MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

THE WALRUS RESIST (MARS 2016)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
DEATH METAL

A l'occasion de la sortie de leur dernier album, The Walrus Resist nous a accordé une interview spontanée, dans laquelle le groupe dévoile quelques secrets de fabrication concernant l'ovni qu'est "The Face Of Heaven".
THIBAUTK - 13.04.2016 - 2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

"Pourquoi ce nom de groupe ? Que signifie-t-il ?"


Votre musique navigue entre riff plombés et mesures asymétriques savantes, est-ce à dire que vous hésitez entre l’urgence de la puissance et la musique plus construite ?

Kam : A vrai dire, on n'hésite entre rien du tout, on essaye déjà de trouver des airs qui n’ont pas été usé jusqu'à la moelle, qui ont un certain groove, mémorisables et puis on les étire au maximum. On aime les cassures, les pirouettes, les tiroirs du prog mais aussi la lourdeur d’un riff sludge, postcore et la violence du metal moderne. Avec notre modeste talent on essaye d’en faire une soupe presque buvable. 


Dans ce cas, est-ce que nous pouvons qualifier votre musique de progressive par ces changements de mesures et ces variations ?

Tobby: Oui, je pense que l'on peut qualifier notre musique de "progressive". C'est un peu le mot fourre-tout, mais dans la mesure où notre musique reste un metal typé trash /death mais qu'il n'est pas assez tranché pour être clairement identifiable comme tel, le mot complète relativement bien. D'autant plus que le groupe n'a jamais été fermé à quelques bizarreries posées en plein milieu des compos. 'Dream's Eater' avec sa petite partie jazz sortie de nulle part en est un bon exemple, mais nous avions déjà souvent (plus souvent qu'aujourd'hui d'ailleurs) amené des éléments "progressifs", d'autres styles dans nos compos (de la funk ou encore du reggae sur notre EP "Ysaereh" par exemple). Sans compter la longueur des morceaux qui étaient nettement plus étirés auparavant (longueur souvent affiliée au metal prog).


Est-ce que votre musique est djentalors ?

Tobby: Je ne pense pas. La vérité c'est que nous avons commencé à écouter du metal avec le neo 90's et le trash 80's. Je pense que ce qui pourrait passer pour du djent dans notre musique n'est en fait que nos influences neo qui ressortent d'une manière plus bourrine et plus "actuelle" (tant dans la production que dans l'intention).

Kam : Nos racines modernes ont été scellées quand on écoutait en boucle Meshuggah il y a une dizaine d’années et le mot djent n’existait pas. On appelait ça math metal, metal experimental, metal extreme ou encore prog.  Ça fait longtemps donc qu’on a des riff en polyrythmie mais il nous manquait les 7 cordes à l’époque.


Par ailleurs on sent dans votre musique une envie de faire bouger les gens autant que d’attirer l’attention, est-ce que dans ce cas votre musique doit faire taper du pied ?

Tobby: C'est une envie pas toujours atteinte… Notre idée est de proposer quelques chose d'un peu alambiqué, mais qui reste cohérent et efficace. Nous n'y parvenons pas toujours, mais c'est clairement notre ambition.

Kam : Composer en pensant "le « pit » va bouger ou pas?", on ne sait pas le faire. Je pense que notre petit public vient plus pour se faire retourner le cerveau que pour la dance hardcore. Néanmoins on reste des headbangers, si la compo ne te fait pas bouger un peu la tête c’est qu’on l’a raté.


On a l’impression que votre album porte un concept, par les thèmes musicaux ainsi que les titres des chansons. Est-ce un album concept ? Si oui est-ce que vous pouvez nous donner quelques éléments de ce concept ?

Tobby: Complètement! C'est vrai que nous n'avons pas vraiment communiquer sur cette facette de l'album, mais il y a un fil conducteur. Cette interview est l'occasion de le présenter

Tout l'album suit l'histoire d'un dieu rongé par l'ennui ('Slave Of Time'), face à l'éternité ; et d'un homme, rongé par la peur de mourir à tel point qu'il a une tendance claire à autodestruction ('Slave Of Death').

L'album raconte comment ces deux personnages vont se lier par un pacte ('Divine Pact'). Le dieu propose d'habiter, comme simple passager, sans interférer, le corps de l'homme durant sept jours. L'homme a pour objectif de divertir et de montrer ce qu'est le monde, ce qu'est la mortalité, ce qu'est la vie à travers ses yeux, ses actes, sans risques de représailles, sans barrières. A la suite de quoi, le dieu propose à l'homme de lui offrir son trône. Ainsi le dieu pourrait enfin dire adieu à l'immortalité et l'homme défier ce qui lui fait le plus peur, la mort.

Tout l'album conte les expériences que nos deux personnages traversent : le meurtre ('No Witness'), la manipulation ('Makers Of Wrath'), le pouvoir ('Just Men'), le sexe ('Requiem For Pleasure'), la drogue ('Dream's Eater'), l'amour ('The Final Lap'), la vie et les regrets ('A Backward Glance').

En définitive, le dieu se trouve libéré de son fardeau, et l'homme constate que sa récompense s’avère finalement être une punition divine ('Dancing With Eternity').





Par ailleurs vos compositions se concentrent sur les rythmiques et peut-être moins sur les parties solitaires. Est-ce que dans ce cas vous concevez votre musique comme une unité plus que comme une occasion pour chaque musicien de se mettre en lumière ?

Tobby: Il y a clairement une envie d'unité. De part le concept, les paroles. Et nous mettons toujours un long moment à décider de l'ordre des compos pour que l'album soit le plus cohérent possible dans son ensemble.

Kam : Il y a quand même des moments de bravoure dans cet album mais c’est vrai, personne n’a fait son caprice pour flatter son ego. On compose vraiment à l’ancienne. Quand on écrit on pense à nos pères qui ont écrit cinquante ans de heavy music. Une bonne compo c’est un bon riff, un bon riff et un bon riff. Si en plus on peut y mettre un refrain accrocheur alors on a atteint notre objectif premier. Dans ce groupe il n’y a pas de héros. C’est à cinq qu’on devient forts. On est en 2016, il y a des enfants de douze ans qui sont plus techniques que nous sur Youtube.


Toutefois on sent le groupe plus à son aise sur des mesures directes (comme sur 'The Final Lap'), est-ce votre ressenti ? Est-ce que vous vous êtes peut-être plus lâchés sur des mesures plus carrées ?

Kam : Non… elles sont plus faciles à enregistrer, c’est tout. Après on a tendance ces dernières années à « simplifier » notre approche rythmique. L’album a été mijoté lentement. Certaines chansons ont quatre ans d’écart. Les passages les plus carrés sont les plus récents. Pour en revenir à 'The Final Lap', vraiment à part dans l’album, elle a été écrite en hommage aux vieux titres 80’s instrumentaux de Metallica, elle se devait dont d’être plus directe, plus old school.


On sent par ailleurs le groupe dans une recherche stylistique, est-ce que vous pensez avoir trouvé votre formule idéale sur cet album ?

Tobby: Je pense qu'un groupe qui cherche ou pense avoir trouvé la formule qui lui correspond, n'a plus vraiment envie de faire de la musique (dans le sens création “artistique”). Évidement il y a une patte, une identité qui se dégage et une certaine zone de confort qui s'installe. Mais cela ne doit pas empêcher d'essayer d'autres choses dans sa musique. Nous essaierons donc toujours d'innover, d'explorer d'autres thèmes, d'autres ambiances etc. à notre niveau.

Kam : On  a envie de faire du postcore, du death, du prog, du sludge, du 70’s psychédélique, du heavy, du néo… du djent... Mais on ne peut pas tout mettre dans une galette, et c’est un vrai problème…éviter le fourre-tout. Donc non on n’est pas près d’avoir trouvé notre formule, je ne crois pas qu’elle existera un jour.


N’avez-vous pas peur qu’avec toutes ces variations, l’auditeur plus habitué au heavy metal soit perdu dans ce flot d’idées ?

Tobby: Si, mais si nous aimons composer et jouer ce que nous faisons, c'est qu'il doit bien y avoir un public qui trouvera également son compte dans notre musique.

Kam : Faudra quand même, à l’avenir, penser à simplifier cette musique pour devenir célèbres… C’est qu’on doit acheter un 747 avec notre nom dessus. Mais tu as raison dans un sens, faire une chanson avec un riff principal est une très bonne chose : les plus grands titres sont comme ça.





Est-ce que Montpellier est une terre metal, car on n’a pas l’image de groupes de metal issus de cette ville ?

Tobby: Oui et non. Non parce que Montpellier est plutôt une terre de soleil ou règne le bobo Jazz Pop Chill Lounge, l’étudiante Electro Reggae et l’ivrogne des Férias qui aime la trompette et les Popolopopopo... l'auditoire metalleux montpelliérain est plutôt réduit. Malgré tout oui, car cela est en train de changer doucement depuis quelques années. Il y a un public qui se bouge de plus en plus et pas mal de groupes qui émergent ou qui insistent et qui font du très bon boulot. Je pense à Gravity, Lessen, Hypno5e, Uneven Structures, Weaksaw et j'en passe, qui font du très bon son. Faut dire qu’ils s’exportent beaucoup vers le nord et le grand ouest, ce qui n'aide pas à faire émerger Montpellier comme “terre Metal”.


Est-ce que vous avez prévu des scènes pour promouvoir cet album ? Comment allez-vous adapter les compostions pour le live ?

Tobby: Nous avons déjà fait une release en Février (avec Yurakane et TBBH) qui a été un succès pour nous. Et nous comptons organiser une tournée après les vacances d'été (nous sommes d'ailleurs à la recherche de dates).


Au début je vous ai demandé si vous étiez djent, mais au vu des questions précédentes, n’êtes-vous pas au final plus metal (comme un Metallica) que purement djent (comme Textures) ?

Tobby: Le terme me plait bien. Il est simple et il englobe tout. Pas besoin de fioriture…

Kam : Metal comme un Black Sabbath précisément. En parlant de Textures tu t’adresses à des fans, là. Ne sont t-ils pas plus thrash prog, ou plus death djent mélo…On s’en sortira pas avec ce débat, ça me rappelle nos soirées alcoolisées.


Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Tobby: Les soirées en général avec les groupes que nous croisons.

Kam : Quand je me suis rendu compte que j’étais capable d’écrire des titres et pas juste reprendre du Megadeth dans ma chambre d’ado en me brisant la nuque avant que maman m’appelle pour le repas.


Au contraire le pire ?

Tobby: Les lendemains de soirées en général avec les groupes que nous croisons (blurp).

Kam : La signature sur un certain label … Génération Myspace ce n’était pas la gloire en vérité… Naïfs nous étions, plein de rêves idiots. La nouvelle vague DIY est plus intelligente, elle ne compte que sur elle-même et fait un travail de dingue à travers la toile. Ce milieu est devenu du B2B et dans un sens, tant mieux.


Quelle est la question que vous aimerez que l’on vous pose ?

Tobby: "Ca vous dit de tourner avec Meshuggah, Korn et Mastodon en mai? Je peux vous caler sur la tournée!"

Kam : “Et on suit leur avion en Fiat Doblo ?"



Plus d'informations sur https://thewalrusresists.wordpress.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 7201
  • 7203
Haut de page
EN RELATION AVEC THE WALRUS RESISTS
DERNIERE CHRONIQUE
The Face Of Heaven (2016)
"The Face of Heaven" propose des enchevêtrements d'idées multiples, qui permettent de découvrir un groupe certes en devenir mais dont le potentiel technique et musical est indéniable. Toutes les chroniques sur THE WALRUS RESISTS
DERNIERE ACTUALITE
THE WALRUS RESISTS: The Face Of Heaven
SORTIE
Toutes les actualités sur THE WALRUS RESISTS
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
SPIRITUAL BEGGARS + WOLVESPIRIT - COURTRAI DE KREUN - 06 AVRIL 2016.
En ce début d'avril très agréable, la salle de De Kreun de Courtrai nous accueille à nouveau pour une soirée placée sous le signe du hard rock vintage avec un grand nom du genre, Spiritual Beggars.
 
ARTICLE SUIVANT
SPIRITUAL BEGGARS + WOLVESPIRIT + ONE LAST SHOT - O'SULLIVANS BACKTAGE (PARIS) - 10 AVRIL 2016
Dimanche soir, 19h05, arrivée au 92 boulevard de Clichy, un poil en retard au O'Sullivans Backstage by the Mill pour une grande première pour nous…

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020