MW / Accueil / Chroniques / EYE 2 EYE: The Wish

EYE 2 EYE: THE WISH (2012)


ALBUM - AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF - TONYB - 30.01.2012
"The Wish se présente comme un album captivant, truffé de bons moments et offrant de nombreuses écoutes en perspective afin d'en découvrir toutes les subtilités."

3/5
GROUPES PROCHES :
MARILLION, AGUENAOU

TRACKS :

01. Back Home (2'08), 02. London (4'36), 03. The Gathering (1'13), 04. If Only (8'41), 05. The Curse (0'40), 06. Sybil (4'37), 07. Schizophrenia (2'22), 08. Disillusion (10'55), 09. The Secret (7'45), 10. Drugs And Luxury (4'22), 11. Murder (7'56), 12. Random Shot (4'56), 13. Back To The Attic (1'08), 14. The Picture (7'49)

FORMATION :
Amirouche Ali Benali (Guitares), Aymeric Delteil (Basse), Didier Pegues (Batterie / Piano), Djam Zaidi (Chant / Guitares), Elise Bruckert (Violon), Karim Chetitha (Guitares / Basse), Philippe Benabes (Claviers)

TAGs :
Chant éraillée, Concept-album, Symphonique
Après s'être confortablement installé au sein de la mouvance progressive made in France durant la première décennie du nouveau millénaire, Eye 2 Eye, groupe parisien mené par Didier Pègues et Philippe Benabès, nous revient avec son 3è album (4 même si l'on compte la première mouture du groupe connue sous le nom d'ADN), concept ambitieux basé sur l'ouvrage d'Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray.

Evolution de taille par rapport aux précédents opus, le groupe s'écarte franchement des schémas traditionnels du néo-progressif, complexifiant sa musique au point parfois de dérouter l'auditeur (nous y reviendrons). Certes, les claviers sont toujours omni-présents, avec des farandoles symphoniques somptueuses (London), ou des chorus majestueux. Amirouche Ali Benali, au jeu rappelant tantôt David Gilmour, tantôt Brian May (c'est vous dire le talent du bonhomme !) se fend régulièrement de soli à déchirer les cœurs les plus durs !

Certes, les mélodies sont généralement simples d'accès, mais tout ceci assemblé ne classe pas cet opus dans la catégorie précédemment fréquentée par le groupe.
Plus ambitieux que ses prédécesseurs, The Wish en est également plus difficile d'accès, malgré les traditionnelles références du groupe à ses glorieux ainés (Marillion et Pink Floyd), proposant notamment de nombreux passages instrumentaux truffés de ruptures rythmiques et mélodiques si chères aux fans de progressif.

L'album semble clairement découpé en deux parties : la première, enchaînant les sept premiers titres, s'écoute d'une traite et présente une unité de ton permettant de s'en imprégner très rapidement. London est le sommet naturel de cette première volée, dans laquelle les grandes orgues d'église et les cloches sont de sortie, au service d'une ambiance sinistre à souhait, bien servies par des montées chromatiques chères à notre Didou Décamps national !

La deuxième partie de l'album présente en revanche plus de complexité, et de mon point de vue beaucoup moins d'unité, tant dans l'enchaînement des plages que dans la structure des compositions, et ce malgré les fréquentes et pertinentes interventions du violon d'Elise Bruckert. Disillusion s'étire ainsi sur 11 longues minutes, peinant à captiver l'auditeur, tandis que les mélodies des différents morceaux s'avèrent moins lisibles, proposant en outre de curieux changements de tonalités, plutôt désagréables à l'oreille par ailleurs. Heureusement, notre guitariste de génie vient régulièrement remettre les pendules à l'heure (Random Shot), bien relayé par son compère claviériste pour un dernier titre clôturant idéalement les débats (The Picture).

Malgré ces quelques faiblesses, The Wish se présente donc comme un album captivant, truffé de bons moments et offrant de nombreuses écoutes en perspective afin d'en découvrir toutes les subtilités.

MAIS, j'apporterai un énorme bémol à toutes ces considérations, en raison de la performance de Djam Zaidi, nouveau chanteur succédant à Jacques Daly. On ne peut pas nier que l'artiste possède une technique vocale avérée, qu'il semble d'ailleurs avoir mise régulièrement à contribution au sein d'un univers plus pop. Malheureusement, le voile permanent qui entrave sa voix, ainsi que la sensation d'étranglement qui survient dès qu'il commence à taquiner les aigus est tout simplement insupportable, des titres comme Disillusion ou encore pire Drugs and Luxury en devenant tout bonnement inaudibles à mon sens.

A côté de cela, la qualité de la production, bien qu'en progrès constants au fil des albums, étouffant par moment l'ensemble des instruments, et dont les sonorités de batterie me font plus penser à des programmations (ce qui n'est pas le cas) qu'à un véritable instrumentiste, devient anecdotique tant le déplaisir apporté par la voix de Djam Zaidi est grand.

Pour cette raison, le triple A qui aurait dû couronner cet album passe à une cotation bien plus quelconque. Dommage.


Plus d'informations sur http://eyetoeye.free.fr
CORTO1809 - 02.02.2012
Une musique mystérieuse, avec des idées, des rebondissements, de la finesse, mais des moments un peu longuets aussi parfois. Le chant de Djam Zaidi ne laissera personne indifférent : soit il prend aux tripes, soit il exaspère. Un disque qui nécessite surement d'avoir la volonté de lui consacrer de nombreuses écoutes pour en faire le tour. Moi, je me suis perdu en chemin.

EN RELATION AVEC EYE 2 EYE
DERNIERE ACTUALITE
EYE 2 EYE: The Light Bearer
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant EYE 2 EYE
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
The Wish (2012)
The Wish se présente comme un album captivant, truffé de bons moments et offrant de nombreuses écoutes en perspective afin d'en découvrir toutes les subtilités.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant EYE 2 EYE
ALBUMS CONSEILLES
  • MARILLION_Anoraknophobia MARILLION
    Anoraknophobia (2001)
    AUTOPRODUCTION - ROCK

    5
  • MARILLION_This-Strange-Engine MARILLION
    This Strange Engine (1997)
    CASTLE - ROCK PROGRESSIF

    5
  • MARILLION_Clutching-At-Straws MARILLION
    Clutching At Straws (1987)
    EMI - ROCK PROGRESSIF

    5
  • MARILLION_Brave MARILLION
    Brave (1994)
    EMI - ROCK PROGRESSIF

    4
  • MARILLION_Fugazi MARILLION
    Fugazi (1984)
    EMI - ROCK PROGRESSIF

    5
    
 
RATING
STAFF : 2.3/5 (3 avis)
LECTEURS : 3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT EYE 2 EYE
 
EYE-2-EYE_The-Wish The Wish (2012)
AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

3
EYE-2-EYE_After-All After All (2009)
MUSEA - ROCK PROGRESSIF

3
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017