MW / Accueil / Chroniques / PAIN OF SALVATION: Road Salt: Ivory

PAIN OF SALVATION: ROAD SALT: IVORY (2010)


ALBUM - INSIDEOUT - ROCK ATMOSPHERIQUE - ZOSO - 26.05.2010
""

3/5
GROUPES PROCHES :
DREAM THEATER, SYLVAN, FAITH NO MORE, HAKEN, WASTEFALL, DARK SUNS, ASYLUM PYRE, ASPERA, HOURGLASS, MINDFLOW

TRACKS :

01. No Way - 05:28, 02. She Likes To Hide - 02:57, 03. Sisters - 06:15, 04. Of Dust - 02:32, 05. Tell Me You Don't Know - 02:42, 06. Sleeping Under The Stars - 03:35, 07. Darkness Of Mine - 04:17, 08. Linoleum - 04:55, 09. Curiosity - 03:33, 10. Where It Hurts - 04:51, 11. Road Salt - 03:00, 12. Innocence - 07:15

FORMATION :
Daniel Gildenlöw (Chant / Guitares), Fredrik Hermansson (Claviers), Johan Hallgren (Guitares), Léo Margarit (Batterie)

TAGs :
Chant éraillée, Planant, Raw
Rarement un virage musical aura été aussi laborieux. Après un "Scarsick" qui tournait définitivement la page progressive du groupe en expédiant la tant attendue suite de "The Perfect Element" dans un album fourre-tout et brillant, tous les horizons étaient ouverts pour le groupe suédois. Pour ceux qui n'avaient pas compris le message "Scarsick", un nouvel EP avait permis de préparer tout le monde à ce son plus cru, plus ramassé, loin des envolées mélodiques d'antan, tout en faisant patienter les fans. En effet, suite aux dommages que la crise du disque inflige à leur maison de disque, c'est avec un certain retard que sort enfin la première partie de ce "Road Salt", sous-titrée "Ivory".

Pourquoi un virage musical ? Parce que, tout simplement, Pain of Salvation ne fait plus dans le metal prog. Pour des raisons confuses, Gildenlöw n'a jamais voulu être associé à ce style et avec "Road Salt" toute ambiguïté est désormais éliminée puisque l'on y retrouve quasiment pas de soli, des claviers très limités qui n'ont jamais le rôle de lead et un son cru mais jamais metal. Le style en devient de fait indéfinissable, marqué à la foi par le blues ('Tell Me You Don't Know'), le hard rock ('Linoleum'), des touches psychédéliques ('Where it Hurts'), des touches grunges ("Curiosity" aurait pu être sur le dernier Pearl Jam, non ?) et même des bizarreries, comme 'Sleeping Under The Stars', directement tiré du "California" de Mr. Bungle.

Nous voici donc face à un joyeux fourre tout qui passe pourtant sans problème grâce à un son abrasif et monolithique. La route est aride et l'album est un chemin de croix qui s'écoute presque dans la souffrance avec un son de guitare très épais et cru, parfois à la limite du fatiguant. Des sentiments comme l'impuissance, ou la douleur de certains choix naissent naturellement et avec réalisme dans les paroles de Gildenlöw... Rarement le thème du sexe ne m'aura autant secoué dans un morceau qu'avec ce "Sisters" bouleversant. C'est aussi ça "Road Salt": une histoire qui s'écoute.

Malheureusement, si tous les éléments pour se réjouir sont là, il faut y mettre un bémol. Si l'album est agréable en tant qu'entité, peu de morceaux se démarquent. Certains titres sont très anecdotiques ('Of Dust', le poussif 'Innocence', 'She Likes To Hide', etc...) et d'autres morceaux ne sont pas non plus fabuleux. Ainsi 'Road Salt' s'avère intense mais trop mièvre, 'Darkness of Mine' est sympa mais sans rythme, 'No Way' dont le solo semble improvisé nous fait regretter les interventions phrasées dont on avait l'habitude, etc. Il est par ailleurs dommage de constater que sur des format plus ramassés, P.O.S. pêche par manque de mélodie, tout simplement (cf. le très laborieux 'No Way' où rien ne fait prendre le morceau, ni riff, ni ligne de chant...).

Tout cela donne donc un résultat mitigé. Le nouveau visage du groupe est très séduisant, et surtout très crédible tant il semble coller naturellement à ce que veulent transmettre les musiciens. Seulement, les morceaux ne sont pas tous à la hauteur, et un goût de 'trop peu' reste irrémédiablement en bouche. Reste à voir ce que donnera la suite, et à mesurer à quel point ce double album moyen aurait pu être un simple album fabuleux.


Plus d'informations sur http://www.painofsalvation.com/enter.htm
LOLO_THE_BEST - 14.10.2010
Mais où donc s'est perdu POS ? A force de vouloir surprendre, de prendre des chemins de traverse, on finit par se perdre. "Road Salt" nous sert une bouillie infâme, à la limite de l'audible, où aucun morceau, ce qui est quand même assez rare, ne vient sauver l'ensemble. Le choix d'un son cru et direct m'est assez insupportable, d'autant que DG n'hésite pas à forcer dans les aigus. POSe ta croix et reviens, POS !

METALNATURE - 27.07.2010
J'ai mis un peu de temps à rentrer dedans, sans doute déconcerté par le changement musical. Si musicalement il est peut-être un peu moins inventif, après quelques écoutes, c'est un disque addictif, quelles mélodies inspirées, que d'émotions qui transpirent, ... POS est décidément imprévisible et c'est bien! (8,5:10)

DADDYCOOL - 19.07.2010
Enfin un disque bourré de surprises ! Le rock c'est aussi dépasser la ligne blanche ... Une production irréprochable et une prestation vocale de DG largement au-dessus de la moyenne. Un melting pot de tout ce que j'aime. 15 écoutes depuis juin et aucun ennui, on en redemande !

NUNO777 - 16.06.2010
Quand Pain Of Salvation a décidé de retrouver un son proche des origines du groupe (Scarsick), je l'ai suivi et même plébiscité. Ivory est plus dépouillé et la difficulté est d'adhérer à cette nouvelle direction tout en ayant en mémoire les grands albums progressifs du groupe (Entropia, The Perfect Element, Remedy Lane).
Zoso a tout dit sur l'album mais je dois ajouter que les écoutes successives sont positivement favorables à l'album. Plus je l'écoute et plus je le prends comme une entité détachée du reste de la discographie des suédois. Je lui trouve même quelques parentés avec Be…
De très bons morceaux, "Linoleum" et "Curiosity", parfois des merveilles en premier lieu "No Way" qui est un des morceaux les plus puissants de PoS surtout au niveau du chant et des paroles: Gildenlow y est plus impressionnant que jamais.
Vivement la suite avec l’album prévu à la rentrée : Ebony.

CORTO1809 - 07.06.2010
Pain Of Salvation fait partie de ces rares groupes atypiques avec lesquels on n'est jamais sûr de savoir ce que l'on va entendre. Il fait aussi partie pour moi des quelques artistes contemporains (Peter Hammill, Lacrimosa, Neal Morse et tous ses produits dérivés) qui sont capables de délivrer une musique intéressante dans la durée.

Je serai honnête : ROAD SALT ne m'a pas autant enthousiasmé que BE ou 12:5. L'ensemble est assez hétéroclite, tant sur le plan musical que, malheureusement, sur le côté qualitatif.
Car, si certains titres sont de la (très grande) qualité à laquelle POS nous avait habitués, d'autres sont nettement moins réussis.

Dans la catégorie "peut mieux faire", OF DUST, aux accents gospell, LINOLEUM, titre métal très simple et pas vraiment inspiré (très proche de ce que faisait un Ten Years After dans les années 70), CURIOSITY, hard rock assez basique et peu accrocheur ou encore INNOCENCE, joyeux fouillis où s'entremêlent cris, roulements de batterie et glissendi de guitares, ne donnent pas vraiment envie d'y revenir.

Dans la catégorie "bien mais sans plus", NO WAY, au son très rock, voire hard rock et SHE LIKES TO HIDE, blues assez classique ouvrent l'album. Ces deux titres présentent bien des similitudes avec ce que faisait LED ZEPPELIN au début de sa carrière. TELL ME YOU DON'T KNOW est un rock basique, curieux mélange entre Wishbone Ash pour les guitares et Alice Cooper (1ère période) pour le chant trafiqué, saupoudré d'un soupçon de BE (Dea Pecuniae) et même de LED ZEPPELIN sur la fin. Enfin, DARKNESS OF MINE a du mal à décoller, coincé dans un faux rythme qui oscille sans cesse entre des ralentissements et des fausses accélérations, une sorte de Whole Lotta Love (Led Zeppelin encore) un peu raté. Ces quatre titres nous font passer un agréable moment. Pas de quoi trépigner cependant.

Enfin, les titres qui justifient l'achat de ce disque : SISTERS est une très jolie mélodie dans le style "habituel" de POS, avec quelques accents orientaux. Grand morceau. SLEEPING UNDER THE STARS est le titre le plus déjanté de l'album. C'est une valse fantomatique et horrifique, on s'imagine dans un cirque lugubre, au milieu d'êtres humains monstrueux et improbables. Tout est déformé, mélodie comme voix, et laisse une impression malsaine et glauque. Dans WHERE IT HURTS, la voix d'écorché vif de Daniel GILDENDOW fait merveille. Particulier et exigeant, mais beau. Enfin ROAD SALT est un titre plus doux et épuré que les précédents. Quelques notes cristallines de piano électrique, une basse discrète et une belle mélodie portée par la voix de Daniel GILDENDOW. Le meilleur morceau avec SISTERS.

Du métal, du hard rock, du rock, du blues, de la valse, du POS et de l'inclassable. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Si ROAD SALT n'est pas le disque que je conseillerais pour découvrir POS, car assez éloigné de l'atmosphère musicale habituelle à ce groupe, il contient cependant suffisamment de bons moments pour lui prêter attention.
6,5.

PROGPOWER - 27.05.2010
Bon, certes le changement radical de style peut en rebuter un grand nombre, mais ça reste tout de même du très bon POS, même si l'album peut sembler inégal ... pour ma part je pense que, même s'il y a des morceaux moins biens que d'autres, il n'y a rien à jeter, l'émotion est toujours présente que ce soit dans les ballades ou les morceaux plus déjantés !

SEB47 - 27.05.2010
Superbe album de POS. Ok le changement de style peut prêter à discussion ...Intense , voix exceptionnel , production excellente j'en passe ...

LYNOTT - 26.05.2010
Au secours ! Mais rendez-nous le POS des débuts !
Mais quelle descente à la cave depuis TPE !

Ce disque ne m'a rien inspiré, si ce n'est de me balancer entre un ennui profond et un agacement crispé.

Au panier, direct.

EN RELATION AVEC PAIN OF SALVATION
DERNIERE ACTUALITE
PAIN OF SALVATION ET GHOST MEME COMBAT ?
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PAIN OF SALVATION
 
DERNIER ARTICLE
L'un des plus important groupe de la scène metal prog' faisait son retour en France, sous les yeux conquis de l'envoyé spécial de votre site favori !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PAIN OF SALVATION
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
In The Passing Light Of Day (2017)
Pain Of Salvation est de retour avec un album touché par la grâce. "In The Passing Light Of Day" est un chef-d’œuvre.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PAIN OF SALVATION
ALBUMS CONSEILLES
  • HAKEN_Aquarius HAKEN
    Aquarius (2010)
    SENSORY - METAL PROGRESSIF

    4
  • CIRRHA-NIVA_For-Moments-Never-Done CIRRHA NIVA
    For Moments Never Done (2009)
    AUTRE LABEL - METAL PROGRESSIF

    4
  • DIMENSION-ACT_Manifestation-Of-Progress DIMENSION ACT
    Manifestation Of Progress (2012)
    PROGROCK - METAL PROGRESSIF

    4
  • SYMMETRY_A-Soul-s-Roadmap SYMMETRY
    A Soul's Roadmap (2004)
    AUTRE LABEL - METAL PROGRESSIF

    5
  • FAITH-NO-MORE_Album-Of-The-Year FAITH NO MORE
    Album Of The Year (1997)
    SLASH - ROCK

    3
    
 
RATING
STAFF : 2.9/5 (13 avis)
LECTEURS : 3.3/5 (6 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT PAIN OF SALVATION
 
PAIN-OF-SALVATION_In-The-Passing-Light-Of-Day In The Passing Light Of Day (2017)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_Falling-Home Falling Home (2014)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Road-Salt-Two Road Salt Two (2011)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Road-Salt-Ivory Road Salt: Ivory (2010)
INSIDEOUT - ROCK ATMOSPHERIQUE

3
PAIN-OF-SALVATION_Ending-Themes--On-The-Two-D Ending Themes - On The Two Deaths Of Pain Of Salvation (2009)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Linoleum Linoleum (2009)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

2
PAIN-OF-SALVATION_Scarsick Scarsick (2007)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_Be--Original-Stage-Producti Be - Original Stage Production (2005)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

3
PAIN-OF-SALVATION_125 12:5 (2004)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Be Be (2004)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Remedy-Lane Remedy Lane (2002)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_The-Perfect-Element-Part-I The Perfect Element Part I (2000)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

5
PAIN-OF-SALVATION_One-Hour-By-The-Concrete-La One Hour By The Concrete Lake (1998)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

4
PAIN-OF-SALVATION_Entropia Entropia (1997)
INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018