MW / Accueil / Articles / VANDEN PLAS (OCTOBRE 2014)

VANDEN PLAS (OCTOBRE 2014)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF
Avant son concert parisien tant attendu au Glazart, Vanden Plas nous a accordé une interview...
THIBAUTK - 12.01.2015

Nous avions demandé de pourvoir faire l'interview avec Andy Kuntz. Celui-ci n'étant pas encore disponible, l'interview a commencé avec Torsten Reichert, un peu moins communicatif...


En premier lieu quelles sont vos premières impressions concernant cette tournée française ?


Pour nous c’est toujours un moment très attendu, c’est un peu comme être chez nous. Nous connaissons beaucoup de gens ici, car nous sommes venus souvent.



Toutefois, votre maison c’est évidemment l'Allemagne ?


Oui, c'est certain, mais en France nous avons donné beaucoup de concerts ces quinze dernières années.



Quelles sont les premiers retour de votre dernier album Chronicles ?


Ils sont très bons. Nous avons en fait joué à peu près cinq nouvelles chansons du dernier album dans notre spectacle qui ont été bien accueillis. Nous avons aussi eu beaucoup de bons échos sur le dernier album et nous savons pertinemment que les gens l’aiment. Tout cela nous a apporté beaucoup d'espoir pour la suite et nous sentons que beaucoup de nouvelles portes sont en train de s'ouvrir... Le plus important c'est que les gens nous aiment.



Est-ce que vous êtes au courant que cet album a de nombreuses très bonne critiques ?


Oui bien entendu...



Êtes-vous fier de ça ?


Oui bien sûr que nous sommes très fiers. Nous avons élaboré une trame narrative évoluée qui est basée sur une histoire plus longue car elle s'étire sur deux albums. Cet album est donc différent de ce que nous avons fait par le passé. Les chroniques sont vraiment bonnes même si nous ne nous attendions pas forcément à cela. C’est cool !



Qu’est ce qui vous a plu dans les écrits de Wolfgang Holbein pour les transposer en musique ?


Son écriture s’adapte facilement à tout style de musique. Les thématiques dans lesquelles il puise ses idées et la construction de ses personnages font écho à beaucoup de choses dans le monde du metal. Ça s'imbrique bien ensemble je trouve, mais tu sais quand tu es un groupe de metal il y a beaucoup d’histoires dont tu peux t’inspirer. 



Avec un histoire déjà écrite, vous avez pu vous concentrer sur la musique ?


C’est Andy qui a écrit les paroles, et la musique résulte du travail conjoint de Stefan et Gunter,. Et puis on a mis tout ça ensemble...



La chose étonnante pour moi est que vous avez choisi de jouer ces chansons sous la forme d’une comédie musicale puis les enregistrer dans un album. Pourquoi ?


Auparavant pour Christ-O, nous avions enregistré un album puis nous avions monté cette histoire sous forme de comédie musicale. Mais pour celui là nous avons eu l’opéra d'abord, puis l’album parce que nous avons rencontré Wolfgang qui est venu nous rencontrer pour travailler avec nous. Nous avons alors décidé de le faire sous forme d'un opéra puis d’enregistrer le CD.



NDLR : Andy arrive pour remplacer Thorsten.


Andy Kuntz : Enchanté de te rencontrer.


Enchanté aussi. C’est vraiment un grand plaisir de te rencontrer.



Pourquoi avez-vous choisi Markus Teske en tant que producteur pour ce nouvel album ? Est-ce que c’était un choix naturel pour vous ?


Avec Markus nous travaillons ensemble depuis près de dix ans. Nous avons travaillé avec lui pour la première fois sur Beyond Daylight, puis ensuite Christ-O. C’est tout simple : nous croyons en lui. Alors pour être être honnête il n’est pas simplement notre producteur parce qu'il fait beaucoup plus que ce qu’il devrait faire normalement en tant qu’ingénieur du son.

C’est vraiment un ami et nous voulions lui rendre la pareille comme il le fait avec nous. En fait il ne se contente pas simplement de regarder sa montre et de nous dire : ”nous avons travaillé dix heures aujourd'hui”. Il se bouge vraiment le cul, le plus souvent il nous donne des idées intéressantes. Ça n’est pas simplement un travail de coproducteur comme il y en a beaucoup ; quelqu'un qui te dit “joue des claviers comme ça..” et puis ça s’arrête là. C’est une de relation d’amitié franche dans laquelle tout le monde se fait confiance. Il est capable de me dire le plus honnêtement “Andy je n’aime pas la façon dont tu as chanté cette ligne mélodique, est-ce que tu peux essayer à nouveau”, alors je l’écoute et je la chante à nouveau d’une manière différente car je sais qu’il fait ça pour que je puisse donner le meilleur de moi même.



J’ai l’impression que cet album est plus Heavy que l’album précédent, est-ce vrai ?


Non pas vraiment. Tu sais, quand tu es à fond dans le processus d'enregistrement, tu ne vois pas les choses de cette manière. C'est plus simple : tu crées ce genre de musique, et tu vis le moment. En fait, tu n’es pas dans l’attente ni dans la comparaison comme peut l'être un journaliste ou un fan. Je sais bien que ces gens connaissent mieux nos albums que nous.

En ce qui nous concerne, nous écoutons si souvent les compositions pendant les répétitions et puis pendant l’enregistrement en studio, qu'à la sortie nous ne l'écoutons une seule fois quand la maison de disque le sort. Nous nous disons alors simplement “ah ah, pas de scratch dessus, ok c’est bon, tout va bien”, et puis c’est tout.



J’ai l’impression quand même que ce CD est un retour aux sources du metal progressif et notamment plus metal que progressif ? Ai-je raison ?


Oui, oui je pense que c’est ça.


C’était votre intention de retourner à la source ?


Pas forcément car c’était une production destinée au théâtre et nous devions adapter les chansons pour les amener sur scène. Il faut ainsi penser autrement, car quand tu écris un opéra, ça n’est pas simplement la musique qui est importante, mais aussi les mots. J’ai écrit avec Wolfgang Holbein et Dieter Winkler et nous avons crée un ensemble de scènes. Chacune d'elles devait être un moment particulier avec des sensations particulières, alors tu écris de la musique pour que ça colle avec les scènes. Nous ne nous disions pas que la musique doit sonner comme ci ou bien comme ça, c’est sorti naturellement de cette façon.



Concernant ta voix, elle divise l’audience, beaucoup l’adorent et beaucoup la déteste. Es-tu au courant de ça ?


Oui je sais bien tout ça.


Est-ce que tu t’en soucies ?


Non pourquoi, je devrais ? Je sais bien que ma voix est particulière, et je ne peux rien faire contre ça, mais j'en suis fier car les gens qui l’aiment peuvent reconnaître immédiatement que c’est Andy Kuntz. 

 


J’ai l’impression que ta voix sur cet album spécial est beaucoup plus détendue ?


Oui c'est bien possible, ça pourrait être le cas.


Le fait d’avoir joué dans des comédies musicales t’a-t-il aidé à avoir un spectre plus large et une certaine décontraction ?

Oui c’est bien possible... Tu sais, quand nous sommes arrivés en studio, j’avais déjà chanté les chansons sur scène une trentaine de fois. J’ai écrit toutes ces choses et nous avons donc eu une période plus longue avant l'enregistrement. Normalement quand tu écris un album, tu n'as que six jours en studio environ ce qui est court pour développer sa sensibilité.



Tu as pris le parti encore une fois de chanter en latin. Pourquoi ?


Même si je ne comprends pas forcément tout ce que je chante, j’aime cette langue. C’est très beau, même plus beau que ce à quoi tu peux t’attendre.


Tu l’avais déjà fait sur Ludus Danielis... C’était une belle expérience ?


Oui c’était vraiment une expérience extraordinaire. C’était une pièce de théâtre basée sur la bible et plus précisément sur l’ancien testament, entièrement écrite en latin. Nous avions les paroles et nous avons du les adapter pour les faire coïncider avec la musique. Ma voix sonne vraiment différemment selon la langue que j’utilise.

Par exemple, j’aime beaucoup chanter en français, non seulement parce que j’aime le français, mais aussi car je me sens à l’aise quand je chante dans cette langue. Bien entendu je ne comprends pas tout ce que je dis, mais j’aime cette langue et j’aime les retours des gens quand je chante en français.



En fait tu aimes avant tout la musique des mots...


Oui c’est exactement ça.






Votre line-up n’a pas changé depuis vos débuts. Qu’est ce qui vous rend si soudés ?

Je pense qu’avant tout c’est le respect qui nous guide. Nous savons que nous avons beaucoup de chance d’avoir trouvé une si belle constellation de musiciens. Il y a une vrai interaction entre Gunter, Stefan et moi qui participons à l’écriture, nous avons aussi un batteur très talentueux avec Adreas (Lill), et un excellent bassiste Thorsten. Ils avancent et font ce qu’ils ont à faire, mais d’un autre côté ils peuvent se permettre de te donner des meilleurs idées quand tu composes d'une certaine façon. Ce qui fait que le mélange est vraiment très bon. Tout cela définit un ensemble de grands musiciens avec des intentions louables ce qui à mon sens est vraiment unique.



Tu es comme dans une famille avec les autres membres du groupe en fait...


Je crois que ce qui est le plus important c'est le respect et la liberté. Si nous n’avons pas de spectacle de prévu ou nous n’avons pas de nouvelles mise en scène, nous pouvons ne pas nous voir pendant plusieurs semaines... En outre, rien ne nous empêche de participer à des projets externes tant que nous donnons la priorité à Vanden Plas. 



Alors Vanden Plas est beaucoup plus que la somme des individualités ?


Oui. Tout à fait.



Quand vous avez démarré vous étiez les chefs de file de la scène metal progressive avec Dream Theater. Est-ce que vous êtes nostalgiques de cette période ?


Il faut dire que Dream Theater est une sorte de Godzilla du style. Ce sont les plus connus et peut être les seuls qui vivent des revenus de la musique du groupe. De notre coté nous vivons de notre musique parce que nous créons de pièces de théâtre dans lesquelles nous jouons, nous avons des écoles de musique...


C’était une expérience très enrichissante de partir en tournée avec eux car à l'époque nous réalisions pour la première fois que les gens prenaient conscience qu’il y avait un autre groupe que Dream Theater. Nous nous somme sentis un peu plus important à l’époque. Au final, nous sommes simplement fiers être là depuis 27 ans ensemble et d'avoir la liberté et surtout l’espace pour créer la musique que nous aimons.

Nous ne sommes que des musiciens et nous essayons de faire de notre mieux à chaque fois pour que les gens soient satisfaits et en même temps satisfaire nos âmes. 



Tu es donc quelqu'un de spirituel ?


Nous sommes des personnes religieuses ou spirituelles dans un certain sens. Mais pas comme ceux qui s’accrochent à la bible et qui l'étudient, c’est plutôt une façon de penser très globale...



Quel est ton pire souvenirs en tant que musicien ?


En fait c’est la première tournée avec Dream Theater. Nous avions joué juste avant à peu près vingt fois dans toute l’Europe et le bus dans lequel nous tournions fonctionnait au diesel... Toute cette pollution m’a rendu malade. Au premier spectacle à Milan j’ai réalisé que ma voix était tout simplement partie et que je ne pouvais chanter aucune des notes hautes perchées... C'est certainement la pire expérience que j’ai jamais vécue.



Peux-tu nous dire quelques mots pour les lecteurs de Music Waves ?


Nous sommes vraiment très fiers d’avoir la chance de retourner ici en France. En fait peu de promoteurs croyaient en nous pour nous faire monter à nouveau sur les scènes françaises. Et même si nous n'avons pas beaucoup dormi ces derniers temps j'espère que nous serons satisferons les spectateurs (sourire).



Vous devrez être au top ce soir car ça fait longtemps que vous n’êtes pas venus à Paris !


Paris est toujours une date particulière. Tout le monde veux jouer à Paris ! (sourire)


Merci


Merci à toi



Plus d'informations sur http://www.vandenplas.de/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 3779
EN RELATION AVEC VANDEN PLAS
DERNIERE ACTUALITE
VANDEN PLAS: Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant VANDEN PLAS
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa troisième édition le Kraken Metal Fest a réuni une affiche de qualité et très éclectique avec en point d'orgue la venue de Vanden Plas.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant VANDEN PLAS
 
DERNIERE CHRONIQUE
The Ghost Xperiment – Awakening (2019)
“The Ghost Xperiment” est un album étrange et déstabilisant... qui joue le contre-pied. Même s'il semble facile d’accès, ses secrets se dévoilent au fil des écoutes.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant VANDEN PLAS

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019