MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MESSALINE (29 MAI 2015)
TITRE:

MESSALINE (29 MAI 2015)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HEAVY METAL



Deux ans après "Eviscérer les Dieux", Messaline revient sur Music Waves pour évoquer ses "Illusions Barbares"...
STRUCK - 15.07.2015 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Nous nous sommes rencontrés en mars 2013 pour la promo de "Eviscérer Les Dieux" ; que s’est-il passé pour Messaline entre-temps ?

Eric : Nous n 'avons pas chômé puisqu'il n' y a eu que deux ans pile entre ces deux sorties ! Des concerts, des premières parties de FREEDOM CALL, ADX ...quelques festivals et la compo en commun des "Illusions barbares". Cela a été intense !


"Eviscérer les Dieux" avait été marqué par un line-up profondément remanié à 50% : quels ont été les impacts précis sur la composition de "Illusions Barbares" ?

Mick : A l’arrivée de John et Jaime, la plupart des morceaux de "Eviscérer les Dieux" étaient déjà composés. On a principalement fait un travail d’arrangements rythmiques avec eux. Ce qui en a fait un album hybride ; composé avec un line-up et joué avec un autre. Seule 'La Pire Pirate' avait été composée avec la nouvelle formation. C’est elle qui a ouvert la brèche des "Illusions Barbares". Maintenant on compose plus vite, un bon titre doit se faire en trois répets maxi, sinon l’idée n’est pas bonne et il faut passer à autre chose. Ensuite, on taille dans le gras pour ne garder que l’essentiel. Et puis la plupart des morceaux sont enregistrés au clic en répet' et retravaillés en MAO. Dès la compo on pense à la fois au live et à la pré-prod pour ne pas avoir de mauvaises surprises en studio.





Justement votre actu est ce quatrième album de Messaline. La pochette d’Illusions Barbares rappelle celle de l’album de Killers, "109", sorti en 1999 mais réédité en 2008 avec une nouvelle pochette présentant des templiers. On sait que vous avez été présents sur un tribute au groupe basque il y a quelques années, faut-t-il voir dans cette pochette une sorte d’hommage à cette référence de la scène heavy française ?

Eric : Non, parce que je pense que le graphiste attitré du groupe (Steph Veyret) ne connait pas KILLERS ! Je lui ai simplement expliqué que dans ce nouvel album il y aurait un triptyque sur une histoire d'un templier fictif qui serait mon personnage central ... Que je voulais un visuel se situant entre "Kingdom of Heaven" et "Game of Thrones". Après on l'a laissé libre pour la création de l 'illustration.   


Le heavy mélodique que vous jouez renvoie pas mal à cette vieille scène hexagonale, toujours verte cela dit, Killers, Vulcain, ADX ou encore Satan Jokers…  Était-ce l’idée de rendre hommage à cette scène en chantant en français et en gardant une trame heavy typé années 80 ?

Mick : Pas vraiment, l’idée est surtout de jouer ce que l’on aime : du hard rock chanté en français avec des soli dans les coins. C’est un style qui a déjà ses icônes, mais l’argument n’est pas suffisant pour ne plus faire ce genre de musique. Même si l’on a joué avec la plupart des groupes que tu cites, on ne cherche pas à rendre hommage ou à s’identifier à l’un ou l’autre en particulier. Si c’était le cas, on ferait un cover-band ! Chaque langue à ses intonations : brutes en français, mélodiques en anglais, festives en espagnol ou encore indus' en allemand. On a vite fait de trouver un groupe stéréotype dans chacune de ces langues avec pléthore de groupes dans leurs traces. Peut-être que certains essaient de faire comme les grands mais la plupart veut mettre en musique sa propre identité.


Au niveau de la production, on retrouve également des aspects old school, loin des productions modernes aseptisés. Était-ce une volonté de rester naturel ?

Mick : Oui. Le son, c’est un peu comme une recette de cuisine dans laquelle tu mélanges ton style, ton matériel et ton coup de fourchette… Si le responsable du son respecte ça, l’album est vivant et l’on reconnaît tout de suite quel musicien est derrière l’instrument. Olivier Didillon qui s’est occupé des prises, du mix et du mastering est dans cet esprit. Il a tiré le meilleur de ce que l’on sait faire plutôt que de nous demander de jouer autre chose avec d’autres sons sous prétexte que ça sonnerait mieux.


Messaline sort du lot par un côté décalé, avez-vous la volonté de vous détacher de certains aspects trop sérieux tout en gardant une belle qualité de textes ?

Eric : J 'ai envie d'écrire des textes qui se suffisent presque à eux-mêmes, donc c'est vrai qu'ils sont assez travaillés, et dans ce sens cela dénote dans ce « milieu » Hard Rock où plus de 50 % des titres ont des paroles niveau Collège ( mais je "rassure" les lecteurs, dans le rap c 'est pire !). Le côté humoristique et certains jeux de mots dans mes textes plus historiques c'est aussi pour avancer l'idée que, certes le texte est solide, mais que je ne prends pas la tête non plus à faire le professeur ou le donneur de leçon politique à la "antisocial"...

On peut y voir un parallèle avec Ange, Christian et Hasan sont d’ailleurs invités sur le disque, dans cette capacité à créer des textes très forts et touffus mais avec un décalage, une sorte d’ironie loufoque et poétique, on est loin des paroles basiques de certains groupes heavy. Je pense par exemple au titre ‘Barbie Tue Rick’, de loin le titre le plus décalé du lot. Ressentez-vous ce lien, cette filiation avec Ange, cela même si musicalement ils penchent plus vers le heavy rock ?

Eric : Le lien est évident puisque j 'écoute ANGE depuis 25 ans et que la poésie surréaliste de Décamps m'a beaucoup influencé ! ANGE est vraiment le premier groupe de Rock Français à avoir mis de la poésie en musique. Pour ce qui est du résultat, on est quand même moins barré musicalement qu'eux dans le sens où l 'on reste quand même dans certains codes propres au Heavy Metal...


Bref, pour les membres du groupe progressif Absurd, êtes-vous plus influencés par Ange ou Satan Jokers ?

Mick : Ah… bien ou mal, qui es-tu ? Qui écouter ? C’est vrai que l’amalgame ANGE / ABSURD a pu être tentant à l’époque. Que ce soit dans les textes, par des jeux de mots à plusieurs degrés, ou dans la musique avec des parties instrumentales à tendance vagabonde. Ca paraissait encore plus évident quand on partageait la même scène ! Le style moins prog de MESSALINE a permis de se détacher de cette étiquette qui nous collait, même si nous continuons à nous côtoyer régulièrement. Espérons que maintenant, le public ne cherche pas à fabriquer une chimère SATAN JOKERS / MESSALINE !!


La pochette le laisse deviner, il y a dans le disque, une histoire autour des templiers et l’histoire d’un personnage fictif, Gontrand de Montgisors, quelle est la part de réel et de fictif dans ces titres qui forment un triptyque au cœur de l’album ?


Eric : Gontrand de Montgisors est un personnage fictif...Mais je l'ai fait évoluer dans un contexte historique véridique : la deuxième croisade pour reprendre Alep et Jérusalem à Saladin. Comme dans un jeu de rôle, je lui ai fait une fiche de personnage, date et lieu de naissance, sa jeunesse, ses goûts, ses défauts, ses qualités... Mehlinn-Hâ, la fille du prince bédouin dont il tombe amoureux et pour laquelle il sera déchu de l 'Ordre du Temple et partira dans l'occultisme et les rites sataniques est fictive aussi...





Comment vous êtes-vous documentés pour parler de cet univers des templiers ?

Eric : Lecture de bouquins, ( il y a eu un effet "Da Vinci Code" et sociétés secrètes, c'est évident lorsqu 'on voit en librairie le nombre de livres sur le sujet !), un peu sur le net, des reportages sur Arte, des Hors-séries spéciaux d'hebdos ou mensuels...


Cette partie semble aussi plus sérieuse, c’est important pour vous de ne pas vous cantonner à un seul univers, de ne pas devenir le groupe qui cause histoire et templiers à longueur de disque ?

Eric : Oui ! Ca m 'a vraiment plu d'écrire un synopsis sur mon Gontrand (que l 'on retrouve à l'intérieur du livret) mais un concept-album aurait peut-être été indigeste ... certains textes plus contemporains ou poétiques contre-balancent bien. Changer d'univers donne du punch et amène de l 'air, une sorte de respiration autre à un album, je trouve.


Finalement quelles sont vos attentes pour cet album ?

Mick : à chaque CD c’est la même sensation, le jour de la sortie est une bascule entre le moment où tu peux faire des retouches sur la musique et celui où tu ne maitrises plus rien. Dès lors, l’album ne t’appartient plus, et tu croises les doigts pour que les gens prennent du plaisir à l’écouter. A chaque nouvel album on aime un peu plus ce que l’on a fait car on a pris de la graine des précédents. Alors bien sûr on espère qu’il sera davantage écouté et mieux apprécié. Un CD réussi, c’est aussi la meilleure carte de visite pour trouver des dates, n’oublions pas que MESSALINE est un groupe de scène qui fait aussi du studio ; et pas le contraire ! Alors on n’attends qu’une chose : jouer en live et partager notre musique.





Quelle est la prochaine étape ? Rendez-vous dans 2 ans pour la promo du prochain Messaline ?


Mick : La prochaine étape c’est de défendre celui-là sur scène ! On a déjà quelques belles dates calées : Ragnard Rock Fest en juillet le même jour qu 'ENSLAVED, un festival à Leyment (01) le 5 septembre avec FORTUNATO entre autres, le 25 septembre à Bron (69) avec ANGE (tiens, tiens ? ) , le 24 octobre à Lyon avec FORTUNATO et SATAN JOKERS ( re-tiens, tiens ? ) ! Le prochain album, on y travaille déjà, les compos sont là, mais un gros travail d’arrangements nous attend. Pour faire patienter, on prépare une série limitée vinyle de "Illusions Barbares" pour septembre.


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Mick : Let there be rock !

Eric : Prenez le temps d'écouter l'album et laissez-vous bercer par nos illusions... barbares !


Plus d'informations sur http://www.messaline-rock.com/index.php?pages=accueil
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 4685
  • 4686
Haut de page
EN RELATION AVEC MESSALINE
DERNIERE CHRONIQUE
MESSALINE: L'autel Des Possédés (2018)
4/5

Album hybride, "L'autel des Possédés" dévoile un Messaline revigoré, plus lourd , plus sombre... Et encore meilleur !
DERNIERE ACTUALITE
MESSALINE: 1eres Infos sur le nouvel album
 
AUTRES ARTICLES
TWILIGHT MOTION (29 JUIN 2015)
Après un deuxième album "Blind Eye" marqué du sceau de l'expérimentation, Music Waves ne pouvait pas ne pas approfondir le dossier Twilight Motion...
HELLFEST OPEN AIR 2015 - JOUR 2
Du beau monde en ce deuxième jour, alors que les masses ont leurs chairs et oreilles (et foies) encore engourdies de la veille, on hésite entre tout lâcher et en garder sous le coude en prévision du lendemain... Allez, "What The Hell", pourquoi choisir...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021