MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - BRING ME THE HORIZON (03 SEPTEMBRE 2015)
TITRE:

BRING ME THE HORIZON (03 SEPTEMBRE 2015)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL ALTERNATIF



Deux ans après la sortie de "Sempiternal" qui avait amorcé un virage musical, avec "That's the Spirit", Bring Me The Horizon s'ouvre de nouveaux... horizons musicaux !
STRUCK - 07.10.2015 -
7 photo(s) - (1) commentaire(s)

C'est à nouveau avec le dernier arrivant Jordan Fish que nous avions rendez-vous. C'est toujours avec autant de recul voire de timidité que le clavier du groupe fait le point sur ce nouvel album qui ouvre définitivement les voies d'un nouvel horizon musical au groupe mais également sur sa responsabilité personnelle sur cette orientation artistique...


Salut Jordan, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, c'était en février 2013…


Jordan Fish : … Oui d’ailleurs, je me souviens parfaitement de toi !


… j’espère pour de bonnes raisons

(Rires) Oui je me souviens d’une interview intéressante (Sourire)…


Désolé, on ne peut pas gagner à chaque fois, celle-ci ne le sera pas du tout…

(Rires)


… Lors de cette interview, tu m’avais avoué que la plupart des questions te concernant tournaient toujours autour de Jona Weinhofen ton prédécesseur : est-ce toujours le cas ?

Non, non (Rires) !





C’est plutôt une bonne chose, cela signifie que tu es désormais un membre à part entière aux yeux des fans et non plus seulement le dernier arrivé…


Exactement (Sourire) ! Quand nous nous sommes rencontrés la fois dernière, je venais tout juste d’arriver, c’était vraiment très frais et cela faisait beaucoup de nouvelles choses à digérer : le départ de Jona donc, un album qui finalement arrivait très vite et tout naturellement une tournée pour faire la promotion de ce dernier. Nous avons énormément tourné avec cet album, et ça a plutôt bien marché. Et enfin, nous avons sorti le single 'Drown' qui est une sorte de nouvelle référence pour le groupe. Un single que nous avons sorti juste avant de jouer dans l’arène de Wembley qui fut également un grand moment dans la carrière du groupe.


L’actualité de Bring Me the Horizon est ce nouvel album "That’s the Spirit". Tu m’avais dit à l’époque que "Sempiternal" traitait des problèmes auxquels nous devons faire face tout le long de notre vie. Ce  nouvel album est selon les propos d’Oliver "la célébration de la dépression". Cela signifie-t-il que Bring Me the Horizon délivre désormais un message positif à travers ses albums en essayant de tirer le positif des situations négatives. Penses-tu que ce soit désormais la clé du succès de Bring Me the Horizon qui vous rapproche des fans ?

C’est une très longue question (Rires) ! Mais tu es plutôt dans le vrai quand tu dis que le thème de ce nouvel album est de transformer une situation dépressive ou du moins négative en quelque chose de positif. C’était effectivement le cas dans "Sempiternal" mais ça l’est encore plus dans ce nouvel album qui est extrêmement positif. C’était plutôt une bonne chose, cela signifie que nous sommes dans un bon état d’esprit et plus particulièrement Oli qui a traversé des moments difficiles.


Je ne pense pas que nous aurions pu atteindre le niveau auquel nous sommes arrivés si les gens ne s’intéressaient pas du tout à notre musique



Penses-tu qu’au-delà de la musique, ce message positif qui caractérise désormais le groupe a supplanté l’aspect physique ou les tatouages qui faisaient autant parler de vous que votre musique ?

Je ne sais vraiment pas, même si je suis convaincu que certaines personnes continuent de venir à nous parce que nous sommes plutôt beaux garçons. Mais je ne pense pas que nous aurions pu atteindre le niveau auquel nous sommes arrivés si les gens ne s’intéressaient pas du tout à notre musique : si tu es un groupe de merde, même si tu es beau gosse, à moment donné, tu seras confronté à un mur.


Concernant l’image du groupe et des tatouages en particulier qui ont fait la réputation du groupe, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, tu m’as dit ne pas en avoir. Pourquoi avoir cédé à la mode en ayant désormais ?

(Rires) Je ne sais pas…


Et notamment un tatouage de Bring Me The Horizon…

Oui, je suis fier de faire partie de ce groupe ! Mais le tatoueur d’Oli est particulièrement talentueux, c’est dur d’être entouré d’artistes tatoueurs qui dessinent des choses vraiment cools : j’ai donc cédé (Sourire). Mais tu remarqueras cependant que je ne suis pas autant tatoué que les autres membres et Oli en particulier.





Quel est le lien entre le visuel au message plutôt négatif à savoir que même si tu as un parapluie, il pleuvra toujours sur toi ?

En fait, tu fais référence au visuel à l’intérieur de l’album car le visuel extérieur de l’album est uniquement noir… Mais concernant l’idée du parapluie, c’est un effet visuel, en effet, il ne pleut pas sous le parapluie mais derrière signifiant que même si il pleut, tu peux toujours sortir.
Il y a plusieurs interprétations pour ce visuel mais à travers ce visuel noir et dépressif à l’extérieur et aux couleurs éclatantes à l’intérieur, nous avons voulu dire que même si les conditions ne sont pas favorables, par exemple, il peut pleuvoir mais cela ne doit influencer sur ton état d’esprit : "That’s the spirit" ou "C’est la vie" comme on dit en France (Sourire).


Tu m’as avoué que pour "Sempiternal", vous vous étiez focalisés sur la création de mélodies. Peut-on dire que "Sempiternal" vous a ouvert les portes d’un nouvel horizon musical et que "That’s the Spirit" est le sommet de cette nouvelle orientation musicale ?


Je le pense également. Au moment où nous avons sorti "Sempiternal", il semblait que nous avions atteint un point culminant…


… et finalement "That’s the Spirit" prouve que ce n’était pas le cas…

Exactement ! Quand nous avons commencé à écrire ce nouvel album, très rapidement, nous avons compris que nous pourrions encore avancer. Je pense que "Sempiternal" est un pont de la même façon que "There Is a Hell, Believe Me I've Seen It. There Is a Heaven, Let's Keep It a Secret" était le lien entre "Suicide Season" et "Sempiternal".
Au moment de commencer l’écriture de cet album, nous n’avions aucune idée la  direction que nous allions emprunter.


Nous avons essayé d’éviter d’écrire ce que nous pensions devoir écrire



Tu m’as dit que tes groupes préférés étaient Tool et Radiohead et ces groupes n’avaient que faire des critiques faisant à chaque nouvel album, la musique qu’ils voulaient faire. "That’s the Spirit" est une nouvelle preuve que vous suivez les pas de ces aînés prestigieux. Peut-on dire que Bring Me the Horizon est un groupe libre ?


Tu as raison et plus particulièrement sur cet album. En effet, nous avons essayé d’éviter d’écrire ce que nous pensions devoir écrire. Nous l’avons fait pour un titre ou deux et finalement, nous nous sommes rendus compte que ça n’allait pas du tout, nous avions l’impression de reculer.
Au contraire, je pense que cet album est un nouveau pas en avant et ce fut vraiment une expérience excitante. Même si nous ne savions pas vers quelle direction nous irions au moment de composer cet album, avec le recul, je peux dire que nous avons fait l’album que nous devions faire … Et si je peux comprendre que certains le détestent, en revanche, je sais également que nous avons sorti un album dont nous sommes très fiers.


Justement, à l’inverse, certains fans de l’époque "Suicide Season" vous reprocheront cette évolution…

Probablement… mais…


Nous écrivons une musique dont nous sommes fiers, dans le cas contraire, je suis convaincu qu’un groupe ne peut aspirer à durer dans le temps.



… vous ne vous en souciez pas..

… Non, je m’en soucie : j’ai envie que les gens aiment notre groupe. En fait, j’adore lire ou entendre les gens dire qu’ils ont aimé notre tout premier album mais les albums sortis par la suite ne les ont pas déçus : c’est super ! Mais je suis conscient que nous avons perdu et que nous perdrons encore des fans, en revanche, je sais également que de nouveaux sont arrivés et arriveront encore (Sourire)…
Mais le plus important dans l’histoire est que nous écrivons une musique dont nous sommes fiers, dans le cas contraire, je suis convaincu qu’un groupe ne peut aspirer à durer dans le temps.


Lors de notre interview, tu m’avais dit qu’à ton arrivée, le groupe était fatigué de 8 années de tournée et d’enregistrement… Nous avions évoqué ton arrivée comme un bouffée d’air frais pour le groupe et ce nouvel album semble confirmer cela : il semblerait que ton apport, ton impact sur l’évolution musicale et la vie tout simplement du groupe est énorme et qu'il apermis au groupe d’être plus libre que jamais justement ?

Je l’espère (Sourire)…



Ce fut beaucoup un travail collectif : "That’s the Spirit" donne plus l’impression d’être l’album d’un groupe.


Cette évolution musicale n’est pas juste une coïncidence, elle est finalement effective depuis ton arrivée dans le groupe…

Sur cet album plus particulièrement, en effet, nous l’avons produit nous-mêmes.
Sur le dernier album, on avait l’impression que je rejoignais le groupe et que je m’étais intégré très rapidement. Pour ce dernier, ce fut beaucoup un travail collectif : "That’s the Spirit" donne plus l’impression d’être l’album d’un groupe.


Mais pour en revenir à ton cas particulier, bien que ne venant pas de la scène metal, tu t’es très rapidement intégré, tu as produit ce dernier album et le son de cet album est plus mélodique que jamais … il semblerait que tu sois devenu plus qu’un membre du groupe. Comment le perçois-tu ? Comme une marque de confiance de ton entourage ou le groupe devait-il faire des économies ?

(Rires) Non, ça n’a rien à voir avec l’argent… Malgré tout, je pense que chaque membre du groupe a son importance dans l’orientation musicale prise sur cet album : Lee (NdStruck : Malia) est un guitariste qui peut évoluer dans différents registres et il voulait autant cet album que moi, il en va de même pour Oli et les autres membres… Mais si je suis parfaitement conscient du crédit ou des reproches qui me seront personnellement fait (Rires) !





Comme tu l’as dit, cet album sonne vraiment comme un travail de groupe mais il semblerait malgré tout que tu aies été l’élément déclencheur de cette évolution, une sorte de clé qui aurait permis au groupe de s’ouvrir les portes d’un nouvel horizon…

Je suis assez d’accord avec ta vision (Rires) !


Cet album sort chez Columbia ce qui montre votre évolution dans l’organigramme Sony. Le prenez-vous comme une sorte de reconnaissance ?


C’est vraiment cool d’être sur Columbia ! C’est extraordinaire pour un groupe comme le nôtre de se retrouver sur ce label notamment quand tu vois les autres artistes qui composent son catalogue. Et effectivement, c’est une vraie reconnaissance qui montre également à quel point ils misent sur nous et sur ce que nous pouvons devenir.
Je ne sais pas si ils ont raison ou tort : ce n’est pas à moi de le dire (Rires) !


Oliver a cité Jane’s Addiction, Panic ! at the Disco, Interpol et Radiohead comme influences majeures pour cet album… mais cet album sonne avant tout comme Linkin Park en raison de la voix d’Oliver justement et des éléments électro mixés aux riffs metal. Avez-vous sciemment omis de citer Linkin Park sachant que la comparaison serait faite de toutes façons ?

Avant de commencer, les comparaisons que tu mentionnes ne sont pas d’Oli mais d’un journaliste. Mais les comparaisons de ce genre sont totalement logiques. Et nous n’avons jamais caché que Linkin Park est une influence majeure : nous adorons Linkin Park et je n’ai aucun problème à ce que nous soyons comparés à eux.


Dans ces conditions, êtes-vous conscients que certains vous considéreront comme des suiveurs ?

Bien sûr !


Mais tu n’en soucies pas non plus ?


Pas vraiment (Sourire)… Je ne pense pas que nous ayons sorti un album copié/ collé de Linkin Park. D’ailleurs, certaines autres personnes disent que nous sonnons exactement comme 30 Seconds to Mars : je t’avouerais ne pas entendre la comparaison même si je la comprends.
Mais pour revenir à Linkin Park, je comprends parfaitement qu’on nous dise qu’un titre comme 'Thrones' sonne comme Linkin Park, en revanche, je ne pense pas que l’album entier sonne comme eux.


Vous avez enregistré cet album sur l’île de Santorin. Pourquoi avoir choisi un tel endroit pour enregistrer cet album sachant que vu de France, l’Angleterre est considéré comme le pays avec les meilleurs studios d’enregistrement ?


Je dirais pour… le temps (Rires) ! Le temps sur l’île de Santorin est parfait et c’est une bonne chose quand tu sais que tu vas rester dans un endroit pendant près de deux mois.
Mais l’anecdote est amusante : quand notre management nous a demandé où nous voulions enregistrer cet album, nous avons répondu l’île de Santorin en pensant qu’ils croiraient à une blague stupide et finalement, ils ont accepté (Sourire). Mais finalement, sur place, nous avons été tellement occupés que nous n’avons même pas vraiment profité de l’île. Malgré tout, ce fut une expérience extraordinaire et c’était exactement ce dont nous avions besoin pour écrire : en effet, rester trois mois en Angleterre pour écrire est affreux, surtout en hiver.


Vous avez joué au Sonisphere et tu m’avais dit espérer croiser Korn : l’as-tu fait ?


Mais je n’ai pas eu la chance de les croiser (Rires) ! Malgré tout, j’ai rencontré Fieldy, le bassiste de Korn, et il est vraiment cool.
Mais l’expérience au Sonisphere était particulière voire terrifiante pour un groupe comme le nôtre quand tu sais que tu vas avec des groupes typiquement metal comme Korn ou Mötorhead.


Comme on l’a évoqué en début d’interview, vous avez également joué à Wembley, vous avez sorti le DVD de ce concert. Avec le recul, il semblerait que depuis ton arrivée, tu as vécu tous les rêves possibles d’un musicien. Ne crains-tu pas de devenir blasé ?


Je pense que considérer d’un point de vue négatif le fait de jouer à Wembley serait une honte (Rires) : c’est tellement extraordinaire !


Mais après ça ?

Après ça, qui sait ? Si on me dit que je ne jouerai plus jamais à Wembley, au moins, je sais que je l’aurais fait une fois.


Je vais poser la question autrement : après avoir joué à Wembley, vous sortez "That’s the Spirit" couronnement d’une évolution musicale… quelle pourrait être la prochaine étape sachant que tu as plus ou moins réalisé tous tes rêves ?

Et c’est la vérité : j’ai réalisé tous mes rêves !





Et malgré tout, tu n’as pas peur de perdre ta motivation ?


Non ! Je ne sais pas… Je pense que nous avons atteint à peu près tout ce que nous voulions atteindre. Aujourd’hui, nous attendons juste de voir ce qu’il va se passer, pour autant, cela ne veut pas dire que nous allons perdre notre motivation. Mais il faut savoir que j’écris de la musique non pas pour atteindre quoi que ce soit, j’écris pour sortir un bon album.


Ce nouvel album est désormais sorti. Tu connais déjà les retours de tes fans : qu’est-ce que vous avez prévu d’atteindre comme but avec cet album : le Stade de France ?

(Rires) Non ! Mais la prochaine étape sera probablement de devenir le plus grand groupe du monde (Sourire)… Je suis content de ce que nous avons réalisé avec ce groupe.
Mais pour répondre en toute honnêteté, je n’ai aucune réponse à te donner concernant ce qu’il va se passer, nous allons juste attendre de voir ce qu’il va se passer avec cet album.


Malgré tout, avez-vous déjà calé certaines dates en France ?

Nous allons tourner en Europe pendant le mois de novembre mais nous ne passerons pas par la France…


Et pourquoi donc ?

Parce que nous n’avons pas réussi à trouver de salles disponibles avec nos dates. Mais nous reviendrons en début d’année prochaine avec probablement une grosse salle.


Le Stade de France que nous évoquions tout à l’heure…

(Rires) Non, peut-être dans deux ans !





Merci beaucoup


Merci beaucoup. J’étais vraiment content de te revoir à nouveau.


Plus d'informations sur https://www.bmthofficial.com/
 
(1) COMMENTAIRE(S)  
 
 
PASCALJ
07/10/2015
  1
Bring Me the Horizon sera au Zénith de Paris le 14 avril 2016
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 5463
  • 5464
  • 5465
  • 5466
  • 5467
  • 5468
  • 5469
Haut de page
EN RELATION AVEC BRING ME THE HORIZON
DERNIERE CHRONIQUE
BRING ME THE HORIZON: Post Human: Survival Horror (2020)
3/5

Après la catastrophe "Amo", Bring Me The Horizon semble avoir trouvé le bon équilibre entre son héritage metal alternatif FM des débuts et sa nouvelle orientation plus electro.
DERNIERE ACTUALITE
BRING ME THE HORIZON : Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
PAVILLON ROUGE (15 SEPTEMBRE 2015)
"Legio Axis Ka" est un album qui a marqué une partie de la rédaction de Music Waves, il n'en fallait pas plus pour que nous vous fassions découvrir plus amplement Pavillon Rouge...
ABIGAIL'S GHOST (01 OCTOBRE 2015)
On s'était dit rendez-vous dans... 8 ans ! 8 ans après notre première interview d'Abigail's Ghost que nous avions fait découvrir à la France, Music Waves fait un nouveau tour d'horizon avec Joshua Theriot...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021