MW / Accueil / Chroniques / AEROSMITH: Draw The Line
GROUPE/AUTEUR:

AEROSMITH

(ETATS UNIS)

TITRE:
DRAW THE LINE
ANNEE PARUTION:
1977
LABEL:
COLUMBIA
GENRE:
HARD ROCK
""
LOLOCELTIC - 05.05.2008 -
Après la doublette magique réalisée avec « Toys In The Attic » et « Rocks », l’attente est à son comble. Aerosmith va t’il donner raison à la fameuse tradition du « jamais 2 sans 3 », ou bien les 5 de Boston vont-ils baisser d’un cran ? Aussi improbable que cela puisse paraître, c’est la première option qui va s’appliquer. Et si la pochette de ce nouvel album est aussi blanche que celle de son prédécesseur était sombre, la qualité se maintient au sommet.

Pourtant, si l’identité du groupe est maintenant reconnaissable, les différences entre « Draw The Line » et « Rocks » ne se limitent pas à de simples pochettes, même si ces dernières traduisent parfaitement le contenu des ces albums. « Rocks » était sombre comme les couleurs de son livret, alors que le blanc immaculé de « Draw The Line » est une ode à la bonne humeur sur la quasi-intégralité de ses titres. D’autre part, là où le premier faisait preuve d’une forte homogénéité, le second multiplie les tempos sans pour autant s’éloigner d’une ligne directrice parfaitement illustrée par les caricatures des membres du groupe en couverture. Enfin, ce nouvel album a le mérite de mettre chaque musicien en valeur, sans que cela nuise à l’unité du groupe. Bien sûr, les « Toxic Twins » restent incontournables. Tyler est particulièrement en voix et pourrait être comparé à une sorte de croisé improbable entre Mike Jagger et Robert Plant. A cela, il rajoute quelques interventions particulièrement bien senties à l’harmonica (« Critical Mass ») ou au piano bastringue (« I Wanna Know Why »). Quant à Perry, il est au sommet de son art et multiplie les interventions de slide et les solos gorgés de feeling. Tout juste pourrions-nous émettre quelques réserves quant à son intervention en lead-vocal sur un « Bright Light Fright » aux accents punk-rock qui tourne rapidement en rond. Il s’agit ici, et sans aucun doute, du morceau le plus faible de l’album.

Pourtant, si l’importance du rôle joué par les 3 autres membres du groupe n’a jamais été passée sous silence, elle prend ici une envergure supérieure. Brad Whitford reste le plus discret, même si la toile qu’il tisse est le support incontournable au style « Aerosmith ». Par contre, le jeu de Tom Hamilton a rarement été autant mis en valeur. Il suffit de l’écouter marteler ses 4 cordes sur le titre éponyme en ouverture pour prendre conscience du talent du bonhomme. L’énorme riff de ce morceau s’appuie autant sur ses interventions que sur celles de ses compères guitaristes. Et il se montre impressionnant tout au long de l’album, que cela soit en faisant ronronner son instrument tel un gros cube propulsant des titres tels que « Critical Mass », ou bien en dégainant une technique supérieure à la moyenne comme sur les riffs groovy de « Get It Up » ou de son petit frère « Sight For Sore Eyes », sur celui très soul / R’n’B de « The Hands That Feeds » ou enfin sur le break tout en contrôle de « Kings And Queen ». Nous nous attarderons quelques instants sur ce titre, alternant ballade romantique et passages presque heavy-metal. Ce morceau, plus sombre que le reste de l’album, n’est pas sans rappeler certaines œuvres de Ozzy Osbourne, période Randy Rhoads, et ceci sans qu’Aerosmith y perde son identité.

Enfin, que dire de la prestation de Joey Kramer, si ce n’est qu’il n’était encore jamais paru aussi énorme derrière ses fûts ? Le fait que le groupe se produise désormais dans des enceintes de grande capacité y est sûrement pour quelque chose, mais ceci ne doit pas occulter la techniques hors-norme du teigneux rouquin. Ce dernier construit une véritable muraille à la fois lourde et finement ciselée. Il suffit de porter attention à la rythmique funky en béton armé de « Get It Up » ou de « Sight For Sore Eyes » pour en être convaincu.

C’est donc une nouvelle prestation sans faille que nous offre Aerosmith, si ce n’est la petite faiblesse de « Bright Light Fright » dont nous parlions précédemment. Pour le reste, il est impossible de résister aux 8 autres titres de « Draw The Line ». Même la reprise de « Milk Cow Blues », morceau des années 30 de Kokomo Arnold, déjà repris par Elvis en son temps, est resservi à la sauce du groupe. Il sera d’ailleurs l’occasion de jams légendaires avec Ted Nugent sur certains concerts et nous vous recommandons sa montée finale déchaînée. Tout cela pour conclure sur un album encore une fois incontournable.

Plus d'information sur http://www.aerosmith.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
Y&T, THE BLACK CROWES, D.A.D, MOTLEY CRUE, SIDEBURN, KORITNI, THE ROLLING STONES, THE QUIREBOYS, BLOODY MARY, HARD

LISTE DES PISTES:
01. Draw The Line - 3:24
02. I Wanna Know Why - 3:09
03. Critical Mass - 4:52
04. Get It Up - 4:02
05. Bright Light Fright - 2:20
06. Kings And Queens - 4:55
07. The Hand That Feeds - 4:23
08. Sight For Sore Eyes - 3:56
09. Milk Cow Blues - 4:14


FORMATION:
Brad Whitford: Guitares
Joe Perry: Guitares
Joey Kramer: Batterie
Steven Tyler: Chant / Claviers / Harmonica
Tom Hamilton: Basse


TAGS:
Chant éraillé, Bluesy
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

ZOSO - 31/01/2010 21:39:15
Draw The Line est sans doute mon Aerosmith préféré et surement le plus sous-estimé. Entre Rocks et la traversée du désert qui suivra, il est sans doute vu comme étant déjà sur la pente descendante.

Pourtant les mélodies et la hargne hard rock cohabitent comme rarement pour délivrer un vrai brûlot qui ne pourra que régaler les fans. Mention spéciale à Kings & Queens, morceau qui me fait toujours autant vibrer et hurler en cœur avec un Tyler en état de grâce.

À consommer sans aucune modération.
1677 7431
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC AEROSMITH
DERNIERE ACTUALITE
Steven Tyler malade, AEROSMITH annule la fin de sa tournée
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant AEROSMITH
 
NOTES
 
4.2/5 (5 avis)
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT AEROSMITH
 
AEROSMITH_Music-From-Another-Dimension- Music From Another Dimension ! (2012)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Honkin-On-Bobo Honkin' On Bobo (2004)
COLUMBIA / BLUES
AEROSMITH_Just-Push-Play Just Push Play (2001)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Nine-Lives Nine Lives (1997)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Get-A-Grip Get A Grip (1993)
GEFFEN / HARD ROCK
AEROSMITH_Pump Pump (1989)
GEFFEN / HARD ROCK
AEROSMITH_Permanent-Vacation Permanent Vacation (1987)
GEFFEN / HARD ROCK
AEROSMITH_Done-With-Mirrors Done With Mirrors (1985)
GEFFEN / HARD ROCK
AEROSMITH_Rock-In-A-Hard-Place Rock In A Hard Place (1982)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Night-In-The-Ruts Night In The Ruts (1979)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Draw-The-Line Draw The Line (1977)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Rocks Rocks (1976)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Toys-In-The-Attic Toys In The Attic (1975)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Get-Your-Wings Get Your Wings (1974)
COLUMBIA / HARD ROCK
AEROSMITH_Aerosmith Aerosmith (1973)
COLUMBIA / HARD ROCK
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019