MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

Existance (Octobre 2014)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HEAVY METAL

Enthousiasmé par leur nouvel album "Steel Alive", Music Waves est allé poser quelques questions au groupe de Metal français très prometteur qu'est Existance.
MR.BLUE - 06.11.2014 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)
Question d'ouverture traditionnelle chez Music Waves : Quelle est la question qu'on vous a trop souvent posée ?

Antoine : « Tu veux une bière ? » (rires) Non, plus sérieusement « Vous avez quel âge ? »


La question trop évidente. A l'écoute de "Steel Alive", on pense vite à des groupes comme Judas Priest, Iron Maiden, Accept et autres grands du genre. Vous assumez pleinement ?

Antoine : C’est un grand privilège pour nous d’être comparés à de tels monstres du Heavy Metal et de la Musique au sens large du terme. Il est vrai que ces groupes font partie de nos préférés mais nous ne voulons pas être une pâle copie. Nous nous sommes inspirés de ce genre musical qu’ils ont défini dans les années 80 mais nous essayons d’avoir notre propre identité, d’apporter notre pierre à l’édifice en essayant de se démarquer. Les gens savent différencier un morceau d’Iron Maiden d’un morceau d’Accept tout simplement parce qu’ils sont différents et chacun des deux groupes a son identité, et pourtant ils jouent le même genre musical. On veut essayer de recréer la même chose pour nous !



Le revival des 80's bat son plein depuis quelques années, multipliant le nombre de groupes cherchant à percer dans le style. Étant tous assez jeunes, ce Metal n'est pas celui qui est contemporain à vos années d'enfance ou d'adolescence (qui sont plutôt les 90's et sa vague grunge puis le renouveau du Metal avec des vagues plus brutes également). Comment en êtes-vous arrivés là ?

Julian : Ce sont nos parents qui nous ont fait découvrir cette musique. Nous avons tous les quatre grandi en écoutant les vinyles de nos ainés et quand on s’est mis à apprendre un instrument, c’était quelque chose de naturel pour nous. Quand tu crées un groupe, la première chose que tu te dis c’est « qu’allons-nous jouer ? » En ce qui nous concerne, quand nous nous sommes rencontrés on ne s’est pas posé la question : du Heavy Metal 80’s ! Il y a eu tellement de hits d’écrit, de choses énormes qui ont été faites pendant cette décennie qu’on ne pouvait choisir autre chose ! Même si nous n’avons pas connu cette époque, on voit à quel point cela devait être incroyable… Si bien qu’actuellement les groupes de cette génération remplissent encore des salles et des stades ! Nous sommes tellement attachés à ce style que nous voulons faire partie de ceux qui veulent garder la flamme et l’esprit en vie… C’est ce que nous expliquons avec notre chanson 'Steel Alive'.


Des éléments plus modernes parsèment vos compos, dans les ponts, les breaks, l'attaque des mélodies. Sont-ils présents depuis le début ou est-ce déjà le fruit d'une certaine progression ?

Tom : Je pense que ces éléments « plus modernes » sont là depuis le début. Mais pour être sincère, rien n’est calculé. On ne se dit pas, « ce break est moderne », « ce solo ne sonne pas old-school » cela ne veut pas dire grand-chose pour nous. Concernant "Steel Alive" beaucoup de personnes nous disent que ce sont des compositions typés 80’s avec un son actuel, et cela plait donc ce n’est que du positif pour nous !


Vous avez connu quelques changements de line-up en 5 années d’existence, notamment niveau batteur. Le groupe est-il plus solide désormais ?

Julian : Il l’est comme jamais ! Quand tu veux faire quelque chose de sérieux c’est très difficile de trouver les mecs qui sont prêts à te suivre quoi qu’il arrive… Cela demande beaucoup de sacrifices personnels, beaucoup de travail et pour avancer il faut tout le monde ! Quand le groupe s’est lancé il y avait tout à construire mais au fur et à mesure on a réussi à stabiliser un bon line-up en trouvant des mecs sérieux et qui en veulent !



En 2012, votre second EP "Existance" a été publié comme un album par le label allemand High Roller. Alors "Steel Alive", c'est pour vous le premier album ou le second ?

Tom : Du fait que nous avons écrit "Steel Alive" ensemble et sans changement de musiciens entre l’écriture et les concerts, on le considère comme notre premier album. "Existance" est une sorte de carte de visite pour nous. C’est avec cette démo 8 titres que nous avons commencé à jouer et à nous faire connaitre localement et même déjà à l’étranger, mais on se dit que les choses sérieuses ont véritablement commencé avec "Steel Alive". Cela ne nous empêche pas de jouer les titres présents sur "Existance" en concert parce qu’ils sonnent aussi bien que nos nouvelles chansons et le public y est toujours réceptif !


Il me semble qu'on ne retrouve aucun titre de vos EP dans ce premier album. Certains groupes n’hésitent pas à recycler lors du premier album, ce qui est honnête. Teniez-vous à ne proposer que du neuf pour "Steel Alive" ou le son et l'esprit de composition ont-ils déjà trop évolué depuis votre demo de 2010 et l'EP de 2012 ?

Julian : Nous voulions vraiment proposer quelque chose de nouveau. Il fallait que tout concorde avec un nouveau départ. Il est évident que les arrivées d’Alex à la batterie et d’Antoine à la guitare allaient influencer les nouvelles compositions par rapport à nos premiers titres. Je ne sais pas si on peut parler d’évolution car les ingrédients de base ne sont pas les mêmes qu’au départ, mais le but était vraiment de proposer quelque chose que nous n’avions pas encore fait. "Steel Alive" contient donc 11 nouveaux titres de pur Heavy Metal !


Début 2014 vous passez chez Mausoleum. En quoi cela a-t-il déjà contribué à faire avancer votre carrière et qu'attendez-vous du label désormais ?

Alex : Mausoleum Records nous a apporté une promo dans les magazines européens ainsi que des passages radio aussi bien au Japon qu’en Espagne, en Angleterre ou encore en Allemagne. Ainsi qu'une grosse distribution sur Internet, ce qui nous a beaucoup aidé pour faire découvrir le groupe et l’album. A cela s’ajoute les chroniques et reviews sur des sites spécialisés qui ont aussi permis de faire découvrir notre musique et de lancer la machine !


Le chant de Julian est puissant et peine à être pris à défaut. Il évoque un Halford, un Kiske, un Sebastian Bach…Pas facile de trouver un chanteur d'une telle qualité aujourd'hui. C'est définitivement l'une des pierres angulaire du groupe. Etait-il guitariste avant d'être chanteur ? Le Metal a-t-il toujours été son terrain de prédilection en tant que chanteur et/ou guitariste ?

Tom : Julian était guitariste avant de savoir chanter. Au tout début du groupe il n’était pas prévu qu’il chante d’ailleurs. Mais après avoir auditionné beaucoup, beaucoup de monde, rien ne collait à l’esprit que l’on voulait donner à Existance. Du coup pour ne plus perdre de temps la solution était qu’il s’y colle. Il a beaucoup travaillé et il faut dire qu’il a un bon professeur qui a su lui délivrer de bons conseils. Encore aujourd’hui il travaille sa voix et continuera à le faire car on en apprend tous les jours. Et oui, le Métal a toujours été son terrain de prédilection.


Votre album est solide et ne contient pas vraiment de titres plus faibles, quand et comment a-t-il été conçu ? Qui est à la compo dans Existance et à l'origine de ces mélodies très solides qui sont votre point fort ?

Alex : Une moitié de l’album été déjà écrit par Julian et Tom et le reste a été écrit après l’arrivée d’Antoine entre Décembre 2012 et Mars 2013. Le plus souvent quelqu’un apporte une idée et on la développe chacun de notre côté puis on fait un point en studio de répétition. Ensuite quand nous jugeons avoir un morceau en entier on l’enregistre pour en avoir une vision plus détaillée. Puis nous passons à un autre et peaufinons au fur et à mesure. Parfois l’un d'entre nous arrive avec la chanson toute faite, chacun y apporte touche et on modifie certains passages s’il le faut ! Ensuite, du fait de nos influences et de la voix de Julian nous privilégions les mélodies, c’est une de nos marques de fabrique.




Le mix de l'album vient affirmer et mettre en lumière l'univers et la richesse de votre musique. Comment êtes-vous entrés en contact avec Maor Appelbaum ?

Antoine : Le mix a été fait au Boss Hog Studio par Clément Decrock, où nous avons enregistré l’album. C’est notre ancien manager Christophe Bailet qui nous avait mis en relation avec Maor pour le mastering. Ils ont fait un travail formidable pour nous !


Le clip de 'Slaughter' est-il une démarche artistique correspondant à l'esprit Existance, ou avant tout une façon de se faire connaître sur la toile, comme il est courant chez de nombreux groupes ? Était-ce une volonté de votre part de vous présenter sous l'aspect live en concert plutôt que sous une forme scénarisée ? Est-ce encore et toujours pour coller à l'esprit Heavy Metal 80's ?

Julian : Le clip est à la fois une démarche artistique et aussi une façon de se faire connaître sur Internet, qui est un média important à l’heure actuel ! Pour un premier clip on voulait quelque chose de simple et le meilleur moyen pour montrer aux gens ce que pouvait donner Existance sur scène était de nous voir comme en live. Il est vrai que la plupart des clips des années 80 donnaient dans ce genre, cela fait un clin d’œil par la même occasion.


Un véritable capital sympathie se dégage de votre univers et classe votre musique un rang au dessus de bien d'autres. Comme nous le disions plus haut, les groupes se bousculent dans le revival du True Metal des 80's. Comment selon-vous se démarquer dans une telle situation ?

Julian : Il faut à la base savoir ce que l’on veut faire et pourquoi on le fait. Ensuite il faut y croire, être sincère envers soi-même et les autres et au final, ne pas se poser trop de questions. Il est vrai que l’on retient d’un groupe sa musique mais derrière ça il y a l’état d’esprit qui compte aussi. Si tous les musiciens se complètent et vont dans le même sens alors je pense qu’il y a plus de chance de se démarquer, mais ce n’est qu’un petit pourcentage, le reste c’est le public qui décide !


Vous étiez prévus au Rommelrock, avec Ripper Owens entre autre. Pas trop déçus par l'annulation ?

Antoine : Si, nous sommes bien sûr déçus ! Que ce soit le Rommelrock ou un autre festival, une date annulée c’est toujours une triste nouvelle, mais on ne désespère pas ! On espère avoir un jour l’occasion de partager la scène avec Ripper Owens, ce sera un grand honneur pour nous !


Quels sont vos projets scène pour 2015 ?

Antoine : Continuer à tourner autant qu’en 2014 voire plus, faire la première partie d’un grand groupe, tourner à l’étranger, faire des festivals pour rencontrer plein de monde et être encore et encore sur la route parce qu’il n’y a que ça de vrai !


Pour conclure, trois questions classiques  : Quel est à ce jour votre meilleur souvenir en tant qu'artiste ?

Julian : Un seul souvenir c’est difficile... Il y a le concert avec Saxon au PPM Fest pour le côté démesuré de l’événement. Et il y a les trois dates avec Vulcain que nous avons partagées les 26, 27 et 28 Septembre dernier à Dijon où on a eu le droit à une ambiance de folie à l’occasion du Rising Fest, Chez Paulette et au Burning Café (ex-Caf Conc’ 3 Frontières) où ils nous ont invités à les rejoindre sur scène pour chanter « La Digue du Cul » ! C’était génial !


Au contraire quel serait le pire ?

Antoine : Le lendemain de la soirée passée avec Vulcain…(rires)

Quelques mots aux lecteurs de Musicwaves peut-être ?

Merci à tous les Metalheads de Music Waves d’avoir lu cette interview ! On sait plus que tout qu’il y a un super public Metal en France alors continuez de soutenir vos groupes favoris, écoutez de la musique tout le temps, soyez curieux et n’oubliez pas : « Heavy Metal is « Steel Alive » !


Plus d'informations sur http://www.myspace.com/existancehardrock
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 3264
  • 3265
  • 3266
Haut de page
EN RELATION AVEC EXISTANCE
DERNIERE CHRONIQUE
Steel Alive (2014)
Avec Iron Maiden, Saxon​, Judas Priest et en influence directe, Existance nous offre sur "Steel Alive" un bain de jouvence jouissif qui ne verse jamais dans la nostalgie. Toutes les chroniques sur EXISTANCE
DERNIERE ACTUALITE
EXISTANCE: Breaking The Rock
SORTIE
Toutes les actualités sur EXISTANCE
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
CORSON (27 OCTOBRE 2014)
Music Waves a rencontré le phénomène pop/rock hexagonal responsable du tube 'Raise Me Up' pour un large tour d'horizon de la carrière naissante et prometteuse de cet artiste attachant...
 
ARTICLE SUIVANT
BEN MAZUE (09 OCTOBRE 2014)
Music Waves a rencontré Ben Mazué pour une interview à "coeur ouvert" de cet ancien médecin qui fait voler en éclat les clichés de la chanson française en prouvant qu'elle ne se résume pas à jouer de la guitare acoustique avec une pipe et une moustache...

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020