MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THE WALK (30 MAI 2016)
TITRE:

THE WALK (30 MAI 2016)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Music Waves vous propose de découvrir les Strasbourgeois The Walk qui nous offrent avec "Wrong Enemy" un album pop rock original et envoûtant à découvrir d’urgence
STRUCK - 23.06.2016 -
1 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

Hervé : Pourquoi chantez-vous en anglais et pas en français ?


Quelle est la signification de la pochette de "Wrong Enemy" d’influence vaudou ?


Hervé : La pochette de "Wrong Enemy" nous met tous les quatre en scène, masqués, avec nos instruments. C'est une vision de la graphiste avec laquelle nous avons travaillé pour cet album et les précédents EP, Eleonore Guillon. On a eu la chance pour cet album de pouvoir travailler au musée Vaudou de Strasbourg, superbe lieu qui rassemble une collection exceptionnelle d'objets de culte vaudou. Ce lieu a été un terreau fertile pour une réflexion autour du visuel de l'album. On aime le mystère qui se dégage de la pratique vaudou, en apparence très sombre, morbide, mais qui est aussi un culte lié à la vie et à la nature, un culte lié aux personnes. Il y a une sorte d'intimité qui se dégage de ces objets liés à la vie des pratiquants. Cela nous a semblé proche de notre manière de faire de la musique, d'écrire les textes.
Et à l'arrière de la pochette on peut voir un combat de coqs, qui symbolise clairement la chanson 'Wrong Enemy'...





Comment enregistrez-vous le tarhu ? Est-il amplifié et/ou relié à des pédales d’effets ?

Nicolas : J'utilise quasiment toujours  des pédales d'effets avec le tarhu dans The Walk. C'est une manière de détourner cet instrument qui habituellement se joue acoustique dans des formations plus traditionnelles. J'aime le travail de recherche autour des sons et c'est un véritable défi d'ajouter au tarhu des effets électroniques. Je m'inspire de la démarche d'artistes comme Jonny Greenwood et Ed O'Brien de Radiohead dans la recherche de sons. J'ai ajouté au tarhu un micro magnétique et un micro piezo ce qui me permet de jongler entre le son acoustique et les effets avec plus de facilité.


Pouvez-vous nous en dire plus sur les membres du groupe ? Quelles sont vos formations musicales respectives ?


Nicolas : J'ai commencé la musique assez jeune, d'abord à la guitare, puis à la basse et contrebasse. En sortant du conservatoire jazz de Strasbourg j'ai intégré un collectif de musiciens, L'Assoce Pikante, qui valorise les musiques orientales et méditerranéennes, et j'ai rejoint plusieurs formations, Hijaz'Car, le Grand Ensemble de Méditerranée, Shezar, avec lesquelles j'ai eu la chance de tourner un peu partout dans le monde.

Hervé : Je crois que j'ai chanté très tôt, déjà enfant, fasciné par des chanteurs comme Freddy Mercury, Michael Jackson, Mick Jagger, Jim Morrison... Je passais mon temps à chanter avec eux sur disque. Ensuite j'ai commencé la guitare et je suis passé par le Centre de Formation de Musicien Intervenant à Sélestat où j'ai rencontré Claudio puis le Conservatoire de jazz de Strasbourg où j'ai rencontré Victor... J'ai œuvré dans plusieurs formations strasbourgeoises avant de monter The Walk avec Nico, notamment Dolls Can't, groupe de rock prog.

Victor : Pour ma part après avoir fait le Conservatoire Jazz avec Hervé j'ai monté un groupe de funk, The Fat Badgers, et d'autres projets autour de l'improvisation jazz/funk/fusion.

Claudio : Quant à moi, après des études en sociologie et un master en éducation musicale j'ai intégré plusieurs projets : j'ai été le bassiste de Melismell, chanteuse française avec laquelle j'ai tourné un peu partout en France et je joue actuellement dans le groupe qui accompagne Tcheky Karyo sur les scènes françaises.


The Walk a une personnalité musicale très forte même si on peut déceler diverses influences allant de Led Zeppelin à Jeff Buckley en passant par Radiohead. Quelles sont vos principales influences musicales ?


Hervé : Vous venez de les citer ! Entre autres bien sûr... Au sein du groupe nous avons tous des goûts musicaux assez différents, mais complémentaires. Victor est assez branché musiques electro, funk, Nico c'est les musiques du monde et Claudio et moi le rock, la pop... C'est résumé mais c'est un peu l'idée. Personnellement j'ai beaucoup été touché par des albums comme "Odelay" de Beck, "Harvest" de Neil Young, "Fight for your Mind" de Ben Harper ou encore  "Two Grains of Sand" de Piers Faccini. Je suis aussi un grand fan de Robert Johnson, l'un des premiers bluesmen à avoir enregistré des chansons.





Dans ces conditions, comment définiriez-vous votre musique : rock, pop, world ?

Hervé : L'étiquette qui colle le mieux selon moi c'est rock alternatif. C'est assez large pour englober nos influences non-occidentales (musiques gnawa, africaines, orientales...) et cadrer dans les formats rock plus "classiques". J'aime l'idée de rock alternatif car ça démontre notre volonté de liberté dans la création.


"Wrong Enemy" a pu voir le jour grâce au crowdfunding. Est-ce devenu un mode de financement incontournable pour les groupes de rock français ?


Hervé : Je ne sais pas pour les autres groupes de rock français, mais quand on est un groupe auto-produit et qu'on commence à avoir son public ça paraît une bonne solution pour continuer à avancer et proposer une production de qualité à nos auditeurs. Après je pense que ça a ses limites : le crowdfunding nous a permis de couvrir une partie seulement des frais de production de ce disque et je pense que ce n'est pas quelque chose qu'on peut faire tous les ans... Mais notre public nous a suivis et nous sommes très heureux d'avoir pu leur offrir ce disque qui, sans eux, n'aurait pas pu voir le jour.


Vous donnez souvent des concerts acoustiques, quelle est pour vous la meilleure formule pour donner vie à votre musique sur scène ?


Nicolas : Je crois que la force des chansons de The Walk c'est leur capacité à sonner aussi bien guitare/voix/tarhu qu'avec un arrangement plus fourni. Les différentes versions vont juste mettre en lumière une autre manière d'entendre la chanson. Sur scène, à quatre, on a plus la possibilité de transmettre notre énergie rock, les guitares sonnent plus crades, la batterie fait bouger les têtes et le tarhu s'envole avec ses effets... En version acoustique on sera sur un registre plus folk, plus doux, plus intimiste, avec un goût prononcé pour les ambiances planantes...


Notre chronique se conclut par "Teinté d’une mélancolie sombre et emprunt d’une rage contenue, "Wrong Enemy" est un album plus complexe qu’il n’y parait au premier abord qui emprisonnera dans ses filets musicaux l’auditeur attentif qui ne pourra alors que lâcher prise et se laisser transporter par la musique rare et sensible de The Walk". Qu’attendez-vous de la sortie de cet album avec le soutien de Dooweet ?

Hervé : On espère que cet album résonnera dans le plus d'oreilles possibles et que nous pourrons le faire entendre sur scène un peu partout… Avec l'aide de Dooweet on va faire vivre cet album au-delà de sa conception musicale, il nous faut maintenant un distributeur, un label, un tourneur… On a encore pas mal de chemin à faire ! On aimerait aussi pouvoir enregistrer le prochain album avec plus de confort et de partenaires, histoire d'aller plus loin, et de concrétiser toutes nos envies !


Peut-on espérer une tournée française de The Walk ?

Claudio : C'est l'idée ! On est fait pour ça... sillonner les routes et jouer notre musique tous les soirs ! Si l'album se fait entendre et qu'on fait les bonnes rencontres on se verra sûrement sur scène !


Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Hervé : Perso c'est notre rencontre et collaboration avec Aziz Sahmaoui (University of Gnawa, Orchestre National de Barbès) et Adhil Mirghani. Deux très bons musiciens, accomplis, qui ont parcouru le monde avec leur musique, et qui se sont acoquinés avec nous pour créer un mélange entre rock et musique gnawa. Dès les premiers instants on a accroché, alors que nous venons d'univers assez différents, et le résultat est vraiment jouissif à jouer. J'ai aimé leur joie de vivre et le partage qu'ils transmettent sur scène et en dehors. Dans le milieu du rock tout le monde tire la gueule alors ça fait du bien de jouer avec cette notion de partage et de convivialité !


Au contraire le pire ?


Claudio : Peut-être la fois où on a joué pour 15 mecs bourrés accoudés au comptoir d'un rade et qui ne réagissaient à notre musique que quand on leur a annoncé qu'on allait arrêter : "oh non les mecs allez encore une..."  alors qu'on avait juste envie de se tirer …





Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?


Hervé : C'est marrant comme question... Peut-être des questions sur les textes des chansons...

Nicolas : On aime bien parler musique... forcément... donc les questions sur notre manière de composer, travailler, sont toujours les bienvenues.


Un dernier mot aux lecteurs de Music Waves ?

Merci de nous avoir lus, bonne écoute et rendez-vous en concert !


Merci à Newf pour sa contribution...



Plus d'informations sur http://thewalkmusic.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 7787
Haut de page
EN RELATION AVEC THE WALK
DERNIERE CHRONIQUE
THE WALK: Wrong Enemy (2016)
4/5

Le groupe strasbourgeois The Walk nous offre un album pop rock original et envoûtant à découvrir d’urgence.
 
AUTRES ARTICLES
DOWNLOAD PARIS 2016 - JOUR 2
Que le metal soit !
NO ONE IS INNOCENT (10 MAI 2016)
Quelques minutes avant la projection du DVD "Barricades" au Bus Palladium, nous avons rencontré Kemar pour une interview sans langue de bois...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021