MW / Accueil / Chroniques / TEARS FOR FEARS: Raoul And The Kings Of Spain
GROUPE/AUTEUR:

TEARS FOR FEARS

(DEFAULT)

TITRE:
RAOUL AND THE KINGS OF SPAIN
ANNEE PARUTION:
1995
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POP
""
REALMEAN - 13.10.2011 -
On prend les mêmes compositeurs (Orzabal et Griffiths), les mêmes ingrédients, et on recommence… Pas très étonnant : après "Elemental", Tim Palmer s’installe de nouveau aux commandes de la production. Résultat ? "Raoul & The Kings Of Spain" est un dérivé de l’opus précédent. Sur l’origine sémantique du projet, il faut notifier le clin d’œil adressé par Roland Orzabal à ses attaches espagnoles. Désormais, l’équipe de Tears For Fears mise beaucoup sur la nouvelle sonorité électrisée acquise depuis le virage de 1993, au détriment de l’innovation narrative. Ce qui n’empêche pas la plupart des mélodies de conserver un niveau qualitatif tout à fait respectable. Mais à ce jeu, la sauce ne peut prendre qu’à moitié, et par ailleurs cette épaisse couche sonore n’est pas mirifique pour autant qu’elle soit pleine à ras bord.

Même navire donc, et même cap : les pièces maîtresses de "Raoul…" passent à l’offensive en premières lignes, avec le très épique éponyme -le meilleur titre sans doute de la livrée-, naviguant savamment entre euphorie contenue et planante circonspection, 'Falling Down', jouant sur une alternance similaire mais de consonance pop un peu plus traditionnelle, et 'Secrets', une puissante rêverie atmosphérique, à la mécanique fort simple mais admirablement bien servie par le vocal envoûtant du capitaine.

La suite est plus aléatoire. "Raoul…" opte pour une accalmie médiane, une récréation acoustique qu’"Elemental" n’embarquait pas de la même façon, située sur l’enchaînement de 'Sketches Of Pain' et de 'Los Reyes Católicos'. Le toucher de la guitare démontre une application toute particulière et la tonalité ne brise pas l’harmonie méditative insufflée par les titres d’ouverture, mais sur le plan émotionnel c’est une vague déception; nous voici confrontés au diagnostic typique de la mélodie réussie mais à laquelle il manque un indéfinissable petit quelque chose pour que le charme fonctionne. L’album cherchera de nouveau à enflammer la poudre avec le tonitruant 'Sorry' dont l’élan est malheureusement brisé par le très agaçant 'Humdrum And Humble', venant tout à coup marteler la scène musicale de ses grosses paluches en à-coups sonores très vite indigestes, tout en exhibant des nappes cuivrées dénuées de la moindre originalité.

'Don’t Drink The Water' quant à lui pousse à l’extrême le concept de la production Palmer, s’enfermant dans une cabine à haute tension dont seuls les personnels habilités détiennent un accès relativement sécurisé… Remarquons enfin le bercement de 'Me And My Big Ideas', s’adjugeant le rôle du break stylistique que comportait aussi 'Brian Wilson Said', d’une manière un peu différente, à l’avant-dernière et même position sur "Elemental". On notera ici une nouvelle apparition d’Oleta Adams qui avait marqué son empreinte sur l’incroyable "The Seeds Of Love"; le cocktail produit toujours son petit effet, sans pour autant parvenir à nourrir durablement les mêmes émotions.

Bref, œil pour œil, dents de scie pour dents de scie, Raoul et ses rois d’Espagne prolongent les vagues d’ "Elemental". Les creux n’en sont pas très intéressants par définition, mais en raison des sommets, on ne pourra pas renier une certaine survivance des talents de Tears For Fears, 12 ans après "The Hurting".

NB: La réédition 2009 ajoute 7 plages supplémentaire au tracklisting, dont une version acoustique du titre éponyme, et une autre de 'Break It Down Again'.

Plus d'information sur

VIDEO

GROUPES PROCHES:
TALK TALK, SIMPLE MINDS

LISTE DES PISTES:
01. Raoul And The Kings Of Spain - 05:16
02. Falling Down - 04:55
03. Secrets - 04:42
04. God's Mistake - 03:47
05. Sketches Of Pain - 04:21
06. Los Reyes Católicos - 01:44
07. Sorry - 04:48
08. Humdrum And Humble - 04:11
09. I Choose You - 03:26
10. Don't Drink The Water - 04:51
11. Me And My Big Ideas - 04:33
12. Los Reyes Católicos (Reprise) - 03:43


FORMATION:
Alan Griffiths: Guitares / Claviers
Brian Macleod: Batterie / Percussion
Gail Ann Dorsey: Basse
Jebin Bruni: Orgue Hammond
Jeffrey Trott: Guitares
Mark O'Donoughue: Choeurs
Oleta Adams: Chant (piste 11)
Roland Orzabal: Chant / Guitares / Claviers


TAGS:
90's, Mélancolique
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC TEARS FOR FEARS
DERNIER ARTICLE
Back to the 80’s

Lire l'article
Voir tous les articles concernant TEARS FOR FEARS
 
NOTES
 
2.4/5 (5 avis)
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT TEARS FOR FEARS
 
TEARS-FOR-FEARS_Everybody-Loves-A-Happy-Endin Everybody Loves A Happy Ending (2005)
XIII BIS / POP
TEARS-FOR-FEARS_Saturnine-Martial--Lunatic Saturnine Martial & Lunatic (1996)
MERCURY / POP
TEARS-FOR-FEARS_Raoul-And-The-Kings-Of-Spain Raoul And The Kings Of Spain (1995)
AUTRE LABEL / POP
TEARS-FOR-FEARS_Elemental Elemental (1993)
MERCURY / POP
TEARS-FOR-FEARS_The-Seeds-Of-Love The Seeds Of Love (1989)
MERCURY / POP
TEARS-FOR-FEARS_Songs-From-The-Big-Chair Songs From The Big Chair (1985)
MERCURY / POP
TEARS-FOR-FEARS_The-Hurting The Hurting (1983)
MERCURY / POP
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019