MW / Accueil / Articles / SHAMALL - JANVIER 2010

SHAMALL - JANVIER 2010

INTERVIEW - ROCK PROGRESSIF - PETE_T - 28.01.2010
Après nous avoir gratifié d'un excellent album en 2009 (format double), Norbert Krueler, la tête pensante de Shamall, a bien voulu répondre à nos questions.
  •  
  •  
    
Bonjour Norbert, d'abord peux tu te présenter à nos lecteurs, ton passé musical ? Tes influences ?

Bonjour Pete. Hmm…. mon passé musical ? Dans mon enfance j'ai appris à jouer de la guitare et ai essayé, comme beaucoup d'autres types, de découvrir de nouveaux effets « trippy ». Mes premières influences étaient à ce moment là Pink Floyd. Aujourd'hui mes influences sont toujours….Pink Floyd.

Shamall est, si je ne me trompe pas, un peu ton bébé. Comment es tu venu à la décision de réaliser ce projet par toi-même ?

Tu as raison. Mais Shamall est beaucoup plus que mon bébé. Pour faire court, j’ai commencé ma carrière de musicien sur les planches dans les années 70 et ai joué pour beaucoup de groupes Allemand populaire qui donnait dans le Krautrock. C’est dans ces années là qu’est né «Don’t Get Your Panties On A Bunch» (NDLR : présent sur le dernier CD). J'ai beaucoup aimé cette partie de ma vie mais après un moment j'ai laissé de coté cette vie de scène pour me tourner vers celle de DJ, en grande partie pour des raisons financières. De 1976 à 2008, je travaillais dans un haut lieu du rock progressif en Allemagne mais ils ont changé leur concept l’année dernière pour se tourner vers des musiques plus traditionnelles. Cette décision m’a poussé à quitter ce job. En 1985 j'ai obtenu mon premier synthétiseur. Cela m’a ouvert à la world-music et par la même occasion Shamall est né.

Quel est le processus de développement d'un titre ? Comment choisi tu les thèmes ?

Il est probablement moins complexe que tu ne l’imagines ! Normalement, je commence par la guitare acoustique, en chantant une sorte de « lala lalalla lala » (Rires), les thèmes apparaissent plus tard. La plupart du temps cela dépend des idées qui m’occupent à l’instant présent. Après j'écris les textes puis je reprends ma guitare acoustique et les arrange. L’étape suivante est celle de la première prise, ensuite j'ajoute tous les autres instruments et les solis. Mike (Bach : batterie) et Matthias (Mehrtens : guitares) viennent finalement enregistrer les quelques passages qui nécessitent une intervention plus humaine.

Tu produis et édites un certain nombre d’albums depuis toutes ces années maintenant, que cela représente t-il en termes de ventes ?

C'est une bonne question. Dans les années 80 j'ai produit un briseur de classement qui évoluait dans l’Italo-Disco. J’ai vendu énormément mais je me suis ennuyé musicalement. Cette expérience m’a aidé à conclure un très bon deal avec une compagnie importante. Au début des années 90 j'ai fait de la musique électronique psychédélique ( !), j’en ai vendu beaucoup aussi. Plusieurs de mes compositions ont été utilisées dans l'industrie du film commercial (Telekom, Time-Life et d’autres) mais mon coeur battait pour cette musique symphonique-psychédélique. Et puis, j'ai voulu grandir grâce à mon travail. Mais le rock progressif et l’argent, cela ne fonctionne pas ensemble. Je pense que, si un groupe comme Pink Floyd arrivait aujourd'hui dans le circuit, ils joueraient dans les clubs comme tous les autres groupes progressifs du moment.

[IMAGE1]

À ma connaissance, c'est la première fois que tu envoies un CD à MusicWaves, pour quelles raisons ?

Dans le passé Shamall était plutôt psychédélique avec des éléments ambiants, de sorte que la plupart des magazines dans le monde entier m’associaient davantage à mes antécédents. Cela a pris un moment pour que ceux ci remarquent que Shamall avait changé de style. Aujourd'hui la plupart d'entre eux ne savent toujours pas dans quoi classer Shamall. Mais pourquoi MusicWaves, tout simplement pour toucher un maximum de lecteurs….

Que penses-tu d’Internet et du Peer to peer en général ? Quel impact cette nouvelle technologie a-t-elle sur tes ventes ?

Le Peer to peer tue les compagnies de disques. Les compagnies payent des artistes pour faire de la musique. Donc le Peer to peer tue les artistes. Très simple.

As-tu déjà faits des concerts. Si oui , sous quel format ? Si non, imagines-tu en faire ?

Oui ! Dans les années 70, comme je te le disais. Aujourd'hui il serait très difficile de transposer Shamall en live. Le premier problème est la disponibilité de Matthias et de Mike. Quand tu as de la famille, il y a une différence entre travailler parfois ensemble dans un studio et se lancer dans une tournée avec 2 ou 3 dates par semaine jusqu’aprés minuit en plus de ton boulot !.Le deuxième problème est lié à la saturation du marché dans un monde où les gens n'ont pas assez de temps et d'argent pour aller voir les groupes en concert. C'est décourageant.

Dans le livret «The Book Genesis», tu remercies certains artistes comme Alan Parsons et David Gilmour, de quelles manières t’ont-ils influencé ?

Je pense qu’Alan Parsons est l'un des meilleurs producteurs dans le monde. Son travail sur l'album de Pink Floyd « Dark Side Of The Moon » était ENORME et son propre album « Tales Of Mystery And Imagination » est toujours fortement unique. Après encore plus de 30 ans de carrière, c'est incroyable ! Les effets techniques qu'il utilisait au milieu des années 70 étaient visionnaires !
David Gilmour est simplement, de mon point de vue, le meilleur guitariste au monde. Personne n’est capable de jouer comme lui. Il y a des milliers de guitaristes talentueux, ils sont tous brillants, mais David Gilmour est le seul avec un coeur et une âme dans ses doigts !. Il n'est pas un de ces egomaniacs qui veut montrer au monde entier comment ses doigts peuvent jouer rapidement. Pour lui, jouer de la guitare n'est pas un tournoi, jouer est simplement « juste faire de la musique ». Trois notes simples sur une guitare et je sais : c'est David ! Personne d’autres n'a ce son de guitare. Et j'aime sa voix aussi, ce tout forme un ensemble unique et chaleureux.

[IMAGE2]

Pourquoi emploies-tu de plus en plus les voix dans tes compositions ?

Pourquoi pas ? D'autres groupes font la même chose. Dans le passé j'ai fait beaucoup d’albums instrumentaux. La musique électronique n'a pas besoin de voix. Je possède également quelques albums de rock progressif sans vocaux mais mes oreilles ont du mal à le supporter. Ainsi quand j'ai changé mon style de musique en rock symphonique/progressif j'ai décidé d'inclure des voix.

Etait-ce un besoin ?

Naturellement. Puisque j'ai voulu faire passer quelques messages au monde. Les voix me donnent la possibilité de donner plus de profondeur et de sens à ma musique.

Te rends tu compte que ta voix n’est pas vraiment ce qui se fait de mieux, pourquoi ne pas utiliser un chanteur invité plus adapté ?

C'est une question de goût. Les voix sont toujours un thème extrêmement sensible à aborder. Beaucoup de groupes obtiennent de mauvaises chroniques en raison de leurs chanteurs. Pour ma part, cela me convient et je ne vois aucune raison d’utiliser un apport extérieur.

Dans ce dernier album , « Is This Human Behavior », le titre principal est en douze parties pour une durée de plus d’une heure, pourquoi sens tu la nécessité d'écrire de si longs morceaux ?

Je ne m’occupe pas de la longueur d’un morceau. Je travaille sur le concept de base et dés que j’ai une idée, pour un solo par exemple, je le rajoute à la chanson. En fait je n'avais pas projeté de faire un double Cd. Mais, à la fin, « Is This Human Behavior » était trop long et je n'avais pas assez de place sur le CD pour « Living Incommunicado », c'est pourquoi j'en ai fait un second. Sur l'album précédent, « Questions Of Life », j'ai dû couper le thème principal pour pouvoir ne faire qu’un album normal, cette fois je n'ai rien voulu enlever parce que « What Will Happen », le titre principal de l'album précédent, ressortait comme un peu comprimé. Mais pour répondre à ta question : je ne me projette jamais sur la longueur d’un morceau, je joue et je termine le titre quand je sens que c’est fini.

Il me semble que le thème principal de ce dernier album est le besoin qu’à l'homme de créer afin de détruire, comment imagines-tu le monde dans cent ans?

Je pense qu’à la vitesse où la pollution progresse aujourd'hui avec une économie qui se fait de l'argent sur le dos de la nature alors que nous vivons quand même dans un monde où l'humanité regarde assez loin, où nous disons toujours : « nous pouvons changer demain » (...Silence...) En fait, je ne suis pas sûr qu'il y ait un demain dans cent ans ..

Dernière question : tu te retrouve seul sur une île déserte, quels sont les 5 disques que tu souhaiterais avoir sauvé du naufrage (En imaginant aussi que tu ais réussi à sauver tout le matériel nécessaire !)

Caravan-In the Land of Grey and Pink
Pink Floyd-Wish you were here
Miles Davis-Jack Johnson
King Crimson-In the Court of the Crimson King
Rare Bird – As Your Mind Flies by

As-tu un message final pour nos lecteurs ?

Votre style d’écoute musicale est la manière la plus facile de dire au monde qui vous êtes. Ainsi mon message est : celui qui écoute une musique sortant des sentiers battus est quelqu'un qui peut dire « Je suis moi et pas un zombie stéréotypé dans un monde commercial »

En espérant te voir un jour en France…
Merci, ce sera un plaisir de te rencontrer dans le réel et de parler davantage de la musique ?.


Plus d'informations sur http://www.shamall.com
EN RELATION AVEC SHAMALL
 
DERNIERE CHRONIQUE
2
Continuation (2016)
Un disque de musique planante pas désagréable mais trop long pour ce qu'il a à dire.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant SHAMALL

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018