MW / Accueil / Chroniques / RIVERSIDE: Anno Domini High Definition

RIVERSIDE: ANNO DOMINI HIGH DEFINITION (2009)


ALBUM - INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF - EL_BIA - 19.06.2009
""

4/5
GROUPES PROCHES :
SATELLITE, RETROSPECTIVE, JOLLY, RICOCHER, COLLAGE, ORDINARY BRAINWASH, AFTER, ANASAZI, LUNATIC SOUL, VOTUM

TRACKS :

01. Hyperactive - 5:45, 02. Driven To Destruction - 7:06, 03. Egoist Hedonist - 8:57, 04. Left Out - 10:59, 05. Hybrid Times - 11:53

FORMATION :
Mariusz Duda (Chant / Guitares / Basse), Michal Lapaj (Claviers), Piotr Grudzinski (Guitares), Piotr Kozieradzki (Batterie)

TAGs :
Avant-gardiste, Planant, Planant
Bon, la trilogie est terminée. Quoi d’autre maintenant ? Quelle suite nos polonais de Riverside vont-t-ils donner à leurs aventures musicales ? Après le fameux « Rapid Eye Movement » sorti en 2007, et concluant avec brio la trilogie de la bande à Mariusz Duda entamée depuis leur premier album, « Out Of Myself », le suspense entourant la suite des aventures du groupe était sans égal… Que vont-ils nous proposer ? Seront-ils à la hauteur de leurs prouesses passées ? Tant de question posées… Jusqu’à la venue de ce « Anno Domini High Definition » en ce mois de juin 2009, décrit par le groupe comme le plus ‘énergique et puissant’ de leurs albums.

Alors ? Eh bien oui, ils n'ont pas tort nos amis polonais ! Ce nouvel album de Riverside est ce que l’on appelle dans le jargon Rock/Métal « une véritable tuerie » ! Ne vous attendez plus à du Rock Progressif comme à l’habituel avec quelques passages puissants et effrénés ça et là… Bien au contraire, il s’agit plus cette fois-ci d’un Métal Prog teinté du style mélodique Riversidien. Et elles sont loins les petites mélodies mélancoliques comme sur « I Believe » ou « Conceiving You », remplacées par des riffs de guitare lourds et puissants soutenus par ces claviers old school caractéristiques du groupe. On a entre autre un Métal Progressif extrêmement riche en mélodies et totalement accrocheur qui demandera plusieurs écoutes avant de pouvoir enfin mémoriser les morceaux.

Mais attention, ce n’est pas parce que le groupe prend un tournant Métal Prog que la fameuse touche mélodieuse et planante signée Riverside se trouve diminuée. En effet, les ambiances et autres atmosphères se trouvent toujours teintées de cette touche quasi-indescriptible : un piano énergique en guise d’intro (comme sur « Hyperactive » ou « Hybrid Times »), la voix de Mariusz Duda venant caresser nos tympans de ce ton à la fois stressant et envoutant, ou encore quelques riffs plus que saisissants et à la mélodie inimitable. Je vous renvoie à ce merveilleux moment aussi paisible qu’envoutant sur « Left Out », qui est d’ailleurs le titre le plus proche de ‘l’ancien’ Riverside, sur lequel des notes de claviers enchanteresses se voient doublées d’une guitare puis d’une basse pour un rendu exceptionnel.

A cela s’ajoute des morceaux instrumentaux renversants à l’énergie et à la puissance débordantes, ornés de divers instruments aux sonorités toutes plus originales les unes que les autres : le clavier Riversidien se trouve toujours aussi saisissant, la basse de Mister Duda ainsi que sa voix permettent de rythmer le tout et de lui donner une touche toujours plus unique, la batterie nous épate de par sa puissance, et bien entendu… les soli de guitare nous envoient au septième ciel, comme on en a l’habitude avec le groupe.

Chaque titre est une véritable douceur que l’on n’hésitera pas une seule seconde à savourer encore et encore. La structure des morceaux, les breaks et autres montées en puissance ont été parfaitement étudiés afin de ne laisser aucun répit à l’auditeur. En d’autres termes : impossible de s’ennuyer sur ce « Anno Domini High Definition ».

On a donc là un croisement entre ce qui se fait de mieux dans le Métal Prog. Pour la comparaison, « Anno Domini High Definition » s’apparenterait à un tableau complexe peint de mille couleurs, à la fois vives, sobres ou sombres, mêlées ensemble de la manière la plus harmonieuse qui soit. On se laisse surprendre encore et encore à chaque écoute par tous les secrets que renferme ce chef-d’œuvre. On ne pourra au final que regretter la faible durée de l’album, 44:44 minutes (ce qui lui a valu le surnom de 44:44 par le groupe), ce qui est particulièrement frustrant au vu de la qualité de la galette.

Ruez-vous donc sur ce nouveau chef-d’œuvre made in Riverside, vous ne serez pas déçus...


Plus d'informations sur http://www.riverside.art.pl
TOPPROG - 25.10.2009
Rapid Eye Movement était le dernier album annoncé d'une trilogie de qualité. On devait peut-être s'attendre à quelque changement avec ce ADHD.
Le changement le plus marquant est dans la durée du disque, 44.44 minutes, une durée quasiment vinylesque! Pas étonnant d'abord car il n'y a que 5 morceaux pour 9 morceaux dans les précédents. Ce serait suffisant pour expliquer les 20 minutes de moins... mais pas seulement ; et je pense que le changement le plus significatif est la construction des morceaux.
Nous avons 2 morceaux assez longs (10 mn) et si on les analyse par rapport aux opus précédents on s'aperçoit que ce sont les solos de guitares de L'excellent Piotr Grudzinski qui ont été écourtés. Celui-ci semble s'être démarqué de ses influences "Frippiennes" et "Gilmouriennes" pour arriver à un style plus concis, un format plus "rock" pour tout dire dans un style toujours classique (pas de shred, de tapping, d'harmoniques artificielles) et les solos ne dépassent pas les 15 secondes. Ce n'est donc pas la priorité du disque et il faut reconnaitre que ces longs solos ne pouvaient peut-être intéresser que les guitaristes, au détriment d'une cohésion et d'un équilibre du groupe qui sont ici magnifiquement présents. Le finale des 3 derniers morceaux sont typiques de cette orientation: le solo de guitare se termine rapidement pour laisser place à une partie instrumentale dans laquelle tous les musiciens sont bien présents, et surtout dans une cohésion
mélodico/rythmique rarement atteinte dans les disques précédents.
Rythme est le maître mot de ce disque qui démarre sur les chapeaux de roue avec les brûlot "Hyperactiv" introduit par une section de piano maladif. Le premier moment de calme suvient dans la partie centrale de "egoist hedonist". Il y en a très peu d'autres, sinon les belles intros des 2 derniers morceaux.
Exit aussi la guitare acoustique de REM et ici la guitare électrique se fait peut-être un peu plus énorme en distorsion mais avec des riffs qui rappellent plus le hard rock que metal ('driven to destruction'). Des riffs superbement soutenus par l'orgue Hammond de Michal Lapaj qui en outre expérimente quelques sonorités nouvelles de bon goût. Le rythme est bien sûr soutenu par l'énorme basse de Mariusz Duda qui est vraiment excellent bassiste et dont le chant est peu-être un peu mixé en retrait mais toujours très expressif. Le batteur n'en fait jamais trop (on est loin de Portnoy!) et tient sa place de manière très efficace.
La courte partie cuivre sur un rythme groovy de "driven to destruction" est excellente et on se dit que l'idée aurait pu être développée.
Il semble que ce soit le disque de la maturité et les choix paraissent excellents. Ce groupe a un caractère fort, même si on sent parfois toujours l'influence de Porcupine Tree, mais en moins glacial. Il n'y a pas une seconde à jeter sur ces 5 morceaux qui condensent tout le savoir-faire du groupe qui excelle dans ces rythmiques de 'transe" parfois reconstruites à l'infini ("hybrid times") avec un petit côté "oriental" dans les mélodies. Assez fascinant, jamais lourdingue.
Les paroles aussi valent le détour et l'esprit torturé de Duda me fait parfois penser à Hammill dans son écriture. Le thème de cet opus est la folie de frénésie de vitesse de nos sociétés "modernes" et de leur paradoxe : "here you have to run as fast as you can to stay in the same place".
Encore une bonne surprise de Pologne après le fabuleux Nostalgia de Satellite.
Et dire que ce disque est en tête des ventes en Pologne !! Imaginez Nemo en tête des ventes en France... Inimaginable, non ? Inimaginable malheureusement !

NIGHTOCEAN - 30.06.2009
Grand fan de leurs précédents albums, je suis allé les voir à Paris à la scène Bastille.
J'adore ce nouvel opus. Je comprend qu'il rebute un peu à la première écoute, mais il faut passer outre et persévérer !
L'album est beaucoup plus ramassé que les précédents, plus direct mais aussi plus tranchant plus incisif ! On s'habitue très bien à l'orientation metal car les titres conservent des mélodies excellentes qui font que ce groupe est un cran au-dessus de beaucoup d'autres du même style.
J'apprécie tous les titres, avec une mention spéciale sans doute pour Egoist Hedonist, le titre le plus innovant, très étonnant !
Bref, encore !

VAL - 29.06.2009
J'attendais Riverside au tournant avec cet album. Après une trilogie pourtant prometteuse qui s'était achevée en eau de boudin en 2007, avec un Rapid Eye Movement tristement répétitif et qui démontrait, à mon grand regret, l'incapacité du groupe à retrouver l'inspiration de ses deux premiers opus, il fallait que le combo polonais se sorte les doigts de cet endroit où le soleil ne brille jamais.

Hélas, hélas, trois fois hélas, ce ADHD au titre aussi pompeux que son contenu ne parvient qu'à briser tous ces espoirs nourris au fil des années. Un album poussiéreux, monolithique, qui institue définitivement un "style Riverside", style que Duda et ses compagnons auront désormais grand peine à faire évoluer. Un Mariusz Duda par ailleurs consternant de platitude tout au long de ces 5 pistes, égrenant de manière pénible (sinon pour lui, du moins pour moi) des vocalises aussi entêtantes que peu avenantes. Il est désolant de constater que le bonhomme fait désormais mieux, bien mieux même, au sein des side-projects auxquels il participe (Indukti) ou qu'il a même initié (Lunatic Soul).

Un échec artistique complet pour ma part, qui, sauf résurrection inattendue dans deux ans, sera le dernier contact que j'aurai avec un groupe que j'ai pourtant jadis encensé avec fougue... Dommage. Je cite pour finir Torpedo, qui dans sa chronique de Second Life Syndrome, pointait sans le savoir du doigt un problème déjà crucial à l'époque : "Riverside s’est assis sur son piédestal et il ne semble pas prêt à remettre en question un style qui a fait sa renommée."
Un piédestal où le groupe n'est plus assis, mais carrément englué...

ABADDON - 24.06.2009
Relative déception que cet Anno Domini. Après sa trilogie, qu’allait donc nous proposer Riverside ? Orientation plus instrumentale, comme l’avait suggéré Mariusz Duda ? Point ! C’est le coté métal qui prend le dessus, avec des compositions plus décousues, une instrumentation plus agressive, notamment au niveau des claviers, et même des vocaux qui ne font plus preuve de la même délicatesse. Le dernier morceau, Hybrid Times, confond parfois spectaculaire et émotion ; ce parti-pris peut se révéler efficace sur scène, où les gros effets sont souvent payants, mais met de côté la continuité du titre. C’est quand même beaucoup moins heurté que la plupart des compositions de métal pur, et parcouru de fulgurances toujours bienvenues, mais seul Egonist Hedonist retrouve le souffle qui habitait les albums précédents. De la difficulté d’évoluer ...

NUNO777 - 20.06.2009
Sans parler de chef d'œuvre, cet album m'a fait renoué avec ce groupe que j'avais mis de côté depuis deux albums. Je n'ajouterais rien à ce qu'à écrit le Bia, sauf pour dire que cet album contient un riff - dans Egoist Hedonist - du tonnerre avec cuivres qui vaut presque à lui seul l'écoute de cet Anno...

TONYB - 19.06.2009
Comme l'a si bien souligné notre ami chroniqueur, la principale couleur de cet album est métallique (mais c'était déjà le cas de R.E.M. non ?).
Comme l'a si bien souligné notre ami chroniqueur, cela n'empêche pas le sens de la mélodie et les périodes d'accalmie.
Et ce dernier point permet aux allergiques du métal à tout crin (dont je fais partie) de trouver leur bonheur dans ce nouvel album de Riverside. Comme quoi !

EN RELATION AVEC RIVERSIDE
DERNIERE ACTUALITE
RIVERSIDE en tournée
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant RIVERSIDE
 
DERNIER ARTICLE
Vivant ses denières heures avant une fermeture définitive, La Loco de Paris acceuillait en ce samedi soir la formation prog metal Riverside. Un concert auquel Musicwaves se devait d'assister.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant RIVERSIDE
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Eye Of The Soundscape (2016)
"Eye Of The Soundscape" est une parenthèse électro-intrumentale atmosphérique osée en forme de transition dans la carrière des Polonais, une douceur mélancolique mais quelque peu répétitive.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant RIVERSIDE
ALBUMS CONSEILLES
  • AEGIS-INTEGER_Sand-Timer AEGIS INTEGER
    Sand Timer (2007)
    AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

    5
  • ATTO-IV_Shattered-Lines ATTO IV
    Shattered Lines (2011)
    GALILEO - METAL PROGRESSIF

    3
  • VOTUM_Harvest-Moon VOTUM
    Harvest Moon (2013)
    MYSTIC - METAL ATMOSPHERIQUE

    4
  • COLLAGE_Moonshine COLLAGE
    Moonshine (1994)
    METAL MIND - ROCK PROGRESSIF

    3
  • ORDINARY-BRAINWASH_Disorder-In-My-Head ORDINARY BRAINWASH
    Disorder In My Head (2009)
    LYNX - ROCK PROGRESSIF

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3.5/5 (15 avis)
LECTEURS : 4.3/5 (14 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT RIVERSIDE
 
RIVERSIDE_Eye-Of-The-Soundscape Eye Of The Soundscape (2016)
INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

3
RIVERSIDE_Love-fear-and-the-time-machine Love, Fear And The Time Machine (2015)
INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

4
RIVERSIDE_Shrine-Of-New-Generation-Slaves Shrine Of New Generation Slaves (2013)
INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

4
RIVERSIDE_Memories-In-My-Head Memories In My Head (2011)
GLASSVILLE - METAL ATMOSPHERIQUE

3
RIVERSIDE_Reality-Dream Reality Dream (2010)
METAL MIND - ROCK PROGRESSIF

3
RIVERSIDE_Anno-Domini-High-Definition Anno Domini High Definition (2009)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
RIVERSIDE_Rapid-Eye-Movement Rapid Eye Movement (2007)
INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

4
RIVERSIDE_Voices-In-My-Head Voices In My Head (2005)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

3
RIVERSIDE_Second-Life-Syndrome Second Life Syndrome (2005)
INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

4
RIVERSIDE_Out-Of-Myself Out Of Myself (2004)
SONY BMG - ROCK PROGRESSIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017