MW / Accueil / Articles / ALMAH (15 SEPTEMBRE 2011)

ALMAH (15 SEPTEMBRE 2011)

INTERVIEW - METAL PROGRESSIF - STRUCK - 25.10.2011
A l'occasion de la sortie du troisième album d'Almah, son leader fondateur Edu Falashi nous délivre une interview véritée sur ses ambitions avec ce projet ambitieux mais aussi l'avenir obscur d'Angra...
  •  
  •  
  •  
    
Bonjour Edu, Almah est de retour avec ce troisième album "Motion". Si le précédent était plutôt orienté écologie, quel est le sujet de "Motion" ?
Edu Falashi : En fait, c’est un nouvel album qui je dois dire est très important pour nous parce qu’il consolide le fait que nous soyons un groupe. C’est la chose la plus importante pour nous.

Cela signifie-t-il qu’Almah n’était pas considéré comme un groupe avant ?
Oui parce que le premier album était un album solo…

Oui mais pour le deuxième, ce n’était pas le cas ?
Le deuxième était effectivement un album d’un groupe mais les gens pouvaient penser que puisque le premier était un album solo, le deuxième pouvait l’être aussi avec un changement de line-up, tu vois.

Donc, on peut dire que "Motion" est le deuxième album d’Almah en tant que groupe ?
Ouais, c’est vrai et maintenant, les gens vont pouvoir réaliser qu’avec cet album nous sommes un groupe parce que c’est le même line-up depuis "Fragile Equality". Mais concernant le concept derrière cet album, en fait, nous n’avons pas de concept attaché qui raconte une histoire, c’est plus lié à la réalité. Nous sommes fatigués de raconter des contes de fées avec des anges, des dragons… des sujets communs dans le metal. Et c’est pourquoi nous avons décidé de parler de réalité donc chaque chanson traite de choses différentes mais en fait, tout va dans la même direction pour montrer aux gens que nous voulons aller de l’avant, d’évoluer et essayer de trouver différentes choses, différents éléments, essayer d’innover…

[IMAGE1]

Innover dans le concept et l’histoire mais également dans la musique. Almah est considéré comme un groupe de power metal mais à l’écoute de « Motion », ce n’est plus le cas…
Exactement ! Ouais, ouais, c’est vrai ! La raison c’est que quand tu écoutes l’album "Fragile Equality" tu constates qu’une partie de l’album est du power metal dans le style Angra et une autre est plus moderne, plus heavy avec des idées death, thrash. Mais avec "Fragile Equality", nous avons dû faire avec le marketing et la stratégie : nous devions rallier les fans d’Angra pour qu’ils approuvent le groupe, leur montrer que nous étions certes un nouveau groupe mais toujours avec le concept d’Angra en filigrane. Mais cette fois-ci, nous pensons qu’Almah peut aller plus loin et sur la longueur et par lui-même sans dépendre d’Angra… C’est pourquoi nous avons décidé d’utiliser que des éléments propres à Almah, seulement des idées d’Almah, c’est pourquoi l’album sonne plus heavy et moderne que par le passé.

Tu dis que c’est donc un virage que tu as souhaité mais au début, Almah sonnait plus Angra comme tu le disais : n’était-ce qu’une stratégie pour…
… conquérir les fans ? Oui, oui… pour rallier à notre cause quelques fans, c’était une sorte de stratégie, oui ! Histoire de dire à ces gens que nous faisions quelque chose de nouveau mais nous avions toujours des éléments qu’ils connaissent bien… Mais cette fois-ci, les gens connaissent les idées d’Almah donc, nous avons décidé de faire un album 100% Almah…

C’est clair ! "Hypnotized" sonne comme le meilleur de Dream Theater époque "Awake"…
… Je vois ce que tu veux dire, j’adore cet album !

Est-ce que Dream Theater est une influence pour toi peut-être même plus qu’Angra ?
Non, non, non ! En fait, non, directement, non. Felipe (NdStruck : Felipe Andreoli, bassiste du groupe et d’Angra) est un énorme fan de Dream Theater mais la plupart des chansons sont composées par moi depuis le début. J’arrive avec les idées de départ… mais si Dream Theater n’est pas mon groupe favori, peut-être que ça sonne ainsi en raison des guitares heavy…

Mais pas seulement, au niveau de la tessiture de ton chant sonne comme celle de James LaBrie dans son projet solo Mullmuzler dans lequel son chant est plus diversifié…
Oh je vois ce que tu veux dire ! Quoi qu’il en soit, c’est quelque chose de très positif ce que tu viens de me dire parce que c’est un super chanteur, je l’adore… Merci !

En fait, tout ça n’est pas délibéré ?
Non, non, c’est naturel peut-être une coïncidence ?

Donc cette fois-ci, tu chantes dans ta propre tessiture et non pas pour sonner comme André Matos ?
Ouais, exactement, tu as marqué un point… C’est très important et c’est un bon point ! L’idée est que j’adore chanter dans Angra mais quelques fois, j’ai besoin de chanter dans d’autres gammes qui ne sont pas ma gamme naturelle. C’est pourquoi j’ai eu pas mal de problèmes de voix il y a de ça cinq ans… En fait, quand tu es chanteur, tu dois trouver ta propre identité et chanter dans ta gamme.
Par exemple, Pavarotti est un super chanteur mais il chante uniquement avec un style de voix, toujours… Dans mon cas, dans Angra, je devais chanter quelques fois très haut, une autre fois, très bas, quelques fois très agressif, une autre fois avec des distorsions, ou sans distorsions… : je devais être…

… un caméléon…
(Rires)… Et dans Almah, tu peux trouver 100% de moi ! Toutes les chansons ont été composées par moi, j’ai écrit toutes les lignes vocales donc c’est plus naturel de chanter pour moi que de chanter dans Angra car les autres membres écrivent également des lignes vocales…

Malgré tout ce que tu dis, n’y a-t-il pas une sorte de contradiction avec tes propos du début : en effet, tu dis qu’Almah est enfin un vrai groupe et tu veux le montrer au monde et dans un autre côté, tu dis que tu fais tout dans le groupe ?
En fait, non ! Peut-être que je me suis mal exprimé. Je viens avec les principales idées de départ mais le groupe décide et compose ensemble… En fait, j’apporte…

… la structure…
Ouais, ouais, voilà… et Felipe vient à apporter un pont… En fait, tout le monde compose et Almah est un vrai groupe, c’est très important !

Notre chroniqueur écrivait que dans le précédent album, il y avait trop de ballades, ce n’est plus le cas sur "Motion" : pourquoi ?
Je suis d’accord avec toi, j’ai le même sentiment que toi, je me suis dis : "Oh j’ai fait trop de ballades !" (Rires) et ce n’est pas le cas cette fois-ci ! Non, tout s’est fait naturellement, la plupart des chansons que nous avons écrites sont heavy, rapides -mais pas speed metal pour autant- très agressives, tout cela était naturel !
Cette fois-ci c’était différent, nous nous sommes dit que nous avions trop de chansons heavy et agressifs, il faut que nous écrivions des ballades (Rires) ! C’était différent cette fois-ci et nous n’avons écrit que deux ballades !

L’album a été mixé par Jochem Jacob de Textures. Penses-tu que ce soit la raison pour laquelle l’album est si puissant et puisse faire sonner Almah comme un groupe de thrash moderne ?
Ouais, ouais, il y a de ça. Jochem est un mec super et c’est très facile de travailler avec lui. Nous nous sommes rencontrés lors d’un festival au Portugal et nous avons entendu jouer Textures et nous nous sommes dis que c’était extraordinaire…

Tu ne l’avais jamais entendu avant ?
Non, non… Puis, nous nous sommes rencontrés, avons parlé musique et Felipe a pris contact avec lui plus tard dans le cadre du nouvel album d’Almah parce que nous voulions avoir cette sonorité à la Textures.

Et ça sonne extrêmement bien…
Je suis d’accord avec toi… Et puis, bien sûr, nous voulions travailler avec lui pour la qualité parce qu’il est un vraiment bon producteur et mixer…
Donc Jochem nous a dit de lui envoyer le matériel et il verrait ce qu’il peut faire… Et quand il a vu le produit dans sa globalité, il nous a dit que tout était très bien fait au Brésil parce que nous l’avons enregistré au Brésil mais qui serait mixé et mastérisé en Hollande. Il a dit que tout était parfait même qu’il était tombé amoureux des chansons parce qu’elles étaient fraîches. Je lui ai dis que je n’oublierais jamais ce qu’il a fait pour nous ce à quoi il a répondu : "Heureusement vous ne faîtes pas un autre album de power metal ! Vous allez de l’avant, vous cherchez de nouveaux éléments, de nouvelles idées !".
A ce propos, nous devons trouver un label, peut-être que tu peux aider ? Plein de gens me demande ce qu’est Almah : du thrash, du power metal… ?
Je ne sais pas peut-être qu’Almah est un groupe de thrash mélodique ou un mélodique thrash (Rires) ?

Justement un titre comme "Zombies Dictator" est l’apothéose de ce changement de direction vers quelque chose de plus agressif voire thrash…
Oui, oui, je le pense aussi…

[IMAGE2]

Si tu devais choisir un titre pour faire découvrir la musique d’Almah à quelqu’un qui ne connaîtrait pas le groupe, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Oh c’est très difficile de répondre… Mais probablement "Trace of Trait" parce que cette chanson est le premier single, nous avons fait une vidéo. Et cette chanson peut être perçue comme une synthèse de tout l’album, il y a plein de parties heavy, mélodiques -pas power metal parce que quand tu dis "mélodique", ça évoque quelque chose de grandiloquent, des grandes et belles mélodies- et nous avons des lignes de chant très puissantes avec des aspects agressifs mais aussi mélodique quelques fois, de la double batterie, des aspects thrash… Nous avons dans une chanson, une sorte d’exemple de tout l’album…

On peut parler de progressif aussi ?
Ouais, ouais, nous avons des éléments progressifs aussi bien sûr. En fait, c’est dur de dire aux gens que nous sommes un groupe de thrash et je ne le crois pas. Mais c’est certain nous avons des éléments thrash, prog metal, heavy metal… Je dirais que nous un groupe de metal contemporain (Sourire) !

Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans le monde musical actuel ?
Pourquoi les gens ne changent pas et n’essayent pas de trouver de nouvelles raisons de faire de la musique ? Parce que la plupart des groupes que je connais sont confortables, ils ont leur propre style et ne veulent pas incorporer d’autres éléments. Ils ont leurs fans, c’est notre style et puis voilà ! Je trouve ça ennuyeux : un groupe qui fait la même chose durant tout un album. Donc j’aime quand un groupe essaye d’essayer : Angra -par exemple- au début avec l’album "Holy Land" qui est un album super durant l’époque André Matos, je trouve cet album fantastique. Je pense que c’est la principale chose, il faut évoluer. Nous sommes en 2011, faire de la musique qui sonnerait comme celle des années 80 ou 90, ça n’a pas de sens pour moi. C’est pourquoi nous essayons de mélanger les genres entre thrash metal, prog metal et des éléments mélodiques comme Muse -des claviers qui sonnent comme Muse- ou des mélodies classiques quelques fois. Et je pense que c’est le futur : essayer de mélanger différents éléments et ainsi créer ta propre musique.

Et tu as dis qu’Angra a innové avec "Holy Land". Honnêtement, penses-tu que ce soit toujours le cas ?
Non ! Non, en fait, pour être honnête c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de venir en Europe et au Japon d’où nous venons à peine. Je suis venu ici pour être honnête, tu vois ! Je ne suis pas ici pour te dire qu’Angra va bien, tout est beau… Angra est un groupe extraordinaire, avec des compositeurs et musiciens extraordinaires… mais pour moi, le groupe a besoin de temps pour réfléchir à son futur parce qu’on peut dire qu’on s’ennuie actuellement. Les trois derniers albums sonnent de la même manière -les deux derniers en fait "Aurora Consurgens" et "Aqua"…

Ok, je comprends bien, j’apprécie vraiment ton honnêteté en avouant que tu t’ennuies dans Angra… Mais vu que ton travail est très différent dans Almah, la question qui se pose est de savoir pourquoi tu continues de travailler dans Angra ?
Premièrement parce que j’aime ce groupe, les musiciens, l’atmosphère… le groupe était un groupe très important à une certaine époque mais la chose la plus importante est que je ne veux pas quitter Angra au contraire je veux me battre pour ressentir à nouveau ce sentiment, cet esprit du passé… Nous avons décidé d’arrêter le groupe avec le festival Rock in Rio en septembre. Donc à ce jour, c’est fini et nous ne savons pas quand nous reviendrons, je n’en ai aucune idée…
Mais nous allons parler ensemble et je vais faire tout mon possible pour faire revenir l’esprit de la musique dans ce groupe… Nous ne pouvions pas continuer le groupe juste pour une question d’argent ou parce que le groupe est important et qu’il a des fans… Nous devons continuer le groupe parce que nous aimons ce groupe, sa musique… C’est ce que je fais avec Almah et si ça doit continuer avec Angra, ça doit se passer ainsi…

Tu dis qu’Angra est très populaire au Brésil mais Almah le devient de plus en plus à tel point qu’on peut se demander si à ce jour, Almah n’est pas en train de dépasser Angra. Est-ce que dans ces conditions, Almah peut devenir ton projet prioritaire ?
En fait, je n’en ai aucune idée. A ce jour, je n’ai aucune priorité si ce n’est ce que je fais le jour J. A ce jour, la priorité est Almah puisque je travaille dans Almah mais si Angra revient l’année prochaine, ma priorité sera Angra. Ce qu’il faut savoir c’est que je ne fais pas tout ça pour les fans ou parce que ça me rapporte de l’argent, j’ai besoin de faire de la musique, c’est quelque chose qui brûle dans mon cœur… C’est pourquoi j’ai besoin d’Almah, nous revenons à peine du Japon où tout le monde dit qu’Almah est devenu le nouveau Angra…

Et comment expliques-tu cela ?
Je ne sais pas… Probablement parce que nous essayons d’apporter de nouveaux éléments, pour sonner différent… Nous ne voulons pas nous sentir confortable, nous devons nous mettre en danger… Nous sommes des musiciens, nous devons être créatifs. Je ne conçois pas de faire des albums comme sortis d’une chaîne industriel. Chaque album doit être un nouveau moment dans notre vie, c’est pourquoi cet album d’Almah sonne différemment, plus heavy, avec plein d’éléments différents et mélancolique aussi… Ces combinaisons font la différence dans Almah.

Et penses-tu que tu puisses devenir aussi populaire en France qu’au Brésil ou au Japon par exemple ?
Oh mec, nous travaillons pour ça, c’est la raison pour laquelle nous sommes ici (Rires) ! Nous faisons ce que nous avons à faire, nous faisons des interviews pour dire la vérité, parler de notre musique…
Et justement concernant notre musique, ça me fait penser que la production de Jacob est à un niveau de qualité que nous n’avons pas atteint avec Angra parce que le dernier album était produit au Brésil. Le Brésil n’est pas prêt pour le metal, pour atteindre ce niveau de qualité. Jusqu’à présent les albums étaient produits en Allemagne mais il a été décidé de faire le dernier au Brésil parce que le coût était moins cher… On revient toujours au même point, les gens en reviennent toujours à parler d’argent et non pas de musique.
Je sais qu’il faut mettre de l’argent pour faire de la qualité et c’est ce que nous avons fait avec Almah.

C’est quand même amusant, tu chantes dans deux groupes qui sont aux deux extrêmes dans la façon de percevoir et concevoir la musique… et à priori, un des deux ne répond pas du tout aux attentes que tu as de la musique.
En fait, c’est pourquoi nous avons arrêté, nous ne pouvions plus nous mentir à nous-mêmes en continuant ainsi. Et Rafael (NdStruck : Bittencourt) a écouté le dernier Almah, il a écouté tout l’album et m’a dit tranquillement : "Pourquoi chantes-tu ainsi dans Almah ? Tu ne chantes pas comme ça dans Angra ! Pourquoi ?". Je lui ai répondu que c’était en raison d’un style différent… Il m’a coupé en disant : "Je ne te parle pas de timbre de voix… Je t’entends chanter avec ton cœur !".
Et c’est là tout le problème, nous devons retrouver ça dans Angra. Tout le monde s’ennuie dans Angra et je lui ai demandé s’il était content de ce qu’il faisait avec Angra ? Il m’a répondu que non !

Et penses-tu que l’écoute de "Motion" puisse être le coup de fouet dont avait besoin les autres membres d’Angra pour un nouveau départ du groupe ?
Ouais, ouais, je le pense vraiment !

Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?
Mon meilleur souvenir ? J’en ai plusieurs… Mais la première fois que je suis allé au Japon pour faire des interviews avec Angra. Et je souviens que quand je suis arrivé faire des interviews, touts les journalistes se demandaient qui était ce mec face à eux (Rires) ! Ils adoraient André Matos et c’est lui qu’ils voulaient… Donc c’était difficile pour moi mais c’était bien parce que je me sentais comme un guerrier à ce moment, je devais conquérir le cœur des gens. Je me rappelle donc de ce moment mais plein de bonnes choses se sont passées dans ma carrière avec Angra. Ca fait plus de dix ans que je suis dans Angra maintenant, plus longtemps qu’André Matos donc, j’ai plein de bons souvenirs avec ce groupe !

Justement comment expliques-tu que malgré que tu aies chanté plus longtemps qu’André Matos dans Angra, les gens évoquent encore André Matos et non toi, quand on parle d’Angra ? Tu n’en as pas marre ?
Au début, j’étais triste et ça m’ennuyait. Aujourd’hui, je m’en fous, vraiment… Tout le monde a sa propre opinion, la seule chose que je peux dire c’est que si vous n’aimez pas ce que je fais dans Angra, personne ne vous force à écouter ces albums (Sourire). Vous n’avez qu’à écouter chez vous tous les précédents albums dans lesquels André chante…

On a parlé du meilleur souvenir, au contraire, quel serait le pire ?
Mon pire souvenir était en 2007 quand Angra a définitivement arrêté en raison d’un trop grand nombre de conflits, encore et toujours à propos d’argent : des gens volaient de l’argent…
Cette période était terrible pour moi, j’étais extrêmement déçu… J’ai commencé Angra qui était un groupe uni et ce n’était pas le cas, tout ça c’était pour l’argent !
J’étais si déçu que je suis tombé en dépression et j’ai eu des problèmes de voix… J’étais tellement déçu parce que selon moi, ça n’a aucun sens de faire un groupe dans lequel les musiciens jouent avec d’autres sans s’apprécier, sans être ami… Si tu veux quand les gens me disent que les Rolling Stones ne sont pas amis, je ne les crois pas parce que selon moi, c’est impossible de faire de la musique dans un groupe si on n’est pas ami. Je ne dis pas qu’on doit des frères, nous ne sommes pas une famille mais pour moi, en tant que chanteur, les émotions sont très, très importantes, tu vois ! Ma voix est une sorte d’extension de mon âme et comme j’étais très triste, ma voix était affectée…
C’est pourquoi 2007 était la pire année de ma vie professionnelle !

Est-ce que cette expérience t’a servi par exemple dans "Motion" ? Est-ce que la rage, la puissance qui avoir été nourrie par cette expérience ?
Bien sûr, bien sûr… J’ai appris plein de choses avec ce genre d’expérience. Quand j’ai décidé de faire d’Almah un groupe, j’ai parlé aux mecs en leur disant : "Ok, les mecs, je ne sais pas quel type de musique nous allons faire, si nous allons avoir du succès ou non… mais je sais une chose, c’est que ce sera un groupe honnête sur tout : l’argent, l’organisation… Il ne doit pas y avoir d’ego dans ce groupe, je ne veux pas faire un autre groupe pour avoir d’autres problèmes d’ego ! Nous serons amis et tout le monde sera au même niveau".
J’ai créé le groupe mais le groupe appartient à tous les membres du groupe. Pour moi, ça n’avait aucun sens de faire un autre groupe pour avoir les mêmes problèmes que dans Angra. En gros, je leur ai dis que si nous réunissions toutes ces conditions, nous pourrions être un groupe ! Et ils m’ont répondu que c’était parfait pour eux et on était parti…

[IMAGE3]

Et c’est pourquoi "Motion" sonne si bien !
Probablement… Je pense qu’on est beaucoup plus fort quand tu es une équipe que quand tu es tout seul. Et les gens le ressentent dans les chansons, les gens peuvent ressentir cette force : c’est plus agressif, intense… quand tu réunis les idées de tout le monde.

Que voulais-tu faire gamin ?
(Sourire) En fait, je voulais être footballeur.

Et pour quelle équipe ?
Je supporte les Corinthians mais je voulais être footballeur dans n’importe quelle équipe, parce que j’adore le foot !

Pour le Paris Saint Germain par exemple ?
Ouais, Paris Saint Germain ! J’ai une casquette du Paris Saint Germain, c’est une belle équipe !
Mais ma mère m’a dit : "Non, non, non… Tu dois étudier !" (Rires) !

Et penses-tu que le jeune footballeur que tu étais serait fier de ce que tu es devenu ?
Ouais, bien sûr, bien sûr. En fait, c’est amusant parce que mon parcours devait probablement me mener vers quelque chose d’artistique parce que pour moi, le football est une sorte d’art. Je n’ai pas pu devenir footballeur mais je suis devenu musicien… et faire de l’art -pour moi- était la chose la plus importante !

Enfin, souhaiterais-tu dire un dernier mot aux lecteurs de Music Waves et pourquoi pas en français ?
(En français dans le texte) "Je suis très content d’être ici avec vous. Merci beaucoup à vous tous"… Je suis très content d’être ici à nouveau et pour la première fois avec Almah, tu vois. Merci pour votre soutien pendant toutes ces années et nous vivons un moment très spécial… Nous avons l’impression de marcher avec nos propres jambes : Almah est désormais un groupe, définitivement ! Les gens ressentent bien que le groupe est frais, incorpore de nouveaux éléments et que nous sommes… heureux ce qui est la chose la plus importante !
Donc, encore merci pour votre soutien et j’espère juste que nous aurons l’opportunité de faire une tournée et de faire un concert ici parce que les musiciens sont juste extraordinaires : le guitariste est fantastique… et un concert serait super !

Une tournée européenne est prévue ?
Pas encore, pas encore. C’était prévu en Novembre mais ça ne s’est pas fait. Bien sûr, nous allons essayer d’en caler une sur autre période mais ce n’est pas facile ! Mais avec le label AFM Records, nous essayons de trouver une meilleure façon pour venir jouer en Europe !

C’est tout ce que nous souhaitons à Almah et "Motion" qui méritent cette tournée. Merci…
Merci, merci à toi pour cette très belle interview ! J’aime faire des interviews en France parce que les journalistes français vont plus loin dans le sujet d’une façon plus artistique, philosophique, j’aime vraiment ! (En français dans le texte) "Merci Beaucoup" !


Un grand merci à Roger de Replica ainsi qu’à Metnat et Noise pour leur contribution à cette interview.


Plus d'informations sur http://www.almah.com.br/
EN RELATION AVEC ALMAH
DERNIERE ACTUALITE
ALMAH: E.V.O
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ALMAH
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie du troisième album d'Almah, son leader fondateur Edu Falashi nous délivre une interview véritée sur ses ambitions avec ce projet ambitieux mais aussi l'avenir obscur d'Angra...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ALMAH
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Unfold (2013)
Même si Almah emprunte largement la voix ouverte par son grand frère Angra, le plaisir pris par les différents protagonistes se ressent au fil de l'album à travers une musique à la fois très mélodique, technique et flamboyante.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ALMAH

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017