MW / Accueil / Chroniques / JENNIFER BATTEN: Momentum

JENNIFER BATTEN: MOMENTUM (1997)


ALBUM - LION MUSIC - GUITAR HERO - MEGADAVE - 08.12.2017
"L’ensemble des titres forme une belle unité et on apprécie vraiment l’apport de la batterie et de la basse qui jouent à un haut niveau. Du très beau boulot Madame !!"

4/5
GROUPES PROCHES :
STEVE VAI, JEFF BECK

TRACKS :

01. Wodaabe Dancer - 8:30, 02. Elephant Stomp - 7:10, 03. Zulu Wedding - 9:29, 04. Scottsman In The Caribean - 8:57, 05. The Swarm - 9:19, 06. Glow - 8:45, 07. Unplug This - 9:33

FORMATION :
Ann Marie Crouch (samples vocaux (2008)), Bret and Kari Helm (samples vocaux (2008)), Debbie Schepp (samples vocaux (2008)), Leah Santos (samples vocaux (2008)), Nel Gerome (samples vocaux (2008)), Sean Dailey (samples vocaux (2008)), Andre Berry (2008) (Basse), Betsy Hamilton (2008) (flûte), Glen Sobel (1997) (Batterie), Greg Philingaines (Claviers), Jennifer Batten (Guitares / Claviers / Batterie), Jon Clark (samples vocaux (2008)), Michael Jordan (2008) (batterie sur "Inner Journey"), Michael Sembello (Arrangements-Vocoder), Michele Rohl (4) (Chant), Nelly Kovalev (2008) (violon), Ricky Wolking (1997) (Basse), Sandin Wilson (2008) (Basse), Skip Vonkuske (2008) (Violoncelle), Stephen Klong (Batterie)

TAGs :
Guitar-Hero, Avant-gardiste, Dissonant, Expérimental, Funky, Fusion, Groovy, Instrumental, Technique
« Retour vers le futur » : c’est un peu la sensation que j’ai avec Jennifer Batten en ce moment… En effet, je l’ai réellement découverte avec son tout dernier album « Whatever » paru il y a peu de temps, et voilà que je me plonge maintenant dans son second album datant de 1997 intitulé « Momentum », soit onze années plus tôt. En basculant mes oreilles de l’un à l’autre, je fais des petits voyages dans le temps tout en me calant sur les similitudes du propos musical et du style développés par la dame. Tout ce mélange spatiotemporel est en fait généré par la sortie de « Whatever » qui a servi de prétexte commercial à la réédition des deux précédents album de Jennifer Batten : l’occasion de découvrir ou de redécouvrir ses talents de gratteuse !

Seulement sept titres pour près d’une heure de musique : allez, une simple division de tête nous permet de voir que les titres sont relativement longs pour ce style musical. Nous sommes d’ailleurs toujours dans de l’instrumental orienté guitare, comme en 82 avec le tant remarqué « Above, Below & Beyond », et comme en 2008 avec sa dernière production.

De manière générale, les premières notes de l’album révèlent tout à fait le style de jeu de Jennifer Batten, cette expressivité si particulière et ces couleurs musicales atypiques, orientales, souvent dissonantes ainsi que ce sens de la composition et de la structuration assez éclectique. Alors qu’on se situe onze années avant « Whatever », on retrouve beaucoup de caractères communs : c’est ce qu’on appelle le style de l’artiste… Vous y trouverez les mêmes bizarreries, les mêmes intonations musicales, le même esprit en fait… La valeur ajoutée dont bénéficie cet album et qui fait défaut au récent « Whatever », c’est la présence d’une vraie section rythmique. D’ailleurs, l’album est sous-titré « Tribal Rage » pour illustrer à la fois la formation en groupe d’une part, et l’aspect tribal et expérimental d’autre part. Et c’est vrai que cette section rythmique fait sacrément la différence : le son est plus organique, plus chaud, plus rond, ça groove terriblement alors que « Whatever » baigne davantage dans l’électro et la froideur de la programmation.

Avec « Wodaabe Dancer », le bal s’ouvre sur un rythme tribal ponctué de bizarreries guitaristiques avant d’entamer un groove de basse très rond, relayé par des phrasés de guitare rappelant Steve Vai, période « Flex-Able ». Les figures rythmiques se succèdent et Jennifer enchaîne une série de notes expressives nuancées par un jeu de vibrato parfaitement maîtrisé. La mise en place est très propre et les structures alambiquées sentent le Zappa ou le Greg Howe. En plein milieu du morceau, vous aurez droit à un break de slap à la guitare laissant place à des accords aériens au son cristallin.

Après avoir traversé la jungle et ses bruits caractéristiques (et oui, il faut justifier le sous-titre « Tribal Rage »), vous atterrirez dans une ambiance musicale dissonante à tendance expérimentale sur laquelle se superposent des slaps de basse d’une pure efficacité. Les thèmes développés ici sont plus chantants et ponctués d’interventions percussives du bassiste sur un accompagnement à mi-chemin entre reggae et funk.

Avec « Zulu Wedding », les thèmes dissonants sont encore à l’honneur sur une rythmique aux accords suspendus. Le jeu de Jennifer se caractérise vraiment par son travail du son (avec une whammy, l’autowha, une talk box…) et sa manière de doser et de moduler, pour chaque note, l’attaque, la durée, l’intensité et la façon dont la note doit mourir. Ce titre vous gratifiera d’ailleurs d’un petit passage oriental japonisant.

« Scottsman in the Caribean » prolonge le voyage musical dans des contrées expérimentales avec des notes de clavier rappelant un bon Jason Becker dans sa période « Perspectives ». Intéressant et très beau, notamment avec un autre passage reggae où Jennifer s’en donne à cœur joie.

Tout le reste de l’album est à la hauteur des titres précédents. Avec « The Swarm », le voyage dissonant se perpétue encore dans des couleurs plutôt jazzy alors que « Glow » explore le mélange entre rythmique reggae (ça revient souvent ce genre de rythmiques cocottantes) et basse funky : la section rythmique vous régalera ! Et si vous n’en avez pas assez, le groove de « Unplug This » vous sèchera complètement (un titre à contre emploi car ce n’est pas unplugged).

Tout comme dans son dernier album, on retrouve donc ici un jeu singulier, intimiste, subtil, aérien, toujours en équilibre avec un fort accent pour l‘expérimentation. L’ensemble des titres forme une belle unité et on apprécie vraiment l’apport de la batterie et de la basse qui jouent à un haut niveau. Du très beau boulot Madame !!!


Plus d'informations sur http://www.jenniferbatten.com/
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC JENNIFER BATTEN
DERNIERE ACTUALITE
JENNIFER BATTEN ENFLAMME MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant JENNIFER BATTEN
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Whatever (2008)
Une très bonne surprise et une belle découverte à conseiller à tous ceux qui veulent sortir des standards de la guitare instrumentale.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant JENNIFER BATTEN
ALBUMS CONSEILLES
  • STEVE-VAI_Real-Illusions-Reflections STEVE VAI
    Real Illusions : Reflections (2005)
    EPIC - GUITAR HERO

    4
  • STEVE-VAI_Where-The-Wild-Things-Are STEVE VAI
    Where The Wild Things Are (2009)
    FAVORED NATIONS - GUITAR HERO

    5
  • STEVE-VAI_Sex--Religion STEVE VAI
    Sex & Religion (1993)
    SONY BMG - HARD ROCK

    5
  • JEFF-BECK_Emotion--Commotion JEFF BECK
    Emotion & Commotion (2010)
    WARNER - GUITAR HERO

    4
  • STEVE-VAI_Alien-Love-Secrets STEVE VAI
    Alien Love Secrets (1995)
    SONY BMG - GUITAR HERO

    4
    
 
RATING
STAFF : 4/5 (1 avis)
LECTEURS : - /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT JENNIFER BATTEN
 
JENNIFER-BATTEN_Whatever Whatever (2008)
LION MUSIC - GUITAR HERO

4
JENNIFER-BATTEN_Momentum Momentum (1997)
LION MUSIC - GUITAR HERO

4
JENNIFER-BATTEN_Above-Below--Beyond Above, Below & Beyond (1992)
LION MUSIC - GUITAR HERO

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018