MW / Accueil / Chroniques / SYMPHONY X: The Divine Wings Of Tragedy
GROUPE/AUTEUR:

SYMPHONY X

(ETATS UNIS)

TITRE:
THE DIVINE WINGS OF TRAGEDY
ANNEE PARUTION:
1996
LABEL:
INSIDEOUT MUSIC
GENRE:
METAL PROGRESSIF
""
VAL - 29.08.2003 -
Tout a déjà été dit au sujet de cet album. Et comment pourrait-il en être autrement ? A l'image d'un "Scenes From A Memory", il s'agit là d'un opus incontournable, tant pour les fans du groupe que pour les amateurs de musique en général. Riche, épique, mélodique et puissant, tout y est : ce pourrait être la définition du genre.

Avant d'en aborder le contenu, revenons brièvement sur les musiciens qui lui donnèrent vie. Tout d'abord, Michael Romeo, clone évolué de Malmsteen, un génie autodidacte de la six-cordes et le principal compositeur. Son alter-ego Michael Pinella, encore un virtuose, qui équilibre les parties de guitare avec ses claviers flamboyants. Vient ensuite une formidable section rythmique, Thomas Miller à la basse et Jason Rullo à la batterie : une paire de doux dingues à la musicalité exceptionnelle, notamment Miller, qui est alors très investi dans le groupe, et en est l'un des compositeurs récurrents. Et enfin, le seul, l'unique, Sir Russel Allen, vocaliste aux capacités sensationnelles qui donnera ses lettres de noblesse au groupe.

"TDWOT" est le troisième album du groupe. Le précédent, "The Damnation Game", n'avait connu qu'un succès d'estime auprès des connaisseurs, à une époque où le métal progressif n'en était qu'à ses balbutiements. TDWOT est donc l'occasion pour le combo de montrer à tous qu'ils visent plus haut, et qu'ils en ont le talent ; Russel notamment, qui n'avait pas exprimé tout son potentiel sur "The Damnation Game".
Dès le premier morceau, on sait, on SENT que l'on a affaire à quelque chose d'autre. Avec "Of Sins And Shadows", la musique de Symphony X semble surgir avec naturel. Tout est en place. Romeo porte le morceau à bout de doigts, de riffs puissants à des solis toujours aussi extraterrestres. Russel développe une chaleur qu'on ne lui connaissait alors pas encore, et qui est l'un des points marquants de l'album.
Et l'on ne peut que le réaliser sur le titre suivant, "Sea Of Lies", qui démarre sur une ligne de basse virevoltante, avant que les autres musiciens ne se joignent à la danse, et que la voix fabuleuse de Russel s'envole pour atteindre une puissance rare ; à noter également que ce dernier s'affirme sur ce disque comme un parolier inspiré, ce qui lui permet de chanter avec ferveur ses propres textes. Encore une fois, Romeo est au cœur des débats, alternant riffs frénétiques et sonorités acoustiques avec une aisance déconcertante, sans parler de son solo, qui est encore aujourd'hui un modèle du genre. Miller est à la fête et laisse s'exprimer tout son groove, tandis que Rullo bûcheronne avec application.
"Out Of The Ashes" tranche dans le vif avec sa ligne de basse énorme, offrant au duo Romeo/Pinella le terrain de jeu idéal pour leurs élucubrations baroques, avant que l'on n'en revienne à un metal plus classique, épais et puissant, mais qui joue des rythmes et des ambiances avec intelligence, surprenant l'auditeur à chaque instant. Allen évolue ici dans un registre incroyable, passant d'un ton hargneux à des hauteurs limpides, soutenu par des chœurs parfaitement en place (notamment sur la fin du morceau), et Romeo... Que dire ? Riffs hallucinants et solis démentiels. Pinella n'est pas en reste et offre ici un solo rappelant les sons de Kevin Moore.
Du haut de ses 9'50, "The Accolade" est le premier epic de cet album, et a l'intelligence d'apporter (enfin) un peu de calme à ce déferlement de notes. Ambiance acoustique et ultra-mélodique, puis le ton se durcit avec un riff à la Dimebag, mais la voix somptueuse de Russel vient porter tout ceci aux nues. Sa voix est vraiment magnifique sur ce morceau, à la fois claire et puissante. Exceptionnel travail rythmique de Romeo et Miller, puis un break absolument incroyable, tout en légèreté, permet à Russel de montrer toute l'étendue de ses capacités : incroyable. C'est à se demander si l'on écoute encore un album de métal ! La reprise se fait par le biais de sonorités cristallines, et par une ligne de basse douce et chaleureuse de Miller. Le final, dynamique, parvient à conclure avec grandiloquence sans dénaturer les mouvements précédents. Fantastique.

Après cette parenthèse délicate, retour à quelque chose de plus heavy avec deux pistes qui préfigurent l'orientation mythologique et baroque des opus suivants du groupe. Tout d'abord, "Pharaoh", un morceau où Miller domine. Allen explore plus avant les limites de son registre, notamment sur le refrain, original et bien foutu. Un petit pont aérien apaisant introduit une deuxième partie féroce, qui précède une partie instrumentale à la fois arabisante et néoclassique, pendant laquelle Pinella a l'avantage, apportant une ambiance épique grâce à des sons excellents. Puis "The Eyes of Medusa" poursuit cette démarche : attention, tuerie ! Voici à coup sûr LE morceau de l'album, celui qui résume le mieux Symphony X. Riffs absolument géniaux, chant possédé, arrangements parfaits... Puissant, terrifiant, sombre et virtuose ! Une démonstration, ni plus ni moins, et un hit en puissance dans le genre. Inutile d'en dire davantage : il faut l'écouter pour comprendre. Romeo y est magistral.
"The Witching Hour" est pour sa part un véritable hymne néoclassique, sorte de variation moderne sur du Malmsteen : rythmique syncopée, sons de clavecin et d'orgues, chant théâtral, duels claviers/guitare, on se croirait de retour dans les années 80. Pas spécialement mémorable à moins d'être un aficionado du genre, il n'en demeure pas moins que le groupe est aussi à l'aise dans ce style que dans les autres.
Et enfin, le titre éponyme, monstre épique de 20 minutes qui permet enfin à Romeo d'accomplir ses fantasmes classiques. Opératique à l'extrême, doté d'arrangements tout à fait incroyables, sans pour autant mettre de côté les aspects plus musclés de la musique de Symphony X, il oscille donc entre les diverses facettes du groupe. A noter qu'il s'agit également d'une sorte de préquelle à l'album Paradise Lost (comme en atteste le sous-titre de "Revelations"). Il s'agit évidemment du gros morceau de bravoure, passage obligé pour les groupes progressifs et négocié ici avec brio. Le groupe affirme son identité et se montre à la hauteur de ses ambitions.
La dernière chanson, "Candlelight Fantasia", est un modèle de power ballade, d'une beauté saisissante. Rien à ajouter : c'est la conclusion rêvée à un album de rêve.

12 ans après sa sortie, "The Divine Wings Of Tragedy" demeure un monument du métal progressif. Vibrante, inspirée, la musique de Symphony X y est à son apogée, et aucun de leurs albums suivants (pourtant tous très réussis) ne retrouvera cet équilibre parfait entre mélodie, technique et puissance. Un chef-d'œuvre.

Plus d'information sur http://www.symphonyx.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
KAMELOT, ANTHROPIA, MYRATH, DARKWATER, VOYAGER, TO-MERA, MARTY FRIEDMAN, ASTRA, ALLEN / LANDE, ADAGIO

LISTE DES PISTES:
01. Of Sins And Shadows
02. Sea Of Lies
03. Out Of The Ashes
04. The Accolade
05. Pharaoh
06. The Eyes Of Medusa
07. The Witching Hour
08. The Divine Wings Of Tragedy
09. Candelight Fantasia


FORMATION:
Jason Rullo: Batterie
Michael Pinnella: Claviers
Michael Romeo: Guitares
Russell Allen: Chant
Thomas Miller: Basse


TAGS:
Symphonique, Technique, Musique Classique
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

TOWNSEND LE DEVIN - 23/10/2013 18:04:42
Chef d'oeuvre du Prog symphonique, baffe technique et de puissance. A ranger entre God's Thing de Vanden Plas et Awake de DT. S'il ne doit en rester qu'un du groupe...
8775 14588

PRIP - 24/10/2009 08:53:47
The Divine Wings of Tragedy (le morceau) est une des meilleures pièces du genre.
A découvrir absolument pour ceux et celles qui apprécient cette musique.
137 6907
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC SYMPHONY X
DERNIERE ACTUALITE
SYMPHONY X au Ninkasi, à Lyon
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SYMPHONY X
 
DERNIER ARTICLE
Qui de mieux pour vous parler d'une soirée, que des musiciens et experts en la matière présents ce soir-là?

Lire l'article
Voir tous les articles concernant SYMPHONY X
 
NOTES
 
4.5/5 (8 avis)
4.4/5 (11 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT SYMPHONY X
 
SYMPHONY-X_Underworld Underworld (2015)
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Iconoclast Iconoclast (2011)
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Paradise-Lost Paradise Lost (2007)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Odyssey The Odyssey (2002)
INSIDEOUT MUSIC / METAL MELODIQUE
SYMPHONY-X_V V (2000)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Twilight-In-Olympus Twilight In Olympus (1998)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Divine-Wings-Of-Tragedy The Divine Wings Of Tragedy (1996)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Damnation-Game The Damnation Game (1995)
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Symphony-X Symphony X (1994)
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019