MW / Accueil / Chroniques / STEVE VAI: Alien Love Secrets

STEVE VAI: ALIEN LOVE SECRETS (1995)


ALBUM - SONY BMG - GUITAR HERO - NUNO777 - 28.08.2009
""

4/5
GROUPES PROCHES :
DAVID LEE ROTH, BUMBLEFOOT, MARTY FRIEDMAN, JENNIFER BATTEN, JOE SATRIANI, FRANK ZAPPA, DAVE MARTONE, BRIAN MAILLARD, TRIPLE FX, MICHAEL ELSNER

TRACKS :

01. Bad Horsies - 05:51, 02. Juice - 03:44, 03. Die To Live - 03:52, 04. The Boy From Seattle - 05:04, 05. Ya-Yo Gakk - 02:52, 06. Kill The Guy With The Ball/The God Eaters - 07:02, 07. Tender Surrender - 05:09

FORMATION :
Deen Castronovo (Batterie), Julian Vai (5) (Chant), Steve Vai (Chant / Guitares / Basse / Claviers / Batterie), Tommy Mars (7) (Claviers)

TAGs :
Guitar-Hero, Instrumental, Technique
C’est en plein milieu de la préparation de son Fire Garden que Steve Vai va écrire et enregistrer le EP Alien Love Secrets en un temps record de six semaines. La parenthèse Sex & Religion a mis quelques distances entre Steve et les fans de Passion & Warfare, et Alien Love Secrets va renouer les liens avec un album qui est entièrement dédié à la guitare. En effet, cette courte oeuvre d’une trentaine de minutes rend hommage, d’une part aux influences de Steve Vai, et surtout il glorifie l’instrument comme aucun autre album de Vai. Une section rythmique, un léger clavier et une guitare branchée sur un ampli ; si la recette de Alien Love Secrets est simple mais elle aura produit un des classiques de la guitare instrumentale.

Le premier morceau est sans doute le plus metal de la carrière de l’Américain. "Bad Horsies" contient toute la puissance du cheval qu’il met en scène et que la guitare de Vai va s’évertuer à rendre vivante. Les sextolets de quintuple croches sont légions dans cet album qui est probablement le plus technique de la discographie de Vai. La mise en scène proposée à chaque fois qu’il jouera ce titre en concert accentuera le côté industriel du morceau qui met en avant l’utilisation de la guitare sept cordes.

L’enjoué et très rapide "Juice" prend le contrecoup de "Bad Horsies" avec un shuffle aérien et un son plutôt crunch. Steve Vai se fait véritablement plaisir avec ce morceau qui donne envie de taper du pied. Bien que Steve ait programmé la batterie, la section rythmique est parfaitement adaptée. Titre plus lent, à la limite de la balade, "Die To Live" laisse s’exprimer la frappe sèche de Deen Castronovo (Journey) à la batterie. Tout le toucher de Vai se trouve quintessencié dans cette alternance de la rythmique et des chorus. Une partie plus atmosphérique, pouvant faire office de solo, donne au morceau une belle plus value au centre de celui-ci. L’influence de Jimi Hendrix chez Steve Vai est plus que démontrée (celui-ci arbore du reste un tatouage portant mention de Axis: Bold As Love) et le morceau "The Boy From Seattle" est le meilleur hommage rendu à ce génie de la guitare. Steve utilise un son clair, légèrement saturé, avec nombres d’arpèges et d’accords joués presque à la manière de Jimi.

Vai considère ses guitares comme des personnes vivantes. Il leur donne des noms et semble danser et faire corps avec elles en concert, et surtout, il arrive à leur donner la parole. On avait déjà entrevu cette particularité avec "The Audience Is Listening", et avec "Ya-Yo Gakk". C’est en réponse aux drôles de mots de son jeune fils Julian, que Steve Vai fait parler son Ibanez. Le petit garçon crie des Ya-Yo Gakk que lui seul comprend, ainsi que la sept cordes (vocales) de Steve qui répète ou complète les interventions du nourrisson. Beaucoup de basse dans ce morceau très atypique, comme seul sait en composer Vai.

Avant dernier morceau de ce court album, qui se trouve être divisé en deux parties bien distinctes, "Kill The Guy With The Ball" est une expérimentation déjantée avec des voix bizarres et une batterie survoltée. "The God Eaters" prend le contre-pied de ce difficile morceau qui réveille, avec une partie très atmosphérique qui n’a d’autre but que le recueillement. Car nous arrivons au septième et dernier morceau de l’album, et même pour un EP, Steve n’aurait sacrifié à la tradition. "Tender Surrender" est donc un classique morceau numéro sept des albums de Steve, celui qui ramasse le plus de mélodie et qui commence comme une ballade pour se métamorphoser en orgie de notes. Le début, justement, est joué en son clair avec accord sur deux notes. Le rythme s’accélère lentement et quand l’auditeur est assez mûr pour cela, Vai appuie sur le switch de saturation. Le solo accompagné de wah-wah est d’une beauté à pleurer et le toucher de Vai est encore une fois divin. "Tender Surrender" est un des meilleurs morceaux de Vai, tous albums confondus, et il mérite à lui seul l’achat de cet album.

Alien Love Secrets est un point de passage entre Sex & Religion et le monumental Fire Garden et l'écoute de ce dernier permettra de comprendre pourquoi il aura fallu cette étape à son géniteur. Si vous découvrez la carrière de Steve Vai à l’occasion de ces chroniques dédiées à ce génie, ne faites pas l’impasse sur Alien Love Secrets car il fait partie intégrante du fabuleux édifice construit par un génie et son omission mettrait l’ouvrage en péril.


Plus d'informations sur http://www.vai.com
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC STEVE VAI
DERNIERE ACTUALITE
STEVE VAI: Stillness In Motion - Vai Live In L.A.
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant STEVE VAI
 
DERNIER ARTICLE
Journée pas comme les autres au Hard Rock Café de Paris avec Steve Vai pour la remise d'une des ses mythiques guitares Ibanez. Un évènement exceptionnel que vous fait partager Music Waves !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant STEVE VAI
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
The Story Of Light (2012)
La relève tarde à se manifester et pourtant le maître perd de sa superbe avec The Story Of Light, un album qui n’arrive pas au niveau de ses deux prédécesseurs, qui montraient déjà les signes du déclin.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant STEVE VAI
ALBUMS CONSEILLES
  • DAVE-MARTONE_When-The-Aliens-Come DAVE MARTONE
    When The Aliens Come (2007)
    LION MUSIC - METAL PROGRESSIF

    4
  • DAVE-MARTONE_Nacimiento DAVE MARTONE
    Nacimiento (2015)
    MAGNA CARTA - GUITAR HERO

    3
  • TRIPLE-FX_II TRIPLE FX
    II (2008)
    AUTRE LABEL - GUITAR HERO

    4
  • MARTY-FRIEDMAN_Scenes MARTY FRIEDMAN
    Scenes (1992)
    SHRAPNEL - AUTRES

    4
  • JOE-SATRIANI_Unstoppable-Momentum JOE SATRIANI
    Unstoppable Momentum (2013)
    UNIVERSAL - GUITAR HERO

    4
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3.3/5 (3 avis)
LECTEURS : 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT STEVE VAI
 
STEVE-VAI_The-Story-Of-Light The Story Of Light (2012)
SONY BMG - GUITAR HERO

3
STEVE-VAI_Where-The-Wild-Things-Are Where The Wild Things Are (2009)
FAVORED NATIONS - GUITAR HERO

5
STEVE-VAI_Sound-Theories--vol-1--2 Sound Theories - vol 1 & 2 (2007)
EPIC - GUITAR HERO

4
STEVE-VAI_Real-Illusions-Reflections Real Illusions : Reflections (2005)
EPIC - GUITAR HERO

4
STEVE-VAI_The-Ultra-Zone The Ultra Zone (1999)
EPIC - GUITAR HERO

3
STEVE-VAI_Fire-Garden Fire Garden (1996)
EPIC - GUITAR HERO

5
STEVE-VAI_Alien-Love-Secrets Alien Love Secrets (1995)
SONY BMG - GUITAR HERO

4
STEVE-VAI_Sex--Religion Sex & Religion (1993)
SONY BMG - HARD ROCK

5
STEVE-VAI_Passion--Warfare Passion & Warfare (1990)
SONY BMG - GUITAR HERO

5
STEVE-VAI_Flexable Flexable (1984)
AUTOPRODUCTION - GUITAR HERO

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017