MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

TEXTURES LE 3 AVRIL 2008 (LE KATA BAR)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
DEATH METAL

Dans le cadre de la promotion du 3e opus de Textures -« Silhouettes »- Music Waves a rencontré Jochem Jacob, guitariste/producteur des ébouriffants hollandais…
STRUCK - 21.05.2008 - 0 photo(s) - (0) commentaire(s)
Struck : Salut Jochem, peux-tu te présenter toi et ton groupe rapidement ?
Jochem Jacob : Bien sûr, je suis Jochem, je suis guitariste de Textures… j’ai produit l’album… le groupe existe depuis 6-7 ans et nous continuons à grandir…

Struck : Comment définirais-tu la musique de Textures ?
Jochem : (Il hésite) Et bien… métal progressif même si on nous a donné des noms bizarres comme prog métal thrash, math… Blah, blah, blah…

Struck : Quelles sont vos influences ?
Jochem : Et bien, en fait, plein… On écoute peut-être tous les styles… Nous écoutons tellement… des milliers de musiques. Je pense que dans tous les styles de musique il y a des choses très bonnes : dans la country, il y a de bons trucs (Sourire) !
Mais dans Textures, nous sommes dans un certain style de métal où il y a bien sûr Devin Townsend, Meshuggah et c’est avec ces groupes que les gens nous comparent et c’est cool, tu vois !

Struck : Et es-tu d’accord avec ces comparaisons ?
Jochem : Ouais ! C’est un compliment ! Je le vois comme un compliment. Notre objectif n’est pas de faire un nouveau style ou quelque chose de ce genre ! Nous sommes dans ce style et ses fans deviennent nos fans !

Struck : Quoique quelque part vous avez créé un nouveau style...
Jochem : (Visiblement gêné) Peut-être un peu ? Nous faisons juste nos trucs… (Silence puis il s’explique) Je suis très modeste à ce sujet : il y a tellement de musique tu sais ! Il y a seulement quelques groupes qui font quelque chose de vraiment nouveau. Même Meshuggah n’a rien créé ; ils combinent plein de trucs fusions. Si tu écoutes tous les trucs d’Allan Holdsworth, si tu écoutes bien, tu te dis « Ouais, c’est Meshuggah ! ».
Tout vient de quelque part : ça ne tombe pas du ciel !

Struck : Je suis d’accord qu’à peu près tous les groupes prennent leurs influences ici ou là mais certains en font quelque chose d’inédit et Textures est de ceux-là !
Jochem : (Définitivement gêné mais content) Merci beaucoup ! Nous faisons juste ce qu’il y a dans nos têtes, nous les assemblons et voilà !

Struck : Tu as cité Meshuggah et Devin Townsend, mais as-tu d’autres artistes/groupes et en particulier progressif comme vos compatriotes de Sun Caged pour lequel votre batteur (NdStruck : Stef Broks) a joué…
Jochem : Ouais, un spectacle… Sinon, peut-être Katatonia et leur dernier album, nous aimons vraiment beaucoup « Great Cold Distance ». Et oui, peut-être Pantera, même si nous les écoutions il y a 10 ans mais, c’est là !

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/TEX01.jpg[/IMG]

Struck : Avec quels artistes aimerais-tu travailler ?
Jochem : Pleins ! Nous avons déjà joué avec pleins de groupes cools, en fait. Mais j’adorerais jouer avec AC/DC : je le dis dans toutes les interviews parce que je les adore !

Struck : Parlons actualité : Textures vient de sortir son nouvel album « Silhouettes ». Peux-tu nous en parler ? Est-ce un album conceptuel ?
Jochem : Ouais, il y a un concept qui est « Silhouettes » comme en français, nous voulions avoir comme une sorte de thème basique sur lequel nous pourrions écrire toutes les chansons. Dans tous les albums comme « Drawing Circles », le thème était également musical mais les chansons étaient…

Struck : … liées ?
Jochem : Voilà. Les titres sont séparés dans « Silhouettes ». Dans les anciens albums, les morceaux étaient noués ensemble et maintenant, le concept est seulement au niveau des paroles : nous avons fait 9 chansons séparées, totalement séparées…

Struck : Est-ce possible que Textures fassent un album concept global comme l’a fait Meshuggah avec « I » c’est-à-dire un album d’un titre par exemple ?
Jochem : Ouais, mais je pense que nous l’avons déjà fait. Certes pas en une seule chanson mais avec « Polars », nous avons fait un titre de 18 minutes : nous n’avons pas frontière à ce niveau-là !

Struck : Justement c’est un des mots clés qui pourrait définir la musique de Textures : sans frontière !
Jochem : Oh, oh (Il sourit) Tu le penses ? (Il réfléchit) Pourtant, il y a plein de frontières. Des trucs qui ne colleraient pas avec notre musique : ça, c’est une frontière !
Jochem : En fait, nous travaillons dans certaines niches, nous en étions très conscients quand nous avons écris l’album et c’est mon boulot de garder un équilibre entre les éléments. Et je pense que c’est très important pour faire un bon album : ne pas être trop diversifié pour être consistant !

Struck : Pour en revenir à « Silhouettes », outre l’aspect conceptuel, quelle est sa principale différence avec « Drawing Circles » ?
Jochem : « Silhouettes » est plus centré chansons, il est plus direct, rentre-dedans, il y a plus de choses (il réfléchit) rock’n’roll… C’est difficile de l’expliquer mais c’est mon sentiment !

Struck : Mais « Drawing Circles » n’était-il pas déjà direct et rentre-dedans ?
Jochem : Ouais, mais c’est plus… dans un état d’esprit rock’n’roll : « rock’n’roll in your face » ! C’est difficile à expliquer !

Struck : Mais tu es d’accord quand je dis que ces différences étaient facilement détectables entre « Polars » et Jochem : « Drawing Circles » ce qui est moins le cas entre « Drawing Circles » et « Silhouettes » ?
Jochem : Ouais, mais c’est trop difficile car je ne suis pas… Je dois le jouer et non l’écouter et c’est vraiment différent !

Struck : Mais à partir du constat que je t’ai fait : peut-on dire que Textures a trouvé son son depuis « Drawing Circles » ?
Jochem : Et bien, je pense que dans l’expérience musicale, tu cherches toujours ce qui colle le mieux à la musique… Bien sûr, « Polars » était le premier album que je faisais vraiment et maintenant, je suis vraiment conscient de ce que je veux vraiment faire ! Mais je pense que dans « Drawing Circles », le son collait vraiment bien à l’album et cet album (NdStruck : « Silhouettes ») a une production totalement différente mais qui colle vraiment aux chansons. Je pense que chaque album a besoin d’approches différentes, une production différente…

Struck : Tu as produits l’album, Eric fait l’artwork : pourquoi est-elle si sombre par rapport aux deux premières qui étaient de merveilleux paysages ? Y-a-t’il un lien avec la musique ?
Jochem : Elle est peut-être plus sombre mais nous avons essayé d’expliquer « Silhouettes » dans cet artwork mais ce n’est pas négatif ! Nous sommes des mecs vraiment positifs tu sais, c’est un album vraiment positif ! Mais oui, cet artwork est plus mystérieux mais les paysages sont également mystérieux…

Struck : … Certes mais tellement beaux qui attirent l’attention alors que « Silhouettes »…
Jochem : … C’est plus concret, plus direct, rentre-dedans…

Struck : Textures est devenu très populaire depuis « Drawing Circles ». Pourquoi selon toi ?
Jochem : Je ne sais pas…

Struck : Vraiment ?
Jochem : J’aime vraiment cet album, c’est très cool mais pourquoi ?

Struck : Mais tu l’as ressenti ?
Jochem : Ouais, mais quelques fois, c’est très difficile de savoir combien tu es populaire ? C’est immesurable !

Struck : Oui mais pourquoi êtes-vous devenu populaires ?
Jochem : Je pense que c’est parce que les gens nous aiment parce que si ils ne nous aimaient pas, nous ne serions pas populaires : c’est un paramètre qui est très important !

Struck : Mais en fait, la popularité de Textures a explosé avec « Drawing Circles ».
Jochem : Ah oui ? En France ? En Hollande, nous sommes populaires depuis « Polars »… Boom, c’était instantané !

Struck : Penses-tu que le changement de chanteur soit la principale raison ?
Jochem : Je ne sais pas si c’est la principale raison mais le changement a été un énorme bond en avant… car nous avions les outils pour faire la musique nous voulions !

Struck : Justement pourquoi ce changement de chanteur ? Il a quitté le groupe ou…
Jochem : Non, non, nous avons eu une discussion avec l’ancien chanteur Pieter (NdStruck : Verpaalen) qui voulait faire des trucs plus hardcore et nous voulions faire plus de prog métal avec des chants clairs. Dans « Polars », j’ai fait tous les chants clairs mais je ne suis pas comme… je ne suis pas un très bon chanteur, tu vois ? Ca a pris des millions de prises pour en arriver à « Ok, c’est cool ! » mais Eric, c’est un vrai chanteur !

Struck : Mais outre le chant clair, dans « Polars » le chant extrême est plus orienté hardcore alors qu’avec Eric, il est plus death…
Jochem : … Ouais, ouais…

Struck : Et aussi bien que dans le clair que dans le death, le chant d’Eric est très proche de Devin Townsend : est-ce fait exprès ou non ?
Jochem : Non, non, ça vient comme ça ! Bien sûr, ça sonne comme Devin Townsend quelques fois, je suis d’accord mais nous ne voulons pas sonner exactement de la même façon.

Struck : Et le fait d’avoir un chanteur dont la tessiture est proche de celle d’une des influences majeures du groupe : ça doit être cool ?
Jochem : Ouais, il a une variété dans sa voix, il peut faire plein de trucs. En fait, il a grandi depuis « Drawing Circles », je pense qu’il a trouvé sa propre place dans Textures dans l’écriture des chansons. Tu peux l’entendre, tout le monde dit : « Wouh, les chants sont meilleurs ! » ! Ok, c’est cool !

Struck : Comment expliques-tu qu’un nouveau membre puisse prendre une telle place dans le groupe : en plus de chanter, il écrit, il fait les artworks…
Jochem : Oui, mais il n’est pas si nouveau que ça : ça fait 4 ans qu’il est dans Textures…

Struck : Mais il a intégré le groupe pour « Drawing Circles » ?
Jochem : Oh oui, mais il est arrivé juste après la sortie de « Polars », en fait : donc, il est dans le groupe depuis un bout de temps !
Et dans Textures, nous avons tous nos jobs, tu vois ? Nous divisons les tâches, nous sommes comme une entreprise, pas une entreprise vraiment efficace (Rires)… mais nous essayons d’être une entreprise et oui, nous devons tous faire nos trucs : je dois faire tout ce qui est lié au son, quelqu’un d’autre s’occupe du site internet, Eric fait l’artwork…

Struck : A ce titre, Textures est un groupe qui contrôle tout : de la production que tu fais, à l’artwork… Est-ce que cette implication de chacun explique l’incroyable résultat ?
Jochem : Ouais, spécialement au début, il y a 7 ans, personne ne nous connaissait mais nous voulions faire quelque chose même si nous ne savions pas comment ça arriverait.
En fait, c’était spécialement mon idée, une sorte de plan marketing : en premier, faire de bons albums… essayer de faire de bons albums (Rires), en deuxième, faire tous les trucs promotionnels : avoir un site internet, faire des autocollants, coller des posters partout pour que les gens se disent : « Qu’est-ce que c’est que ça, Textures ? » et faire de supers spectacles lives… et faire en sorte qu’il y ait des spectacles !
Donc c’est ce que nous voulions faire donc nous avons fait l’album, nous avons fait tout l’artwork, tous les trucs internet et alors, nous avons commencé à téléphoner à tous les bars et nous ne pouvions avoir aucun show… Rien… Personne ne voulait nous faire jouer ! Rien même le plus petit bar et ça a duré quelques mois…
Et quand les chroniques sont arrivées -parce que nous avions envoyé l’album partout avec de beaux artworks, en digipack… les chroniques étaient des 9/10, « la nouvelle sensation métal, blah, blah… », c’était très cool- et alors nous avons eu des shows grâce aux chroniques : c’était l’impulsion !

Struck : Ce qui ressort c’est ce travail de réflexion derrière le son Textures. Tout semble intelligemment prévu jusqu’au moindre détail…
Jochem : Ouais, c’est presque de la perfection. On recherché ça et ça prend du temps !

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/TEX02.jpg[/IMG]

Struck : Justement arrivez-vous à concilier jobs quotidiens et ce long travail ?
Jochem : Oui, j’ai ma propre entreprise -je suis producteur musical- ça me prend 10 à 12 heures par jour : c’est fou ! J’ai donc une entreprise avec deux autres mecs : nous faisons de la musique pour la publicité, pour des films et nous produisons pleins de groupes… En fait, nous construisons un grand studio dans Amsterdam.
Mais tu ne peux pas avoir un travail qui te prend 95% de ton temps si tu es dans Textures : nous ne faisons pas beaucoup d’argent avec Textures, presque rien pour tout dire mais nous sommes sur la route 100 jours par an !
Donc Eric a sa propre petite boîte et il travaille quelques jours, Remko a sa propre boîte qui fait des trucs vidéo. Bart et Stef sont encore étudiants, Richard a un job qui lui permet de planifier son temps…
C’est un gros puzzle dans nos agendas… (Il s’adresse à moi) Mais tu dois faire ce travail d’interviews en plus de ton boulot ? Tu dois être également un mec occupé ?

Struck : Oui mais pas autant que vous… A propos de boulot, imaginons que tu sois vendeur : quels arguments choisirais-tu pour vendre « Silhouettes » ?
Jochem : Merde (Rires)… c’est une question difficile, très difficile ! Je ne sais pas. Tu sais, il y a tellement de groupes avec tellement de labels qui disent que c’est l’album le plus heavy…
C’est difficile à dire. On va dire « émotionnel »… Ouais, mais je ne peux pas dire qu’on fait un métal plus émotionnel que les autres cds, je ne sais pas ?

Struck : Mais c’est une très bonne réponse ! Peut-être la meilleure après l’utilisation de la force…
Jochem : (Rires) Oui, brutalement : « Ok, écoute ce cd et tais-toi ! ».

Struck : Si tu devais faire découvrir Textures à quelqu’un qui ne vous connaîtrait pas : quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Jochem : Bonne question, mec ! (Il réfléchit) Ca doit être une chanson qui a la plus de composants de ce que nous faisons… « Storm Warning » en est une bonne de notre nouvel album ou « Awake » qui est vraiment une bonne chanson avec ses parties heavy, son chant clair et heavy…

Struck : Quelle est la prochaine étape pour Textures ?
Jochem : Maintenant ? Question simple : c’est tourner !
Nous avons pleins d’idées de ce que nous voulons faire dans le futur mais nous venons juste de finir l’album, on est frais… Mais ce qui va se passer : nous ne le savons pas ?

Struck : Vous faîtes la première partie de la tournée d’Arch Enemy notamment à Paris : penses-tu que ce soit une bonne idée ?
Jochem : Nous avons déjà tourné avec Arch Enemy et les retours étaient très bons. Tous les bras étaient en l’air… Je pense -sans vouloir paraître arrogant- que nous sommes un assez bon groupe pour chauffer une salle ! Ca n’arrive pas à chaque fois mais la plupart du temps, après que nous ayons joué 40 minutes, la foule est chauffée et c’est ce pour quoi nous sommes là : chauffer la salle !

Struck : Mais ceux qui viennent voir un groupe de death traditionnel ne sont pas désorientés par un groupe plus « prog » comme vous ?
Jochem : Oui c’est vrai mais je pense que les esprits ont changé depuis quelques années, les gens sont plus ouverts d’esprit et acceptent plus de styles de musiques. Nous avons joué 15 shows avec Arch Enemy en Allemagne, en France, au Luxembourg, et partout où nous avons joué, nous avons eu une foule qui a vraiment apprécié ce que nous avons fait : plus de la moitié de la foule hurlait, levait les mains en l’air… donc c’est la preuve pour nous que ça a marché.
Nous savons qu’Arch Enemy est plus traditionnel mais les gens apprécient malgré tout : donc je pense que c’est un bon choix !

Struck : Mais ne penses-tu pas qu’avec sa popularité, Textures mériterait une tête d’affiche en France ?
Jochem : Une tête d’affiche n’est possible que si tu attires pleins de gens aux concerts. Nous n’attirons pas mal de gens mais pas des milliers… Pas encore, peut-être que ça arrivera mais nous ne sommes pas assez gros, pas comme Arch Enemy qui est un grand groupe établi.
Ca leur a pris des années pour en arriver à 5 à 600 personnes. Nous attirons régulièrement 2 à 300 personnes par spectacle ce qui est bien… et ça grandit !
Même si je ne fais que des premières parties : je m’en fous ! Faire une partie, c’est cool parce que tu joues 40 minutes : toute ton énergie sort et au revoir ! C’est pas comme des concerts de 1 heure et 15 minutes où tu y vas en traînant des pieds parce que c’est lourd !

Struck : Que voulais-tu faire quand tu étais gamin ?
Jochem : Et bien, je suis le type de personne qui veut vraiment construire des trucs : je veux vraiment faire quelque chose ! Et je suis vraiment vraiment déprimé si je ne fais pas quelque chose ; je ne peux pas m’arrêter !
Aujourd’hui, c’est un jour de repos mais si j’ai un jour de repos supplémentaire demain aussi : déjà que je suis fou actuellement, je deviens paranoïaque (Rires) !
Je pense que j’étais un enfant agité… Tu dois te dire que je suis fou (Rires)… mais j’ai aujourd’hui 31 ans : c’était il y a longtemps !

Struck : Et es-tu fier de ce que tu es devenu ?
Jochem : Ouais, pour ma part oui. Ca m’a pris un long temps en fait : j’ai étudié les maths, la microbiologie à l’université et à la fin, je me suis dis : « Je ne veux pas faire ça ! ».
J’ai abandonné à la dernière année ce qui a coûté beaucoup d’argent à mes parents : je les ai remboursé depuis en leur disant que je voulais faire de la musique !
Donc, je suis allé au conservatoire, j’ai fait tout ça… et maintenant, j’ai construit mon entreprise, une petite entreprise mais je peux en vivre et c’est cool !

Struck : Connais-tu des groupes français ?
Jochem : Ouais, bien sûr, Ambryon parce que je les produits, ils sont vraiment très cools : ils sont de Paris… (il se reprend) ou loin de Paris, à l’Ouest… ou l’Est (Rires) (Ndstruck : renseignement pris, ils sont des Yvelines).
On connaît aussi Gojira bien sûr, on connaît Hacride, Eths, on connaît Scarve…

Struck : … Klone…
Jochem : Oui, on connaît ! Je connais aussi Dagoba…

Struck : Tu es très calé en métal français !
Jochem : Oui, mais je fais ça toute la journée en même temps (Sourire).

Struck : Tu as cité Hacride, sais-tu qu’ils en ont marre d’être comparés à vous ?
Jochem : Ils en ont marre ? Je peux comprendre ! Je pense qu’ils ont été influencés par Textures…

Struck : Ah bon ?
Jochem : Ils me l’ont dit ! Mais c’est comme nous, nous sommes influencés par Meshuggah. Certes, il y a la polyrythmie mais on ne sonne pas comme Meshuggah, je pense ! Mais je m’en fous si on nous compare à eux…
Mais selon moi, Hacride ne sonne pas comme Textures. Je peux entendre certains sons qui me font dire « Hé ! » mais bon…

Struck : … comme vous avec Meshuggah !
Jochem : Mais tu sais que dans la biographie de Meshuggah : ils ont cité Textures comme influence ! (Enthousiaste et étonné) Vraiment ! Quand j’ai lu ça, j’me suis dis : « Quoi ? ». C’est fou ! Tu vois, ils sont établis et on arrive comme des petits gamins et maintenant, ils nous citent et tu te dis : « Quoi ? » !

Struck : Peux-tu nous dire quelques mots en français ?
Jochem : Oui, plein ! (En français dans le texte) Beaucoup, je parle français un peu : j’ai étudié le français à l’école 4 ans !

Struck : Et pourquoi fait-on cette interview en anglais ?
Jochem : Parce que c’est trop difficile pour moi !

Struck : Avant de terminer, que voudrais-tu dire à vos fans qui lisent Music Waves ?
Jochem : Merci de nous écouter…

Struck : … (Je le coupe) Oui, oui mais vu que tes talents en français, tu dois les dire en français !
Jochem : (Rires) (En français dans le texte) Merci pour écouter notre musique et j’espère qu’on va se voir au show !

Struck : Super ! Merci beaucoup !
Jochem : Merci.


Et c’est ainsi que se termine cet entretien qui se prolongera « en off » avec le nouveau bassiste Remko qui s’est joint à nous. Un verre à la main, la discussion tournera sur des thèmes aussi variés que le mariage, les « difficultés » inhérentes aux journées promo qui consistent à essayer d’être le plus spontané possible malgré des questions récurrentes, la paternité, l’arrivée de Remko qui s’est remarquablement intégré dans le combo et l’avenir à moyen terme de Textures…

Enfin, si vous avez raté le groupe en support de la tournée française d’Arch Enemy, vous avez une session de rattrapage avec la Listenable Fiesta qui aura lieu le 30 mai 2008 !
Un événement à ne pas manquer tant l’affiche est alléchant : Textures partageant la scène de la Loco avec Kruger et la surprise française de ce début d’année 2008 : Ultra Vomit !

Un grand merci à Jess de Listenable et au Kata Bar !

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/TEX03.jpg[/IMG]


Plus d'informations sur http://www.texturesband.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image

Item 1 of 0
 
Haut de page
EN RELATION AVEC TEXTURES
DERNIERE CHRONIQUE
Phenotype (2016)
Textures continue de nous éblouir en nous gratifiant d’un nouvel album incontournable et valide ainsi son statut de chef de file de la scène metal moderne. Toutes les chroniques sur TEXTURES
DERNIERE ACTUALITE
La tournée d'adieu de TEXTURES passera par le CCO
CONCERT
Toutes les actualités sur TEXTURES
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
OPETH LE 3 AVRIL 2008 (HÔTEL TERMINUS NORD)
Dans le cadre de la sortie du neuvième opus d'Opeth -« Watershed »- Music Waves a eu l’extrême privilège de rencontrer le leader du groupe, Mikael Åkerfeldt
 
ARTICLE SUIVANT
TIAMAT (AVRIL 2008)
Ping Ping, le reporter sans peur s’est frotté au leader de Tiamat -Johan Edlund- qui nous parle de son dernier album « Amanethes ».

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020