MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

NOTHING MORE - LA MAROQUINERIE - 30 NOVEMBRE 2015


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL ALTERNATIF

Retour sur le concert de Nothing More à La Maroquinerie le 30 Nov dernier, dont le public est sorti KO, terrassé par un Jonny Hawkins en forme olympique qui a su retourner la scène parisienne la plus Hardcore.
PHILX - 17.12.2015 - 24 photo(s) - (0) commentaire(s)
Alors que la dernière sortie du groupe (album éponyme) commence à dater, les singles, eux, ont continué à sortir, permettant à Nothing More de rester actif et présent sur la scène Alternatif/Hardcore et de préparer des tournées en gardant leur fanbase au chaud.


Zoax

Ce sont les Anglais de Zoax qui ont le privilège d'ouvrir les hostilités ce soir. Ce jeune groupe pourtant signé chez Century Media, connu pour avoir récemment tourné avec Funeral For A Friend en était à leur première apparition sur le sol français et l'occasion rêvée de nous présenter leur premier EP "Is Everybody Listening?", sorti en février dernier.





Sans détour, la formation plante un décor brut d'un mélange de Rock, Hardcore et d'Alternatif à l'identité forte, où le chanteur Irlandais Adam Carroll (ex Time Is A Thief) alterne étrangement bien voix claire et sur-saturée (bon... ok, criée en fait) sur des titres riches où la lenteur des riffs qui suintent côtoie des rythmes plus groove. La première impression est très bonne...



Adam sait que le groupe a beaucoup à jouer sur une première représentation sur le sol Français, cherchant à donner la meilleure impression possible. Donc il va redoubler d'efforts pour remuer une audience assez attentiste mais qui se laissera petit à petit entrainer par le frontman qui ne lâche rien. Il ira même se fondre dans le public jusqu'à s'y perdre avec son micro pour revenir en force sur scène avec un sac à dos pris au hasard.





Les membres sont assez discrets, assurant bien les back-vocals et une partie du show d'où émane une bonne énergie et vibration de façon générale. Le genre se mêle bien à celui de la tête d'affiche, que le groupe prend le temps de remercier et de nous faire acclamer.

Adam, faisant référence au vif émoi dû aux événements passés à Paris, interprètera également un titre a capela, jouant de sa guitare sèche dans un silence respectueux et sensibilisé. Le clin d'oeil sera très apprécié. C'est non sans une certaine émotion qu'il remercie enfin le public de s'être déplacé les voir, leur présence à Paris, encore meutri des événements passés, est encore symbolique.




Setlist

Lonely Souls
Burn it to the Ground
Zero Point Seven
Click
Bitter.Angry.Fake
Jekyll Meets Hyde
Innocent Eyes
Jam
Mind Game 



Nothing More

Après un court changement de scène qui verra pourtant disparaitre tous les retours et installer d'imposantes structures métalliques, dont 2 fûts à chaque extrémité de la scène, et un set caisse claire / fut / cymbale / séquenceur, le tout relié aux pieds de micro. Le spectacle promet d'être à la hauteur...

Nos espoirs sont vite comblés lorsqu'une fois les lumières baissées nous voyons enfin le groupe prendre place. Le dernier à venir est Jonny Hawkins, qui s'installe presque immédiatement derrière ses fûts pour magnifier ce début de set. Inutile de s'attarder sur son physique sculpté à demi nu et sa belle gueule, on n'est pas là pour ça (bien qu'une partie du public est étrangement composée de filles pour un concert de Metalcore, coïncidence surement). L'effet est immédiat, et un effet de masse se déplace au plus près de la scène pour ne faire qu'un avec le spectacle produit sur scène.






D'ailleurs, le spectacle est magnifié par un son impeccable et des lumières très soignées, donnant à ce show toute la grandeur qu'il mérite, malgré l'étroitesse de la petite scène que Jonny arpente de long en large, allant voir tous les visages du public, et n'hésitant pas à monter pour se jucher sur ses fûts et mieux dominer l'audience. La voix du chanteur est excellente si bien dans le registre clair que saturé, parfaitement balancée et agrémentée d'effets électroniques que le chanteur maitrise du bout de son boitier séquenceur.







Côté setlist, c'est plutôt bien fourni : pas moins de 15 titres interprétés (!) mais dont 14 issus de leur album éponyme. C'est en fait à peine si le groupe a pris la peine d'en changer l'ordre (pour 2 ou 3 d'entre eux). Tant mieux pour les nouveaux fans, mais quid de ceux attachés aux premiers efforts? Ok, pas de quoi leur en tenir rigueur me direz-vous à raison, alors passons, c'était pour l'anecdote!







Le set fut évidemment marqué par cet étonnant solo de basse pour lequel Dan Oliver viendra fixer son instrument sur la structure métallique, lui permettant d'être surélevé et particulièrement mobile. Commençant donc par un tapping classique mais efficace, celui-ci sera rejoint par Mark Vollelunga qui viendra agrémenter le solo qui s'enrichit... Enfin, ils seront rejoins par un Jonny équipé de ses baguettes, qui pendant quelques minutes nous fera voyager dans un trip artistique improvisé particulièrement bon.







L'énergie du set ne diminue pas ni ne s'essoufflera, maintenu par des musiciens surexcités et de toute évidence ravis de jouer. Les échanges sont fluides et maîtrisés, ceux avec le public assez rares, mais suffisants pour être acclamés à chaque fin de chanson.





En bref, un excellent show assuré pour plus de la moitié par le frontman qui ne faillit pas à sa réputation sur scène.







Setlist

Christ Copyright
Mr. MTV
First Punch
Gyre
The Matthew Effect
I'll Be OK
Here's to the Heartache
If I Were
Friendly Fire
Sex & Lies
Surface Flames
- Solo de Basse -
Take a Bullet
Jenny
This Is The Time (Ballast)
Salem (Burn the Witch) 


Toutes les photos de Zoax et Nothing More en HD sont visibles sur le compte FlickR de PhilX.


Plus d'informations sur http://www.nothingmore.net
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 6223
  • 6224
  • 6225
  • 6226
  • 6227
  • 6228
  • 6229
  • 6230
  • 6231
  • 6232
  • 6233
  • 6234
  • 6235
  • 6236
  • 6237
  • 6238
  • 6239
  • 6240
  • 6241
  • 6242
  • 6243
  • 6244
  • 6245
  • 6246
Haut de page
EN RELATION AVEC NOTHING MORE
DERNIERE CHRONIQUE
The Stories We Tell Ourselves (2017)
Accrocheur mais sophistiqué, beau tout en étant violent, le ton de la formation emmenée par Jonny Hawkins joue des contrastes en permanence sans jamais s'égarer. Toutes les chroniques sur NOTHING MORE
DERNIERE ACTUALITE
NOTHING MORE en concert à Arles le 30 juin prochain
CONCERT
Toutes les actualités sur NOTHING MORE
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DEAN WALLACE (05 DECEMBRE 2015)
Avec "Metal Family", Dean Wallace signe un album marquant qui lui confère le statut de groupe à suivre de près... ce que Music Waves a fait !
 
ARTICLE SUIVANT
LUKE (07 OCTOBRE 2015)
Les années n'ont pas eu raison de la rage de Luke qui revient avec un album à la portée décuplée suite aux derniers évènements tragiques...

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020