MW / Accueil / Chroniques / ARENA: The Seventh Degree Of Separation

ARENA: THE SEVENTH DEGREE OF SEPARATION (2011)


ALBUM - VERGLAS - ROCK PROGRESSIF - ABADDON - 06.12.2011
""

3/5
GROUPES PROCHES :
UNITOPIA, PALLAS, EVERON, STEVE THORNE, FLAMBOROUGH HEAD, LANDMARQ, SHADOWLAND, MR SO AND SO, CAAMORA, MOONRISE

TRACKS :

01. The Great Escape - 04:38, 02. Rapture - 04:23, 03. One Last Au Revoir - 04:34, 04. The Ghost Walks - 03:19, 05. Thief Of Souls - 03:52, 06. Close Your Eyes - 03:26, 07. Echoes Of The Fall - 02:27, 08. Bed Of Nails - 04:39, 09. What If ? - 04:36, 10. Trebuchet - 03:40, 11. Burning Down - 04:29, 12. Catching The Bullet - 07:43, 13. The Tinder Box - 04:17

FORMATION :
Clive Nolan (Chant / Claviers), John Jowitt (Basse), John Mitchell (Chant / Guitares), Mick Pointer (Batterie), Paul Manzi (Chant)

TAGs :
Concept-album, Accessible / FM
Six années ! C'est un très long délai entre deux albums, surtout concernant un des groupes phares dans le monde du progressif. Après 10 années de productions ininterrompues et six albums studio, Arena se mettait en pause, et chacun de ses membres en profitait pour mener à bien divers side-projects – Jester Tour pour Mick Pointer, Caamora pour Clive Nolan ou It Bites et Frost pour John Mitchell. Annoncé depuis le milieu de l'année 2011, attendu comme le cadeau de Noël par tous les fans, le projet "Tinder Box" sort enfin sous le titre "The Seventh Degree Of Separation".

Sur le papier, cette réalisation est plus que prometteuse : avec le retour de John Jowitt à la basse, le groupe se retrouve proche du line-up qui nous avait livré l'inoubliable "Visitor". Et comme son illustre prédécesseur, "7th" est un concept-album. Le fan se prend à rêver, d'autant que les deux concepts sont assez proches. Le titre de l'album fait référence à une théorie des années 30 qui affirme que tous les Terriens se connaissent par l'intermédiaire d'au plus cinq personnes (6 degrés de séparation). Le 7è degré est la représentation de la mort. Là où "The Visitor" décrivait les états et souvenirs précédant la mort, "The 7th Degree …" s'intéresse à ce qui se passe une heure avant à une heure après ce "passage". Voilà pour le concept. Les parties vocales sont assurées par Paul Manzi, auparavant chanteur auprès d'Oliver Wakeman, Rob Sowden n'ayant pas souhaité poursuivre l'aventure Arena pour diverses divergences d'ordre musical.

Le livret qui accompagne l'album est splendide, comme souvent chez Arena, et doit être considéré comme partie prenante du concept. Les illustrations ne respirent pas la franche gaîté, mais traduisent avec un esthétisme douloureux l'ambiance générale très sombre du thème décrit. Un peu à l'image de "Contagion", les titres sont courts (une seul dépasse les cinq minutes), mais le groupe a déjà prouvé qu'il savait rester dans un esprit progressif tout en étant concis (cf l'incroyable 'Running From Damascus' qui résume "The Visitor" en 3'44 !). Les textes sont à l'image du livret, sombres et magnifiques, parcourus d'interrogations existentielles habilement posées, et très étroitement adaptées à la musique : un excellent travail d'écriture de Clive Nolan, seul artisan des textes.

Comme a pu le remarquer tout lecteur observateur, la note attribuée à cet album est relativement basse. Et pourtant, "7th Degree Of Separation" est une machine de guerre : le groupe a mis tout son savoir-faire dans des compositions redoutables d'efficacité, avec des refrains imparables à l'image de 'One Last Au Revoir', des thèmes mélodiques magnifiques ('The Ghost Walks'), et des arrangements très soignés, que ce soit aux claviers – que Clive Nolan utilise avec une souveraine maîtrise – ou à la guitare : écoutez le travail de John Mitchell, proche du hard-rock sur 'Echoes Of The Fall'. Au micro, Paul Manzi délivre plus de puissance que Rob Sowden, et sa manière colle bien à ces titres courts, même si les puristes lui reprocheront son style plus pop ; sa présence est un plus sur des titres commencés en douceur, comme 'What If ?', 'The Tinder Box' ou le performant 'Burning Down', modèle de morceau court dynamique et immédiatement entraînant.

Mais alors, d'ou vient le problème ? Tout simplement du fait que l'album met quasiment de côté l'aspect progressif de la musique d'Arena, ce qui, vous en conviendrez, est un gros souci. A aucun moment on ne retrouve les rappels de thèmes qui faisaient l'unité d'un "Visitor". Les développements instrumentaux sont absents sur la grande majorité des morceaux, de structure généralement très simple – la traditionnelle alternance couplets-refrains -, et qui s'achèvent là où anciennement Arena nous donnait le meilleur de lui-même. Nul doute que cet album puisse accrocher de nouveaux auditeurs, tendance AOR sophistiqué ou pourquoi pas hard-rock mélodique, mais il va décevoir lourdement une bonne partie de son auditoire de base, surtout après une aussi longue absence. Les fans pourront quand même se consoler avec 'Thief Of Souls' et ses thèmes imbriqués, preuve qu'il est possible de faire du prog' en moins de quatre minutes, ou bien avec la lente accélération très bien menée de 'Tinder Box', et surtout avec le grand 'Catching The Bullet', résolument et longuement progressif, contenant un incroyable solo de guitare, technique et mélodique à souhait, qui montre que John Mitchell est au sommet de son art, omniprésent sur l'album, et plus que jamais indispensable dans le groupe.

Sentiments mitigés donc après l'écoute de cet album. Accrocheur, efficace, maîtrisé mais pas suffisamment complexe dans ses compositions pour emporter l'adhésion des fans de musique progressive, "The 7th Degree Of Separation" passe à côté de sa cible, qui reste nostalgique de titres plus développés. L'avenir nous dira si l'orientation du groupe restera dans cette voie ou se servira de ces excellents dispositions mélodiques pour nous emmener dans des univers musicaux plus fouillés.


Plus d'informations sur http://www.arenaband.co.uk/
XENOPE - 17.05.2013
Des morceaux efficaces aux refrains et mélodies qui font mouche. Bien que je sois aussi de ceux qui regrettent les structures trop formatées, le son Arena est là et je me laisse volontiers entraîner. Une prod nickel, mention spéciale à la basse de Jowitt qui growle sacrément et apporte un caractère nouveau au son du groupe.

PETER HACKETT - 03.12.2012
J'ai bien fait de ne pas me précipiter pour donner une note à cet album. Les écoutes à l'époque de sa sortie et le premier concert parisien d'Arena avec Mansi ne m'avaient pas révélé les richesses de "The Seventh Degree Of Separation". Le concert du mois de novembre m'a donné envie de me replonger dans l'album et j'y ai enfin découvert autre chose que du rock sans relief. Arena a laissé tomber le formatage prog, mais cette nouvelle orientation (momentanée ?) n'est pas sans intérêt, mais pour un vieux progueux !!

MOSTO - 24.11.2012
Un chef-d'oeuvre, pour moi un réel bijou, comme j'en ai rarement entendu. Certes on s'éloigne un peu du progressif, mais si peu. Paul Manzi le nouveau chanteur est épatant et sert à merveille l'album, conçu à partir de pièces courtes (hormis un morceau dépassant les 7 minutes). Mais peu importe car tous les morceaux s'enchainent pour former une œuvre réellement magnifique. Chapeau bas messieurs.

TONYB - 17.03.2012
Quelle déception !
Uniformité de style, absence de développements instrumentaux, pas de breaks mélodiques ou rythmiques, l'inspiration fait clairement défaut sur cet album, à moins qu'une inflexion de style voulue et assumée ne soit à l'origine de ce "lissage" complet de la musique d'Arena ?

Dans tous les cas, voilà un album certes bien réalisé, mais qui a vite quitté ma playlist.


CORTO1809 - 13.12.2011
C'est bien fait, c'est puissant, c'est rythmé et ça devrait ravir tous les fans d'AOR, mais je n'accroche pas. L'efficacité au détriment de la sensibilité.

LYNOTT - 08.12.2011
Forcément, pour un amateur de Hard Rock mélodique (mais non-réfractaire aux tendances progressives), cet album d'Arena est pour moi un bien bel objet. Je n'avais pas été autant conquis depuis "The Visitor".

Cet opus dégage une sacrée atmosphère, ce qui est primordial pour un concept-album, performance pas si courante que ça. Il convient de l'écouter au calme et de bout en bout pour en apprécier la substantifique moelle.

Un disque intelligent, émouvant (c'est à dire porteur d'émotions diverses) et sacrément calibré question mélodicité.

Chapeau Messieurs !


EN RELATION AVEC ARENA
DERNIERE ACTUALITE
ARENA: Tournée en 2018
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ARENA
 
DERNIER ARTICLE
C'est avec une grande disponibilité et dans un climat hypra détendu que s'est déroulée l'interview de Arena à Toulouse au Connexion Live ce 22 avril 2015.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ARENA
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Xx (2016)
Un album, un DVD : après "The Unquiet Sky", Arena ne déroge pas à la tradition, en profitant au passage pour fêter les 20 années d'existence du groupe.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ARENA
ALBUMS CONSEILLES
  • THE-ANABASIS_Back-From-Being-Gone THE ANABASIS
    Back From Being Gone (2011)
    10T - ROCK PROGRESSIF

    3
  • RICOCHER_Cathedral-Of-Emotions RICOCHER
    Cathedral Of Emotions (2002)
    AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

    4
  • FLAMBOROUGH-HEAD_Tales-Of-Imperfection FLAMBOROUGH HEAD
    Tales Of Imperfection (2005)
    CYCLOPS - ROCK PROGRESSIF

    4
  • CAAMORA_Journey-s-End-An-Acoustic-Anthology CAAMORA
    Journey's End ... An Acoustic Anthology (2008)
    METAL MIND - ROCK PROGRESSIF

    4
  • NOLAN-AND-WAKEMAN_Jabberwocky NOLAN AND WAKEMAN
    Jabberwocky (1999)
    VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 2.8/5 (11 avis)
LECTEURS : 3.3/5 (12 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT ARENA
 
ARENA_XX Xx (2016)
METAL MIND - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_The-Unquiet-Sky The Unquiet Sky (2015)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_The-Seventh-Degree-Of-Separation The Seventh Degree Of Separation (2011)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

3
ARENA_Smoke-And-Mirrors Smoke And Mirrors (2006)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

3
ARENA_Pepper-s-Ghost Pepper's Ghost (2005)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_Live--Life Live & Life (2004)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

3
ARENA_Radiance Radiance (2003)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

2
ARENA_Contagium Contagium (2003)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

2
ARENA_Contagion Contagion (2003)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

5
ARENA_Contagious Contagious (2003)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

2
ARENA_Caught-In-The-Act Caught In The Act (2003)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

3
ARENA_Breakfast-In-Biarritz Breakfast In Biarritz (2000)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_Immortal- Immortal ? (2000)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_The-Visitor The Visitor (1998)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

4
ARENA_The-Cry The Cry (1997)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

2
ARENA_Pride Pride (1996)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

3
ARENA_Songs-From-The-Lions-Cage Songs From The Lions Cage (1995)
VERGLAS - ROCK PROGRESSIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017