MW / Accueil / Chroniques / ALICE IN CHAINS: Black Gives Way to Blue
Le 09.10.2009 par HYPERUNKNOWN
GROUPE/AUTEUR:

ALICE IN CHAINS


TITRE:
BLACK GIVES WAY TO BLUE
ANNEE PARUTION:
2009
LABEL:
EMI
GENRE:
HEAVY METAL
""
Neurasthénique, désenchantée voire funèbre, pendant seulement six ans, Alice in Chains conduit par Layne Staley, aura véhiculé au travers de sa musique sombre sa vision décharnée du monde et de sa propre existence, érigeant le combo de Seattle comme l’un des moteurs du mouvement grunge, dont le succès fut finalement aussi éphémère que fulgurant.

C’est un fait connu, une overdose emporta Staley en 2002 laissant orpheline sa famille musicale incluant leurs nombreux fans. Trois ans plus tard, le combo remonte pourtant sur scène le temps des quelques concerts de charité et pour lesquels se substituent derrière le micro des noms tels que Phil Anselmo (Pantera), Maynard James Keenan (Tool, A Perfect Circle) ou Pat Lachman (Damageplan) Forcément, les rumeurs de re-formation vont bon train mais c’est finalement lors d’une tournée passant par les Etats-Unis, l’Europe et le Japon que le visage de celui qui semble être le frontman définitif du phœnix renaissant est dévoilé : William DuVall, ex-chanteur du groupe de la côte Ouest Comes With the Fall. Gardant son nom d’origine, Alice In Chains rentre en studio fin 2008 sous la houlette de Nick Raskulinecz (Foo Fighters, Marylin Manson, Stone Sour,…) pour une sortie officiel de « Black Gives Way To Blue » un an plus tard.

Ce retour après presque quinze ans de silence - depuis leur dernier album studio éponyme - aura sans doute suscité quelques insinuations malveillantes sur une mise à profit à des fins mercantiles de ce énième « revival ». A cela, on pourrait rétorquer que lors des dernières années avant la disparition de Staley et malgré son absentéisme croissant, Cantrell n’a jamais semblé vouloir mettre fin à sa participation. Leurs liens tissés de longue date ont même amené Cantrell à composer l’album « Degradation Trip » sorti en 2002 à la mémoire de son ami de jeunesse. Sur « Black Gives Way to Blue », la dernière chanson éponyme lui sera également dédiée. Cet opus pourrait donc constituer plus un passage de témoin qu’une éventuelle infidélité posthume afin de faire vivre une aventure jamais véritablement terminée.

A ce titre, la couleur de l’album garde d’ailleurs le même ton noir qui enveloppait les contes sépulcraux de la période Staley. Mais à l’instar de « Black Gives Way to Blue », titre plus optimiste qu’auparavant (selon la lecture que l’on en fait), Cantrell semble moins enclin à faire ressurgir les fantômes de sa jeunesse et de celle de ses camarades. A l’époque de « Dirt », il précisait qu’ il arrivait à « exorciser ses démons quotidiens à travers la musique ». La quarantaine passée, les problèmes de la vie sont différents et la finalité de sa musique aussi. Avec « Check My Brain » il arrive par exemple à ironiser sur sa condition actuelle où l’ancien « junkie » de Seattle assume désormais pleinement sa vie de bobo à Los Angeles. Cantrell se sert pourtant toujours à bon escient de la lourdeur de sa guitare, parfois particulièrement distordue sur le lourd et abrasif « A looking In View ». L’atmosphère est alors loin d’être allègre, ni d’une grande légèreté, mais plutôt froide et étouffante. Le heavy metal du quartet – Cantrell disait considérer sa musique comme du heavy metal et non du grunge – est soudain plus agressif alors qu’il peut s’afficher avec plus d’énergie, de vivacité sur « Lesson Learned » et « Take Her Out ».

A l’opposé, Cantrell a toujours su faire passer ses messages différemment, avec cette étrange douceur, cette beauté angoissante inspirée là encore par les états de noirceur de l’âme, comme les épisodes dépressifs de Staley. Il y avait « Down In the Hole » sur « Dirt », désormais les ballades au titre évocateur telles que « Private Hell » reflètent ce même raffinement pour lesquelles s’apprécient aussi la qualité de chanteur de DuVall et son chant racé. Et même si « Black Gives Way to Blue » fait figure de mélopée nostalgique un peu mielleuse qui se retiendra aussi pour les passages – succincts - aux pianos interprétés par Sir Elton John en personne, la palette d’émotion à l’écoute de ses plages plus calmes – comme cette ballade folk quasi-acoustique « When The Sun Rose Again » - renforcée par les chœurs de Cantrell est encore une preuve du talent de songwriting du groupe.

A l’évidence, Alice n’a pas perdu de sa superbe. Libérée de ses anciennes chaînes, elle semble désormais apaisée bien que peinant toujours à recouvrer une véritable joie de vivre. Bien que non passéiste, le rideau n’a cependant toujours pas été tiré sur le passé. Musique moderne aux senteurs d’antan, ce « Black Gives Way to Blue » atteint les sommets du genre. Tant pis pour les puristes nostalgiques de la vielle époque, cet album est dores et déjà l’une des productions de l’année. Un très grand cru.

Plus d'information sur http://www.aliceinchains.com/index_countdown.php?id=29

VIDEO

GROUPES PROCHES:
NIRVANA, THE NEW BLACK, LOADING DATA, ALICE IN CHAINS, THE POOR, RENAISSANCE OF FOOLS, FAR PLAIN, KILL DEVIL HILL, QUBE, THE SLEEPPERS

LISTE DES PISTES:
01. All Secrets Known - 04:43
02. Check My Brain - 03:58
03. Last of My Kind - 05:53
04. Your Decision - 04:43
05. A Looking in View - 07:06
06. When the Sun Rose Again - 04:00
07. Acid Bubble - 06:56
08. Lesson Learned - 04:17
09. Take Her Out - 04:00
10. Private Hell - 05:38
11. Black Gives Way to Blue - 03:04
12. Black Gives... (piano mix) - [iTunes bonus tracks]
13. Your Decision (live) - 04:48 [iTunes bonus tracks]


FORMATION:
Elton John: Piano Sur "Black Gives Way to Blue"
Jerry Cantrell : Guitares
Mike Inez: Basse / Back Vocals
Sean Kinney : Batterie / Percussion
William DuVall : Chant / Guitare rythmique


TAGS:
Chant éraillé, 90's, Lourde
 productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id
 

LYNOTT le 12/01/2010 20:03:22
Mais bon sang, je ne m'explique pas l'effervescence autour de ce groupe...C'est dissonant, lancinant et démoralisant...les cinq titres cool sont toutefois à sauver pour moi...enfin bref, les goûts et les couleurs...
1607 7349
 
EN RELATION AVEC ALICE IN CHAINS
DERNIERE ACTUALITE
ALICE IN CHAINS : Concert à Paris le 28 mai 2019
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ALICE IN CHAINS
 
DERNIERE CHRONIQUE
Rainier Fog (2018)
Sans révolutionner son approche de la musique, Alice In Chains signe avec "Rainier Fog" un excellent album de grunge en restant fidèle à ses racines.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ALICE IN CHAINS
 
NOTES
 
3.6/5 (9 avis)
3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT ALICE IN CHAINS
 
ALICE-IN-CHAINS_Rainier-Fog Rainier Fog (2018)
BMG - GRUNGE

ALICE-IN-CHAINS_The-Devil-Put-Dinosaurs-Here The Devil Put Dinosaurs Here (2013)
COLUMBIA - HEAVY METAL

ALICE-IN-CHAINS_Black-Gives-Way-to-Blue Black Gives Way to Blue (2009)
EMI - HEAVY METAL

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion

© Music Waves | 2003 - 2019