MW / Accueil / Chroniques / PINK FLOYD: The Wall

PINK FLOYD: THE WALL (1979)


ALBUM - EMI - ROCK PROGRESSIF - VANDERGRAAF - 29.08.2003
"Un chef d'oeuvre incontournable pour tout amateur de rock."

5/5
GROUPES PROCHES :
PORCUPINE TREE, BARCLAY JAMES HARVEST, CAMEL, RPWL, PHIDEAUX, ALAN PARSONS, MOSTLY AUTUMN, NOSOUND, T, SATELLITE

TRACKS :

01. In The Flesh - 03:17, 02. The Thin Ice - 02:28, 03. Another Bricks In The Wall (part 1) - 03:41, 04. The Happiest Days Of Our Lives - 01:20, 05. Another Bricks In The Wall (part 2) - 03:56, 06. Mother - 05:32, 07. Goodbye Blue Sky - 02:48, 08. Empty Spaces - 05:36, 09. Young Lust - 02:03, 10. One Of My Turns - 01:33, 11. Don't Leave Me Now - 04:22, 12. Another Bricks In The Wall (part 3) - 01:17, 13. Goodbye Cruel World - 01:05, 14. Hey You - 04:39, 15. Is There Anybody Out There - 02:40, 16. Nobody Home - 03:25, 17. Vera - 01:38, 18. Bring The Boys Back Home - 00:50, 19. Comfortably Numb - 06:49, 20. The Show Must Go On - 01:36, 21. In The Flesh - 01:36, 22. Run Like Hell - 04:22, 23. Waiting For The Worms - 03:56, 24. Stop - 00:34, 25. The Trial - 05:16, 26. Outside The Wall - 01:42

FORMATION :
David Gilmour (Guitares), Nick Mason (Batterie), Richard Wright (Claviers), Roger Waters (Chant / Basse)

TAGs :
Concept-album
Après "Tommy" de The Who et "The lamb lies down on Broadway" de Genesis, "The Wall" est le troisième d'une trilogie qui a remué les seventies. Sortis à cinq ans d'intervalles, cumulant des points communs dans leurs scénarios, et transcendant chacun un délire personnel d'un membre du groupe, ces trois double-albums sont incontournables.

"The Wall" fut adulé, puis décrié par ceux qui y voyaient une oeuvre pompeuse et égoïste. Schéma simpliste et opportuniste. "The Wall" fut écrit en 1979, année où le floyd symbolise à lui seul la crise du prog' : dissolution du groupe et perte d'inspiration. Des quatre floyds, Waters est à la fois le dernier espoir (il est le seul à composer encore) et la pire des menaces : la mégalomanie le guette.

L'album aurait pu ne jamais sortir sous le nom du groupe. Mais cette année-là, les floyds apprennent que leur fortune a été perdue par leur chargé d'affaires. Waters offre la solution valable en proposant de sortir un disque. Il vient d'écrire deux scénarios, et ses trois collègues choisissent "The Wall" (l'autre deviendra le premier album solo de Waters : "The pros and cons of hitch-hiking"). La tâche est impressionnante et passionnante. Gilmour accepte de s'y investir, et il n'y a guère que Wright, en froid avec Waters pour avancer à reculons dans les studios.

L'histoire est celle de Pink, jeune chanteur qui symbolise en fait Waters lui-même. Sa carrière avance et le star-system le dévore et détruit son mental : mariage raté, fans psychopathes. A cela s'ajoute l'enfance triste de Waters : un père mort au combat avant sa naissance, une mère abusive, et un système scolaire tyrannique. Tout crée une sorte de mur entre Pink/Waters et le reste du monde, et il rêve de voir ce mur s'effondrer.

Bien qu'il intègre quelques éléments extérieurs (des allusions au destin tragique de Syd Barrett, une critique des dictatures et de la violence des médias...), l'aspect autobiographique est évident, mais il ne dessert en rien l'album. Bien au contraire, Waters a vraiment mis tout son coeur et toute son âme dans ce disque qui n'a rien volé de son succès. Toute cette histoire dingue tient musicalement en place, les chansons s'enchaînent avec fluidité. On y croise du poétique ("Nobody Home"), du hard ("In the Flesh", titanesque ouverture), du planant typiquement floydien ("Comfortably Numb", l'un des meilleurs morceaux de toute l'histoire du groupe, et qui fut composé par Gilmour)...Le disque finit par "the Trial", un baroque édifice musical aux accents de glamour symphonique. Ce morceaux extraordinaire doit beaucoup au chef d'orchestre Michael Kamen, un génie contemporain qui fit de l'or de tout ce qu'il a touché.

"The Wall" n'est en rien le monument d'orgueil que d'insignifiants plumitifs (dont le nom commence par E et finit par Deline) ont voulu faire. Si Waters est incontestablement le capitaine qui a sabordé le navire Pink Floyd, il signe ici un chef d'oeuvre incontournable pour tout amateur de rock.


Plus d'informations sur http://www.pinkfloyd.co.uk/pages/main.html
ABADDON - 31.12.2013
Grand concept-album, oui ... encore que le scénario de The Wall, très torturé, ne soit pas toujours facilement lisible. Grand album des Floyd, c’est plus douteux : le scénario et la très grande majorité de la musique sont l’œuvre exclusive de Waters, qui a quasiment imposé sa vision aux autres. Nous sommes donc très loin des grands morceaux planants qui ont fait la célébrité du groupe, et même très loin des formats plus conventionnels de “Dark Side of the Moon”. Saluons donc l’engagement de Roger Waters dans ce concept, pour le reste, il est permis de considérer cet album comme musicalement bien en-dessous des autres du Floyd, les titres signés Gilmour (et ‘Hey You’, pour être tout à fait honnêtes) sont les meilleurs.

DARKPOET - 30.01.2013
On aime ou on déteste cet album. Deux clans "s'affrontent" dans une guerre intestine...

Pour, "the Wall" et "Animals" ou pour, "Dark side..." ou "Meddle". La critique de cet opus a toujours provoqué des avis enflammés. On lui reproche d'être l'exutoire de Waters ; une démarche cathartique...

Perso, je le trouve parfait de bout en bout ; la production, pour l'époque est majestueuse et Gilmour se place au pinacle avec son jeu précis et chaleureux. Une guitare qui fera bien des émules un peu plus tard avec le neo-prog de qui vous savez.

Une œuvre intemporelle et forte; A écouter d'une traite.



REALMEAN - 14.10.2010
Un monument du rock, un symbole de l'album concept, une jonction parfaite de la musique avec les méandres les plus tortueux, les plus sombres, les plus dérangeants des profondeurs abyssales de l'esprit. "The Wall" n'est pas un album "ayant une âme", il est une âme. Indicible, et incontournable.

CORTO1809 - 13.03.2010
Esprit de contradiction. C'est certainement le terme qui me caractérise le mieux à propos de PINK FLOYD.
A l'époque où ce groupe n'avait pas encore connu la reconnaissance du grand public avec MONEY, je me faisais auprès de mes amis l'ardent défenseur de leur musique raffinée, intelligente, inventive, dans une indifférence quasi générale. Et là où la critique est unanime pour reconnaître dans THE WALL un monument du rock, … je cale.
J'ai beau m'être repassé des dizaines de fois ce CD, je n'y retrouve rien de ce qui m'a fait aimer PINK FLOYD. Où sont passées les superbes envolées lyriques, les longues digressions musicales ?
On est en face d'un album verbeux où la place laissée à la musique est réduite à peau de chagrin. Pour comble de malheur, la voix oscille entre chuintements à peine audibles, miaulements geignards et emphase théâtrale. Ce qui aurait très bien pu fonctionner sur deux ou trois titres devient insupportable sur la longueur.
Que sortir du naufrage ? Quelques titres surnagent : le très médiatisé Another Brick In The Wall (part 2), l'excellent Hey You et le plus conventionnel Comfortably Numb.
Non, décidément, ce disque n'arrive pas à la cheville de ses prédécesseurs, ni de ses successeurs, n'en déplaise aux détracteurs de The Division Bell.

RICK - 13.01.2006
Voilà un des seuls albums où je trouve qu'il n'y a strictement rien à jeter. Cet album-concept est le symbole de l'époque "Pink Floyd", l'aboutissement de 10 années durant lesquels les Floyds ont construit, brique par brique, ce chef d'oeuvre du Rock.

KEITH_WAKEMAN - 06.10.2005
Je me souviens l'instant magique où j'ai posé pour la première fois mon vinyle fraîchement gravé sur la platine tourne disque de ma chambre de teenager. "The Wall" venait juste de sortir, et enflammait bon nombre de lycéens. Même si Waters est le père incontesté de ce chef d'oeuvre, il n'arrivera jamais à renouveler la chose tout au long de sa carrière solo. Preuve que "Pink Floyd" n'était pas un homme à l'ego démesuré ( ... j'ai regardé le Live 8, et j'en rigole encore ... ), mais bien un groupe. Superbe musique, production exemplaire, indispensable !!!

TARJY - 15.08.2005
Pas le moindre avis sur ce disque véritablement culte ? Curieux, je répare donc de suite cette injustice flagrante en accordant sans pointiller un 9 bien mérité pour cette oeuvre absolument géniale ! Certes, il ne s'agit plus vraiment de rock progressif mais peu importe, la qualité ne souffre d'aucune critique. Merveilleusement écrit (faut lire les textes) et magistralement mis plus tard en images, ce The Wall tient une place non négligeable dans le panthéon musical ! Que l'on partage ou pas la vision de Waters, on ne peut nier l'extrème intensité émotionnelle qui transpire de cette oeuvre. Que dire de titres tels Comfortably Numb (et ces solos de guitares déchirants), Hey You (quelle petite merveille), Goodbye Blue Sky (si touchant), Mother, Another Brick In The Wall Part 2 (un classique mais je m'en lasse pas), Empty Spaces (à la fois sombre et entrainante), The Trial (quel final), ou bien encore Run Like Hell, In The Flesh et bien d'autres... Ce The Wall est à prendre tel qu'il est, à savoir un somptueux opéra rock ! En aucun cas, il ne doit être considéré comme une oeuvre progressive... Et même si ce n'est pas le Pink Floyd de référence pour moi musicalement, je n'hésite pas une seule seconde à le déclarer indispensable à toute cdthèque qui se respecte !! Petit conseil, l'idéal pour mieux comprendre l'histoire étant de voir le film...

EN RELATION AVEC PINK FLOYD
DERNIERE ACTUALITE
PINK FLOYD: 'Louder Than Words' en écoute
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PINK FLOYD
 
DERNIER ARTICLE
Compte-rendu du concert de Roger Waters le 14/07/2006 à Magny-Cours (par Pitig38)... Mais qui détient l'âme de Pink Floyd ?

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PINK FLOYD
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
The Endless River (2014)
Véritable hommage à Rick Wright trop tôt disparu ou bien opération bassement mercantile utilisant les derniers fonds de tiroir du groupe ? S'il s'impose comme le testament de Pink Floyd, The Endless River est aussi et surtout un grand album.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PINK FLOYD
ALBUMS CONSEILLES
  • MOSTLY-AUTUMN_For-All-We-Shared MOSTLY AUTUMN
    For All We Shared (1998)
    CYCLOPS - ROCK PROGRESSIF

    4
  • CAMEL_Moonmadness CAMEL
    Moonmadness (1976)
    DECCA - ROCK PROGRESSIF

    4
  • PRON-FLAVURDIK_Opus-3-The-Motown-Years PRON FLAVURDIK
    Opus 3 : The Motown Years (2008)
    AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

    3
  • SUNCHILD_As-Fas-As-The-Eye-Can-See SUNCHILD
    As Fas As The Eye Can See (2011)
    WHITE KNIGHT - ROCK PROGRESSIF

    3
  • FREEGH_001 FREEGH
    001 (2011)
    AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
RATING
STAFF : 4.4/5 (24 avis)
LECTEURS : 4.5/5 (14 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PINK FLOYD
 
PINK-FLOYD_The-Endless-River The Endless River (2014)
WARNER - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_The-Division-Bell The Division Bell (1994)
EMI - ROCK PROGRESSIF

2
PINK-FLOYD_A-Momentary-Lapse-Of-Reason A Momentary Lapse Of Reason (1987)
EMI - ROCK PROGRESSIF

2
PINK-FLOYD_The-Final-Cut The Final Cut (1982)
EMI - ROCK PROGRESSIF

1
PINK-FLOYD_The-Wall The Wall (1979)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_Animals Animals (1977)
EMI - ROCK PROGRESSIF

3
PINK-FLOYD_Wish-You-Were-Here Wish You Were Here (1975)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_The-Dark-Side-Of-The-Moon The Dark Side Of The Moon (1973)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_Obscured-By-Clouds Obscured By Clouds (1972)
EMI - ROCK PROGRESSIF

3
PINK-FLOYD_Meddle Meddle (1971)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
PINK-FLOYD_Atom-Heart-Mother Atom Heart Mother (1970)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_Ummagumma Ummagumma (1969)
EMI - ROCK PROGRESSIF

5
PINK-FLOYD_Soundtrack-From-The-Film-More Soundtrack From The Film More (1969)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
PINK-FLOYD_A-Saucerful-Of-Secrets A Saucerful Of Secrets (1968)
EMI - ROCK PROGRESSIF

4
PINK-FLOYD_The-Piper-At-The-Gates-Of-Dawn The Piper At The Gates Of Dawn (1967)
COLUMBIA - ROCK

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017