MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - ABRAXAS (19 JUIN 2015)
TITRE:

ABRAXAS (19 JUIN 2015)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POP



Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la protodancepop! Music Waves vous amène à la rencontre de leurs créateurs : les Français d'Abraxas !
STRUCK - 08.07.2015 -
1 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

"Quel style de musique faites vous ?". On a eu tellement marre qu’on a décidé d’inventer un mot pour détourner la question : "la protodancepop"...





Qu’est-ce que le nom Abraxas signifie à vos yeux ?

C’est le nom d’un album de Carlos Santana qu’on apprécie beaucoup.


Est-ce que vous n'avez pas eu peur d'être confondu avec l'album de Carlos Santana ou le groupe de rock progressif polonais du même nom ?


C’est un risque à prendre, mais c’est notre nom maintenant, il faut savoir l’utiliser ! Et puis il y a aussi actuellement des groupes de métal assez horribles qui s’appellent Abraxas. On a même été confondu avec l’un d’eux un jour pour la participation au festival Rolling Stones Magazine en Inde. Par exemple on a fait une demande à Itunes, Deezer et Spotify pour avoir notre propre page d’artiste.


Pouvez-vous nous parler de votre rencontre sur les bancs de classe, et comment vous avez réussi à garder cette dynamique de groupe?

On a commencé à jouer à 14 ans dans la chambre minuscule du batteur : l’un d’entre nous jouait sur le lit mezzanine. On était alors en troisième. Même l’éloignement qu’a impliqué le lycée et qui fragmente beaucoup de relations, n’a pas réussi à nous faire arrêter. On a instauré comme une tradition de répéter chaque samedi ou dimanche. Un élément clef a été l’obtention de notre propre studio, caché dans les sous-sols de Paris. Au bout d’un moment, tout ça a commencé à faire partie du rythme de notre vie et on ne réfléchissait plus : tu vas répéter avec tes potes le samedi. Peu importe les études, le travail, on consacre du temps à notre musique car on adore ça. On se fait confiance et on apprend chacun à gérer notre emploi du temps.


Avez-vous voulu rendre hommage au groupe de rock progressif Camel et son album concept "The Snow Goose" en choisissant comme sujet de votre premier album un phacochère ?

On ne connaît pas cet album mais on va écouter ! A vrai dire on a d’abord voulu rendre hommage à David Bowie et "The Rise and the Fall Of Ziggy Stardust" car on voulait appeler notre album "The Rise and the Fall Of the Warthog". La phacochère est notre animal fétiche pour plein de raisons et on a commencé à imaginer que chacun de nos morceaux pouvait représenter une étape dans la vie du phacochère. La première partie raconte sa naissance et son épanouissement, la seconde sa descente aux enfers jusqu’à sa mort. Ce qu’on sait moins c’est que dans cet album existe un poussin appelé Poussyflex, qui a réellement existé mais qui est décédé au bout de quelques semaines (ce qui a donné le morceau "Death Of Poussyflex", présent sur notre nouvel EP). On l’a intégré à l’histoire en imaginant une romance entre le phacochère et Poussyflex.


Malgré tout, avec le nom du groupe pouvant être confondu avec le fameux groupe polonais : cela renforce le lien avec la scène progressive. Justement quel est votre connaissance de ce style musical ?

Le rock progressif est un style de référence pour nous. Bien qu’on ne soit pas les plus fins connaisseurs de la musique du groupe polonais, on adore par dessus tout les étapes progressives de King Crimson, des Pink Floyd, puis de Primus, Genesis etc. On peut retrouver pas mal de "phases progressives" dans nos morceaux, mais placées avec subtilité car on ne veut pas copier trop ce style. Pour autant, parfois quand on joue on se dit "Ah tiens c’était bien progressif, ça !"


Est-ce que le style de protodancepop est une étiquette ou plutôt une voie de lancement?


On est fier d’être l’unique groupe au monde à jouer la protodancepop ! Ça ne veut rien dire évidemment et c’est bien pour ça. C’était à la base une blague entre nous, pour se moquer de tous les styles absurdes qu’on applique à n’importe quelle sauce. Puis on s’est dit que c’était sympa et même intéressant car ça déclenchait la curiosité des gens. C’est vrai que proto, dance et pop sont des mots qui sonnent bien pour nous.





Est-ce que chaque chanson peut être vue comme une synthèse des expérimentations sonores du groupe, à l'image des dessins présents sur la pochette?


Les images de la pochette ont été réalisées par le chanteur et guitariste du groupe, Tino Gelli. On peut dire qu’elles ont été faites à l’image des titres, c’est-à-dire très instinctivement. Pour les morceaux, l’un d’entre nous arrive avec une idée, une petite mélodie puis on la fait tourner, on joue et on joue, on compose à quatre. Le morceau se met en place puis on invente ensemble de nouvelles phases, on revient dessus, on teste toutes les possibilités de structure. C’est très chaotique comme composition mais ça nous permet de faire des morceaux dynamiques et originaux, taillés pour le live.


Est-ce que le totem qui donne son nom à l'album se place moins du côté maléfique évoqué par votre nom que de son côté représentatif (Abraxas = avatar de Dieu) ?

Alors il faut comprendre que chez nous, les mots ont plus d’importance dans leur sonorité que dans leur signification, en particulier pour les textes des morceaux. "Totem" c’est un mot qu’on aime bien car il sonne bien et c’est à peu près tout.


Est-ce que le choix de mêler des influences hétéroclites révèle une forte cohésion ou au contraire un manque d'adhésion ?

Nos influences sont multiples car elles reflètent ce que l’on aime. On joue puis on se dit : "On essaye une petite ligne à la Metronomy ?" ou "On pourrait dédoubler à la Pink Floyd ?" et ainsi ça mélange nos influences. Au final ça nous plait. C’est vrai qu’on a eu quelques problèmes car nos morceaux étaient assez différents les uns des autres, voire hétérogènes au sein d’un même morceau. Au final on commence aujourd’hui à converger et on se dit parfois: "ça c’est bien protodancepop !". C’est surtout en live qu’on remarque l’unité de nos morceaux.


A contrario est-ce que pour vous cet album s'inscrit parfaitement dans son époque (avec ces influences diverses)?

"Totem" s’inscrit dans tout et dans rien, à notre avis. Mais on admet qu’on fait une musique moderne, qui parle aux gens de notre génération avant tout. C’est un bon mélange actuel.


La chanson 'Kayak' aurait pu être plus longue et se révéler progressive, seriez-vous tenté de travailler sur des ambiances plus atmosphériques que disco?

On a un long et beau morceau dans notre panier, que l’on va bientôt enregistrer. Il s’appelle 'Phantasy', on aime bien le jouer parfois en intro de Live. Il amène une ambiance étrange et psychédélique.





Sur la première chanson, vous passez bizarrement de l'anglais au français, pourquoi ce choix de l'anglais pour un groupe français et pourquoi ce petit clin d'œil à votre langue?

C’est dur de chanter en français, surtout quand on n’apprécie pas trop ce que les autres font mais qu’on est poussé par beaucoup de gens à le faire. Mais pour ce morceau-là on l’a bien senti. On l’a fait comme une folie, ça aurait pu être de l’espagnol ou du grec ancien, finalement on a choisi le français.


Comment s’est passée votre rencontre avec Dooweet ? Est-ce que vous êtes fiers de faire partie de cette écurie ?

On est proche du groupe Antigone Project qui travaillait déjà avec Dooweet. On a rencontré Christophe Sousa qui nous a convaincus que son travail allait être bon. Étonnamment on n’a aucun rapport avec les autres groupes de Dooweet, plutôt métal, mais cela correspond avec leur désir d’élargir leur champ de travail.


Quel message souhaitez-vous faire passer ?

Qu’on est sympa !


Qu’attendez-vous de cet album ?

Cet album c’est avant tout notre première vraie réalisation. C’est une preuve que l’on est capable de faire un travail professionnel de qualité. On espère que les gens s’en rendront compte, et qu’ils apprécieront la musique et les graphismes.


Quelle est la prochaine étape ?

On réfléchit beaucoup à trouver un label. On a quelques propositions, mais on attend de voir ce qui nous convient le mieux. A côté on s’efforce de faire des lives intéressants (Point Gamma en première partie de Cassius, Breakbot, Kavinsky..), et on continue à composer et à enregistrer des morceaux tout en essayant d’affirmer notre style. Avec un éventuel label, on aimerait enregistrer et distribuer un nouvel album, tenter de jouer dans des festivals.


Question traditionnelle de Music Waves, quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

On a fait une petite tournée dans le sud avec Elephanz et c’était une super période, on a fait de beaux concerts et passé des belles soirées. Notre concert à La Cigale a aussi été un grand moment.


Au contraire le pire ?

On a eu pas mal de galères pendant nos lives : un clavier qui casse, plus de lumière, ou un clochard qui vient nous emmerder. On apprend à gérer, et ça nous permet de devenir meilleurs.


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

Quelque chose d’intéressant mais qu’on ne nous demande jamais c’est de savoir comment on gère l’idée de devenir un groupe "professionnel", alors que c’est avant tout une partie de plaisir entre amis d’enfance.


Le mot de la fin pour les lecteurs de Music Waves ?

Phacochère.


Merci à Adrianstork pour sa contribution...

 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 4755
Haut de page
EN RELATION AVEC ABRAXAS (FRANCE)
DERNIERE CHRONIQUE
ABRAXAS (FRANCE): Totem (2015)
3/5

Un nouvel Abraxas qui réalise son deuxième album avec une étiquette amovible de protodancepop.
 
AUTRES ARTICLES
MONNAIE DE SINGE - 17 JUIN 2015
C'est un couple de Music Waves qui a eu l'honneur de discuter à bâtons rompus avec Philippe (Claviers), Eric (Batterie) et Jean-Philippe (Guitares/Parolier) pour une interview fleuve et passionnée.
HELLFEST OPEN AIR 2015 - AMBIANCE
J’ai 10 ans... Si tu n'y crois pas, l'Enfer va te refaire la gueule à la récré !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021