MW / Accueil / Chroniques / KALISIA: Cybion

KALISIA: CYBION (2009)


ALBUM - AUTOPRODUCTION - METAL PROGRESSIF - ZOSO - 26.02.2009
""

5/5
GROUPES PROCHES :
DREAM THEATER, IN FLAMES, EMPEROR, CYNIC, LOUDBLAST, BETWEEN THE BURIED AND ME,

TRACKS :

101. Introduction / Domination - 03:00 , 102. Aspiration Above - 02:00 , 103. Arken Bringer - 03:24 , 104. Alien Choice - 02:41 , 105. Awkward Decision - 03:52 , 106. Blineded Addict - 05:41 , 107. Beyond Betrayal - 03:34 , 108. Blessed Circle - 05:04 , 109. Black Despair - 03:39 , 110. Blurred Exile - 03:06 , 111. Cast Away - 05:09 , 112. Crisis Bleedings - 2:06 , 113. Cinfined Contender - 4:08 , 114. Circuits Distortion - 02:03 , 115. Contact Experience - 03:23 , 116. Devices Awakening - 02:54 , 117. Down Below - 03:09 , 118. Distant Chronicles - 03:52 , 119. Digital Disclosure - 05:29 , 120. Deserved Eternity - 03:02 , 201. Tower Of Vanities, 202. Chimera, 203. Lost Soul, 204. The Mental Frames Pt. I (instrumental), 205. How Could I (cynic Cover), 206. A Fortune In Lies (dream Theater Cover), 207. I Am The Black Wizzards (emperor Cover), 208. This Dazzing Abyss (loudblast Cover)

FORMATION :
Brett Caldas-Lima (Chant / Guitares / programmation), Elodie Buchonnet (Chant / flute), Laurent Bendahan (Batterie), Laurent Pouget (Claviers), Loïc Tézénas (Guitares), Thibaud Gérard (Basse)

TAGs :
Choeurs, Chant féminin, Chant grunt/growl, Concept-album, Reprises, Avant-gardiste, Electro, Epique, Expérimental, Planant, Symphonique, Technique
Quoi de neuf sur la planète métal ? La question parait simple et pourtant, à travers les décennies, cette problématique ne nous a jamais quittée. Certains dirons : « Foutaises, le seul truc qui nous intéresse c'est que la musique soit bonne, mélodique, transporte, blablabla... ». Pourtant, depuis quarante ans, la musique métallique évolue et change, et c'est un fait. Grossièrement, le hard et le heavy servent de tronc commun, et les absurdes étiquettes stylistiques distinguent des évolutions diverses: Plus rapide pour le speed et le thrash, plus sombre pour le death et le black, plus complexe avec le progressif. Chaque genre ayant en plus ses déclinaisons atmosphériques, symphoniques et j'en passe.

Tout cela est très riche et très bien, mais malheureusement, depuis quelques années, les groupes se mordent la queue et les métalheads s'inquiètent. Un pessimisme ambiant constate que les chef d'œuvre sont derrière nous. Des bonnes choses certes, des groupes inventifs... Mais rien qui ne sorte des schémas quelques peu figés depuis six ou sept ans (à la louche). Des albums comme "BE" de Pain of Salvation sont des coups dans l'eau, des délires égoïstes et géniaux. Rien qui puisse permettre de dire : « Là, musicalement, il s'est passé quelque chose ».

Un phénomène s'observe pourtant : il s'agit du rapprochement des musiques extrêmes et progressives. Qu'il s'agisse de Cynic ou d'Opeth, le mariage est consommé depuis déjà longtemps, mais c'est toujours flou. Il manque un album. Un album qui mettrait à la fois un grand coup de pied dans la fourmilière et qui ouvrirait une multitude de portes. Une sorte de synthèse de ce qui s'observe actuellement pour pouvoir enfin avancer sans regards embués vers le passé. Et à ce stade, je ne créerai plus vraiment la surprise en disant qu'avec le premier véritable album de ce groupe français, « quelque chose s'est enfin vraiment passé ».

Il faut dire que Kalisia a bossé. Depuis sa démo, "Skies" (remasterisée sur un deuxième CD avec l'édition digipack, ainsi que quatre reprises), qui avait fait du bruit au milieu des années 90', le groupe travaille sur un album au concept dantesque. Une seule chanson, découpée en chapitres, qui raconte une histoire invraisemblablement complexe pendant soixante et onze minutes. Pour servir ce travail ambitieux, Kalisia n'a reculé devant rien et l'album est ainsi un véritable condensé de bonnes idées et d'innovations. Passages techniques et rapides, riffs dévastateurs, passages électro, saxophone, flute, éléments symphoniques... L'album est une synthèse de pléthore d'éléments qui s'intègrent sans problème à un son global.

Le tout aurait pu être indigeste et bordélique, mais ce n'est pas le cas. L'ensemble s'écoute comme un fleuve. Il serait inexacte de dire que c'est cohérent, du moins au sens ou on l'entend d'habitude. Très peu de thèmes se retrouvent sur les différents morceaux et l'ensemble est très éclectique, mais le fait est qu'aucune transition ne choque. Cette cohésion s'explique par un son constamment dynamique, même dans les passages plus calmes (écoutez donc ce son de batterie, brutal et puissant). Une véritable innovation vient de l'utilisation des voix. Le chant death succède sans problème au chant féminin ou à des voix robotiques voire des choeurs grégoriens, sans avoir l'impression d'entités qui se répondent. En effet, l'une des idées de "Cybion" est que nous appartenons tous à un tout. Cette alternance de voix encastrées les unes dans les autres l'illustre efficacement.

Lorsque les dernières notes s'achèvent, il est impossible d'être resté indifférent à ce traumatisme musical. Kalisia a parfaitement digéré deux décennies de musique, et lance dans le paysage un album étrange, jusqu'au boutiste dans le mélange des genres. En tirant le meilleurs de ces influences et en livrant un album peut-être pas parfait, mais purement original, ils ont réussi l'amalgame ultime qui permet d'être enfin optimiste sur l'avenir du métal. Tout simplement.

Note: Je préfère préciser que le parti pris de cette chronique n'est pas à prendre au pied de la lettre. J'essaie juste d'offrir une grille de lecture qui mette en valeur les éléments enthousiasmants de ce disque. Libre à chacun de se faire son opinion...


Plus d'informations sur http://kalisia.free.fr/
JSKA - 06.11.2010
10/10 !
Gigantesque, faramineux, fantastique, féérique, obnubilant... j'arrête là car ça pourrait durer des heures. Le plus grand album métal de ces 10 dernières années pour moi, avec le "Colors" de Between the buried and me... Je n'ai pas grand chose à rajouter à la chronique et aux avis ci dessus, je conseillerai juste d'écouter ce disque au casque dans le noir : le pouvoir d'évocation de l'univers de Cybion est monstrueux. C'est un véritable voyage dans l'univers et le temps qui nous est offert, un voyage merveilleux.
Ce qui est le plus impressionnant finalement, c'est que l'ambition démesurée de cet album ne nuit en rien à sa qualité : ici c'est assumé et maitrisé.
Il faut soutenir absolument soutenir ce groupe, français, de plus le digipack est magnifique, et finalise cette œuvre gigantesque.
Bravo et merci KALISIA !!!

ALADDIN_SANE - 13.03.2009
Des français qui font du death-prog-métal symphonique, ça pourrait en effrayer plus d'un et pourtant, il faut saluer l'œuvre.
"Cybion" est superbe, perpétuant l'héritage de Dream Theater, Opeth et Cynic. "Skies" (la démo de 96) est intéressante bien que les influences des groupes pré-cités soient parfois un peu trop présentes (on voit les progrès accomplis depuis). Enfin, les reprises sont bien choisies et plutôt réussies (particulièrement celles de Dream Theater et de Loudblast). Un luxueux digipack ainsi qu'un livret richement illustré enrobent le tout.
Une leçon de musique pour tout amateurs de métal.

NUNO777 - 26.02.2009
Un excellent album mélangeant beaucoup d'éléments musicaux avec brio. Le consensus actuel sur cet album et ce groupe me rend dubitatif : les excès de certains vis-à-vis des commentaires ou des notes me paraissent plus dénoter un désert de créativité ambiant plutôt qu’un réel sentiment le plus objectif que l’on puisse rendre. En ce sens que, comparé à la plupart des productions des dernières années, ce disque parait certes au dessus de la moyenne. Mais l’homo-progressius n’est pas réputé pour avoir la mémoire courte…


NIURK - 26.02.2009
C'est un pic, c'est un roc, c'est un cap, que dis-je c'est un cap : C'EST UNE PÉNINSULE ! ... et Cybion de rajouter : "QUE DIS-JE C'EST UNE PENINSULE, C'EST UNE PLANETE, UNE GALAXIE, UN UNIVEEEEEEEEEEEERS !".

Il faudrait les 15 ans de conception de cet album pour le chroniquer... l'auteur de cet avis n'ayant pas que ça à foutre (oui, oui, carrément !), il se contentera de signifier toute son approbation à cet acte hautement créatif, de mettre un 9/10 qui est en fait un 10/10, et de retourner faire ses mots-croisés ! (Pas que ça à foutre j'vous ai dit ! Non mais...)


Note : il est purement et simplement impossible de faire des mots croisés sur cet album... voila !

EN RELATION AVEC KALISIA
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Cybion (2009)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant KALISIA
ALBUMS CONSEILLES
  • CYNIC_Traced-In-Air CYNIC
    Traced In Air (2008)
    SEASON OF MIST - METAL PROGRESSIF

    4
  • DREAM-THEATER_Live-At-Budokan DREAM THEATER
    Live At Budokan (2004)
    WARNER - METAL PROGRESSIF

    3
  • DREAM-THEATER_Systematic-Chaos DREAM THEATER
    Systematic Chaos (2007)
    ROADRUNNER - METAL PROGRESSIF

    4
  • CYNIC_Focus CYNIC
    Focus (1993)
    ROADRUNNER - DEATH METAL

    5
  • IN-FLAMES_Reroute-To-Remain IN FLAMES
    Reroute To Remain (2002)
    NUCLEAR BLAST - DEATH METAL

    4
    
 
RATING
STAFF : 4.6/5 (10 avis)
LECTEURS : 5/5 (2 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT KALISIA
 
KALISIA_Cybion Cybion (2009)
AUTOPRODUCTION - METAL PROGRESSIF

5
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017