MW / Accueil / Chroniques / ELP: Welcome Back, My Friends, To The Show That Never Ends
GROUPE/AUTEUR:

ELP

(ROYAUME UNI)

TITRE:
WELCOME BACK, MY FRIENDS, TO THE SHOW THAT NEVER ENDS
ANNEE PARUTION:
1974
LABEL:
MANTICORE
GENRE:
ROCK PROGRESSIF
""
ABADDON - 22.09.2008 -
Toute une époque ! En 1970, forts chacun d’une solide expérience en groupe, Keith Emerson (The Nice), Greg Lake (King Crimson) et Carl Palmer (Atomic Rooster) se réunissent dans une formation originale pour l’époque : le trio. La combinaison ELP ne pouvait fonctionner que si les trois musiciens faisaient montre d’un talent exceptionnel, et certes, ce fut le cas. Si le son du groupe était dominé par les synthétiseurs orgueilleux de Keith, la sauce n’aurait pas si bien pris sans le travail phénoménal de Carl aux percussions (comment oublier sa contribution sur Trilogy, le morceau ?) ni sans l’apport mélodique, vocal et instrumental de Greg, un bassiste qui savait se muer en guitariste de talent à l’occasion.

Ces trois fortes personnalités nous ont livré une dizaine d’albums studio, marquant leur époque surtout dans les productions des débuts. Brain Salad Surgery représente le point culminant de leur popularité, et ce sont les sessions d’enregistrement de la tournée suivant sa parution qui composent ce Welcome back, my friends, to the show that never ends (paroles extraites de l’introduction de la seconde partie de Karn Evil 9, 1st impression).

ELP est un groupe qui a marqué les esprits par ses prestations scéniques. D’ailleurs leur discographie recèle presque deux fois plus d’albums live que d’enregistrements studio ! Deux ans plus tôt, le premier enregistrement en public du groupe s’était situé dans un domaine où il excelle : l’adaptation d’œuvre classique (en l’occurence Les Tableaux d’une Exposition de Modeste Moussorgsky). Ici, peu d’inédit, juste les reprises de morceaux studio issus de leurs quatre premiers albums.

De Trilogy, pratiquement rien, à part le morceau qui ouvre le show (Hoedown, l’occasion pour Keith de se mettre en avant d’entrée avec un solo de synthé bien déjanté), et une partie de The Sheriff, accolé logiquement avec un autre rockabilly, Jeremy Bender (dans lequel Keith et Carl s’amusent bien sur le final !).

Nous retrouvons presque l’intégrale de Brain Salad Surgery - promotion oblige. Rien d’original ici, les prestations scéniques sont très conformes à l’enregistrement studio, quoique souvent jouées plus rapidement.

Du premier album (la colombe) sont extraits Take a Pebble, et Lucky Man dans une version guitare sèche / voix, intimiste, sensible et bienvenue.

Histoire de faire du neuf, nous avons droit aux Piano Improvisations menées par un Keith toujours très technique, mais assez barbant quand il évolue en solo (émotion, où es-tu ?). Par contre, l’évolution vers une partie jazz en trio “conventionnel” piano-batterie-basse est pleine d’allant et très réussie.

J’ai gardé le meilleur pour la fin : le groupe pouvait difficilement faire l’impasse sur Tarkus, le morceau-monstre. Et autant l’interprétation de Karn Evil 9 est proche de l’original, autant la relecture de Tarkus apparait comme une magnifique réussite parfaitement adaptée au contexte du live. Il serait fastidieux de détailler toutes les variations apportées à la version originale - citons quand même pour le plaisir la magnifique intégration du refrain d’Epitaph dans le final de Battlefield, en apesanteur - mais il serait très dommage de passer sous silence LA claque de ce live, je veux parler d’Aquatarkus ! Ce qui n’était qu’un petit pont musical sans grand intérêt dans l’original se transforme en un énorme morceau atmosphérique d’une dizaine de minutes porté par les percussions d’un Carl Palmer particulièrement en verve et les claviers dominateurs de Keith Emerson, sous-tendus par une basse obsédante. La lente montée en puissance des claviers aboutit à une explosion tensionnelle ahurissante vers la fin du morceau. Assurément la perf d’ELP que tous les fans absents regrettent de ne pas avoir vécu en public !

Cet album live est un témoignage d’époque : celui d’un groupe unique arrivé au faîte de sa popularité (avec une certaine mégalomanie, le triple vinyle original s’ouvre, montrant chaque disque enchassé dans les trois gigantesques lettres E L P), avec les défauts techniques inhérents à la prise de son live des annnées 70 : si les claviers sont assez nets, la basse et même souvent la batterie sont souvent imprécisément captées. Malgré tout, une sacrée perf, digne du Made in Japan de Deep Purple ou du Yessongs de Yes. Le Live at the Royal Albert Hall (1993) est peut être plus représentatif de l’ensemble de l’œuvre d’ELP, mieux enregistré, mais il n’a pas l’âme exceptionnelle de ce Welcome Back !

Plus d'information sur http://www.emersonlakepalmer.com


GROUPES PROCHES:
KING CRIMSON, IZZ, KOTEBEL, SBB, NEXUS, DRUCKFARBEN, SYNDONE, LITTLE TRAGEDIES, EGG, GLASS

LISTE DES PISTES:
01. Hoedown
02. Jerusalem
03. Toccata
04. Tarkus
05. Take A Pebble / Still...you Turn Me On / Lucky Man
06. Piano Improvisations
07. Take A Pebble (conclusion)
08. Jeremy Bender / The Sheriff
09. Karn Evil 9


FORMATION:
Carl Palmer: Batterie
Greg Lake: Guitares / Basse
Keith Emerson: Claviers


TAGS:
Live, 70's
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

THIERRY MARIE - 09/11/2011 18:57:34
2 triples live dans mon adolescence: "Yessongs" et celui-ci. Et le meilleur est...
2381 10830

SCHTROUMPFBRICO - 10/09/2010 23:23:38
Souvenirs souvenirs.... Je l'ai acheté parce qu'il était imposant et qu'à l'époque, le triple vinyle c'était le truc qui en jette par excellence... Pour les petits jeunes de 2010, un rappel : à l'époque, y pas de téléphones portables, pas d'ordinateurs, évidemment pas Internet, pas de consoles de jeux, même la TV couleur est encore jeune.... Chirac est premier ministre...et l'ORTF existe encore avec 3 chaines.... Quand je vous dis "tout une époque".... Et pourtant il y a avait la musique.... Et quelle musique... A croire que depuis la nuit des temps la musique a précédé le progrès, tout en utilisant les dernières technologies pour s'en inspirer....
Et ELP (désolé, je m'étale...) c'est ça... la technologie (de l'époque) au service de la musique. Une grande claque derrière les oreilles, un déferlement, que dis-je un ouragan qui vous propulse au 7ème ciel. Bien sûr, Keith E. se laisse parfois emporter dans ses solis, certaines plages tranquilles sont dues à un Greg L. qui frise la guimauve, mais bon, quand on aime, on pardonne tout ou presque... Tarkus, c'est un monument génial, Karn Evil 9 me fait grimper aux rideaux, quant aux trois morceaux qui ouvrent cet opus.... j'adore.... Bon, vous l'aurez compris, d'un achat sans réelles convictions je suis devenu un véritable addict de ce groupe. Malheureusement la production qui a suivi était bien en deçà des débuts, je continue donc à user mes vieilles galettes du début des seventies.
2128 8448
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC ELP
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Greg Lake
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ELP
 
DERNIER ARTICLE
Hommage à celui qui du Steinway au Hammond et au Moog a le mieux synthétisé l'esprit claviers...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ELP
 
NOTES
 
4.2/5 (4 avis)
4.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT ELP
 
ELP_In-The-Hot-Seat In The Hot Seat (1994)
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
ELP_Live-At-The-Royal-Albert-Hall Live At The Royal Albert Hall (1993)
VICTORY / ROCK PROGRESSIF
ELP_Black-Moon Black Moon (1992)
MANTICORE / ROCK PROGRESSIF
ELP_Emerson-Lake--Powell Emerson, Lake & Powell (1986)
POLYDOR / ROCK PROGRESSIF
ELP_Love-Beach Love Beach (1978)
ATLANTIC / ROCK PROGRESSIF
ELP_Works-I Works I (1977)
ATLANTIC / ROCK PROGRESSIF
ELP_Works-II Works II (1977)
ATLANTIC / ROCK PROGRESSIF
ELP_Welcome-Back-My-Friends-To-The-Show-That- Welcome Back, My Friends, To The Show That Never Ends (1974)
MANTICORE / ROCK PROGRESSIF
ELP_Brain-Salad-Surgery Brain Salad Surgery (1973)
CASTLE / ROCK PROGRESSIF
ELP_Trilogy Trilogy (1972)
CASTLE / ROCK PROGRESSIF
ELP_Pictures-At-An-Exhibition Pictures At An Exhibition (1972)
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
ELP_Tarkus Tarkus (1971)
A&M / ROCK PROGRESSIF
ELP_Elp Elp (1970)
CASTLE / ROCK PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019