MW / Accueil / Chroniques / IRON MAIDEN: Brave New World
Le 11.02.2008 par NOISE
GROUPE/AUTEUR:

IRON MAIDEN

(ROYAUME UNI)

TITRE:
BRAVE NEW WORLD
ANNEE PARUTION:
2000
LABEL:
EMI
GENRE:
HEAVY METAL
""
La tournée "Virtual XI" s’est achevée en Argentine dans une ambiance très lourde, Blaze Bayley, malgré des efforts incontestables, n’a toujours pas réellement convaincu, l’album ne s’est guère vendu hors d’Europe et sur scène il alterne le bon et le moins bon.
Au sein du groupe, il ne fait d’ailleurs plus guère l’unanimité, la pression qu’entraîne un groupe comme Iron Maiden exige un mental à toute épreuve, et celui-ci n’avait pas les épaules assez solides, le temps du changement est donc arrivé.
Car de son côté Bruce Dickinson ne voit pas la vie en rose, ces albums solos, même si ils sont excellents, ne se vendent pas et le chanteur se voit cantonné à des petites salles voire à des premières parties, celle de Lynyrd Skynyrd par exemple. C’est le manager historique du groupe, Rod Smalwood, qui va mettre en œuvre la tant attendue réunion. Celle-ci est annoncée en février 1999, soit deux mois à peine après le dernier concert avec Blaze, cette annonce met fin a de très nombreuses rumeurs, il faut bien dire que c’était devenu un secret de polichinelle, et d’ailleurs la seule solution pour remettre Iron Maiden à sa vraie place dans le heavy métal.
Et outre le retour de Bruce au bercail, Adrian Smith est lui aussi de retour, la surprise est un peu plus grande pour ce retour là, Smith avait quitté le groupe depuis 10 ans et il ne semblait pas volontaire pour revenir, ce retour est semble-t-il une idée de Dickinson, et vu que Janick Gers reste, de justesse visiblement et grâce au soutien du même Dickinson, Iron Maiden compte donc en son sein 3 guitaristes.
Si cette reformation a fait beaucoup d’enthousiastes, elle laisse aussi des sceptiques, l’argent paraît être la motivation principale au premier abord et Blaze comptait de nombreux supporters, ceux-ci voient en cette reformation une trahison et une compromission du groupe aux sirènes du business.
De plus, la tournée Ed Huntour, intercalée entre les séances de studios, donne vraiment l’impression que le groupe cherche à capitaliser au maximum sur cette reformation.
Mais les doutes vont être balayés en très peu de temps, la tournée en premier lieu est un succès et le groupe semble heureux d’être ensemble. Ce qui rassure aussi vient du fait qu’un producteur extérieur est engagé, Kevin Shirley (Aerosmith, Silverchair), car il faut reconnaître que les productions des albums précédents étaient très faibles.

L’album sort le 30 mai 2000 et met fin à une attente insupportable, attente entrecoupée par une promo très efficace, articles à foison, pré écoutes de tous les côtés.
Et le suspens prend fin, Iron Maiden retrouve toute son énergie et nous sort un album digne des grandes productions des années 80. Point de vue compositions, on remarquera que chacun met la main à la patte, Mac Brain excepté comme toujours jusqu’alors, et cela est très bénéfique, le talent de Dickinson et de Smith conjugué à ceux de Harris, bien sur, mais aussi de Janick Gers, grand vainqueur de l’album, et de Murray ne pouvait que donner du très bon.
L’album commence avec un morceau typique de début d’album, "The Wicker Man" s’inscrit dans la droite lignée d’un "Aces High" ou d’un "Man On The Edge", celui-ci s’inspire du film du même nom, avec Christopher Lee (1973), c’est un titre rapide, avec un superbe solo de Adrian Smith, très efficace, le titre est idéal pour ouvrir l’album.
"Ghost Of The Navigator" est le 1er temps fort de l’album, il rappelle un peu les ambiances de "Seventh Son Of A Seventh Son", il débute par une intro acoustique avant de s’énerver quelque peu, on pense à Infinite dreams par instant, le morceau évoque une épopée maritime, la partie instrumentale retranscrit à merveille les paroles, un morceau quasiment progressif.
"Brave New World", le morceau titre est plus classique, très maidenien si on peut dire, c’est un titre taillé pour la scène avec refrain facile à reprendre à la "Fear Of The Dark", il s’inspire du roman de Aldous Huxley, le meilleur des mondes, 1932, mais son côté classique n’enlève rien à la qualité du titre, il a tout d’un futur classique.
"Blood Brothers" est l’un des deux ou trois chefs d’oeuvres de l’album, Steve Harris prouve encore une fois l’étendu de son talent de compositeur, le titre mi tempo, évoque la relation père fils et aussi est une vue sur l’état du monde actuel, la musique retranscrit parfaitement la gravité des paroles et les influences celtiques très présentes renforcent le côté nostalgique du titre, le refrain est tout aussi splendide, encore un must pour le live.
Entre deux titres mémorables, on trouve "The Mercenary", assez rapide, il redonne du rythme à l’album, il sert plus de récréation qu’autre chose, c’est un titre comme maiden en a écrit des masses, ni excellent, ni mauvais, il se laisse écouter mais n’a pas la qualité de la plupart des titres de l’album.
Le niveau remonte d’un cran avec "Dream Of Mirrors", 2ème chef d’œuvre de ce "Brave New World", le titre, le titre est écrit en partie par Janick Gers, celui-ci fait ainsi taire les critiques à son égard, sur cet album, la plupart des ses compositions sont remarquables. Le titre, qui parle des rêves prémonitoires, commence à la guitare acoustique sur la voix de Dickinson, ce passage est absolument magnifique, le morceau, assez long mais jamais répétitif, s’endiable ensuite, il faut noter la performance de Nicko McBrain sur tout le morceau, et le titre possède l’un des meilleurs refrains qu’ai écrit Harris.
"The Fallen Angel" est plus légère, une sorte de nouvelle récréation avant le pavé qui s’annonce, mais elle est plus réussie que "The Mercenary" grâce à un chant bien puissant et à un bon refrain, malgré tout il reste en deçà de la qualité générale de l’album.
"The Nomad" arrive ensuite, 3ème chef d’œuvre de l’album même si elle n’a jamais connu les honneurs de la scène. Le morceau parle des tribus guerrières du désert et évoque Lawrence d’Arabie, c’est un très long titre à ambiance qui peut rappeler "To Tame A Land", les ambiances développés légèrement arabisantes et la voix de Dickinson adaptée à l’ambiance sur le refrain en font un très grand morceau, il faut aussi noter le rôle important des claviers tout au long de l’album et sur ce titre notamment.
Les deux derniers titres sont passés un peu plus inaperçus au départ, mais ils valent la peine de s’y attarder, "Out Of The Silent Planet" n’a qu’un défaut, elle est un poil trop longue, sinon c’est un très bon mi tempo qui trouve une bonne accélération en son milieu, elle a tout du bon single, elle sortira d’ailleurs sous un format plus court comme 2ème single de l’album, un titre à redécouvrir.
"The Thin Line Between Love And Hate" clôt de fort belle manière, c’est un morceau assez différent au niveau du chant, plus hard rock dans les intonations, musicalement assez heavy avec une fin tout en douceur, elle traite d’un thème récurent chez Steve Harris, les relations entre bien et mal.

Au final, on a un très bon album de Iron Maiden, tout à fait digne de la grande époque et doté d’un son en béton, Maiden mélange le meilleur de ses différentes époques, en l’écoutant bien on retrouve un peu de chaque album. Le groupe prouve donc qu’il faut bel et bien compter avec lui en ce début des années 2000. Une excellente tournée suivra, avec quelques moments mémorables, Bercy bien sur et le show du Rock in Rio devant 250.000 brésiliens déchaînés, la chose sortira d’ailleurs en DVD.
La pochette en plus retrouve un peu de l’aura d’antan, avec une partie dessinée par Derek Riggs et une partie plus futuriste très réussie.

Plus d'information sur http://www.ironmaiden.com/


GROUPES PROCHES:
HELLOWEEN, JUDAS PRIEST, SAXON, DEF LEPPARD, TRUST, CRADLE OF FILTH, THIN LIZZY, RUNNING WILD, GAMMA RAY, BRUCE DICKINSON

LISTE DES PISTES:
01. The Wicker Man - 4:36
02. Ghost Of The Navigator - 6:50
03. Brave New World - 6:19
04. Blood Brothers - 7:14
05. The Mercenary - 4:43
06. Dream Of Mirrors - 9:21
07. The Fallen Angel - 4:01
08. The Nomad - 9:06
09. Out Of The Silent Planet - 6:25
10. The Thin Line Between Love & Hate - 8:27


FORMATION:
Adrian Smith: Guitares
Bruce Dickinson: Chant
Dave Murray: Guitares
Janick Gers: Guitares
Nicko McBrain: Batterie
Steve Harris: Basse


TAGS:
Chant aigu, Epique
 productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id
 

PASCALJ le 01/04/2008 12:44:05
La tournée Ed Hunter avait laissé présager un grand retour de Maiden, tant le groupe avait l'air d'avoir retrouvé le plaisir de jouer ensemble, le retour de Bruce aura t'il un effet bénéfique sur le futur album, c'est un peu la question qui se posait.
La sortie de Brave New Worl a rassuré les fans, dont moi, qui trouve cet album indispensable dans la discographie de Maiden. Les compositions ont redonné un second souffle au groupe, un son plus moderne.
Tout est bon dans cet album, que ce soient les morceaux classiques, ceux qui vous rentrent dans le lard dès la première note 'The Wicker Man', l'excellent 'The Mercenary', sans oublier "Out of the silent planet", il y a les morceaux épiques, qui se font très longs, limite progressif, dans le bon sens du terme, 'Dream of mirrors', "the Nomad", ou ce magnifique "Blood brothers" qui explore de nouveaux horizons.
16 4487
 
EN RELATION AVEC IRON MAIDEN
DERNIERE ACTUALITE
IRON MAIDEN met en ligne sur YouTube son nouveau live
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant IRON MAIDEN
 
DERNIER ARTICLE
Le 25 août dernier, Music Waves a eu le privilège d’être convié à l’écoute très privée du très attendu "The Book of Souls".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant IRON MAIDEN
 
DERNIERE CHRONIQUE
The Book Of Souls (2015)
un album sur lequel la formation britannique se renouvelle et se transcende de manière remarquable.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant IRON MAIDEN
 
NOTES
 
3.9/5 (10 avis)
4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT IRON MAIDEN
 
IRON-MAIDEN_The-Book-Of-Souls The Book Of Souls (2015)
WARNER - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Maiden-England-88 Maiden England' 88 (2013)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_En-Vivo En Vivo! (2012)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_The-Final-Frontier The Final Frontier (2010)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Flight-666 Flight 666 (2009)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_A-Matter-Of-Life-And-Death A Matter Of Life And Death (2006)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Dance-Of-Death Dance Of Death (2003)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Brave-New-World Brave New World (2000)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Virtual-XI Virtual XI (1998)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_The-X-Factor The X Factor (1995)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Fear-Of-The-Dark Fear Of The Dark (1992)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_No-Prayer-For-the-Dying No Prayer For the Dying (1990)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Seventh-Son-Of-A-Seventh-Son Seventh Son Of A Seventh Son (1988)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Somewhere-In-Time Somewhere In Time (1986)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Live-After-Death Live After Death (1985)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Powerslave Powerslave (1984)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Piece-Of-Mind Piece Of Mind (1983)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_The-Number-Of-The-Beast The Number Of The Beast (1982)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Killers Killers (1981)
EMI - HEAVY METAL

IRON-MAIDEN_Iron-Maiden Iron Maiden (1980)
EMI - HEAVY METAL

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion

© Music Waves | 2003 - 2019