MW / Accueil / Chroniques / PHIDEAUX: Doomsday Afternoon
Le 24.09.2007 par MEGADAVE
GROUPE/AUTEUR:

PHIDEAUX

(ETATS UNIS)

TITRE:
DOOMSDAY AFTERNOON
ANNEE PARUTION:
2007
LABEL:
BLOODFISH
GENRE:
ROCK PROGRESSIF
""
Du nom de son maître à penser multi-instrumentiste, Phideaux Xavier, le groupe Phideaux est bel est bien un groupe avec pas moins de dix personnes en son sein. Bien que multi-instrumentiste, il faut donc savoir déléguer, et Phideaux ne s’en prive pas… D’autant plus que l’album crédite un grand nombre d’autres musiciens, parmi lesquels des instrumentistes de l’orchestre philharmonique de Los Angeles (une quinzaine de musiciens visiblement).

Avec un rythme de production très soutenu (quatre albums en deux ans), cet après-midi de jugement dernier est le sixième album du groupe et se trouve être le second volet d’une trilogie débutée avec The Great Leap sur le thème de l’écologie.

Ne connaissant pas le catalogue de Phideaux mais ayant tout de même lu quelques critiques très positives le concernant, mon écoute de cet album a été abordée avec l’espoir de découvrir une qualité musicale promise par les échos entendus ci et là… Bonne nouvelle : cet espoir se matérialisera rapidement en bonheur…

En effet, l’auditeur remarquera dès la première écoute, les superbes ambiances aux couleurs très majoritairement mineures, les arrangements très soignés, les instrumentations très riches mises en valeur par une très bonne production… Ce sont essentiellement les instruments classiques à cordes, à vent et les claviers vintages qui sont à l’honneur sur plusieurs plages. C’est un vrai petit orchestre qui est ici dirigé par la main de Phideaux Xavier. Par ailleurs, les chants masculins et féminins alternent et se complètent avec une expressivité qui vous prend aux tripes.

L’une des principales références qui transpire ici est Ayreon : diversité des ambiances folkloriques, classiques, progressives, atmosphères Floydiennes, alternance des chants et souci acéré des lignes mélodiques subtiles et sublimes. Celles-ci s’ancrent durablement dans l’esprit. Malgré la multiplicité des chanteurs on sent tout de même une forte homogénéité mélodique qui rend l’œuvre vraiment très cohérente (cela s’écoute d’ailleurs d’un trait car la plupart des titres sont enchaînés).

L’album commence et termine par des morceaux de plus de dix minutes chacun. La structure du track listing a visiblement été réfléchie par Phideaux : en effet, le titre d’ouverture et celui de fermeture sont des anagrammes "Micro Softdeathstar" pour le premier et "Microdeath Softstar" pour le dernier. On trouvera également "The Doctrine Of Eternal Ice" qui se divise en deux parties ainsi que le morceau "Crumble" qui fait l’objet de deux versions.

Faisons le tour du propriétaire ! "Micro Sofdeathstar" commence de manière très mélancolique avec des vocaux dénudés sur quelques accords de piano. Avec l’appui d’un chant très expressif, doublé de vocaux féminins de toute beauté, les instruments classiques transcendent les mélodies des différentes parties avec un souci du détail transparaissant tout au long de cette pièce sur laquelle on peut découvrir une nouvelle note à chaque écoute.

La première partie de "The Doctrine Of Eternal Ice" est un instrumental très folklo et joyeux qui alterne cependant les ambiances et les arrangements. La transition se fait en douceur vers un "Candybrain" qui mélange guitare folk et flûte avant que le chant ne se laisse porter par des lignes d’orgue sur fond de chœurs et de chants féminins. L’instrumental "Crumble" aborde ensuite un thème de piano très mélancolique, lequel est décliné et enrichi de manière hypnotique par l’apport de différents instruments et nappes vocales.

La deuxième partie de "The Doctrine Of Eternal Ice" reprend quelques thèmes de la première partie en faisant la part belle aux chœurs, aux orgues et synthés sur des passages plus psychés. "Thank You For The Evil" lorgne longuement sur des ambiances Floydiennes avant de passer la main à un très symphonique "A Wasteland Of Memories". S’enchaîne alors une seconde version de "Crumble" ouvrant sur une tonalité légèrement différente rehaussant la beauté du chant cristallin de Valérie Gracious : de toute beauté malgré une trop courte durée.

"Formaldehyde" revient à des phrasés plus Ayreoniens et l’on est encore pris aux tripes par les vocaux féminins de la première partie alors que le final du morceau s’oriente vers des contrées plus rock. L’album se termine alors trop rapidement avec un "Microdeath Softstar" assez progressif mélangeant quelques thèmes antérieurs à des instrumentations plus électriques. Heureusement, la touche 'Repeat All' peut être utilisée à souhait !

Vous l’aurez compris, cet album est un réel coup de cœur. Un chef d’œuvre de rock/folk progressif qui séduira tous les adeptes et plaira également à un public plus large…

Plus d'information sur http://www.bloodfish.com


GROUPES PROCHES:
ALICE COOPER, NO MAN, T, VULGAR UNICORN, JEREMY, DELUSION SQUARED, SUNCHILD, CHRIS, JOHN WESLEY, ELF PROJECT

LISTE DES PISTES:
01. Micro Softdeathstar - 11:17
02. The Doctrine Of Eternal Ice (part One) - 3:01
03. Candybrain - 4:06
04. Crumble - 2:55
05. The Doctrine Of Eternal Ice (part Two) - 8:08
06. Thank You For The Evil - 9:18
07. A Wasteland Of Memories - 2:22
08. Crumble - 2:55
09. Formaldehyde - 8:17
10. Microdeath Softstar - 14:40


FORMATION:
Ariel Farber: Chant / violon
Gabriel Moffat: Guitares
Johnny Unicorn: Chant / Claviers
Linda Ruttan Moldawsky: Chant
Mark Sherkus: Claviers
Mathew Kennedy: Basse
Molly Ruttan: Chant / percussions
Phideaux Xavier: Chant / Guitares / Claviers
Rich Hutchins: Batterie
Valerie Gracious: Chant / Claviers


TAGS:
Choeurs, Chant féminin, Concept-album, 70's, Acoustique, Intimiste, Mélancolique, Symphonique
 productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id
 

PETE_T le 28/07/2009 22:29:52
Ce Phideaux Xavier est ensorcelant. Possédant l'ensemble de ses albums (je me les suis procurer d'un coup, hop les six), je me suis attelé à me les ecouter dans le sens chronologique. Bien m'en a pris...Ce Doomsday Afternoon est tout simplement une tuerie.
Le mix est d'une clarté hallucinante, quand la qualité sonore est présente, c'est d'autant plus facile d'accéder au contenu. UNE CLAQUE. J'adore ce prog là...
Number seven arrive, je n'attend qu'une chose : que cela monte encore d'un cran...le pourra t-il ? De toute façon à ce niveau là les marches ne sont plus énormes à franchir pour atteindre la perfection..
2003 6523
 

LOLO_THE_BEST le 01/12/2007 17:54:27
Un album tout simplement excellent. Une grande variété de styles qui ne dessert pas pour autant une certaine ligne directrice. De bonnes idées à chaque morceau, un côté symphonique qui se fait rare de nos jours. Phideaux nous avait habitué à un mélange de bon et de moins bon, ici, on a vraiment droit à une très bonne surprise.
188 4068
 

BENOÎT le 08/11/2007 09:49:24
Les références sont tellement nombreuses (Camel, Genesis, Pink Floyd, Yes, Jethro Tull, Kansas, même PFM ...) qu'il n'y a plus lieu de parler ici de musique influencée. Si l'album se situe clairement dans une continuité des grands opus des glorieuses années du progressif, il reste terriblement de son époque. Bref je ne me lasse pas de ce bijou que j'écoute quasiment tous les jours au moins une fois depuis plus d'un mois que je l'ai reçu. Bref, je n'ai qu'un conseil, si comme pour moi vos oreilles ont été alimentées à jet continu par les sus-cités : FONCEZ !
112 3981
 

ABADDON le 22/10/2007 09:17:58
Voici donc le dernier album de Phideaux, présenté comme son Magnum opus ; avec “Doomsday Afternoon”, Phideaux marche résolument sur les traces du Camel de “Harbour of Tears” ou de “Leftoverture” du Kansas de la grande époque. Avec de telles références, l’ambition est écidemment bien plus élevée que pour ses précédentes parutions, et le résultat est, disons-le, excellent.

D’où vient alors cette impression que l’émotion n’est que rarement au rendez-vous ? La faute peut-être à une utilisation un peu trop appuyée des effets, et notamment une orchestration (symphonique) parfois envahissante, et un peu datée. En simplifiant les moyens, Phideaux aurait probablement gagné sur le registre émotionnel, et réussi à sortir un grand album. Mais ne boudons pas notre plaisir, “Doomsday Afternoon” mérite d’être salué comme un effort plus que méritoire d’amener les auditeurs d’AOR sophistiqué vers le prog symphonique : chapeau !
629 3918
 
EN RELATION AVEC PHIDEAUX
DERNIERE ACTUALITE
DES NOUVELLES DU NOUVEL ALBUM DE PHIDEAUX
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PHIDEAUX
 
DERNIERE CHRONIQUE
Infernal (2018)
Troisième volet d'une trilogie entamée il y a 11 ans, "Infernal" s'inscrit dans la continuité des précédentes productions de Phideaux.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PHIDEAUX
 
NOTES
 
4.5/5 (15 avis)
4.6/5 (14 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PHIDEAUX
 
PHIDEAUX_INFERNAL Infernal (2018)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_Snowtorch Snowtorch (2011)
BLOODFISH - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_Number-Seven Number Seven (2009)
BLOODFISH - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_Doomsday-Afternoon Doomsday Afternoon (2007)
BLOODFISH - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_313 313 (2006)
BLOODFISH - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_The-Great-Leap The Great Leap (2006)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_Chupacabras Chupacabras (2005)
BLOODFISH - ROCK PROGRESSIF

PHIDEAUX_Fiendish Fiendish (2004)
BLOODFISH - ROCK

PHIDEAUX_Ghost-Story Ghost Story (2004)
AUTOPRODUCTION - ROCK

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion

© Music Waves | 2003 - 2019