MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - CIRCUS MAXIMUS (LE 6 NOVEMBRE 2007)
TITRE:

CIRCUS MAXIMUS (LE 6 NOVEMBRE 2007)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



Glen Mollen -le bassiste du groupe- répond joyeusement aux questions que lui ont concocté Judoka et Struck
JUDOKA - 25.11.2007 -
0 photo(s) - (0) commentaire(s)

[IMG]http://jiemth.free.fr/images/CircusMaximus_Band.jpg[/IMG]

Après le remarqué « The 1st Chapter » en 2005 mêlant avec équilibre technique et mélodie, Circus Maximus revient avec « Isolate » dans la même lignée que leur précédent opus ; à savoir un album métal résolument « progressif » qui ne devrait pas décevoir les fans du genre !

Music Waves : Pourriez-Vous présenter le groupe Circus Maximus pour les lecteurs de Music Waves qui ne vous connaissent pas encore ?
Glen Mollen : Bien Sur. Nous somme un groupe de métal progressif-mélodique d’Oslo en Norvège. Nous venons juste de sortir notre second album intitulé « Isolate ».
Le groupe a une variété d’influences musicales. De la pop rock des années 70 au heavy et death métal, tout ceci étant mélangé et donnant au groupe un son particulier à travers de jolies mélodies, des groove et des riffs assez heavy.

M.W : Peut-être est-ce une évidence, mais pourquoi le nom de Circus Maximus ? Avez-vous une passion particulière pour l’époque romaine ?
Glen Mollen : Pas du tout. Le nom du groupe vient d’un jeu PC qui s’appelle “The Ripper » et dont le mot de passe pour rentrer à l’intérieur du jeu était « Circus Maximus ». Ca sonnait pas mal, alors après délibération on a décidé d’y aller pour çà ! Et voilà….

M.W : Qui écrit les paroles et spécialement qui l’a fait pour ce nouvel album ?
Glen Mollen : Dans la plupart des cas, c’est tout le groupe qui y contribue à travers les répétitions ou les jams. On s’échange également nos idées par e-mail etc.…
La contribution de chaque membre s’est développée depuis notre premier album et nous nous sentons désormais plus à l’aise à explorer les idées de chacun et de ce qu’il propose. Nous n’étions pas familiers avec cela avant.

M.W : Pourriez-vous nous expliquer le concept d’« Isolate » ?
Glen Mollen : C’est une sorte de journée dans laquelle le personnage principale évolue mentalement et physiquement et ou l’auditeur est amené à prendre part à l’histoire au fur et à mesure qu’il avance de plus en plus profondément dedans.

M.W : Quelle est la différence entre un album concept et un album normal ? Y’a-t-il des différences dans la manière de composer, d’écrire et de réaliser ?
Glen Mollen : La différence entre notre premier album qui n’était pas un album concept et « Isolate » est l’histoire. Toutes les chansons et les paroles sont connectées dans une seule et même histoire. Dans la manière de composer, il n’y a pas de grosses différences. Dans la plupart des cas, nous commençons à créer les musiques et ensuite nous regardons quelle histoire pourrait y coller.

M.W : Après le succès de « First Chapter », vous étiez très attendus. Considérez-vous avoir fait mieux que ce premier album ?
Glen Mollen : Dans tous les cas, je pense que quand un groupe profite d’une bonne publicité, on s’attend à ce qu’il maintienne une certaine “qualité” dans ce qu’il fait par la suite. Nous avons apprécié ce que les gens ont dis de «First Chapter » et bien sur nous ne voulions pas les décevoir. Cela dit, nous ne nous sommes pas arrêtés qu’a cela quand nous avons commencé à écrire « Isolate ». Nous nous sommes juste contentés de créer la musique que nous sentions en espérant que les gens autour de nous la sentiraient de la même manière. Espérons que ce fut le cas.

M.W : Pourquoi un « Isolate » et non pas un « Second Chapter » ?
Glen Mollen : Pour nous, Isolate est le « Second Chapter » de notre vie de groupe. Bien qu’il n’y ait aucun lien avec l’histoire de notre premier album, nous considérons cet album comme un pas de plus dans la direction que le groupe souhaite prendre, à savoir évoluer et s’améliorer.

M.W : Est-ce que dans chaque disque de Circus Maximus, il y aura une partie de musique de cirque ?
Glen Mollen : Jusqu’à maintenant, ca l’a été, mais ca va devenir quelque chose de standard… Seul l’avenir nous le dira…

M.W : On peut entendre de nombreux passages instrumentaux sur vos disques, et en particulier des duos claviers/guitares. Comment faites vous marcher ces duos ?
Glen Mollen : Mats notre guitariste et Lasse notre claviériste partagent et échangent des idées entre eux, ou parfois ils arrivent avec la même idée ensemble. Il n’y a pas de manière standard de procéder…

M.W : Certains dissent que Circus Maximus est un mélange de Symphony X et de Dream Theater. Comment réagissez-vous à ce genre de réduction ?
Glen Mollen : Je pense que les gens devraient considérer le groupe pour ce qu’il est. Personnellement je crois que nous faisons de bonnes choses avec notre propre son. Ces deux groupes mentionnés sont des références du genre, c’est pour cela que les gens ont tendance à chercher des similarités entre eux et d’autres. Ils ne distinguent pas les autres groupes différents qui contribuent également au genre.

M.W : Avez-vous été inspiré par les claviers de « The Prophecy » d’Ayreon dans le « First Chapter » ?
Glen Mollen : Je crois que notre ancien claviériste écoutait Ayreon, mais je ne sais pas si cela faisait partie de ces influences principales mais Ayreon fait vraiment de la bonne musique !!!

M.W : Diriez-vous que vous êtes juste un groupe de métal progressif de plus dans le vaste monde du “prog” ou que vous êtes plus que cela ? Pourquoi ?
Glen Mollen : Nous sommes définitivement plus qu’un simple groupe. Nous apportons de nouveaux éléments au genre que beaucoup d’autres groupes négligent. Par exemple, les mélodies. Chez certains c’est un point qui n’est pas pris en compte mais remplacé par de la technique difficile à exécuter ou des éléments prog d’une autre époque. Il en faut tout en essayant de trouver un équilibre avec les autres éléments d’un morceau comme les mélodies.

M.W : Selon vous, Circus Maximus semble sortir du lot de cette vaste scène de métal progressif. En quoi vous démarquez vous afin de réussir et de devenir célèbre ?
Glen Mollen : Dans la continuité de la réponse précédente, dont les arguments sont mentionnés. Je pense aussi qu’il est vraiment important de faire ce vous aimez et de ne pas prêter trop attention à ce que les gens réclament. Nous avons le sentiment que nous possédons notre propre style. Nous voulons poursuivre, faire de la musique et essayer de plaire aux gens.

M.W : Qu’est ce qui fait le succès aujourd’hui ? Le nombre de disques vendus ou bien les bonnes critiques dans la presse ?
Glen Mollen : Pour être honnête, je pense que c’est un peu des deux. Si vous ne faites pas attention a vos ventes de disques alors vous n’avez aucune idée de savoir si le groupe marche bien ou non. Je pense également que chacun désire un peu de reconnaissance, même si c’est difficile à admettre ; mais bien sur si les critiques sont bonnes nous nous sentons bien et cela nous rend très heureux. Cela nous motive pour faire encore plus de musique.

M.W : En fait quelle est votre raison musicale ?
Glen Mollen : La domination du monde. Etre le meilleur des groupes. (Rire)

[IMG]http://jiemth.free.fr/images/CircusMaximus_Glen.jpg[/IMG]

M.W : Que souhaitiez-vous faire quand vous étiez gamins ?
Glen Mollen : Je pense que nous avions le rêve que chacun partage…rentrer dans l’industrie du film pornographique ?

M.W : Etes-vous fiers de ce que vous êtes devenus ?
Glen Mollen : Bien sur ! Nous avons le sentiment d’avoir bénéficié d’un peu de reconnaissance dans notre genre musical et cela nous rend très heureux. Nous sommes très fiers de ce que nous avons accomplis depuis quelques années jusqu'à maintenant.

M.W : Pourriez-vous nous dire quelques mots concernant votre travail avec Frontiers Records ? Comment cela marche t’il et quelles sont les retombées commerciales ?
Glen Mollen : Nous avons travaillé avec Frontiers sur les sorties européennes de nos deux album et cela a bien marché. C’est un gros label qui essaye de diffuser notre musique dans beaucoup de pays.

M.W : Arrivez vous à vivre de votre musique ou bien avez vous un travail à coté ?
Glen Mollen : Jusqu'à maintenant, nous avons un travail en dehors, parce que nous ne pouvons malheureusement pas vivre et faire vivre nos familles avec ce que l’on gagne sur les ventes de disques ou les concerts.

M.W : Beaucoup de groupes progressifs sont originaires du nord de l’Europe (Pagan’s Mind, Wolverine, Pain of Salvation, The Flower Kings…). Comment expliquez-vous ce succès ? Y’a-t-il une recette nordique de progressif ?
Glen Mollen : Tout devient global avec l’internet. Je ne pense pas que la situation géographique ait une grande importance. En revanche, l’inspiration peut venir de différentes sources, et jouer sur des morceaux de groupes nordiques peut avoir probablement une influence sur d’autres groupes.

M.W : Quelle est la signification de l’artwork ?
Glen Mollen : On a essayé de faire paraître le visuel de l’histoire pour ainsi donner aux auditeurs une certaine inspiration afin qu’ils puissent aller plus loin dans l’histoire. La signification de l’histoire est directement liée aux paroles et aux illustrations.

M.W : Peut on espérer dans le future un album de Circus Maximus plus “symphonique” ?
Glen Mollen : C’est dur à dire. Si cela vient à nous naturellement pourquoi pas, mais cela ne viendra en aucun cas de pressions.

M.W : Aura-t-on l’occasion de vous voir en France pour un concert ou une tournée ?
Glen Mollen : Nous l’espérons vraiment mais rien n’est confirmé pour l’instant. Nous avons une tournée aux Etats-Unis au début de l’année 2008. On va essayer d’étudier les possibilités de faire une tournée similaire en Europe. En revanche si nous sommes invités à jouer en France, nous nous y rendrons avec plaisir.

M.W: Quelques mots de francais ?
Glen Mollen : Hé, hé, seulement des gros mots oh (en Français) « et je m’appelle Glen Mollen, j’ai 28 ans, j’habite à Oslo, ah ah ah » C’est tout ce dont je me rappelle de ma classe de Français à l’école !

M.W : Que souhaiteriez vous dire aux lecteurs de Music Waves ?
Glen Mollen : Nous souhaiterions remercier tous nos fans français qui essayent de connaître notre musique et nous apprécions vraiment tout leur amour et leur support depuis que nos tout débuts. Cela signifie beaucoup pour nous.
En ce qui concerne Music Waves, nous vous remercions de l’intérêt que vous nous porté et le temps que vous consacrez à nous promouvoir aussi bien. Merci beaucoup Music Waves.


Plus d'informations sur http://www.circusmaximussite.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Haut de page
EN RELATION AVEC CIRCUS MAXIMUS
DERNIERE CHRONIQUE
CIRCUS MAXIMUS: Havoc (2016)
3/5

Ce bon album de prog très mélodique peine à atteindre les sommets habituellement fréquentés par Circus Maximus
DERNIERE ACTUALITE
CIRCUS MAXIMUS: Sortie de "Havoc In Oslo" en DVD
 
AUTRES ARTICLES
CALIBAN LE 12 OCTOBRE 2007 (LA LOCO)
Tout juste sorti d’une sieste pré-concert, c’est un Marc Görtz amorphe et visiblement gêné par son percing au nez qui a daigné répondre aux questions de Music Waves…
SCORPIONS À LA PATINOIRE BORDEAUX-MÉRIADECK, LE 28 NOVEMBRE 2007.
La bête pique encore !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022