MW / Accueil / Chroniques / DAVE KULJU: Notes In The Margin

DAVE KULJU: NOTES IN THE MARGIN (2010)


ALBUM - AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF - MARC M - 28.09.2010
""

4/5
GROUPES PROCHES :
YES, RUSH, STEVE HOWE, ELECTRUM

TRACKS :

01. Skating On Europa (9:33), 02. Know Again (6:24), 03. A Poet's Talespin Part 1 : Half-slept Moments (1:56), 04. A Poet's Talespin Part 2 : Soft Collisions (8:28), 05. A Poet's Talespin Part 3 : The Bridge (7:55), 06. A Poet's Talespin Part 4 : I Write (5:01), 07. A Poet's Talespin Part 5 : In The Shadows (6:15), 08. Get The Hell Off My Lawn (4:18), 09. Counted The Stars (1:18)

FORMATION :
Dave Kulju (Guitares / Basse / Claviers / guitare-synthétiseur, effets sonores, programmation), invité : Frank Basile (Batterie / percussion), invité : Ian Cameron (violon sur 2), invitée : Annie Oya (Chant sur "A poet's talespin")

TAGs :
Chant féminin, Musique Classique, Groovy, Planant, Mélancolique, Planant, Psychédélique, Space, Symphonique
C'est fin juin que Dave Kulju, toujours en vacances d'Electrum, a enfin sorti son deuxième album solo. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que "Notes In The Margin" est aussi diversifié que novateur et remarquablement bien produit. On retrouve de nouveau le batteur Frank Basile, déjà présent sur "Abstract Expression" et le violoniste Ian Cameron sur un titre. Kulju prend toujours en charge la totalité des guitares et des claviers, la basse et les programmations. Cette fois-ci, la surprise vient du fait que l'album n'est pas totalement instrumental. Kulju a composé une grande suite de 30 minutes en 5 parties où figure une chanteuse à la voix angélique, Annie Oya (un nom d'emprunt pour une artiste indépendante qui œuvre d'habitude dans un autre style).

Les influences venues de Rush sont toujours là mais bien digérées et intégrées avec d'autres éléments bien différents. C'est le cas par exemple sur le long morceau d'ouverture "Skating On Europe" avec ses couches de guitares électriques et acoustiques superposées à la façon d'Alex Lifeson et son côté space rock, alternant riffs fiévreux et parties mélodiques éthérées, soutenues par des nappes de claviers orchestrales et un peu de mellotron. Le morceau semble un peu long au départ mais ses variations subtiles se révèlent peu à peu à chaque écoute. "Know Again", une pièce plutôt lente et planante, est peut être plus proche de ce que faisait Electrum sur son second CD, avec des guitares cristallines, soutenues par un orgue, du piano et des nappes orchestrales aux textures abstraites, sans oublier le violon de Ian Cameron, une fusion d'où émanent des échos de Pink Floyd et de Rush comportant plusieurs soli de guitare aériens. Même si Dave est un guitariste très compétent, il ne se sent pas obligé de le prouver sans cesse et sur cet album, ses parties solistes sont peut-être moins fréquentes qu'auparavant. Par contre, il joue davantage de piano et de synthés, alternant sonorités classiques (orgue, mellotron), boucles électroniques, orchestrations de cordes très réalistes et textures plus abstraites.

La grande nouveauté est la présence de la chanteuse Annie Oya sur "A Poet's Talespin", qui dure près de 30 minutes ! Sa voix médium claire, profonde et caressante est une révélation. Le morceau est basé sur un poème d'Amanda Joy. Son introduction mélancolique au piano se fond dans une seconde partie nettement plus contrastée, d'abord menée par le piano seul, bientôt rejoint par la section rythmique sur un rythme lent. Une guitare jouée glissando s'immisce au milieu et la voix d'Annie Oya s'élève sur une superbe mélodie interprétée avec beaucoup de sensibilité. La chanteuse rappelle un peu Mary Fahl (ex-chanteuse d'October Project). Elle ne se limite pas à une seule ligne vocale, ajoutant des harmonies, des mélodies en contrepoint. Cette seconde partie évolue ensuite vers une section un peu plus rock, proche de Rush encore, avec un son réverbéré comme au sein d'une cathédrale. "The Bridge" démarre ensuite en acoustique comme du Led Zep avec une basse ronflante, puis arrivent piano électrique, guitare électrique, synthés vaporeux puis le chant... Une troisième partie bien contrastée. Ensuite, "I Write" est un retour à l'ambiance mélancolique, une sorte d'adagio aux influences classiques comportant des nappes de violons majestueuses, qui laisse place au piano et au chant sur une mélodie déjà évoquée auparavant. Enfin, "In The Shadows" voit la guitare revenir au premier plan avec plusieurs soli lyriques sur cet instrumental planant et lyrique qui fait ressurgir plusieurs thèmes réarrangés.

Après cet énorme pièce, Kulju a voulu surprendre avec le plus bref "Get The Hell Off My Lawn", un morceau nettement plus rock, du moins au début car là aussi, les gros riffs et la rythmique plus véloce sur lesquelles éclate un solo incisif s'adoucissent au centre pendant une section lente et mélodique, sans parler d'harmonies à plusieurs guitares, etc… encore un titre qui n'est pas tout à fait ce qu'il paraît être au début ! Le disque s'achève sur le très court et rêveur "Counted The Stars" où violons et violoncelles virtuels mêlés de bruitages tracent un thème qu'on aurait aimé voir se développer bien davantage.

"Notes In The Margin" possède un atout très intéressant et finalement assez rare : sa grande diversité. Ces influences venues de Rush, de Police aussi bien que du folk et de la musique classique sont inhabituelles. Pas question ici de copier les ténors en vogue du moment comme Spock's Beard ou Porcupine Tree (qui eux-mêmes ont largement puisé l'inspiration chez leurs aînés). Evidemment, Kulju prend le risque de déconcerter l'auditeur, mais l'amateur de rock progressif n'est-il pas très éclectique par définition ? Avec une production impeccable et des arrangements aussi variés, cet album rivalise avec les meilleurs groupes du moment. Inclassable sans doute, mais également plein de classe !

Dave vend ses albums et ceux d'Electrum directement sur son site Internet sécurisé, alors n'hésitez pas à le soutenir.


Plus d'informations sur http://www.davekmusic.com
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC DAVE KULJU
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Notes In The Margin (2010)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant DAVE KULJU
ALBUMS CONSEILLES
  • RUSH_Presto RUSH
    Presto (1989)
    ATLANTIC - ROCK PROGRESSIF

    4
  • RUSH_Power-Windows RUSH
    Power Windows (1985)
    MERCURY - ROCK PROGRESSIF

    4
  • RUSH_Moving-Pictures RUSH
    Moving Pictures (1981)
    MERCURY - ROCK PROGRESSIF

    3
  • RUSH_Hold-Your-Fire RUSH
    Hold Your Fire (1987)
    MERCURY - ROCK PROGRESSIF

    5
  • STEVE-HOWE_Elements STEVE HOWE
    Elements (2003)
    INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

    3
    
 
RATING
STAFF : 4/5 (2 avis)
LECTEURS : 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DAVE KULJU
 
DAVE-KULJU_Notes-In-The-Margin Notes In The Margin (2010)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

4
DAVE-KULJU_Abstract-Expression Abstract Expression (2007)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017