MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

SOILWORK - LE TRABENDO - 14 DECEMBRE 2015


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
DEATH METAL

Pour le dernier live que Music Waves couvrait en 2015, il fallait que ça envoie du lourd histoire de terminer l'année en beauté ... Et si un petit Soilwork, en tournée pour la sortie récente de leur Ride Majestic, faisait l'affaire ?
PHILX - 26.01.2016 - 31 photo(s) - (0) commentaire(s)
En tout cas, l'affiche promet de passer une des soirées des plus réussies avec tout d'abord nos protégés de T.A.N.K. (Think Of A New Kind) qui vient en plus de sortir son album "Symbiosis" (que nous avons beaucoup aimé à Music Waves) et Hatesphere, venant lui aussi d'accoucher d'un petit "New Hell", né fin novembre dernier. Comprendre par là qu'il y a de quoi avoir une bonne dose d'énergie ce soir, avant l'apogée d'un Soilwork (dont le frontman Björn Strid fait une apparition sur le titre 'Blood Relation' de nos Français sus-cités), qui lui aussi venait défendre "The Ride Majestic" en live à Paris.


T.A.N.K. (Think Of A New Kind)

Ce sont donc nos Parisiens de T.A.N.K qui ouvrent le chemin de cette soirée qui commence de la meilleure des façons. Raf et ses comparses ont en tête de marquer leur passage sur LEURS terres, devant LEUR public et ils n'iront pas par quatre chemins. D'ailleurs, passer en premier impose une contrainte de temps non négligeable donc une setlist assez courte et qui se doit d'être efficace.

C'est avec 'The Raven's Cry' que les Français ouvrent les hostilités, ce qui leur vaudra une réponse immédiate du public qui part lui aussi au quart de tour sans se ménager, à l'image de Raf qui est plus percutant que jamais.



 

Sa présence scénique remplit vite la petite scène qu'il doit pourtant partager avec ses musiciens. Mais ces derniers ont une bonne maîtrise de l'espace et n'en sont pas moins énergiques, s'échangeant volontiers les extrémités de la scène, allant et venant pour que chaque membre du public ne rate rien du show, à part pour lancer quelques pogo des plus joyeux et spontanés.



Le son que le set dégage est impressionnant et également très précis. On y entend correctement chaque note et les riffs massacrants de Charly Jouglet, dernier musicien à avoir rejoint le groupe, quelques mois seulement auparavant. Rien à dire sur l'intégration, on l'imagine excellente au vu de son jeu et de la maîtrise des morceaux.
La voix de Raf porte parfaitement et reste juste malgré l'énergie déployée physiquement.

 

Les lumières sont également au rendez-vous et permettent de ne rien manquer des mimiques amusantes de Clément, qui, même derrière ses fûts et malgré la rapidité des morceaux, se plait à apporter sa touche d'humour, même si quelques retours au sérieux trahissent la difficulté des morceaux. Mais aucun loupé à déclarer à ce niveau-là. Le groupe assure une excellente prestation qui prouve le professionnalisme de la formation. En plus de nous avoir servi un excellent opus, dont ils auront timidement disséminé quelques titres çà et là (on n'aurait pas rechigné à un ou deux titres supplémentaires), voila qu'ils nous régalent des versions live des morceaux. Un vrai plaisir quand on sait que la suite devrait nous achever.




Malheureusement, le public - comme le groupe - aurait souhaité prolonger ce plaisir, notamment avec le titre 'Blood Relation' sur lequel Björn était attendu pour chanter ce featuring live, mais il n'en sera rien, et nos Français doivent déjà remercier leur audience, après un 'From the Straight And Narrow' dantesque, qui terminera de faire monter la température dans la fosse. Peut-être sur le set de Soilwork ?


Setlist

The Raven's Cry
The Chrysalis
T.A.N.K 09'
Beautiful Agony
Legacy
Inhaled
From the Straight And Narrow




HATESPHERE

Vus un peu plus d'un an en arrière ouvrant pour Finntroll au Divan du Monde, on peut dire qu'Hatesphere avait fait le boulot, plantant une ambiance joviale et festive sur fond de thrash / death melo avec un Esse au sommet.

Cette année, les Danois reviennent avec de nouvelles compos rassemblées dans un "New Hell", sorti un mois plus tôt et que nous avons hâte d'entendre live. Mais dès les premières accords de 'Reaper of Life', on se rend vite compte que le son ne va pas être le point fort de leur set, malheureusement. La voix d'Esse ressort plutôt correctement, mais les instruments ne sont pas correctement rendus, se mélangeant dans une bouillie infâme, heureusement rythmée par les martèlements affûtés de Mike Park.





Esse est toujours un bonheur à regarder, il assure à lui seul la moitié du show, entre ses headbangs puissants et lorsqu'il balance ses bras en l'air frénétiquement, toujours affichant un large sourire. Heureusement le visuel vient compléter le son en défaut et nuancer les variations de la musique. Les lumières sont bien en-dessous de ce qui nous a été proposé pour T.A.N.K.,mais ce n'est pas encore dramatique. Avec cette baisse de qualité notable dans le rendu, tout est à craindre pour la suite, mais nous gardons espoir, c'est une tête d'affiche, enfin!



Côté public, la bonne ambiance prend le pas sur la qualité du son et c'est donc à nouveau spontanément que se créent les effets de masse, entre circle et mosh. La proximité permise entre le groupe et ses fans permet à Esse de les interpeller directement entre les titres.



Les Danois se retirent sous les applaudissements, après une prestation bien en-dessous de ce qu'on aurait pu attendre. Ils ont pourtant fait leur possible scéniquement, mais les lumières plus rares et un son surtout brouillon ont réussi à ternir leur set. Espérons maintenant que Soilwork saura faire oublier tout ça rapidement ...
 

Setlist

Reaper of Life
The Coming of Chaos
Vermin
Floating
Ressurect With a Vengeance
Lines Crossed Lives Lost
Murderlust
Iconoclast
Drinking With the King of the Dead
Sickness Within 


SOILWORK

Les voici enfin, les maitres de cérémonie, attendus comme il se doit dans un Trabendo moite qui reprend encore son souffle des passages non sans séquelles De T.A.N.K et Hatesphere. Le changement de scène s'est enchaîné à une vitesse folle pour faire place nette et monter le matériel des Suédois.





Venus défendre sur scène leur dernier opus "The Ride Majestic", véritable réussite à ne pas manquer, Björn Strid et ses musiciens prennent place en toute sobriété et simplicité, tels qu'on les connait. Sonnent enfin les premières notes du titre éponyme, depuis une scène où il est difficile de distinguer la batterie, embrumée sous une épaisse couche de fumée. Les lumières sont faibles et commencent alors à s'animer les silhouettes derrière leur instrument.

Limitant les échanges avec son public au minimum (Björn n'étant pas un grand communicant), le frontman n'est pas très expressif et délivre son chant avec intensité et justesse. Enfin, au détail près que celui-ci peine à se distinguer complètement des instruments qui se perdent, comme ceux d'Hatesphere juste avant, dans un mélange difforme.



En effet, ce soir, il fallait venir en connaissant parfaitement les versions studio des nouveaux titres pour en profiter pleinement, car pour ceux venus se faire une première idée des morceaux joués live, la découverte ne sera pas convaincante, par manque de clarté sonore ... Pourtant, l'ambiance semble décoller aussi bien dans la fosse que sur scène, les guitaristes sont mobiles et viennent sentir leur public au plus près d'eux, notamment sur les soli techniques parfaitement partagés entre Sylvain Coudret et David Andersson sur 'Nerve' et 'Bastard Chain', même si ceux-ci, par manque de lumière, joueront sur le devant de la scène dans une pénombre inquiétante.







Les premiers titres s'enchaînent à vive allure alors que les conditions visuelles et auditives restent malheureusement les mêmes. Depuis les bords de la petite salle, difficile de distinguer quoi que ce soit de la brutalité qui se trame sur scène, amplifiée par une batterie stridente, pourquoi une telle différence dans la configuration du son et des lumières entre T.A.N.K. et la tête d'affiche ?





Nous n'aurons pas mieux en tant que spectateurs. Dommage car Soilwork vaut tellement mieux. Leur musique mérite un son beaucoup plus soigné où il est possible de saisir chaque nuance, chaque détail dans les variations... La setlist met évidemment le dernier album à l'honneur, sans rechigner les grands classiques comme 'Spectrum of Eternity', 'The Chainheart Machine', 'Follow the Hollow' ou encore 'This Momentary Bliss'. Donc les fans situés au devant de la fosse semblent comblés, c'est bien là l'essentiel ...





Setlist

The Ride Majestic
Nerve
Bastard Chain
The Crestfallen
Death in General
Alight in the Aftermath
Tongue
Follow the Hollow
Petrichor by Sulphur
This Momentary Bliss
The Chainheart Machine
Stabbing the Drama
---
Let This River Flow
Late for the Kill, Early for the Slaughter
Rejection Role
Whirl of Pain
Spectrum of Eternity 



Toutes les photos du concert en HD de T.A.N.K, Hatesphere et Soilwork sur le compte FlickR de PhilX.


Plus d'informations sur http://www.soilwork.org/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 6484
  • 6485
  • 6486
  • 6487
  • 6488
  • 6489
  • 6490
  • 6491
  • 6492
  • 6493
  • 6494
  • 6495
  • 6496
  • 6497
  • 6498
  • 6499
  • 6500
  • 6501
  • 6502
  • 6503
  • 6504
  • 6505
  • 6506
  • 6507
  • 6508
  • 6509
  • 6510
  • 6511
  • 6512
  • 6513
  • 6514
Haut de page
EN RELATION AVEC SOILWORK
DERNIERE CHRONIQUE
Verkligheten (2019)
"Verkligheten" est un rouleau compresseur, un monstre blindé de technique et de puissance brute dévastatrice Toutes les chroniques sur SOILWORK
DERNIERE ACTUALITE
SOILWORK : Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur SOILWORK
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
NONSENSE (19 JANVIER 2016)
"On Earth" est la première pierre de l'édifice métallique d'un futur grand nom du death-prog français, il n'en fallait pas plus pour que Music Waves les rencontre !
 
ARTICLE SUIVANT
BENIGHTED SOUL (11 JANVIER 2016)
Avec "Kenotic", Benighted Soul propose une galette à écouter en boucle, qui donne l'impression que le temps passe plus vite ! Music Waves vous propose d'en savoir plus...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020