MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

DREAM THEATER (04 DECEMBRE 2015)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF

Dream Theater revient avec un nouvel album qui pourrait bien être le meilleur depuis "Scenes From a Memory", James LaBrie et Jordan Rudess évoquent ce nouveau concept ultra-ambitieux...
STRUCK - 22.01.2016 - 6 photo(s) - (0) commentaire(s)

Alors que le groupe était encore en cours de finalisation de ce nouvel opus, Jordan Rudess et James LaBrie bien qu'épuisés ont bien voulu évoquer les grandes lignes de cet album que les fans de Dream Theater n'attendaient plus...



James, nous nous sommes  déjà rencontrés mais je ne t’ai pas posé la question traditionnelle du site qui est : "quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?"


Jordan Rudess : Alors là, je ne vois pas ?

James LaBrie : Les gens nous demandent si nous sommes toujours en contact ou en bon termes avec Mike Portnoy, je t'avouerais qu'à la longue, ce type de question est usant…





J’ai appris que vous veniez à peine de terminer le mixage de l’album qui nous intéresse…


James : C’est exact, nous avons terminé le mixage à 3 heures du matin. Le mix et le mastering ont été réalisés par Rich Chycki que nous connaissons depuis 20 ans.


… je suppose que vous êtes fatigués et cela explique l’état de James (victime d’une extinction de voix et qui s’est joint à nous après une petite sieste) ?


James : (Sourire) Tout à fait mais il est préférable que ce soit maintenant qu’en février. En effet, aujourd’hui, le but va être de se reposer et d'être en forme pour commencer la tournée qui débutera en février à Londres sachant que l’annonce de la sortie de l'album vient de tomber, il sort le 29 janvier 2016...


Comment vous sentez-vous à maintenant que l’album est terminé : nerveux au moment de le présenter ?


James : Non, au contraire, nous sommes excités à l’idée de pouvoir le présenter et le partager avec nos fans. Cela fait maintenant plus de 16 ans que nous n’avions pas sorti de concept-album et nous voilà avec un double album qui comprend plus de 2h de musique !


Nous sommes gouvernés par des politiciens qui ne font rien pour faire évoluer les écarts entre ceux qui ont tout et les autres qui n'ont rien !



Justement, ce nouvel album "The Astonishing", son titre et a priori son contenu, trouvent un écho particulièrement frappant avec les événements récents sur la scène internationale. N’est-ce pas troublant la correspondance entre les événements réels actuels et la sortie du disque dont le concept met en jeu de complexes enjeux politiques?  De plus, cet "Empire des Amériques du Nord" qui tient son peuple dans l'ignorance et la soumission sous la contrainte et la propagande et dont l'empereur s'appelle Nafaryus (=nefarious: abominable en anglais), on ne peut pas s'empêcher de penser a priori que cela est une critique de certaines aspects des politiques occidentales ou américaines. Est-ce le cas ?

James : C'est vrai dans le sens où nous sommes gouvernés par des politiciens qui ne font rien pour faire évoluer les écarts entre ceux qui ont tout et les autres qui n'ont rien !

Et il y a un vrai parallèle avec l’histoire de l’album qui se déroule en 2285 et dans laquelle le monde est divisé en plusieurs univers : celui de "Great Northern Empire" qui vit dans l’opulence et en marge de cet Empire, la milice rebelle de Ravenskill qui vit dans une misère totale. Un monde dans lequel l’expression artistique et donc les artistes ont disparu et ont été remplacés par des machines, les Nomacs. Au milieu de cela, une lueur d’espoir jaillit grâce au héros, Gabriel, qui tente de reconnecter les peuples avec la musique. Mais l’empereur Nafaryus craint que le pouvoir de Gabriel redonne trop d’espoir à un peuple qui se retournerait contre son Empire.

Même si l’histoire nous fait faire un bond de 300 ans, chacun d’entre nous peut s’identifier au concept, que ce soit au titre de la séparation des peuples, des pouvoirs et des richesses que des progrès technologiques qui évoluent à une vitesse phénoménale, si bien qu’aujourd’hui les humains sont de plus en plus remplacés par des machines…

Finalement, cette histoire est plus proche d’une réalité à venir que ce que nous pourrions penser...





"The Astonishing" se présente comme une œuvre totalisante, multimédia et interactive qui rappelle à l’inconscient collectif les œuvres aussi bien littéraires (Tolkien, Herbert) que cinématographiques (Dune, Star Wars, The Game Of Thrones). Avec les informations dont on dispose pour l’instant sur le concept et l’histoire peut-on déjà dire que "The Astonishing" mélange une composante heroic fantasy et une autre plutôt science-fiction ?

James : C’est exactement ça ! John nous a dit avoir été inspiré par les univers aussi bien de la science-fiction que du fantastique et des films comme Games of Thrones, Star Wars, le Seigneur des Anneaux…  Et comme nous adorons tous ces univers, les thèmes développés ne pouvaient que fonctionner.


A cet égard, le visuel est également fabuleux et il a fallu trouver un artiste capable de retranscrire vos thèmes.


James : Tout à fait ! D’ailleurs, ce fut un autre défi ! Nous avons beaucoup cherché et nous avons trouvé Jie Mae… Il est tout simplement fantastique et il a réussi à recréer visuellement tout l’univers que nous avions développé. Son travail allié à notre musique permet à l’auditeur de totalement s’immerger dans notre univers.


Avoir choisi le Palais des Congrès, la salle parisienne réputée pour y jouer beaucoup de comédies musicales, est-ce voulu pour appuyer le type de spectacle qui va être proposé pendant deux soirs ?

James: En fait, nous allons jouer l’album dans son intégralité les deux soirs et nous ne jouerons aucun autre titre des précédents albums.
Pour coller au mieux au concept global, il n’était pas concevable de jouer dans les salles où nous jouons d’habitude. Nous avons donc décidé de jouer dans des lieux où nous n’avions jamais joué, qui seraient capables de retranscrire au mieux le concept tant au niveau sonore que visuel, puisque nous allons projeter des vidéos mais également avoir recours à la pyrotechnie.

Jordan: Tout ce travail sera organisé et supervisé par une équipe de professionnels venus de Montréal. Ce sera l’occasion de voir Dream Theater comme jamais vous ne l’avez vu : nous allons jouer en même temps que la vidéo sera projetée, dans laquelle seront jouées les orchestrations et les chœurs dirigés par David Campbell…

James: A cet égard, nous allons donc jouer les 5 et 6 Mars 2016 au le Palais des Congrès. Nous savons que c’est une salle exceptionnelle et unique en son genre, il nous tarde d’y jouer et de commencer cette tournée de façon générale.


Jamais Dream Theater n’aura autant cultivé le sens du mystère pour un album. Cela créée un énorme désir chez les fans et de fait une attente d’autant plus grande. Est-ce que cela accroît chez vous une appréhension à ne pas décevoir les fans ?

Jordan : Ce n'est pas un mystère mais en fait, le projet est tellement important que nous ne pouvions dévoiler le projet que dans sa version finale.





"The Astonishing" est un album extrêmement ambitieux, n’auriez-vous pas pu aborder un tel concept ambitieux auparavant ?


Jordan : Nous ne pouvions pas nous lancer dans un tel album ambitieux avant, il a fallu faire en sorte que Mike notre nouveau batteur s'intègre avant.
Cependant, l’idée de ce projet remonte à un peu plus de deux ans aujourd’hui, John voulait refaire un concept-album sachant que le précédent datait de 1999 (Scenes from). Il voulait écrire un opéra rock dans la lignée de ce qu’a pu faire Pink Floyd avec "The Wall". Il a écrit toute une histoire, imaginé un univers, développé les personnages et lorsqu’il nous a présenté le projet, nous avons été conquis…


Nous avons fait entrer le genre du concept-album dans une autre dimension


"The Astonishing" est donc un double album, êtes-vous conscients qu’à la simple évocation de la notion de double album, les fans de la première heure de Dream Theater vont voir en lui un retour aux sources progressives ? A cet égard, en écoutant 9 des 34 titres de l’album, il semblerait que nous ayons droit à une synthèse de ce qu’a pu nous proposer le groupe avec des tendances moins metal et énormément d’arrangements et orchestrations… En clair, "The Astonishing" se présenterait un peu comme le digne successeur de "Scenes from a Memory"…

James : Je vois parfaitement où tu veux en venir et tu as raison... Et encore, tu n'as eu que la partie visible de l'iceberg (à savoir 9 titres sur les 34), cet album regroupe clairement tous les aspects de la musique de Dream Theater et tu trouveras des moments heavy notamment, que tu n'as pas dans les 9 titres.

Si de tout temps, Dream Theater a toujours cherché à repousser les limites, je pense que quand les gens écouteront l’album dans son intégralité, ils se rendront compte que notre message musical est plus fort que jamais. Cela fait un an et demi que nous travaillons sur ce projet et cela témoigne d’une implication incroyable ! C’est pourquoi je considère que nous avons fait entrer le genre du concept-album dans une autre dimension !


Aujourd’hui, quelle est la prochaine étape ? Avez-vous l’ambition de développer ce projet dans quelque chose de plus grand encore comme un film ?


James : Effectivement, le projet est tellement riche et ambitieux qu’il pourrait être décliné en pièce de théâtre ou encore en film. Mais nous n’en sommes pas là, actuellement nous sommes totalement concentrés sur la tournée qui monopolise entièrement notre attention.


Comme Dream Theater en a l’habitude, "The Astonishing" fera-t-il référence à d’autres albums de Dream Theater ?


James: Non, pas du tout !






Jordan, on imagine que le travail d’orchestration a dû être particulièrement dense ? Comment as-tu procédé ? C’est l’histoire qui t’a guidé, ou est-ce que tu as préféré composer vierge de toutes indications conceptuelles ?

Jordan : Nous avons énormément bossé sur le projet avec John et j’ai posé les claviers et les orchestrations. Mais pour être en phase avec l’histoire qui traite de la dégradation de la musique, ce disque devait être le plus organique possible. C’est la raison pour laquelle j’y joue notamment de l’orgue Hammond ou du piano Steinway et ce, même si je suis parfaitement capable de reproduire ces sons numériquement.

Dans cet esprit, nous avons poussé le concept jusqu’à utiliser un orchestre, des chœurs d’enfants et de gospel. Pour cela, nous avons décidé de collaborer avec David Campbell, un chef d’orchestre renommé dans le monde entier. David joue un rôle majeur dans la réalisation de cet album et il a pu totalement exercer son talent dessus. Si bien que même si il a travaillé avec les plus grands (NdStruck : Metallica, Linkin Park, Kiss, Bon Jovi, Evanescence, Beck (son fils) ou encore Muse), il nous a avoué que ce projet était le projet le plus ambitieux auquel il ait eu part.


Enregistrer les voix de cet album a été un vrai défi


James, cet album, est-ce que les parties vocales ont été particulières à aborder dans ce concept très narratif et avec de multiples personnages et points de vue ?

James : C'est clair ! Même si j’avais déjà participé à des albums comme "The Absolute Man" de Trent Gardner où je jouais le rôle de Léonard De Vinci ou encore "The Human Equation" de Arjen Lucassen, enregistrer les voix de cet album fut un vrai défi ! Malgré tout, ces expériences m’ont aidé à appréhender le travail que j’avais à faire sur cet album.

J’ai dû lire à plusieurs reprises l’histoire afin de m’immerger totalement et d’avoir la sensation de connaître personnellement chacun des huit personnages que j’ai dû interpréter. Il a fallu que je me mette dans le costume de chacun d’entre eux afin qu’ils aient une voix identifiable.
Par exemple, Gabriel devait avoir une voix jeune et forte, à contrario, l’empereur Nafaryus a une voix agressive et autoritaire… J’ai également dû me placer dans la peau de deux personnages féminins, Faythe et Arabelle…

Jordan : James est un chanteur exceptionnel qui a su se fondre dans les différents personnages et je ne pense pas qu'aucun chanteur aurait pu le faire ! James s’est vraiment impliqué dans l’interprétation et son travail est extraordinaire, il risque d’en surprendre plus d’un ; avec cet album, il prouve que c’est un chanteur fantastique !

James : (Sourire) Merci !


Un tel projet va changer à tout jamais votre carrière solo ou dans Dream Theater

James : C’est évident !


A l'inverse, à l'issue d'un tel long concept global, ne vous dîtes vous pas "plus jamais ça" ?


Jordan : Le process a été certes long et a nécessité que nous travaillions comme jamais, en revanche ce fut extrêmement excitant de le mener à bien.





Nous avons commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?


James : Que faisons-nous à côté ?


Un nouveau Muzzlmulzer ?


James : Non j'ai arrêté en 2011 mais je travaille sur mon prochain album solo avec Matt Guillory. Nous avons prévu de nous voir prochainement pour en discuter plus précisement. Mais il faut trouver le temps pour réunir tous les membres du groupe que ce soit Matt, Peter Wildoer, Ray Riendeau et Marco Sfogli. L'objectif est de pouvoir terminer tout le travail sur cet album afin que lorsque la tournée avec Dream Theater sera terminée, je puisse embrayer avec mon groupe...

Jordan : De mon côté, j'ai sorti un album "The Unforgotten Path" qui est un collection de mélodies qui ont été une source d’inspiration pour ma vie musicale. Dans cet album, j'interprète au piano des reprises des Beatles, des Rolling Stones, Yes, King Crimson, Simon and Garfunkel...


Merci à vous

James : Merci à toi et rendez-vous en Mars au Palais des Congrès...


Plus d'informations sur http://www.dreamtheater.net
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 6367
  • 6368
  • 6369
  • 6370
  • 6371
  • 6372
Haut de page
EN RELATION AVEC DREAM THEATER
DERNIERE CHRONIQUE
Distance Over Time (2019)
"Distance Over Time" renoue avec un équilibre assumé entre la dextérité et l'émotion. Les Américains sont de retour en mode patron en proposant leur meilleur album depuis le départ de Mike Portnoy. Toutes les chroniques sur DREAM THEATER
DERNIERE ACTUALITE
JOHN PETRUCCI : Nouvel album solo cet automne
SORTIE
Toutes les actualités sur DREAM THEATER
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DREAM THEATER-"THE ASTONISHING" : L'ANALYSE TITRE À TITRE
A album exceptionnel, article exceptionnel. A l'occasion de la sortie de "The Astonishing", nous vous proposons une description titre à titre de l'intégralité des 34 morceaux du double-album.
 
ARTICLE SUIVANT
DREAM THEATER-"THE ASTONISHING" : L'ANALYSE TITRE À TITRE
A album exceptionnel, article exceptionnel. A l'occasion de la sortie de "The Astonishing", nous vous proposons une description titre à titre de l'intégralité des 34 morceaux du double-album.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020