MW / Accueil / Chroniques / BLACK SABBATH: Dehumanizer
GROUPE/AUTEUR:

BLACK SABBATH

(DEFAULT)

TITRE:
DEHUMANIZER
ANNEE PARUTION:
1992
LABEL:
WARNER
GENRE:
HEAVY METAL
""
CHILDERIC THOR - 24.05.2010 -
Au début des années 90, Black Sabbath, ou du moins ce qu’il en reste, n’est plus que l’ombre de lui-même. Ses deux derniers albums, Headless Cross (1989) et Tyr (1990), dont on ne reconnaîtra les qualités souvent que bien plus tard, sont accueillis dans une indifférence quasi-générale. Malgré un line-up pour la première fois depuis longtemps à peu près stabilisé autour de l’inamovible Tony Iommi, du chanteur Tony Martin, du bassiste Neil Murray et du légendaire batteur Cozy Powell, le groupe poursuit un déclin que rien ne semble vouloir interrompre. Conscient de cet échec et poussé par la Warner, le ténébreux guitariste décide de réunir une formation capable de redorer l’image du dinosaure anglais. Très vite, le bassiste Geezer Butler et Ronnie James Dio, dont la carrière solo est également en panne le rejoignent avec en ligne de mire la réalisation d’un nouvel opus et d'une tournée.

D’abord baptisé Heaven And Hell II, Dehumanizer connaît une conception cependant tumultueuse, moins sur un plan artistique que relationnel. En effet, tous les deux dotés d’un ego surdimensionné, Iommi et Dio ne tardent pas à s’affronter au point que Tony Martin est même rappelé un temps avant de se faire à nouveau lourder. De plus, pourtant anciens compagnons au sein de Rainbow, le chanteur et Cozy Powell ne s’entendent pas davantage. Ce dernier quitte rapidement le navire, permettant la réunion complète du line-up qui enregistra Mob Rules avec le retour de Vinnie Appice.

Gravé sous la houlette de Mack, reconnu pour son travail sur les Queen des années 80, et choix donc à priori curieux, Dehumanizer voit le jour en 1992. C’est une réussite et probablement alors le meilleur disque que Black Sabbath ait enfanté depuis le décrié Born Again (1983), avec lequel il partage en outre une direction ultra-pesante identique (c'était du reste déjà le cas de Headless Cross). Œuvre glaciale et sombre, il est construit sur une succession de titres au tempo très lourd.

En ouverture, "Computer God", impose d’emblée ses traits sculptés au burin. Avec son introduction lugubre à souhait, "After All (The Dead)" s’enfonce encore un peu plus dans des rivages heavy aux confins du doom. "Letters From Earth", le grandiose "Too Late", sommet d’émotions et proche des perles épiques parsemant Mob Rules (façon "Sign Of The Southern Cross" par exemple) ou le presque malsain "Buried Alive", qui voit le guitariste se fendre d'un solo sur lequel plane l’ombre de "Lonely Is The Word" sont les marches successives qui descendent dans les arcanes d’un monde en perdition. Certaines compos affichent une cadence plus véloce, telles que "TV Crimes" ou "Time Machine", émaillé d’une intervention nerveuse du gaucher, mais restent minoritaires, ce dont on ne se plaindra pas car elles ne sont pas les plus marquantes du lot.

Avec un album de cet acabit sous le bras, Black Sabbath aurait dû ensuite transformer l’essai sur scène. Il n’en est rien. Si les concerts sont bons et font le plein, l’entente cordiale entre les musiciens se dégrade et lorsque le groupe accepte d’ouvrir pour Ozzy Osbourne lors de ses deux concerts d’adieu (?), Dio claque la porte et se voit remplacé par Rob Halford. L’épisode Dehumanizer s’achève donc sur une note amère. Opus oublié et mésestimé, ceci expliquant sans doute cela, il mérite de fait d’être (re)découvert. Les prestations offertes par Heaven And Hell depuis 2007, en n'hésitant à piocher dans son menu, ont rappelé sa réussite à notre bon souvenir.

Plus d'information sur http://www.blacksabbath.com

VIDEO

GROUPES PROCHES:
DEEP PURPLE, OZZY OSBOURNE, DIO, THE MUGGS, VENOM, GRAND MAGUS, WEDNESDAY 13, PURE INC., EVIL MASQUERADE, SOUTHERN GENTLEMEN

LISTE DES PISTES:
01. Computer God - 06:10
02. After All (The Dead) - 05:37
03. Tv Crimes - 03:58
04. Letters From Earth - 04:12
05. Master Of Insanity - 05:54
06. Time Machine - 04:10
07. Sins Of The Father - 04:43
08. Too Late - 06:54
09. I - 05:10
10. Buried Alive - 04:47


FORMATION:
Geezer Butler: Basse
Ronnie James Dio: Chant
Tony Iommi : Guitares
Vinnie Appice: Batterie


TAGS:
Lourde
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

TOWNSEND LE DEVIN - 17/10/2013 09:41:49
j'entends deja les vrais fans (ceux d'Ozzy?) crier au scandale. Mais cet album est sans doute le plus heavy, le plus inspiré, le plus efficace de toute la période Dio, qui lui a une voix tellement plus accessible que celle de Sir Ozzy... Après une période peu faste, les anglais du Sab ont décidé de faire un album au son hyper puissant et aux riffs qui font pendre les tripes, du coup la sauce prend direct et l'osmose entre le style et la vivacité des titres rend ce Dehumanizer superbe. Un des meilleurs albums de Heavy de tous les temps! En tout cas bien meilleur que leur diarrhée 2013. Pour info je n'ai pas mis 5 car essayant d'être objectif et puis la pochette est parfaitement atroce...
8775 14536
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC BLACK SABBATH
DERNIERE ACTUALITE
BLACK SABBATH : Nouvel extrait du prochain DVD/Blu-ray
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant BLACK SABBATH
 
DERNIER ARTICLE
A quelques jours du Hellfest, Music Waves s'est penché sur ce sujet sensible source de débats houleux jusqu'à l'Assemblée Nationale... Premier volet d'un dossier construit autour de l'entretien entre le sociologue Nicolas Walzer et le prêtre Robert Culat.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant BLACK SABBATH
 
NOTES
 
2.7/5 (7 avis)
4.2/5 (4 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT BLACK SABBATH
 
BLACK-SABBATH_13 13 (2013)
VERTIGO / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Forbidden Forbidden (1995)
EMI / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Cross-Purposes Cross Purposes (1994)
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Dehumanizer Dehumanizer (1992)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Tyr Tyr (1990)
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Headless-Cross Headless Cross (1989)
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Eternal-Idol Eternal Idol (1987)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Seventh-Star Seventh Star (1986)
WARNER / HARD ROCK
BLACK-SABBATH_Born-Again Born Again (1983)
VERTIGO / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Live-Evil Live Evil (1982)
SANCTUARY / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Mob-Rules Mob Rules (1981)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Heaven-And-Hell Heaven And Hell (1980)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Never-Say-Die- Never Say Die ! (1978)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Technical-Ecstasy Technical Ecstasy (1976)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Sabotage Sabotage (1975)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Sabbath-Bloody-Sabbath Sabbath Bloody Sabbath (1973)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Vol-4 Vol. 4 (1972)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Master-Of-Reality Master Of Reality (1971)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Paranoid Paranoid (1970)
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Black-Sabbath Black Sabbath (1970)
WARNER / HARD ROCK
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019