MW / Accueil / Chroniques / SHADOW CIRCUS: On A Dark And Stormy Night

SHADOW CIRCUS: ON A DARK AND STORMY NIGHT (2012)


ALBUM - 10T - ROCK PROGRESSIF - ABADDON - 16.01.2013
"Un progressif aux ornements parfois un peu trop luxuriants, ce qui fait penser qu'un peu plus de dépouillement et de clarté auraient probablement permis d’obtenir plus de sensibilité, mais une réussite louable et très homogène musicalement."

4/5
GROUPES PROCHES :
SPOCK'S BEARD, WARZECKA

TRACKS :

01. Overture (8:11), 02. Daddy's Gone (6:01), 03. Whosit, Whatsit And Which (6:34), 04. Make Way For The Big Show (8:42), 05. Tesseract (5:23), 06. Uriel (5:52), 07. Camazotz (6:23), 08. Ixchel (4:40), 09. The Battle For Charles Wallace (7:03)

FORMATION :
David Lawrence Bobick (Chant), David Silver (Claviers), Jason Brower (Batterie), John Fontana (Guitares / Claviers), Matt Masek (Basse / Violoncelle)

TAGs :
Concept-album, Symphonique
Pour la plupart des lecteurs de Music Waves, le nom de Madeleine L'Engle n’évoque sans doute pas grand chose. C’est pourtant à partir d’une de ses nouvelles célèbres de fantasy que le groupe américain Shadow Circus a choisi de construire son dernier album, “On a Dark and Stormy Night”. Après tout, ce récit, plus connu dans les contrées anglo-saxonnes, a déjà fait l’objet d’une adaptation en pièce de théâtre, en téléfilm, en opéra, et prochainement au cinéma, la société Disney ayant récemment acquis les droits.

Le scénario se prête bien à l’élaboration d’un concept-album ce qu’apprécieront particulièrement les amateurs de progressif à tendance symphonique. Et il est vrai que l’opus collectionne les bons points : le récit est fidèlement suivi et la musique est bien évocatrice des différents mondes visités. Le style développé ici est un progressif symphonique (l’ouverture), aux franges du néo, mais ne dédaignant pas muscler un peu la rythmique (‘Tesseract’), multipliant les passages instrumentaux avec moult dialogues guitares-claviers. La voix de David Bobick, assez proche de celle de Roger Waters, et l’utilisation des chœurs (‘Whosit, Whatsit and Which’) pourront faire penser au Pink Floyd de ”The Wall” ; il est aussi possible d’entendre des résonances caméliennes (‘Ixchel’) ou morsiennes (Steve, pas Alan ! - pour l'utilisation de l'orgue), mais c’est surtout Phideaux qui vient à l’esprit pour le soin des constructions et le côté constamment harmonique que peut revendiquer Shadow Circus. L’exposition et les nombreux rappels des thèmes disséminés tout au long de l’opus ne manqueront pas de satisfaire les aficionados du genre.

Pour autant, si la construction de l’opus apparaît soignée, l’émotion a du mal à s’installer. D’abord par un petit manque d’originalité - ne recherchez pas la nouveauté dans “Stormy Night”. Au plan de la réalisation, si la production est techniquement sans gros reproche, nous retrouvons par ailleurs cette tendance assez américaine qui consiste à surcharger un peu le trait. Les claviers sont ainsi un peu trop présents en arrière-plan (‘Uriel’), la voix sans grande sensibilité et la basse se fait par moments un peu trop démonstrative (‘Make the Way to the Big Show’).

On a Dark and Stormy Night” propose un progressif aux ornements parfois un peu trop luxuriants ce qui fait penser qu'un peu plus de dépouillement et de clarté auraient probablement permis d’obtenir plus de sensibilité. Un album tout de même d’une réussite louable, homogène musicalement (tous les concept-albums ne peuvent pas s’en vanter !) et fort agréable à l’écoute.


Plus d'informations sur http://www.shadowcircusmusic.com/band/
Soyez le premier à donner votre avis...
EN RELATION AVEC SHADOW CIRCUS
DERNIERE ACTUALITE
Shadow Circus: On a Dark and Stormy Night
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SHADOW CIRCUS
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
On A Dark And Stormy Night (2012)
Un progressif aux ornements parfois un peu trop luxuriants, ce qui fait penser qu'un peu plus de dépouillement et de clarté auraient probablement permis d’obtenir plus de sensibilité, mais une réussite louable et très homogène musicalement.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant SHADOW CIRCUS
ALBUMS CONSEILLES
  • SPOCK-S-BEARD_Noise-Floor SPOCK'S BEARD
    Noise Floor (2018)
    INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

    3
  • SPOCK-S-BEARD_X SPOCK'S BEARD
    X (2010)
    INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

    4
  • SPOCK-S-BEARD_The-Light SPOCK'S BEARD
    The Light (1995)
    GIANT ELECTRIC PEA - ROCK PROGRESSIF

    4
  • SPOCK-S-BEARD_The-Kindness-Of-Strangers SPOCK'S BEARD
    The Kindness Of Strangers (1997)
    METAL BLADE RECORDS - ROCK PROGRESSIF

    5
  • SPOCK-S-BEARD_Spock-s-Beard-Live SPOCK'S BEARD
    Spock's Beard Live (2008)
    INSIDEOUT - ROCK PROGRESSIF

    4
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3.2/5 (4 avis)
LECTEURS : 4.1/5 (8 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT SHADOW CIRCUS
 
SHADOW-CIRCUS_On-A-Dark-And-Stormy-Night On A Dark And Stormy Night (2012)
10T - ROCK PROGRESSIF

4
SHADOW-CIRCUS_Welcome-to-the-freakroom Welcome to the freakroom (2007)
PROGROCK - ROCK PROGRESSIF

2
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018