MW / Accueil / Chroniques / DREAM THEATER: A Dramatic Turn Of Events
GROUPE/AUTEUR:

DREAM THEATER

(ETATS UNIS)

TITRE:
A DRAMATIC TURN OF EVENTS
ANNEE PARUTION:
2011
LABEL:
ROADRUNNER RECORDS
GENRE:
METAL PROGRESSIF
""
METALNATURE - 08.11.2011 -
Depuis quelques années Dream Theater semblait s’enliser tout doucement dans les sables mouvants du métal progressif en raison d’albums ni bons ni mauvais mais que l’on se surprenait simplement à ne pas écouter (excepté peut-être le dernier qui marquait un certain regain d'inspiration). Mike Portnoy, sans doute lassé par 20 ans du cycle album – tournée – dodo décidait alors de faire un break. Las, ses coéquipiers ne l’entendirent pas de la même oreille et décidèrent de continuer sans lui.

S’ensuivit un feuilleton qu’il est inutile de rappeler ici et qui se conclut par l’arrivé de Mike Mangini, ex batteur de Steve Vai, Extreme, mais surtout présent sur tous les efforts solo de James LaBrie. Peut-être pour conjurer le sort, le groupe sort rapidement après ces évènements qui auraient pu être traumatisants, son onzième CD, d’où peut-être, le titre de l’album..." A Dramatic Turn Of Events".

À première écoute, et malgré tout le respect, voire la sympathie que l’on accorde au batteur co-fondateur, il semble bien que cet électrochoc soit salutaire pour les fans de la première heure. Première constatation et peut-être conséquence de ce départ, la tournure métallo-thrash à l’américaine prise par les derniers opus s’atténue sérieusement. Au contraire, les titres sont plus classiquement progressifs dans leur construction, en alternant les rythmes, les accroches mélodiques et les démonstrations techniques, sans que celles-ci ne gavent l’auditeur. Quatre titres dépassent allègrement les 10 minutes et réussissent la gageure de ne point lasser. La priorité semblant mise sur l’attrait mélodique, chacune de ces pièces est tenue par des refrains ou mélodies suffisamment mémorables.

L’ambiance du disque est aussi très différente des précédents. Si elle est moins lourde, elle n’en est pas joyeuse pour autant, plutôt mélancolique, voire triste. La voix de LaBrie se fait souvent plus plaintive et fait oublier l’agressivité parfois surfaite des dernières productions. Trois ballades ajoutent à cet aspect lascif parfois un peu désabusé de l’ambiance ; c’est peut-être le défaut majeur de l’album, car elles n’arrivent pas à envoûter, juste à partager ce sentiment.

Sans vouloir faire du titre par titre, il est bon de s’arrêter sur certains d’entre eux. Le premier, "On The Back Of Angels", donne le ton ; c’est du Dream Theater classique, débutant sur un rythme appuyé, puis développant successivement et à l’envi des envolées lyriques, de claviers ou de guitares, le tout souvent soutenu par des chœurs aériens. Bien placé en seconde plage, "Build Me Up, Break Me Down" est de construction plus simple, mais l’ensemble est terriblement accrocheur. L’utilisation de percussions électroniques est osée alors que l’on vient de virer son batteur légendaire, mais ça passe. Le titre montre aussi la perméabilité du groupe aux sonorités et tendances actuelles et sa capacité à les phagocyter pour en faire du Dream Theater. Les arrangements modernes, innovants ou décalés (les cordes) font de ce titre une belle réussite. Vient ensuite "Lost Not Forgotten", très progressif, souvent accrocheur, même s’il contient aux deux tiers quelques plans moins bien intégrés. Il offre aussi quelques-uns des plus beaux soli de John Petrucci.

Ces trois premiers titres sont ponctués par la ballade "This Is The Life" qui a comme plus grand mérite de permettre de souffler un peu. Vient ensuite "Bridges In The Sky" (qui s’est tout d’abord appelé "The Shaman’s Trance") qui marque surtout par son intro incluant notamment quelques vocalises chamaniques couplées à des chœurs religieux. Il est dommage que ce thème ne soit pas développé plus longuement au cœur de la musique ; et ce manque d'audace est un des reproches que l’on peut adresser au groupe. À souligner pour ce titre, mais c’est valable pour tout l’album, des paroles souvent intéressantes voire interpellantes.

Outre deux autres ballades dispensables sinon dommageables, la dernière pièce de résistance est "Breaking All Illusions". Démarrant sur un rythme emmené par des claviers enjoués, ce titre regorge de thèmes différents et d’influences variées souvent tirées des années 70 (Jethro Tull, Pink Floyd, ELP, ...). Il permet aussi d’apprécier le groove du jeu tout en finesse de Myung et de Mangini, ce dernier empruntant les pantoufles de Mike Portnoy sans démériter mais sans marquer la musique de son empreinte. Malgré sa richesse, il manque à ce titre l’envolée finale qui aurait dû mettre toutes les pendules à l'heure... Occasion ratée.

Sans porter cet album au panthéon des œuvres majeures du théâtre de rêve, il faut simplement constater que son accessibilité dépasse - et de loin - celle de ses précédentes productions. On hésite pas, quelque soit le moment de la journée à remettre la galette dans l’avaleur, signe qui ne trompe pas ! Pourtant, une certaine précipitation à vouloir démontrer que le groupe avait résisté au départ de Mike "Metal" Portnoy a sans doute limité la puissance de l'ensemble, conduisant à un certain manque de lucidité dans l’équilibre des titres (ces trois ballades !) et un bon manque d’innovation, voire même un retour en arrière, malgré d'indéniables bonnes idées. La teinte définitivement mélancolique, nostalgique et parfois fataliste de l’ambiance, contribuent à faire de ce disque un objet qui, s'il n'est pas parfait, n'en est pas moins très attachant !

Plus d'information sur http://www.dreamtheater.net

VIDEO

GROUPES PROCHES:
PAIN OF SALVATION, SHADOW GALLERY, HAKEN, ANTHROPIA, DEREK SHERINIAN, DARKWATER, AEON ZEN, SIEGES EVEN, ROSWELL SIX, PAGAN'S MIND

LISTE DES PISTES:
01. On The Backs Of Angels - 08:45
02. Build Me Up, Break Me Down - 06:59
03. Lost Not Forgotten - 10:51
04. This Is The Life - 06:57
05. Bridges In The Sky - 11:01
06. Outcry - 11:24
07. Far From Heaven - 03:56
08. Breaking All Illusions - 12:25
09. Beneath The Surface - 05:26


FORMATION:
James Labrie: Chant
John Myung: Basse
John Petrucci: Guitares
Jordan Rudess: Claviers
Mike Mangini: Batterie


TAGS:
Chant aigu, Ballades, 70's, 90's, Epique, Planant, Mélancolique, Symphonique, Technique
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

MALENTRAIDE - 28/02/2015 18:59:02
Un album que je trouve à part dans la progression de DT, évidemment à cause du départ de Mike Portoy, mais aussi parce qu'il ets moins métal que ses 2 prédécesseurs. Néanmoins, l'album est de construction classique, avec ce que j'appelle le morceau "d'expo" de DT (ici on the back of angels), prog mais accessible, mélodique et technique, sur un format de 8 min... Breaking of illusions est quant à lui le véritable chef d’œuvre de l'album. L'album souffre néanmoins d'une ligne de batterie basique limite boite a rythme (mais sans batteur dans l'écriture c'est normal).
2296 17228

TOPPROG - 09/11/2011 16:36:03
J'avais conclu ma chronique de "Black clouds...." en disant que DT était toujours au top mais que des groupes émergents étaient plus intéressant comme Riverside ou Opeth.
J'avoue qu'après 3 semaines d'écoute de ce dernier opus je suis un peu mitigé dans mon avis et aussi surpris par las critiques dithyrambiques que je vois partout. Franchement : quoi de neuf? Bon Portnoy parti sur une autre galaxie (il est excellent avec Transatlantic) on le regrette un peu, car Mangini est à Portnoy ce que Salieri est à Mozart, le besogneux face au génie (si si ça s'entend, écoutez la charley, les chinese, la vitesse sur les toms, les petits trucs qui font la différence..). Bon je ne regrette pas l'horrible voix de Portnoy, ce rap qu'il nous imposait sur les précédents opus... Un bon point! Alors ? On peut parler de la prise de risque qui est nulle, absolument rien de nouveau au niveau du son, si ce n'est un mixage qui laisse un peu plus apparaitre la basse de Myung lequel n'est pas et ne sera jamais Squire, c'est comme ça (vous entendez une mélodie à la basse vous?)... On a aussi la longueur du disque, peut-être le morceau de trop toujours, lequel?... à chacun de voir..
Bon ce disque n'est pas mauvais il est même plutôt plus homogène et cohérent que les précédents (de ce fait aucun opus "casse la baraque"). Labrie chante très bien, Pettrucci n'en fait pas des tonnes et est même plutôt sobre au niveau soli. Peut-être que c'est plutôt moi qui me lasse un peu de ces riffs lourds systématiques, à répétition qui n'apportent rien au discours musical. Les passages calmes et plus prog sont très beaux, alors pourquoi en rajouter dans le metal quant on tant de talent? Je me demande si DT est dans une impasse et va y rester ou si le prochain album apportera quelque chose de novateur à leur musique? Le départ de Portnoy aurait pu nous donner une réponse, ce n'est pas le cas ici... Un bon disque mais pas meilleur que les précédents.
1611 10827

LYNOTT - 09/11/2011 11:01:20
Enfin ! Enfin Dream Theater revient dans SA lumière, abandonne ses dérives Métallo-Trash. Enfin la voix de Labrie se déleste des incursions agressives qui polluaient les derniers albums. Enfin un coup d'oeil est jeté dans le rétro et enfin réapparaissent les ambiances et les teintes des monuments que furent Images And Words et SFAM.

Portnoy semblait donc y être pour beaucoup...aussi, malgré tout le talent de cet extraordinaire musicien, cette pieuvre humaine qui m'a tant impressionné en live, je ne peux qu'être satisfait de son départ tant les derniers essais du groupe m'avaient déçu.

Les rois du Métal Prog Mélodique sont de nouveau aux affaires, et ça fait un bien fou.
1607 10826
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC DREAM THEATER
DERNIERE ACTUALITE
METADAYS A NOUVEAU SUR MUSIC WAVES EN 2019!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DREAM THEATER
 
DERNIER ARTICLE
Un an après, presque jour pour jour, nous avions de nouveau rendez-vous avec les organisateurs du MetalDays...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DREAM THEATER
 
NOTES
 
3.4/5 (14 avis)
3.6/5 (12 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT DREAM THEATER
 
DREAM-THEATER_Distance-Over-Time Distance Over Time (2019)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_The-Astonishing The Astonishing (2016)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Dream-Theater Dream Theater (2013)
ROADRUNNER RECORDS / METAL MELODIQUE
DREAM-THEATER_A-Dramatic-Turn-Of-Events A Dramatic Turn Of Events (2011)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Black-Clouds--Silver-Linings Black Clouds & Silver Linings (2009)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Chaos-In-Motion-0708 Chaos In Motion 2007/2008 (2008)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Systematic-Chaos Systematic Chaos (2007)
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Score Score (2006)
RHINO RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Octavarium Octavarium (2005)
ATLANTIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-In-Tokyo-5-Years-In-A-Live Live In Tokyo-5 Years In A Livetime (2004)
ELEKTRA ENTERTAINMENT / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-At-Budokan Live At Budokan (2004)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Live-At-Budokan--Dvd Live At Budokan - Dvd (2004)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Train-Of-Thought Train Of Thought (2003)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_6-Degrees-Of-Inner-Turbulence 6 Degrees Of Inner Turbulence (2002)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Scenes-From-A-Memory Scenes From A Memory (1999)
WARNER / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Falling-Into-Infinity Falling Into Infinity (1997)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_A-Change-Of-Season A Change Of Season (1995)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Awake Awake (1994)
EASTWEST / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Images-And-Words Images And Words (1992)
ATLANTIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_When-Dream-And-Day-Unite When Dream And Day Unite (1989)
MCA / METAL PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019