MW / Accueil / Chroniques / SYMPHONY X: Iconoclast
GROUPE/AUTEUR:

SYMPHONY X

(ETATS UNIS)

TITRE:
ICONOCLAST
ANNEE PARUTION:
2011
LABEL:
NUCLEAR BLAST
GENRE:
METAL PROGRESSIF
""
NOISE - 10.06.2011 -
Comme pour mieux nous laisser prendre le temps d'écouter ses albums et de bien en saisir toute la substantielle moelle, nos amis de Symphony X ont encore pris quatre ans avant de proposer un successeur à "Paradise Lost" qui lui-même arrivait déjà cinq longues années après "The Odyssey". Et c'est donc de nouveau avec une impatience bien réelle que cet album est attendu par les fans. La grande question est de savoir si Symphony X allait poursuivre sur la lancée heavy et souvent thrash mise à l'honneur depuis quelques temps. Car même si le groupe se sent à l'aise dans cette direction musicale, cela a créé des conflits dans son auditoire, d'autant que le tout demandait un effort certain d'assimilation avec un "Paradise Lost" un peu trop riche et dense.

La réponse est largement positive: avec "Iconoclast" le groupe continue sur cette même lancée, mêlant métal progressif et sonorités heavy-thrash. Mais il faut rassurer tout de suite les sceptiques, malgré ce ton ultra puissant, le soin a été mis sur les refrains forts et les mélodies vocales. Russel Allen se fait d'ailleurs plus présent et chante avec une classe et un feeling énorme et se place comme le grand bonhomme de ce disque, sur un pied d'égalité avec Michael Romeo. Il en résulte un disque plus digeste, très bien construit autour de deux longues pièces de dix minutes qui ouvrent et clôturent ce "Iconoclast" et qui en constituent réellement les moments de bravoure, le cœur et l'âme du disque. Mais avant d'y revenir il faut quand même s'attarder sur les chansons qui les séparent car elles sont loin d'être anecdotiques.

D'abord, le groupe frappe fort avec un quatuor particulièrement heavy. Ainsi, "The End Of Innocence", "Dehumanized", "Bastards Of The Machine", et "Heretic" sont typiques du style récent développé par Symphony X. Il n'y a donc guère de surprises, mais la qualité est au rendez-vous avec riffs et soli puissants mais mélodiques, et des refrains parfaits pour être repris en chœur par le public. De plus, cet aspect heavy passe à la perfection grâce à un Allen aussi à l'aise dans les tons agressifs que mélodiques. Puis, avec "Children Of A Faceless God" et "Electric Messiah", le groupe a la bonne idée de calmer un peu le jeu en ralentissant le tempo. Le premier fait particulièrement effet avec son ton plus rock, ses claviers plus présents et un chant à la fois puissant et doux mais jamais trop agressif.

Mais Symphony X frappe très fort avec "Iconoclast" et "When All Is Lost", superbes compositions à tiroirs. La première présente un registre heavy et symphonique, tandis que la seconde se place dans un ton nettement plus calme mais sans être une simple ballade. "Iconoclast" avec ses alternances entre passages heavy et atmosphériques est une réussite, très prenante sur toute sa durée. Mais c'est bien "When All Is Lost" qui sort le plus du lot en apportant de la fraicheur et de la sensibilité avec sa très jolie partie de piano, un chant très doux ainsi qu'un aspect plus rock, très sympathique, et assez nouveau pour le groupe.

Avec "Iconoclast", Symphony X garde donc un excellent niveau de composition et, sans dévier de sa voie musicale, il arrive à ne pas lasser et même à se surpasser. La cohérence de l'ensemble, l'aspect mélodique bien plus en évidence, font de ce disque un grand cru au-dessus de "Paradise Lost", et fort proche de ses toutes meilleurs œuvres.

Plus d'information sur http://www.symphonyx.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
KAMELOT, ANTHROPIA, MYRATH, DARKWATER, VOYAGER, TO-MERA, MARTY FRIEDMAN, ASTRA, ALLEN / LANDE, ADAGIO

LISTE DES PISTES:
01. Iconoclast (10:51)
02. The End Of Innocence (05:27)
03. Dehumanized (06:48)
04. Bastards Of The Machine (04:56)
05. Heretic (06:25)
06. Children Of A Faceless God (06:21)
07. Electric Messiah (06:14)
08. Prometheus (I Am Alive) (06:47)
09. When All Is Lost (09:10)


FORMATION:
Jason Rullo: Batterie
Michael Lepond: Basse
Michael Pinnella: Claviers
Michael Romeo: Guitares
Russell Allen: Chant


TAGS:
Chant éraillé, Technique
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

CYBERPOETE - 09/08/2011 23:46:03
J'avoue que je n'avais guère accroché a Paradise Lost, mais ce n'est pas du tout le cas de cet album ou le groupe a su mélanger anciennes et nouvelles inspirations. Bref, une vrai réussite.
2350 10339

SYMPHONYMAN - 21/06/2011 22:08:51
Cet album de Symphony X fait certainement partie des meilleurs du groupes, dans une veine plus progressive et mélodique que Paradise Lost, mais avec un ton heavy encore bien marqué.
Comme la chronique le précise, Russel Allen assure avec une maîtrise assez impressionnante de son organe vocal et apporte beaucoup aux compositions.
On retrouve par moments des accents de l'album V, ce qui n'est pas un mince compliment...
Continuez à nous régaler encore longtemps de cette façon Messieurs, c'est tout le mal qu'on peut souhaiter à ce groupe majeur de la scène métal prog'...
1810 10022

VAL - 14/06/2011 21:51:57
Symphony X joue plus que jamais la carte du statu quo, affichant artistiquement un manque d'ambition assez triste. Calibrée, presque médicale, la musique du groupe est froide et sans surprise. La production est de qualité et la maîtrise des intervenants n'est plus à prouver, mais cela suffit-il ?
Dans un genre de plus en plus formaté, on attendait davantage de Symphony X après un Paradise Lost efficace mais déjà redondant. L'époque aventureuse du groupe, à la fin des années 90, semble bien loin...
1933 9980

LYNOTT - 10/06/2011 20:11:57
Définitivement, j'en peux plus de SX, j'en peux plus de leur complications mélodiques, j'en peux plus de leur hargne épuisante, j'en peux plus de la férocité du chanteur, j'en peux plus de leur présomption.
Trop compliqué, trop méandreux, pas assez mélodieux, épuisant.
Je lâche l'affaire, désolé messieurs.
1607 9958
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC SYMPHONY X
DERNIERE ACTUALITE
SYMPHONY X au Ninkasi, à Lyon
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SYMPHONY X
 
DERNIER ARTICLE
Qui de mieux pour vous parler d'une soirée, que des musiciens et experts en la matière présents ce soir-là?

Lire l'article
Voir tous les articles concernant SYMPHONY X
 
NOTES
 
3.1/5 (9 avis)
4.2/5 (5 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT SYMPHONY X
 
SYMPHONY-X_Underworld Underworld (2015)
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Iconoclast Iconoclast (2011)
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Paradise-Lost Paradise Lost (2007)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Odyssey The Odyssey (2002)
INSIDEOUT MUSIC / METAL MELODIQUE
SYMPHONY-X_V V (2000)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Twilight-In-Olympus Twilight In Olympus (1998)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Divine-Wings-Of-Tragedy The Divine Wings Of Tragedy (1996)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Damnation-Game The Damnation Game (1995)
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Symphony-X Symphony X (1994)
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019