année que les souverains du prog nous fassent offrande de leur nouvel opus !

Que nous réservent ces derniers, après un « Be » particulièrement désarçonnant voire déstabilisant pour la frange de fans « durs » ?
Ce 6e album studio ouvre sur le titre éponyme, petite bombe heavy qui met les choses au clair d’emblée : les suédois n’ont pas oublié leur premier amour et nous prouvent qu’ils sont bel et bien un groupe de métal avant tout ! Et c’est à croire que les suédois avaient fort à se faire pardonner car « Spitfall » qui suit - même s’il est moins direct - est encore un bijou de prog métal…
Tout y est, tout y passe sur des riffs saccadés hypnotiques qui se superposent à d’autres strates mélodiques que l’on croirait infinies et sur lesquels le phrasé rageur inimitable de Daniel Gildenlöw se pose alternant avec des harmonies vocales poignantes d’une beauté rare et des montées en puissance qui terminent en apothéose avec des soli vertigineux en arrière plan…
Après avoir rassuré une partie de leur auditoire et remis les pendules à l’heure avec les métalleux, Pain of Salvation calme les ardeurs (sans jeu de mots) en nous proposant un « Cribcaged » débutant par des babillements… Si ce dernier titre marque moins les esprits que ses prédécesseurs, il met en exergue la chaleur de la voix de Gildenlöw (comme si il le fallait vraiment) qui nous rappelle qu’il est papa depuis mai dernier !

Trois titres, trois bijoux dans la pure tradition de ce que savent faire de mieux les suédois… Et pour enfoncer le clou et démontrer à la face du monde qu’ils ne sont pas prêt de perdre leur statut de leader du style qu’ils ont créé, les suédois en rajoutent une couche en prenant à contre-pied l’auditeur qui s’attendait à une suite dans la pure veine Pain of Salvation… Point de cela avec les deux titres qui se profilent…
Au contraire, ce sont deux surprises de taille qui nous attendent avec « America » et son refrain qui peut rappeler « West Side Story » mais au contenu nettement moins flatteur pour le pays concerné que celui de la comédie musicale et « Disco Queen » aux beats et au refrain discos comme le titre l’indique… le tout sur des trames agressives typiques de Pain of Salvation !
Mais que les fans se rassurent, ces derniers ne font pas de concurrence sur les plates-bandes d’un ACT ou autres Mechanical Poets… Non, non la bande à Gildenlöw élargit son champs de compétence fort agréablement et un premier bilan fait ressortir un opus moins marqué par le sceau de la mélancolie du moins dans cette première partie…

Car dans la deuxième, tous les ingrédients qui ont fait le succès des suédois sont repris… comme en atteste la fabuleuse ouverture « Kingdom of Loss », petit bijou de noirceur dans la grande tradition des titres mythiques de Pain of Salvation ! Ce sentiment est d’autant plus renforcé par le contenu de ce titre que son intitulé d’ailleurs qui sont autant de références pouvant laissées supposer aux fans que ce « Scarsick » est la suite déguisée du vénéré « The Perfect Element, part I »…
Brièvement, par la suite, on soulignera les refrains respectivement entraînants et entêtants mais toujours hypnotiques de « Mrs Modern Mother Mary » et du final « Enter Rain », les breaks monumentaux d’« Idiocraty » pouvant rappeler ceux de « Black Hills » et résumant à eux-seuls de façon la plus extrême la démarche des suédois, à savoir alterner phrasés torturés d’une noirceur dérangeante sur des riffs primaires et nerveux et des refrains envoûtants d’une puissance émotionnelle extraordinaire…
Enfin, est-il possible que l’expérience avec le groupe de black metal Axamenta ait donné des idées à Gildenlöw ? Selon lui, il n’en est rien… Il n’empêche que la musique de Pain of Salvation est plus métal que jamais comme peuvent le prouver les hurlements façon Bjorn Speed Trip (Soilwork) en arrière plan sur « Flame to Moth »…

Mais arrêtons-là l’énumération détaillée inutile : en effet, si la richesse de leur musique n’est plus à démontrer, « Scarsick » marque un nouveau tournant dans la discographie de Pain of Salvation tant au niveau des hommes avec le départ de Kristoffer Gildenlöw et son remplacement par … Daniel Gildenlöw (consolidant encore son statut de maître spirituel de ce fabuleux groupe)… que de la musique avec un retour à une musique plus directe, plus facilement assimilable de prime abord et moins caractérisée par des ambiances expérimentales voire des introspections métaphysiques poussées à l’extrême au point que la musique s’en ressente…

Au final, il ressort que chaque titre pris dans son individualité comporte son lot de subtilités qui se découvrent à chaque écoute et qui fait de lui un véritable joyau….
En conclusion, l’année 2007 pointe à peine le bout de son nez que nous voici déjà confrontés à un évènement majeur : une nouvelle offrande de Pain of Salvation qui a déjà sa place aux panthéons des albums prog métal au même titre que ses prédécesseurs ! Ni plus, ni moins…


Plus d'informations sur http://www.painofsalvation.com/enter.htm
YESBEARD - 27.10.2008
Scarsick est l'album le plus sombre de la discographie de Pain of Salvation.
La voix, le phrasé et la rythmique de Daniel Gildenlöw sont absolument sensationnels pour un groupe de metal.
Impossible de ne pas trouver son bonheur dans cet album qui passe du metal au disco avec une grande subtilité.
Reste à patienter pour découvrir leur prochain album, car ils sont en studio en ce moment !

PROGPOWER - 29.06.2008
Tout comme EL_Bia, je suis un fan incontesté de Pain of Salvation, et moi aussi j'ai été assez déçu par cet album qui je trouve également être un OVNI de la discographie de ce groupe énorme.
Les morceaux sont beaucoup moins accrocheurs que sur les autres albums, beaucoup moins travaillés, trop répétitifs, ainsi que le chant, et les deux morceaux que sont America et Disco Queen qui cassent carrément l'ambiance de l'album, il aurait mieux fallu les mettre en Bonus Tracks .
Même si cet album s'avère être The Perfect Element Part.2, la comparaison avec TPE.Pt1 s'arrête là !
En espérant que ce groupe nous sorte un VRAI Pain of Salvation, avec des mélodies ultra accrocheuses et émotionellement intenses, comme ils savent si bien le faire !

EL_BIA - 07.07.2007
Je suis fan de POS, mais cet album est pour moi un véritable ovni dans leur discographie ! A tel point que lors de sa sortie, j'ai cru que c'était une sorte de "vide-tiroir" dont le but était de faire patienter les fans en attendant la suite de l'admirable "Be"...

Non, Scarsick ne m'a pas du tout séduit : la platitude des compositions, leur répétitivité (exemple dans le titre éponyme où on répète la même chose tout du long, ce qui est sans intérêt et d'une lourdeur !), et le chant de Gildenlow qui n'est presque fait que de parties "Rap" sont vraiment décevants!! A la limite ça passe sur Spitfall, mais quand on a le même type de chant pendant tout l'album, ça devient insuportable ! Gildenlow ne nous fait même pas part de parties de chant claires et vivifiantes comme il en avait l'habitude !
Seule Disco Queen arrive à être assez originale et drôle à la fois pour susciter une dose d'intérêt...

Mais Scarsick n'est décidément pas ma tasse de thé, et j'espère que POS nous pondera un véritable GROS album très prochainement pour se faire pardonner !

SYMPHONIC ROCKER - 28.03.2007
Autant prévenir, POS est un des groupes que j'apprécie le plus et j'aime énormément tous leurs albums, celui-ci ne dérogeant pas à la règle.
Je remarque que Daniel maîtrise bien la guitare basse !
Cet album est plus heavy que le précédent BE, un peu à la manière de "The Perfect Element pt 1", mais je n'irai pas plus loin pour la comparaison. Selon moi, seuls 2 ou 3 morceaux se rapprochent de "The Perfect Element pt 1" comme "Kingdom Of Loss" (à noter le morceau "King Of Loss" sur l'album "The Perfect Element pt 1"), seuls ces quelques morceaux font le "the perfect element part 2" évoqués par certains et un passage écrit dans la pochette de l'album semble-t'il, je n'ai pas vérifié.
Le reste étant différent je trouve. "Scarsick", "Spitfall" et leurs côtés metal prog fusion un peu rappé comme POS c'est si bien le faire, me rapellent plus "Deus Nova" ou "Lilium Cruentus" sur BE. "Cribcaged" et "Idiocracy" quant à eux, me rappellent plus l'album "remedy lane" ...
Mais tout ça sans certitudes en fait !!! Ce sont des impressions. En bref j'ai l'impression que Scarsick n'est pas vraiment un "The Perfect Element part 2", mais un condensé de ce qui a été fait auparavant avec des compositions nouvelles bien sûr, ce qui pourrait expliquer mon sentiment "d'irrégularité", de constraste dans cet album (ce n'est pas un reproche), c'est peut-être l'habitude des concept album ...
C'est aussi un album taillé pour la scène !
"Disco Queen" et "America" sont des morceaux pourvus d'humour, mais je trouve qu'ils cassent un peu l'ambiance générale de l'album et créent un constraste très marqué, pour ne pas dire une cassure, sans doute est-ce fait exprès ?
Excellent album, mais pas celui que je préfère. Ma note 8/10
(J'aurais mis peut-être 8.5/10 si "Disco Queen" et "America" avaient été des bonus tracks)



RICK - 25.01.2007
Un début d'année réjouissant avec l'arrivée de ce "Scarsick"! Moi qui ne suis pas un grand fan de Métal progressif, je dois bien avouer que ce Pain of Salvation m'a totalement convaincu. On y trouve à la fois, la brutalité du métal avec le titre éponyme, la légereté du piano sur un extraordinaire "Cribcaged" et la quintessence du rock progressif sur l'extraordinaire "Kingdom of Loss", ce dernier titre ressemblant étrangement à du Marillion sous Fish.

Cet album a tout pour vous séduire, à ne manquer sous AUCUN prétexte !



EN RELATION AVEC PAIN OF SALVATION
DERNIERE ACTUALITE
PAIN OF SALVATION ET GHOST MEME COMBAT ?
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PAIN OF SALVATION
 
DERNIER ARTICLE
L'un des plus important groupe de la scène metal prog' faisait son retour en France, sous les yeux conquis de l'envoyé spécial de votre site favori !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PAIN OF SALVATION
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
In The Passing Light Of Day (2017)
Pain Of Salvation est de retour avec un album touché par la grâce. "In The Passing Light Of Day" est un chef-d’œuvre.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PAIN OF SALVATION
ALBUMS CONSEILLES
  • DREAM-THEATER_When-Dream-And-Day-Unite DREAM THEATER
    When Dream And Day Unite (1989)
    MCA - METAL PROGRESSIF

    3
  • HOURGLASS_Oblivious-To-The-Obvious HOURGLASS
    Oblivious To The Obvious (2009)
    AUTOPRODUCTION - METAL PROGRESSIF

    4
  • DREAM-THEATER_Awake DREAM THEATER
    Awake (1994)
    EASTWEST - METAL PROGRESSIF

    3
  • SYMPHONY_Mind-Reflections SYMPHONY
    Mind Reflections (2008)
    INSANITY - METAL PROGRESSIF

    3
  • RENAISSANCE-OF-FOOLS_Fear-Hope--Frustration RENAISSANCE OF FOOLS
    Fear Hope & Frustration (2011)
    AUTRE LABEL - METAL PROGRESSIF

    4
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3.9/5 (14 avis)
LECTEURS : 4.2/5 (6 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PAIN OF SALVATION
 
PAIN-OF-SALVATION_In-The-Passing-Light-Of-Day In The Passing Light Of Day (2017)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_Falling-Home Falling Home (2014)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Road-Salt-Two Road Salt Two (2011)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Road-Salt-Ivory Road Salt: Ivory (2010)
INSIDEOUT - ROCK ATMOSPHERIQUE

3
PAIN-OF-SALVATION_Ending-Themes--On-The-Two-D Ending Themes - On The Two Deaths Of Pain Of Salvation (2009)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Linoleum Linoleum (2009)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

2
PAIN-OF-SALVATION_Scarsick Scarsick (2007)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_Be--Original-Stage-Producti Be - Original Stage Production (2005)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

3
PAIN-OF-SALVATION_125 12:5 (2004)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Be Be (2004)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Remedy-Lane Remedy Lane (2002)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_The-Perfect-Element-Part-I The Perfect Element Part I (2000)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_One-Hour-By-The-Concrete-La One Hour By The Concrete Lake (1998)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Entropia Entropia (1997)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018