MW / Accueil / Chroniques / UFO: Strangers In The Night

UFO: STRANGERS IN THE NIGHT (1979)


ALBUM - CHRYSALIS - HARD ROCK MELODIQUE - LYNOTT - 18.04.2008
"S'il n'y avait qu'un double Live à posséder, cet opus d'UFO vous accompagnerait vraisemblablement sur votre île déserte"

5/5
GROUPES PROCHES :
BLUE OYSTER CULT, URIAH HEEP, THIN LIZZY, GREAT WHITE, THE ROLLING STONES, SORA, GARY JOHN BARDEN, COVERED CALL, LOST WEEKEND, LAUREN HARRIS

TRACKS :

01. Natural Thing – 3:57, 02. Out In The Street – 5:07, 03. Only You Can Rock Me – 4:08, 04. Doctor Doctor – 4:42, 05. Mother Mary – 3:25, 06. This Kid's – 5:11, 07. Love To Love - 7:59, 08. Lights Out – 5:23, 09. Rock Bottom – 11:08, 10. Too Hot To Handle – 4:26, 11. I'm A Loser – 4:13, 12. Let It Roll, 13. Shoot Shoot – 4:07

FORMATION :
Andy Parker (Batterie), Michael Schenker (Guitares), Paul Raymond (Chant / Guitares / Claviers), Pete Way (Basse), Phil Mogg (Chant)

TAGs :
Accessible / FM
Bravo ! Vous avez fait le bon choix ! En cherchant à vous intéresser à cet album live, vous avez tiré le gros lot ! Car ATTENTION, ce disque est un des dix monuments (nous y reviendrons…) du Hard Rock en public ! Un disque inoubliable, quasiment addictif, un astronomique concentré de mélodies combiné à un fulgurant maelström de puissance !

Cette offrande des cieux qu’est Strangers In The Night clôt la « seconde vie » d’UFO, groupe de Hard Rock britannique, fleuron de la perfide Albion entre 1974 et 1982. Cette « tranche d’existence » commença par l’album Phenomenom (1974) qui marqua lui-même l’achèvement de leur «première vie » anarchico/psychédélique (par la disparité des styles musicaux abordés et le côté délirium tremens d’une partie de leurs œuvres). Nous sommes en 1979, le Made In Japan de Deep Purple a six ans, l’Alive de Kiss quatre, l’All The World’s A Stage de Rush trois, le Live And Dangerous de Thin Lizzy date de l’année passée, comme le Two For The Show de Kansas, le Tokyo Tapes de Scorpions, le Double Live Gonzo de Ted Nugent, l’If You Want Blood, You’ve Got It d’AC/DC et le Live Bootleg d’Aerosmith (quelle année 1978 !), quant au No Sleep Til’ Hammersmith de Mötörhead il sortira deux ans plus tard (…nous y sommes revenus je vous l'avais promis).

Ce petit bijou revisite de manière époustouflante les grands titres des albums Phenomenom, Force It, No Heavy Petting, Lights Out et Obsession. Il est le témoin des concerts donnés à Chicago (Illinois), Youngstown et Cleveland (Ohio) et Louisville (Kentucky) sur la tournée Obsession en 1978.

« Hello Chicago ! Would you please welcome from England U-F-O !!!! »…Ceux qui sont tombés, il y a déjà bien longtemps, raides-dingues de cette galette frissonnent encore aujourd’hui d’entrée en entendant la voix du « chauffeur de salle » annoncer le démarrage du cataclysme musical qui va suivre !

Le riff qui rugit alors, balayant le bavard qui portait encore le micro à sa bouche, fracasse l’assistance en pulvérisant leur espace vital. Natural Thing est un rouleau compresseur, sa rupture au piano et sa mélodie imparables, quant à son lien envoûtant avec Out In The Street, c’est un régal, comme ce morceau progressif enluminé de touches de piano cristallines et d’accords de grattes à pleurer. L’enchaînement avec le tube intégral qu’est Only You Can Rock Me plonge la tête sous l’eau à l’auditoire qui peut chanter sa mélodie magnifique en versant à nouveau une larme. Quand le solo lumineux de Schenker transperce leur sensibilité, il est à genoux. Les anglais en profitent alors pour les renverser dès le quatrième morceau en balançant un Doctor Doctor (que TOUT LE MONDE connaît, mais si, mais si) a-hu-ri-ssant, avec notamment un solo de fou furieux d’entrée du Sckenk !...

Alors l’auditeur se demande ce qui va bien pouvoir le transporter davantage…hé bien Mother Mary et This Kids le malmènent à leur tour avec leurs guitares à dégouter tout adepte de la Flying V et leurs rafales de piano exceptionnelles. Il passe, le petit veinard, les sens à la dérive, du hard au Prog, puis du Rock au Boogie et il en reste pantois, à la merci de Love To Love, pièce purement jouissive de huit minutes où il est bringuebalé d’une émotion à l’autre telle une boule dans un flipper monté sur un grand huit. Ce slow, dont la mélodie tue à petit feu et dont les espaces occupés par les soli de l’allemand ne sont ici que de trompeuses mers de tranquillité, tant ses eaux vous emportent et vous noient, s’achève sur LA plus belle fin que je connaisse d’une chanson de Hard Rock. Au bord du gouffre, vous prenez alors en plein visage, le titre le plus rentre-dedans du disque. Lights Out fait imploser vos fusibles, les murs électriques dressés par le groupe ici, diaboliquement mélodieux, font aujourd’hui partie de la légende du Rock. Ils marquent vos tympans au fer rouge, à vie. Ce n’est pas une figure de style littéraire, c’est juré, c’est la plus pure vérité.

Les onze minutes de Rock Bottom qui s’étendent ensuite, montrent aux amateurs de Prog ce que les Hard Rockers peuvent en faire, soit une montagne de technicité mélodique. Tout y est, la puissance, le feeling, l’impact mélodique, la diversité, les ruptures, les périodes calmes, les énervées, le génie des claviers, la folie des guitares (oh mon Dieu les guitares !), la richesse de la batterie, la fausse fin, le redémarrage et la voix habitée. Que certains combo de Prog, portés aujourd’hui un peu trop facilement aux nues, se penchent donc sur cette question...

Après cet OVNI majestueux, Too Hot To Handle vous emporte, tel un hymne, dans les bras d’ I’m A Looser qui vous berce langoureusement. Alangui, vous êtes à la merci de Let It Roll. Vous êtes alors enserré et étouffé par des envolées échevelées avant de finir, disloqué, sur un Shoot Shoot qui vous achève et clôt cette œuvre unique.

Voilà, c’est fini ! Face à cette preuve par treize (morceaux) que l’impensable perfection musicale est plausible, nous restons sans voix, hagards et possédés. Vous êtes désormais prévenus, ces «étrangers dans la nuit» ont généré l’irréparable. Vous n’écouterez plus jamais un disque de Hard Rock de la même façon après avoir croisé leur chemin. Le disque ultime je vous dis.


Plus d'informations sur http://www.ufo-music.info/
LEELIO - 01.08.2010
"Hagards et possédés". Rien à rajouter.
UFO4ever !

EN RELATION AVEC UFO
DERNIERE ACTUALITE
UFO: Sortie d'un album de reprises
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant UFO
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa deuxième journée le Raismes Fest propose une affiche tout aussi alléchante que la veille avec en point d'orgue la venue de vénérables représentants hard et heavy.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant UFO
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
The Salentino Cuts (2017)
Agréable surprise, "The Salentino Cuts" témoigne qu'un bon album de reprises vaut toujours mieux qu'un tiède disque original.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant UFO
ALBUMS CONSEILLES
  • SORA_Desire-And-Truth SORA
    Desire And Truth (2010)
    AVENUE OF ALLIES - HARD ROCK MELODIQUE

    4
  • URIAH-HEEP_Sweet-Freedom URIAH HEEP
    Sweet Freedom (1973)
    AUTRE LABEL - HARD ROCK MELODIQUE

    3
  • URIAH-HEEP_The-Magician-s-Birthday URIAH HEEP
    The Magician's Birthday (1972)
    CASTLE - HARD ROCK

    4
  • GREAT-WHITE_Full-Circle GREAT WHITE
    Full Circle (2017)
    AUTRE LABEL - HARD ROCK

    3
  • SORA_Demented-Honour SORA
    Demented Honour (2006)
    MTM - HARD ROCK

    3
    
 
RATING
STAFF : 4.8/5 (5 avis)
LECTEURS : 4.7/5 (6 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT UFO
 
UFO_The-Salentino-Cuts The Salentino Cuts (2017)
GLASS ONYON - HARD ROCK

3
UFO_A-Conspiracy-Of-Stars A Conspiracy Of Stars (2015)
STEAMHAMMER - A.O.R.

4
UFO_Seven-Deadly Seven Deadly (2012)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK

3
UFO_The-Visitor The Visitor (2009)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK

4
UFO_The-Monkey-Puzzle The Monkey Puzzle (2006)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK

4
UFO_You-Are-Here You Are Here (2004)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK MELODIQUE

2
UFO_Sharks Sharks (2002)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK

3
UFO_Covenant Covenant (2000)
SPV STEAMHAMMER - HARD ROCK

3
UFO_Walk-On-Water Walk On Water (1995)
AUTRE LABEL - HARD ROCK MELODIQUE

4
UFO_High-Stakes--Dangerous-Men High Stakes & Dangerous Men (1992)
AUTRE LABEL - HARD ROCK

4
UFO_Ain-t-Misbehavin- Ain't Misbehavin' (1988)
FM - HARD ROCK

1
UFO_Misdemeanor Misdemeanor (1985)
CHRYSALIS - A.O.R.

3
UFO_Making-Contact Making Contact (1983)
CHRYSALIS - HARD ROCK MELODIQUE

3
UFO_Mechanix Mechanix (1982)
EMI - HARD ROCK MELODIQUE

4
UFO_The-Wild-The-Willing-And-The-Innocent The Wild, The Willing And The Innocent (1981)
EMI - HARD ROCK MELODIQUE

5
UFO_No-Place-To-Run No Place To Run (1980)
EMI - HARD ROCK MELODIQUE

3
UFO_Strangers-In-The-Night Strangers In The Night (1979)
CHRYSALIS - HARD ROCK MELODIQUE

5
UFO_Obsession Obsession (1978)
CHRYSALIS - HARD ROCK MELODIQUE

5
UFO_Lights-Out Lights Out (1977)
CAPITOL - HARD ROCK

5
UFO_No-Heavy-Petting No Heavy Petting (1976)
CHRYSALIS - HARD ROCK MELODIQUE

4
UFO_Force-It Force It (1975)
CAPITOL - HARD ROCK

5
UFO_Phenomenon Phenomenon (1974)
CAPITOL - HARD ROCK

4
UFO_Flying-One-Hour-Space-Rock Flying (One Hour Space Rock) (1971)
REPERTOIRE - ROCK

3
UFO_UFO-1 UFO 1 (1970)
REPERTOIRE - ROCK

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018